background preloader

Association pour le maintien d'une agriculture paysanne

Association pour le maintien d'une agriculture paysanne
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Panier provenant d'une récolte encadrée par une AMAP Une association pour le maintien d'une agriculture paysanne, ou AMAP, est, en France, un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une exploitation locale (généralement une ferme), débouchant sur un partage de récolte régulier (le plus souvent hebdomadaire) composée des produits de la ferme. L'AMAP est un contrat solidaire, basé sur un engagement financier des consommateurs, qui paient à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie. Ce système fonctionne donc sur le principe de la confiance et de la responsabilité du consommateur; il représente une forme de circuit court de distribution. Principes[modifier | modifier le code] Une AMAP est : pour le consommateur, des aliments frais, de saison, souvent biologiques, produits à partir de variétés végétales ou races animales de terroir ou anciennes ;un prix équitable pour les deux partenaires. Localisme Related:  Consommer local

AMAP de Bien Assis- Clermont-Ferrand 63 Les autres AMAP de Auvergne Map Data Map data ©2015 Google Map Satellite Coordonnées Adresse de correspondance:Maison des Associations11, rue des Saulées 63400 Chamalières Envoyer un e-mail Lieux de distribution NOUVELLE ADRESSE DE DISTRIBUTION depuis février 2013Foyer-Club des jeunes6 rue Paul Lapie 63400 Chamalières Contacts Cyril CHATEAUTél. : 06 86 78 68 33Envoyer un e-mail AMAP bio de Chamalières L'AMAP bio de Chamalières propose, en biologiques ou en conversion :- légumes (divers selon la saison)- poissons (truites + fumées + terrine + rillettes - selon saison)- pains- pâtes fraîches et sèches- produits équitables- fromages : saint-nectaire, tome, chèvre (nature, sarriette et poivre, frais et affiné) et vache- volailles- bœuf et veau- porc- agneau- lait- œufs- plantes sauvages (séchées, aromatiques ou infusions)- huiles (colza, noix, tournesol)- farines (blé, seigle, épeautre)- lentilles. Distribution tous les lundis de 18h30 à 20h. Année de création : 2008.

7 idées pour consommer local et pas cher ENVIRONNEMENT - Consommer local n'a jamais eu autant le vent en poupe. Comme le souligne la blogueuse Anne-Sophie Novel, "manger local, c'est retrouver un lien au temps, aux saisons, aux saveurs." En fait, consommer local, c'est retrouver le bon goût des vacances chez mamie, ses confitures, ses tartes au coing, le marché aux fleurs... Consommer local a pour avantage de favoriser les circuits courts: plutôt que d'acheter un yaourt dont l'emballage vient d'Angleterre et les ingrédients de Bulgarie, on l'achète au marché, à un laitier qui a fait lui-même son produit. Par ailleurs, comme le souligne une enquête effectuée par le Ministère de l'écologie en mars 2013, le consommer local permet de rapprocher le producteur du consommateur. Non, le local n'est pas ruineux! À l'inverse, un produit commercialisé en supermarché ne permet pas une traçabilité parfaite et la certitude à 100% que ce que l'on achète est vraiment ce que l'on consomme. Problème: tout ça est cher, très cher. Close Les Amap

Produire et consommer local Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. Pourquoi produire et consommer local ? Le secteur du transport est une source de pollution importante. Le transport des marchandises en fait partie : transport par avion de produits frais tels que les fruits exotiques, transport par routes... De plus, favoriser la consommation de produits locaux, c'est aussi soutenir les petits producteurs locaux et éviter (voire réduire) le développement d'exploitations de grandes tailles, mono- produits (renforçant la dépendance du producteur vis-à-vis de problèmes économiques, climatiques...) aux techniques de production intensives et polluantes, qui feront transporter leur production à travers tout le pays voire au-delà. En choisissant de préférence les produits locaux aux produits ayant nécessités du transport En évitant la consommation de produits "exotiques" En s'approvisionnant auprès des producteurs locaux, soit directement sur leur exploitation, soit sur leurs lieux de vente comme les marchés.

Je mange LOCAL - Dispositif national de valorisation des productions locales : Le locavore L’incroyable enjeu du « local » Comment ne pas se réjouir du développement de ce nouveau rapport à l'alimentation, qui redonne au « consomm’acteurs » le pouvoir sur son assiette ! L’éthique du Petit Producteur a toujours contenu, au-delà de l’identification du producteur sur ses étiquettes (traçabilité et transparence) le « manger local et de saison » (« je mange local », ou « direct producteur », etc.) Les consommateurs, peu ou prou éco-responsables , souhaitent aujourd’hui privilégier et manger des produits locaux et de saison (tous les aliments, ou presque, doivent avoir parcouru moins de 160 km pour arriver dans les assiettes). Comme ils ne sont pas des intégristes, ils s’autorisent, bien sûr, des exceptions dites «de Marco Polo » (sel, poivre, épices, fruits exotiques, café, thé, spécialités régionales ou produits de la mer, etc. qu’ils ne trouvent pas à proximité). La motivation des locavores est variée et légitime : Comment sont acheminés les fruits et légumes ?

Cinq applis pour consommer local Vous êtes locavores ou souhaitez le devenir ? Voici cinq applications sur lesquelles vous pourrez compter dans n’importe quelle situation pour trouver les meilleurs producteurs locaux ! Keldelice, les bons plans du terroir du Crédit Agricole Cette application propose un très grand choix d’endroits où trouver les meilleurs produits du terroir avec pas moins de 10 000 producteurs, tous géolocalisés. Vous avez également la possibilité de visionner des photos de l’exploitation, de savoir quels sont les produits vendus et un détail, néanmoins important, de voir si les producteurs sont présents sur les marchés du coin. Le plus ? L’application est disponible en téléchargement sur l’Apple Store et Google Play . Bienvenue à la ferme Plus de 6 000 agriculteurs sont présents sur cette application qui vous propose de découvrir les bons plans de nos régions. Le plus ? Elle est disponible sur Iphone et Androïd. 200 km à la ronde Le plus ? Retrouvez cette application sur le réseau social Facebook. Le plus ?

ADML63 | Association pour le développement de monnaies locales dans le Puy de Dôme Manger local, un modèle pour tous ? Consommer des produits de saison cultivés localement est d’ors et déjà possible. C'est même une action militante et citoyenne tout à fait admirable. Ça s'appelle les circuits courts. C'est exactement comme décider un beau jour de printemps de quitter sa vie de citadin pour aller élever des chèvres dans le Larzac... On le sait aujourd'hui, c'est exemplaire et même salutaire. Un choix et une discipline de vie On peut tout à fait décider un jour que faire les courses est devenu deux à trois fois par semaine (c'est un minimum si vous voulez de la salade fraiche) une belle balade champêtre à bord de son pick-up (10 à 15 l/100 km) entre les différentes exploitations agricoles pour acheter légumes, oeufs et volailles, produits laitiers, viandes, etc... Les circuits courts sont plus polluants Heureusement, mère nature, dans sa grande bonté, a prévu l'alternative en faisant apparaître la vente directe et les AMAPS. Y'a pas que la pollution dans la vie, il y a les impôts aussi. Et l'urbanisme ?

Related: