background preloader

Arguments anti-féministes (4) "On devrait se débarrasser du terme ‘féminisme’"

Arguments anti-féministes (4) "On devrait se débarrasser du terme ‘féminisme’"
Arguments précédemment traités:Les féministes d’aujourd’hui… Tu es trop agressive, cela nuit à ton message. Tu donnes une mauvaise image des féministes. Je précise d’abord que cet argument n’est pas seulement utilisé par des personnes hostiles aux arguments féministes; je voudrais néanmoins montrer en quoi il pose problème et contribue, in fine, à l’anti-féminisme. Pas besoin d’aller loin pour retrouver cet argument, il suffit de lire les commentaires de mon précédent billet: Ce terme féminisme est bizarre, je trouve. Il porte à confusion, et comme bien expliqué dans cet article, il a tellement été trainé dans la boue qu’il est usant et fatiguant de devoir réexpliquer pendant des heures ce que féminisme veut réellement dire. Généralement, les termes proposés à la place sont « humanisme » ou « égalitarisme ». Pour réfléchir sur le terme « féminisme » il faut en connaître l’histoire. Le terme féministe désigne à l’origine un homme aux caractères physiologiques efféminés. AC Husson J'aime :

http://cafaitgenre.org/2013/09/02/arguments-anti-feministes-4-on-devrait-se-debarrasser-du-terme-feminisme/

Related:  Feminist BashingFondamentauxA trierGenre et féminismeArticle de presse

Arguments anti-féministes (2) "Tu es trop agressive, cela nuit à ton message" Agressive: se dit en particulier d’une féministe avec laquelle on est en désaccord. Étrangement, c’est l’un des arguments les plus difficiles à contrer. Pourquoi? Parce que ce n’en est pas vraiment un. C’est surtout un moyen de détourner ou clore le débat, de discréditer la personne d’en face sans avoir à répondre à ses arguments. Pour ne plus jamais « se tromper de combat  ni « desservir sa cause . C’est bien connu (si, c’est bien connu), les féministes ont l’art de pointer des micro trucs dont personne à rien à carrer, juste pour faire chier. Car « faire chier » est une occupation extrêmement enrichissante ET enthousiasmante pour qui n’a rien d’autre à foutre de ses journées (et les féministes n’ont rien d’autre à foutre de leurs journées). Et avec ça, forcément faut pas s’étonner que des gens sains d’esprit viennent leur faire remarquer. Il sont déjà bien aimables ces gens de prendre un peu de temps pour essayer de les raisonner. Les pauvres, ils ne savent pas.

J’emmerde votre liberté – 1 Yep ! Ici, je veux parler en 3 parties de relations humaines, de liberté, d’autonomie, de responsabilité, mais aussi de vulnérabilité, d’estime de soi, de manque de confiance, d’injustice…Bon, c’est vaste, mais y’a un lien quand même entre tout ça. Et puis, plusieurs textes comme celui-là, ou encore des discussions avec des gens qui se sentent excluEs, marginaliséEs ont inspiré tous les questionnements que j’avais sur ce vaste ensemble de thèmes. Je précise que c’est quand même très centré sur des milieux précis (militantismes féministe, queer) et que du coup je prends pour acquis que les gens à qui je m’adresse savent que la monogamie n’est pas la seule voie possible, que le polyamour par exemple en est une alternative, et qu’il y a un discours culturel sur « l’Amour », comme sur le reste.

Mar_Lard et A-C Husson, deux féministes de la nouvelle génération Le 16 mars dernier paraissait un article de Mar_Lard concernant le sexisme chez les geeks sur le très bon blog Ça fait genre ! tenu et créé par Anne-Charlotte Husson. Depuis, une prise de conscience s’opère et les idées se confrontent sur Internet. Nous les avons toutes deux rencontrées pour parler de leur rapport au féminisme et de leur façon de vivre au quotidien avec leur militantisme. Comment en êtes-vous venues au féminisme ? Arguments anti-féministes (1) "Les féministes d’aujourd’hui…" Je commence une nouvelle série de billets destinés à répondre de manière (je l’espère) simple et claire aux arguments anti-féministes les plus courants. Je ne parle pas des arguments sexistes en général, mais plus particulièrement de ceux qui visent à faire taire les féministes, et j’exclus d’emblée les « mal-baisée » et autres « si t’étais belle tu dirais pas ça » que je ne considère pas comme des arguments (bien que d’autres aient visiblement du mal à faire la différence). Voici une liste d’arguments que je me propose de traiter, elle est susceptible d’évoluer en fonction de vos suggestions. N’hésitez pas à m’en faire, ces billets sont destinés à répondre soit à vos questions, soit aux arguments et questions auxquels vous avez du mal à répondre. Aujourd’hui donc, tous les arguments commençant par « les féministes d’aujourd’hui », et en particulier « Les féministes d’aujourd’hui ne veulent pas l’égalité, elles veulent dominer les hommes ». Féminismes « d’hier » et « d’aujourd’hui »

Mais alors c'est quoi militer La question du militantisme est une question finalement assez épineuse. Ainsi par exemple beaucoup de femmes féministes hésitent à se déclarer comme militantes ; d'autant plus lorsqu'elles entendent régulièrement "qu'elles ne militent que sur Internet". Beaucoup de femmes, dans les interviews que je suis en train de mener, me disent, alors même qu'elles ont énuméré tout ce qu'elles faisaient au quotidien, me disent "ne pas se voir comme des militantes". C'est une assertion qui ne serait pas à discuter si elle n'émanait pas parfois d'un dénigrement certain qui conduit beaucoup de femmes à toujours minorer ce qu'elles peuvent faire. Aux États-Unis, une vague de meurtres touche les femmes transgenres Dix-sept femmes, la plupart noires et hispaniques, ont été assassinées depuis janvier. Depuis janvier 2015, dix-sept femmes transgenres, la plupart noires et hispaniques, ont été assassinées aux États-Unis, souvent dans des circonstances particulièrement violentes. Dans le New York Times, l'écrivain transgenre Jennifer Finney Boylan tire la sonnette d'alarme dans un texte personnel où elle se remémore ce qu'elle faisait le jour de chacun de ces meurtres, afin de souligner le fossé entre sa vie de femme transgenre privilégiée et la violence que subit une autre partie de la communauté.

Sexe : les hommes ne pensent qu'à ça ? Les femmes aussi, mais la société l'interdit Religions, cultures, théorie du confort, la société bride encore le désir des femmes (SIPA). Tiens tiens, une récente étude explique de nouveau à ceux qui ne veulent toujours pas l’entendre, que les femmes sont des êtres sexuels aux désirs et fantasmes divers. Plus divers que ceux des hommes apparemment. La simple vu d’une scène induisant – ou pouvant induire, consciemment ou inconsciemment – une arrière-pensée à caractère sexuel est beaucoup plus fréquente et variée chez mesdames. Deux singes copulant suffisent à ce que non seulement l’esprit mais tout le corps féminin réponde présent. Les femmes seraient donc "omnivores" selon ces chercheurs.

« ‘faut pas voir le mal partout hein ! » et «On ne peut plus rien dire !» 1- Souligner le sexisme d’une situation ne signifie pas qu’on vous accuse d’être le grand Satan. 2 hommes découvrant qu’une opinion différente n’est pas une attaque personnelle. 2- Vous pouvez bien dire ce que vous voulez, on ne vous interdit pas d’exprimer votre machisme. Cette petite bande dessinée explique de manière choquante de réalisme pourquoi l'égalité des chances n'existe pas Toby Morris est un artiste illustrateur et dessinateur, habitant à Auckland, Nouvelle-Zélande. Il a récemment publié un livre dans lequel il raconte ses aventures en tant que nouveau papa "Don't Puke On Your Dad: A Year in the Life of a New Father.” Cette petite bande dessinée, intitulée "On a Plate" ("Sur un Plateau") illustre à la perfection ce qu'est le privilège, et à quoi ressemble vraiment ce qu'on appelle "l'égalité des chances". En plaçant ces deux individus côte à côte, on peut voir à quel point la sécurité financière, le capital culturel, bref, l'endroit dans lequel on a grandi, est déterminant. Même si ces deux bébés ont grandi dans deux familles qui les aiment et qui les aident, leur futur va être radicalement différent. Voilà matière à réflexion...

T'es fleur ou t'es chou ? L'avis de Ricochet Cet album s’attache à balayer les frontières entre les genres et rappelle qu’en matière de jeux, les enfants, qu’ils soient nés dans une fleur ou un chou, aiment délaisser leurs jouets de fille ou de garçon pour des compositions plurielles. Nous découvrons ici Lila, Léo et Maël et leurs jeux de prédilection.

«Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48» Berlin, 19 août 2009, Championnats du monde, finale du 800 mètres «dames» : la Sud-Africaine Caster Semenya, 18 ans, accomplit un véritable exploit en courant la finale du 800 mètres féminin en 1 minute 55 secondes 45 centièmes. Sa victoire est de courte durée. À peine la course finie, le staff des équipes rivales et les journalistes sportifs accusent la championne d’être un homme. Les épaules de Caster Semenya sont trop larges, son bassin trop étroit, sa poitrine trop plate, ses maxillaires trop carrées… «trop», «trop», «trop»… pour être considérée comme une «authentique femme». Le commentateur Mondenard déclare même sur Europe 1 «onze athlètes avaient une culotte et une seule avait un bermuda» (1).

Si, si, on a le droit de critiquer le(s) féminisme(s) Il me semble que nous avons en France un rapport à la fois sacré et complètement dégradé à la liberté d'expression. Sacré, parce que nous tenons, à raison, le droit qu'a chacun-e d'exprimer ses opinions pour un fondamental de la démocratie. Mais profondément dégradé parce que considérant que tout propos est une forme d'opinion, nous avons la double tentation de ne pas condamner les discours injurieux, fussent-ils odieux, et de ne pas supporter que certains discours s'imposent, fussent-ils justes.

Related: