background preloader

Qu'est-ce que le cloud computing: la définition complète.

Qu'est-ce que le cloud computing: la définition complète.
Le cloud computing représente la meilleure solution pour gérer votre entreprise. Au lieu d'exécuter vos applications vous-même, c'est une plate-forme multitenant partagée qui s'en charge. Lorsque vous utilisez une application exécutée dans le cloud, il vous suffit de vous y connecter, de la personnaliser et de l'utiliser. Aujourd'hui, les entreprises utilisent toutes sortes d'applications dans le cloud, telles que des applications de CRM / GRC, de RH, de comptabilité et même des applications métiers. Le mode de paiement est lui aussi différent. Enfin, les applications cloud ne sollicitent pas inutilement vos précieuses ressources informatiques. Conclusion : l'idée du cloud computing est simple, mais son impact sur vos résultats peut être énorme ! Les avantages du cloud computing Une solution mobileLes utilisateurs peuvent accéder à leur contenu où qu'ils se trouvent, grâce à une simple connexion Internet. Quels sont les utilisateurs et les utilisations du cloud ? Le jargon démystifié

Les 10 avantages du cloud computing pour les entreprises et PME Introduction Pour faire simple, le cloud computing, c'est tout votre informatique sur Internet ! Pourquoi tant d'entreprises adoptent-elles le cloud ? Parce que le cloud computing augmente l'efficacité, permet d'améliorer sa trésorerie et offre de nombreux autres avantages... 1. À la seconde où une entreprise a besoin de plus de bande passante que d'ordinaire, un service de cloud computing peut instantanément répondre à sa demande, grâce à la grande capacité des serveurs distants. 2. Lorsque les entreprises commencent à s'appuyer sur les services de cloud computing, elles n'ont plus besoin de programmes complexes de récupération des données. 3. En 2010, les entreprises britanniques ont dédié 18 jours ouvrables par mois à la gestion de la seule sécurité sur site. 4. Les services de cloud computing sont généralement fournis selon un modèle de "paiement à l'utilisation". 5. 6. À partir du moment où les employés disposent d'un accès Internet, ils peuvent travailler de n'importe quel endroit.

Université : la France inaugure sa plateforme nationale de cours en ligne C’est aujourd’hui que le gouvernement a inauguré la plateforme « France Université Numérique », à partir de laquelle les internautes pourront bientôt profiter, gratuitement et à distance, de cours proposés par des établissements français de l’enseignement supérieur. Explications. Après en avoir dressé quelques grandes lignes en janvier dernier, l'excécutif a officiellement décliné aujourd’hui son plan « France Université Numérique » (PDF). Au programme : dix-huit mesures, dont la mise en place se fera progressivement sur les cinq prochaines années. Pour l’occasion, le ministère de l’Enseignement supérieur a surtout inauguré en grandes pompes le lancement du site « www.france-universite-numerique.fr », lequel vient d’ouvrir ses portes. Ce site se présente comme la première plateforme nationale ayant pour objectif d’héberger des formations numériques dispensées par les établissements français de l’enseignement supérieur. Une rentrée « online » fixée à janvier 2014 Xavier Berne

Lima, un boîtier pour créer son propre cloud Financé en 2013 via une extraordinaire campagne Kickstarter, en retard de plusieurs mois, pointé du doigt, boudé et attaqué par un nombre grandissant de donateurs, le petit boîtier "magique" Lima, inter-OS, qui promet de créer un espace de stockage personnel dans les nuages, se montre enfin. Et il fonctionne. Unifier tout son contenu multimédia, à domicile et sur mobile tout en pouvant y accéder depuis n'importe quel appareil et quel que soit son OS (ou presque), c'est la promesse de Lima, un petit boîtier conçu par des Français (The Cloud Guys Team) et qui tour à tour récolte et les lauriers de Kickstarter et l'opprobre de certains de ses utilisateurs. Car, en effet, le projet Lima est à la base l'une de ces belles histoires du site de financement participatif. Une campagne lancée à l'été 2013, un objectif fixé à 90 000 $... et un succès immédiat auprès des "backers" qui porte le financement final à un peu plus d'1,2 million de dollars. Mais Lima, comment ça fonctionne ?

Le Cloud Computing en 10 questions 1. Qu'est-ce que Iaas, Paas et Saas ? Le Iaas (Infrastructure-as-a-service), le Paas (Platform-as-a-service) et le Saas (Software-as-a-service) représentent les 3 couches techniques du Cloud Computing, sur lesquelles les entreprises s'appuient pour externaliser leur informatique. Le Iaas permet d'externaliser la couche infrastructure matérielle (les serveurs, le réseau, le stockage) dans des salles informatiques distantes. Les entreprises démarrent des serveurs virtuels hébergés sur la plate-forme de Cloud Computing à chaque fois qu'un accroissement de calcul est nécessaire. Le Paas permet d'externaliser la couche infrastructure matérielle (Iaas), mais aussi les bases de données, les environnements de développement et d'exécution d'applications et les couches d'intégration de données. 2. Le Cloud Computing est une combinaison de plusieurs concepts : 3. Les environnements Microsoft (Windows Server) et Linux sont les 2 principaux systèmes hébergés sur les plates-formes de Cloud Computing.

L'IaaS est en forte croissance Le marché de l'infrastructure dans le cloud (IaaS, Infrastructure as a service) est promis à plusieurs années de forte croissance, prédit le cabinet Gartner. Cette année, le secteur devrait croître de 33 % comparé à 2014, et poursuivre sur ce rythme au moins jusqu’en 2019, où sa progression serait de 29 %. C’est seulement après cette échéance que l'IaaS montrerait un essoufflement, selon le cabinet. Cette croissance du marché ne profitera pourtant pas à tout le monde et sera encore moins de nature à voir de nouveaux entrants, selon l’analyste Lydia Leong, du cabinet Gartner. Pour elle, l'IaaS suppose un investissement colossal en centres de données, que seuls les gros acteurs comme Amazon, Google et Microsoft peuvent supporter. Gare à la concentration Pour l’analyste, ce climat de concentration invite à la plus grande précaution dans le choix des fournisseurs.

Le cloud computing expliqué aux nuls Le phénomène du "cloud computing" prend de plus en plus d'ampleur dans les entreprises et le grand public commence à le connaître sous la forme de services de stockage à distance, ou encore de musique en streaming. Le cloud est sur toutes les lèvres. Bernard Ourghanlian est directeur technique et sécurité de Microsoft France. Comment définissez-vous le cloud computing ? Le grand public utilise depuis longtemps le cloud computing sans le savoir. Peut-on dire que le cloud computing est une révolution pour l'informatique ? C'est une révolution économique, mais pas technologique. Quel est l'intérêt du cloud computing ? Il est surtout économique. Que nous permet de faire le cloud, que l'on ne pouvait pas faire avant ? Par exemple, préserver le contexte quand on change de terminal. Où se trouvent ces ressources informatiques, qui ne sont plus en local ? Les grands acteurs du cloud sont en effet peu nombreux. L'internaute lambda ne peut pas savoir. Ce genre de services existe. Pas vraiment.

Apple envisage de stocker vos empreintes digitales dans le cloud La firme à la pomme explore un concept qui pourrait faciliter la vie, mais qui soulève des questions sur les risques liées à la protections des données personnelles. Apple pourrait stocker les données biométriques de ses clients dans le cloud pour permettre des méthodes de paiement next-gen, c'est du moins ce que sous-entend le brevet d'application déniché par Apple Insider. L'application semble permettre "une synchronisation des données biométriques via cloud computing", et pourrait éventuellement inclure un mode d'autorisation de "transactions financières". Autrement dit, Apple envisage d'utiliser son service d'hébergement iCloud pour stocker les empreintes digitales de ses utilisateurs, et ainsi leur permettre de synchroniser celles-ci sur d'autres appareils si nécessaire, dans le but, parexemple, de régler un achat. Si cette technologie, soumise à brevet, est effectivement présentée au grand public, il est possible que cela change. Article de Rob Price.

Quelle définition pour le « Cloud Computing » ? Comment définir simplement le terme de « Cloud Computing » et savoir ce qu’il englobe ? Le National Institue of Standards and Technology (NIST) en a donné une définition qui est souvent citée comme référence. Cette définition a été reprise dans le magazine Global Security Mag et nous souhaitions vous la faire partager : « L’informatique dans les nuages » est une nouvelle façon de délivrer les ressources informatiques, et non une nouvelle technologie. » C’est un modèle qui permet l’accès au réseau à la demande. Un accès en libre-service à la demande aux capacités de calcul. Le NIST dénombre 3 modèles de service : Cloud Software as a Service (SaaS) : l’utilisateur a la possibilité d’utiliser les applications du fournisseur de services via le réseau. Selon les approches des entreprises, on distingue plusieurs modèles de déploiement des services de Cloud Computing :

C'est quoi le cloud ? définition de SaaS, Iaas, PaaS, Atawad ( suite de C’est quoi le cloud ? ) 1) Les 5 caractéristiques du cloud computing. Un service à la demandeUn accès aux ressources par le réseauMise en commun des ressourcesFlexibilité des ressourcesUn service mesuré Si nous reprenons notre exemple de stockage de photos de la partie 1 : Un service à la demande : Vous choisissez le service de stockage de vos photos.Un accès aux ressources par le réseau : Vous avez accès à vos photos par Internet.Mise en commun des ressources : Vous n’êtes pas le seul à utiliser ce service et vous n’êtes pas le seul à utiliser les ordinateurs qui supportent ce service.Flexibilité des ressources : Si vous n’avez plus assez de place, il suffit d’augmenter l’espace disque, et bien souvent cela se fait très simplement? 2) Les 3 modèles de services du cloud computing 1) SaaS (Software as a Service) Utilisation d’un logiciel, comme d’un service. Un exemple : Vous voulez gérer votre cave à vins. – Avant le cloud : – Avec le cloud : 2) IaaS (Infrastructure as a Service)

Localisation des données : quels sont les risques du cloud ? 01Business le 16/09/13 à 00h00 sommaire Envoyer ses données dans le cloud peut avoir quelque chose d'angoissant. Il y a deux ans, l'opérateur BSO Network Solutions a ainsi dû répondre à une exigence inattendue : l'un de ses clients lui a demandé d'installer des webcams en face de ses serveurs. Mais les centres de données des grands acteurs du cloud sont rarement proches des clients. Les législations nationales ne sont pas harmonisées Là encore, difficile de savoir où et dans quelles conditions. “ Selon le droit européen, et a fortiori français, les données confiées à un tiers restent la propriété du client et la loi interdit au prestataire de les divulguer. Cette spécificité constitue un excellent argument en faveur des offres hexagonales comme celles de Numergy et Cloudwatt, lancées à grand-peine l'an dernier. La fiabilité est bonne malgré quelques pannes En effet, le risque que des données, parfois stratégiques, soient compromises n'est pas nul. Certes, les géants ont leurs faiblesses.

Apple : iCloud reçoit "en secret" les documents pas encore sauvegardés Tout est parti d'un article de blog publié le 23 octobre dernier par Jeffrey Paul. Dans son billet, ce spécialiste en sécurité informatique explique qu'après avoir installé Mac OS X 10.10 (Yosemite) sur son ordinateur, il a découvert avec stupeur que certains de ses documents ont été sauvegardés sans prévenir sur iCloud, le service de stockage à distance développé par la firme de Cupertino. "Apple a récupéré des fichiers locaux sur mon ordinateur qui n'étaient pas hébergés sur iCloud et les a envoyés en secret sur ses serveurs, sans mon autorisation", écrit-il. Un autre expert en sécurité, Bruce Scheier, juge sur son blog que cette fonctionnalité est "dangereuse et faiblement documentée". Toujours selon Apple, ce transfert ne concerne pas les fichiers provenant d'autres logiciels ni les documents qui ont été créés avec les programmes de la firme de Cupertino et qui ont déjà été enregistrés sur l'ordinateur. Des explications insuffisantes Confusion croissante entre local et cloud

Le cloud computing, l'informatique de demain ? Déjà lancés par Amazon, les services de stockage et de calcul en ligne pourraient révolutionner l'informatique d'entreprise d'ici à moins de cinq ans. Google et IBM sont sur le pont, et les DSI pourraient faire leurs valises. Qu'est ce que le cloud computing ? L' "informatique dans les nuages" est un concept apparu assez récemment, mais dont les prémices remontent à quelques années, notamment à la technologie des grilles de calcul, utilisée pour le calcul scientifique. Le cloud computing fait référence à l'utilisation de la mémoire et des capacités de calcul des ordinateurs et des serveurs répartis dans le monde entier, et liés par un réseau, tel Internet. Le cloud computing, un produit commercialisable ? Oui, cette technique est en passe de devenir un business. A l'image de la puissance électrique il y a un siècle, la puissance de calcul et de stockage de l'information serait proposée à la consommation par des compagnies spécialisées. Quels sont les avantages pour l'utilisateur ?

Histoire du cloud computing de la naissance à nos jours Selon les prévisions, d'ici 2020, le marché du cloud computing devrait dépasser les 241 milliards de dollars… Mais comment en est-on arrivé là ? Par quoi tout a commencé ? Même si le cloud computing est en réalité assez récent (les premiers sites Web grand public et professionnels de services de cloud computing, Google et salesforce.com, ont été lancés en 1999), son histoire est directement liée au développement d'Internet et des technologies d'entreprise. Le cloud représente en effet la solution idéale permettant d'allier les bénéfices de l'Internet et les améliorations des technologies d'entreprise. L'histoire des technologies d'entreprise est longue et fascinante, presque aussi longue que celle du commerce lui-même. Les balbutiements d'Internet La naissance des technologies d'entreprise et le rêve d'un réseau mondial Le premier circuit intégré fonctionnel est développé à la fin des années 1950, permettant ainsi aux ordinateurs d'effectuer des calculs plus complexes. Le saviez-vous ?

Related: