background preloader

Pedagogiedesmedias - Le conflit socio-cognitif

Pedagogiedesmedias - Le conflit socio-cognitif
A) Selon les psychologues :Selon Piaget, quand l’individu perçoit un conflit entre ses structures mentales et le monde extérieur, il élabore de nouvelles structures mentales, par accommodation, c’est le conflit cognitif.Piaget met donc l’accent sur la confrontation avec l’environnement physique.Pour le courant socioconstructiviste, les interactions entre individus sont envisagées comme source possible de progrès dans l’apprentissage.Ainsi Doise et Mugny vont comparer l’efficacité d’une tâche menée en groupe ou menée individuellement.Ils arrivent à la conclusion que la tâche collective peut conduire à un résultat supérieur. Les interactions sociales sont ici observées entre enfants et non plus seulement entre l’enseignant et l’enfant.Perret-Clermont va étudier, quant à elle, l’impact des interactions entre enfants sur leur raisonnement et leur niveau de développement.Elle constate que les enfants travaillant en groupe progressent davantage surtout les moins avancés.

http://pedagogiedesmedias.wikispaces.com/Le+conflit+socio-cognitif

Related:  Théories de l'apprentissagekoat14PédagogiesPEDAGO

3 mythes sur le cerveau qui influencent possiblement votre façon d’enseigner Le fait de mieux comprendre le cerveau aide-t-il à mieux éduquer? C’est la question à laquelle tentent de répondre certains chercheurs, dont Steve Masson, professeur en neuroéducation à l’Université du Québec à Montréal. La neuroéducation est une nouvelle science qui se veut une approche complémentaire aux recherches déjà existantes en éducation. Ce qui distingue les travaux de M. Masson est qu’il utilise l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour étudier les différentes parties du cerveau de l’apprenant. Construire le savoir avec les étudiant-e-s 30 juillet 2010 par Amaury Daele Cet article complète plusieurs notes déjà publiées sur la thématique du conflit sociocognitif (avant de lire cette note, j’ai presqu’envie de suggérer d’aller revoir les épisodes précédents… ;-) ). Une auteure dont je n’ai pas encore parlé dans ce cadre est Britt-Mari Barth qui a publié en 1993 (2ème édition 2002) un livre intitulé "Le savoir en construction" dont les objectifs sont de décrire les mécanismes d’apprentissage et de changement conceptuel chez les étudiant-e-s et de proposer des pistes d’action en classe. Je reprends ici quelques extraits de cet ouvrage pour présenter ce que l’auteure appelle le "dialogue cognitif". Je résume aussi quelques conseils qu’elle donne aux enseignant-e-s pour amener les étudiant-e-s à entrer dans ce dialogue. Ces trois niveaux de confrontation se retrouvent à différents moments dans un séminaire ou dans un cours:

L'École numérique » E-learning : la pédagogie avant tout Comment placer la pédagogie au centre de l’usage des nouvelles technologies en tenant compte des spécificités qu’induisent ces nouveaux outils ? Tel est l’objectif auquel doit avant tout répondre le e-learning. Souvent, l’usage des nouvelles technologies dans la formation et l’enseignement consiste à médiatiser des ressources pédagogiques qui sont déposées sur une plateforme ou un ENT. Les enseignants concentrent fréquemment leur énergie sur la médiatisation des ressources parce qu’ils appréhendent une difficulté technique, ou parce qu’ils se laissent séduire par les possibilités techniques des outils à disposition. On peut le constater quels que soient les outils utilisés (TBI, mise en ligne de parcours à distance, etc.). Le problème, c’est que l’impact négatif de ces pratiques sur l’apprentissage est réel.

Lev Vygotski (1896-1934). Pensée et langage Le développement de l'enfant ne procède pas de l'individuel vers le social, mais du social vers l'individuel. Telle est l'une des thèses développées par Vygotski et qui, soixante ans après, sert de fondement à de multiples recherches contemporaines. Quels rapports la pensée et le langage entretiennent-ils? C'est à cette interrogation majeure que le psychologue russe Lev Vygotski s'est efforcé de répondre dans son ouvrage, Pensée et Langage, paru en 1934 à Moscou.

Théories de l'apprentissage et activités FLE - Blog de Marc Oddou Auteur : Marc Oddou Introduction Les théories de l’apprentissage décrivent d’une certaine manière la position de l’enseignant et de l’élève face au savoir ainsi que la posture de l’enseignant face à la mise en place des activités. La psychologie cognitive: ses origines La psychologie cognitive vient à la fois de la philosophie et de la biologie. Les grecs distinguaient déjà la médecine du corps de celle de l'âme où deux visions s'opposaient, celle d'Aristote qui stipulait que le savoir vient des sens et de l'expérience (théorie génétiste) et celle de Platon (théorie innéiste) qui estimait que le savoir se crée bien avant la naissance des individus. C'est Wolff qui au XVIIIème siècle répand l'usage du mot psychologie avec deux concepts: Psychologie Empiria (empirique: basée sur l'expérience) et Psychologia Rationalis (rationnelle: basée sur la philosophie)

10 idées reçues formation à distance Les diplômes sont plus faciles à obtenir qu'en présentiel : VRAI et FAUX "Oui et non. D'abord, ce n'est pas du tout la même manière d'étudier. Concept du socio-constructivisme - Rp70110 CONSTRUCTIVISME ou SOCIO-CONSTRUCTIVISME ? Depuis 1978, les recherches sur la notion de conceptions préalables ou représentations initiales permettent aujourd'hui de distinguer trois grandes positions en éducation: Cette pédagogie, appelée "magistrale" ou "frontale" s'inspire des travaux de John Locke.

bdp.ge.ch/webphys/enseigner/3modeles.html Source: Arsac, G., Germain, G. & Mante, M. (1988). Problème ouvert et situation-problème. Lyon: IREM n° 64 (Institut de Recherche pour l'Enseignement des Mathématiques), Université Claude Bernard. Les trois modèles très succinctement décrits ci-dessous sont autant de manières d’envisager les processus d’apprentissage. Ils constituent dès lors, pour l’enseignant, trois angles de vue possibles pour observer et tenter de comprendre ce qui se joue dans sa classe. Histoire des sciences cognitives L'histoire des sciences cognitives est-elle vraiment celle d'une révolution qui ravage tout sur son passage? En réalité, au fil de leurs conquêtes progressives, les sciences cognitives n'ont cessé de diversifier leurs approches, leurs modèles et leurs niveaux d'analyse. Récit d'une aventure scientifique.

E. Bautier : " L'évaluation par compétences peut laisser de coté des choses fondamentales" Professeure en sciences de l'éducation à Paris 13, Elisabeth Bautier a fait bénéficier de son expertise la Conférence sur l'évaluation. Elle revient sur l'accompagnement au changement, l'évaluation bienveillante et l'évaluation par compétences en démystifiant certains points. Pour elle, " il faudrait davantage de travail et de formation des enseignants sur la compréhension". Lors de la conférence sur l'évaluation vous avez mis en garde sur "le risque de la bienveillance". Que voulez-vous dire ?

Eviter les pièges de la pensée Un biais cognitif est une forme de pensée qui met en oeuvre de manière systématique des distorsions dans le traitement de l'information. Ces biais, qui sont en général inconscients, peuvent conduire à des erreurs de perception, de raisonnement, d'évaluation, d'interprétation logique, de jugement, d'attention, etc., ainsi qu'à des comportements ou à des décisions inadaptées. L'étude de ces biais montre à quel point notre expérience du monde, nos pensées et nos comportements sont nettement moins libres qu'on ne l'imagine. Vous trouverez ci-dessous un répertoire des biais cognitifs les plus courants, classés en quelques grandes catégories. Il n'est pas nécessaire, je pense, d'essayer de retenir les noms que leur ont donnés les spécialistes. Cependant, il me paraît important d'en connaître leurs descriptions pour pouvoir les repérer lorsqu'on y est confronté dans la vie de tous les jours.

Related: