background preloader

Www.laruchequiditoui.fr/fichiers/Qui-sommes-nous-WEB.pdf

Www.laruchequiditoui.fr/fichiers/Qui-sommes-nous-WEB.pdf

7 services en ligne pour avoir un tableau blanc collaboratif Je vous ai proposé dernièrement quelques outils sympathiques pour avoir un tableau blanc sur Internet. En fait, je me suis aperçu qu’il en existait plein ! Alors que PixiClip et Stoodle ont déjà eu leur présentation sur Autour du Web, j’ai voulu en ajouter 5 de plus. 1. PixiClip est un service intuitif qui propose un tableau blanc interactif en ligne. 2. Stoodle est un service en ligne gratuit pour créer un tableau blanc. 3. Draw It Live est un petit service en ligne tout ce qu’il y a de plus simple. 4. Realtime Board est un outil proposant la meilleure interface. AWW est un service en ligne ultra simple. 6. 7. Connaissez-vous d’autres services en ligne pour avoir un tableau blanc collaboratif ? Etiquettes : En lignetableau blanc Description de l'auteur Cédric blog depuis mars 2009 sur Autour du Web.

Liste réactualisée : 100 sites pour consommer sans posséder La liste réactualisée de ces 100 sites qui méritent d’être soutenus et popularisés et qui ne peuvent qu’aider. Mais si ces sites ont leur importance, il ne faut pas oublier non plus ceux qui en sont à l’origine ou qui relaient cette liste et qui eux aussi, font leur part du colibri. Chaque action, aussi minime soit-elle, est toujours un pas en avant pour tenter de changer l’ordre des choses pour un monde meilleur, alors vous aussi, faites circuler cette liste, vous aussi, faites « votre part du colibri« . Dernière mise à jour de cette liste que nous avions publiée l’année dernière.Si vous avez des liens utiles à partagerdans les commentaires,surtout n’hésitez pas ! Alimentation, autopartage, troc… voici une liste d’initiatives françaises de consommation collaborative.

La Ruche qui dit oui, ou la disruption des supermarchés LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Hazard (Président du comptoir de l'innovation) Avec l’arrivée du numérique et des nouvelles technologies, les entrepreneurs inventent de nouveaux modèles économiques qui modifient en profondeur nos modes de production, le marché de l’emploi et notre façon de travailler. Dans cette rubrique, Nicolas Hazard décrypte les grandes tendances de ces entreprises qui changent l’économie et fait chaque mois le portrait d’une start-up qui illustre la manière dont notre société se transforme. Quand on est citadin, il est agréable de flâner dans les marchés alimentaires des week-ends pour changer des hypermarchés. Au contact des commerçants, on redécouvre l’authenticité des produits. La Ruche qui dit oui est l’un des succès récents de l’économie collaborative qui surfe sur la vogue de la consommation de proximité. Ces derniers livrent leur marchandise dans une « ruche » (un point relais) dans lequel les consommateurs viennent les chercher.

Devine qui vient nicher chez moi ? - Partager vos observations Pour la cinquième année consécutive, la LPO invite le grand public à participer à la grande enquête participative « Devine qui vient nicher chez moi ? » Mésange charbonnière (Parus major) - Crédit photo : Fabrice CahezDu 15 avril jusqu’au 30 septembre, cette opération de grande ampleur offre une excellente occasion d’évaluer l’état de santé d’une partie de l’avifaune nicheuse sur notre territoire et de sensibiliser petits et grands à la protection de la nature de proximité. Dans un premier temps, tout propriétaire de terrain est invité à poser des nichoirs pour favoriser la reproduction des espèces d’oiseaux cavernicoles en déclin partout en France (Chevêche d’Athéna, Petit-duc scops, Huppe fasciée, Rougequeue à front blanc…). Chacun pourra saisir facilement ses observations sur un module mis en place sur le site internet de la LPO La LPO a ainsi pu recueillir et analyser 1364 réponses relatives à l’occupation (ou non) des nichoirs. Comment participer ? Les espèces concernées par l’enquête

Guide pour créer un tiers-lieu (à destination des collectivités) La Caisse des Dépôts via son département développement numérique des territoires a publié en mars 2015, un dossier méthodologique et pratique (en libre téléchargement) : Télécentres & Tiers-lieux, un guide pour les collectivités locales (80 pages, en pdf). Ce guide est destiné aux collectivités locales désireuses de s’inscrire dans une démarche de création de tiers-lieu (autrement nommé lieu partagé) sur leur territoire. Guide pratique et méthodologique Ce guide s’appuie sur des expériences récentes et présente des clés de compréhension quant à l’émergence de ces lieux innovants, de leurs différentes dimensions (ressources humaines, économiques, juridiques, impact social…) ainsi que des éléments méthodologiques pour le montage et le succès d’un projet de tiers-lieu. Créer un tiers-lieu : guide (table des matières) Editorial Préambule : contexte et objectifs du guide De quoi parle-ton ? Licence : Contrat spécifique : merci de prendre contactGéographie : France

Ruche qui dit oui, Amap : ce qu'en pensent les paysans Distribution de la « Ruche qui dit oui » du marché de Lerme, à Bordeaux (DR) Les Amap (associations pour le maintien de l’agriculture paysanne) critiquent les « Ruche qui dit oui », parce qu’elles margent sur les ventes des producteurs et des consommateurs. Qu’en pensent les paysans et responsables aquitains adhérents à ces circuits courts ? Pour démêler le vrai du faux, jouons à « la Ruche qui dit ni oui ni non ». Saurez vous répondre à ces quatre questions sur « La Ruche qui dit oui » sans dire « oui » ou « non » ? Les Amap ont-elles les abeilles contre la « Ruche qui dit oui » ? La « Ruche » fait-elle son miel sur le dos des petits producteurs ? La « Ruche qui dit oui » est-elle à la solde du grand capital ? Les « abeilles » sont-elles des consommateurs qui papillonnent ? Les Amap ont-elles les abeilles contre la « Ruche qui dit oui » ? Paradoxe apparent : c’est un apiculteur de Loire Atlantique qui a décoché le dard le plus venimeux contre les Ruches. Des Ruches non grata à Alternatiba

Collaboration / Coopération Un article de Wiki Paris Descartes. Des clés pour comprendre l'Université numérique « Plus qu’un travail de groupe, des stratégies pédagogiques variées sont développées pour apprendre ensemble. « La collaboration et le partage de connaissances facilitent l’ apprentissage , lequel est essentiellement considéré comme un processus social qui accorde une place prépondérante aux interactions sociales (e.g., Doise & Mugny, 1981 ; Vygotsky, 1985 ; Webb & Palincsar, 1996). Avec le Web 2.0 sont apparues les interfaces qui permettent aux internautes d'interagir à la fois avec le contenu des pages mais aussi entre eux : le web est devenu interactif, communautaire et collaboratif. Collaboration « Travailler ensemble » : élaboration en commun d’une solution négociée et consensuelle. « Dans le cas d’un travail collaboratif, il n’y a pas de répartition a priori des rôles : les individus se subsument progressivement en un groupe qui devient une entité à part entière. Voir : des outils collaboratifs .

L’innovation sociale a fait l’objet d’un colloque international | Independenc... Du 6 au 8 mai dernier, l’Université de Montréal accueillait la 6e Réunion mondiale des associations d’universités (GMA), consacrée cette année au thème de «l’innovation sociale : défis et perspectives pour l’enseignement supérieur». Organisé conjointement par l’Association Internationale des Universités (AIU), l’Université de Montréal et l’Organisation Universitaire Interaméricaine (OUI), l’évènement a réuni plus de 75 hauts dirigeants universitaires, venus des quatre coins de la planète pour mettre en commun leurs réflexions et leurs expériences, mais également leurs visions respectives du rôle des universités dans l’innovation sociale. Le recteur Guy Breton a ouvert le colloque en rappelant que «notre grande force de frappe, ce sont nos étudiants». Les conférences et les ateliers se sont articulés autour des cinq axes suivants : Les réunions mondiales des associations ont lieu tous les deux ans. Source : Vice-rectorat aux relations internationales et à la Francophonie Visit our Home Page

La ruche Qui Dit Oui ! Des eco--‐millionnaires, des bobos et les gogos de la farce… Article à paraître dans Campagnes solidaires, mensuel de la Confédération paysanne, publié avec le soutien des amis de la Confédération paysanne. Les auteurs (Olivier et Sophia Lamri) sont membres de cette organisation. Article + références sous format pdf en annexe (voir en bas de page). NB : A la suite des échanges en commentaires, des rectifications ont été apportées; elles figurent dans le corps du texte ci-dessous et en PJ (V2), de façon à ce que les échanges restent compréhensibles aux nouveaux lecteurs. « La Ruche qui dit oui ! La Ruche qui dit oui ! le modèle économique de l’entreprise est très intéressant. (…)La Ruche qui dit oui ! La Ruche Qui Dit Oui ! Comment ça marche ? Un auto-entrepreneur met en relation des clients dans son quartier avec des producteurs via la plateforme Internet La Ruche Qui Dit Oui ! La Ruche Qui Dit Oui ! Peut-on parler de circuit-courts quand se greffent trois intermédiaires entre le consommateur et le producteur, comme dans un hypermarché :

Conclusion - Coop-connect : Tiers-lieux pour travailler autrement ! La question de la transformation des modes de travail est un sujet sociétal prioritaire. C’est une question de compétitivité des activités économiques mais aussi d’attractivité territoriales. Pourtant, les changements sont difficiles à mettre en œuvre, les résistances sont nombreuses. Certains sont évidentes et ont été confirmée par les grandes études nationales sur le télétravail et les tiers lieux : CAS/Roland Berger, John Lang Lassale, CDC/région île-de-France. Certains paramètres comme l’évolution du coût des transports, les questions sanitaires et le renforcement probable par les évolutions climatiques ont été trop peu pris en compte. En toute logique, l’éloignement des centres villes, des quartiers d’affaires et des zones d’activités renforce le problème. Les freins sont nombreux et souvent fondés sur des habitudes, celles du management, celles de la difficulté à préférer une logique de possession à celle de la mutualisation.

La consommation collaborative Parmi les nouvelles tendances de consommation qui se sont développées ces dernières années et qui sont favorisées par la crise économique actuelle, la consommation collaborative est certainement l’une des plus intéressantes. Elle a même été citée par le très sérieux Time Magazine comme l’une des dix idées qui vont changer le monde ! Cette forme de consommation peut se manifester de nombreuses manières, puisqu’il peut s’agir de louer, prêter, partager ou encore échanger des biens ou des services, tout en créant de nouvelles formes de lien social. Facilitée par le développement des réseaux sociaux et plus généralement des communautés sur internet, la consommation collaborative est actuellement en plein boom, et touche de nombreux secteurs d’activité. Voici les 3 grands types de consommations collaboratives, ainsi que quelques exemples de sites internet correspondants : Pour en savoir plus :

Related: