background preloader

Genre, le désaccord

Genre, le désaccord
Dans la grammaire, le masculin l’emporte sur le féminin. Cette règle qui régit l’accord de l’adjectif exaspère les féministes. L’Académie française acceptera-t-elle de la réformer ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne Chemin La France est sans doute l’un des seuls pays au monde où les esprits s’échauffent sitôt que l’on évoque une réforme, même prudente, de la grammaire ou de l’orthographe. En 1990, la disparition de certains accents circonflexes – voute ou paraitre – et la soudure de quelques mots composés – portemonnaie ou pingpong – avaient fait frémir les puristes : l’aval de la prestigieuse Académie et du Conseil supérieur de la langue française n’avait pas suffi à apaiser la sainte colère des défenseurs de l’orthodoxie. En France, on ne plaisante pas avec la langue. Aujourd’hui, certaines féministes rêvent pourtant de bousculer ce bel ordonnancement linguistique régi par une institution vieille de bientôt quatre siècles. Car l’Académie veille.

PSYCHOLOGIE • Contre la dictature du rose Est-ce vraiment la couleur de prédilection des petites filles ? Ou, comme le soupçonne la spécialiste de l’enfance Peggy Orenstein, un goût induit par les pros du marketing ? Je vais vous avouer un secret : j’ai passé près de vingt ans de ma carrière de journaliste à écrire sur les filles, à réfléchir aux filles et à la façon de les élever. Et, pourtant, quand j’ai été enceinte, l’idée d’avoir une fille m’a terrifiée. Puis j’ai eu la preuve irréfutable à l’échographie et j’ai soudain réalisé que j’avais toujours désiré – à la folie, passionnément – avoir une fille. Daisy était bien sûr le plus beau bébé du monde. J’ai vite déchanté. Que se passait-il ? Non mais, franchement, depuis quand toutes les petites filles sont-elles des princesses ? Un monde monochrome Le Salon international du jouet de New York est la plus grande manifestation du secteur, avec près de 100 000 articles exposés sur plus de 30 000 m². “Est-ce bien nécessaire tout ce rose ?” Vraiment ? Booster les ventes

Françoise Héritier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Françoise Héritier Anthropologue et ethnologue française XXe-XXIe siècles Françoise Héritier à Strasbourg, en 2009. Biographie[modifier | modifier le code] Dans la continuité du principal théoricien du structuralisme, Françoise Héritier approfondit la Théorie de l'Alliance et celle de la Prohibition de l'inceste, établies communément sur la notion de circulation des femmes. Son successeur à la chaire d'anthropologie est Philippe Descola. Elle est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence. En juillet 2011, elle intègre l'équipe de campagne de Martine Aubry pour l'élection présidentielle de 2012 chargée avec Caroline De Haas de la thématique « Femmes[5] ». Sur les différences femmes/hommes[modifier | modifier le code] Plus précisément, selon Françoise Héritier : « L'alimentation des femmes a toujours été sujette à des interdits. Ouvrages[modifier | modifier le code]

Sexisme dans le langage — Wikirouge Il existe des reflets du sexisme dans le language, écrit ou oral, avec des degrés divers selon les langues et leur histoire. Un reflet d'une domination bien réelle Si le langage est sexiste, ce n'est pas un hasard. Masculin comme genre neutre En français, le masculin est employé comme genre neutre, et par conséquent c'est le féminin qui est le genre "marqué". Verbalement, les femmes sont donc rendues invisibles dans un groupe humain. Cela se traduit encore plus nettement dans la règle explicite du "masculin qui l'emporte sur le féminin". "Le masculin l'emporte sur le féminin" Beaucoup de langues ont en commun d'adopter une même règle de grammaire sexiste pour l'accord des adjectifs, la règle "le masculin l'emporte sur le féminin". Cette règle est pourtant datée. C'est au 18ème siècle que la règle du masculin est affirmée, dans une période d'absolutisme triomphant où les hiérarchies traditionnelles sont lourdement réaffirmées. Féminisation - dévalorisation Exemple : "femmelette", "tapette"...

S'entraîner sur les homophones Exercices sur les homophones Exercices sur les à, as, a se, ce ces, ses, c'est, s'est, sais, sait et, est là, la, l'as, l'a leur, leurs on, ont ou, où peu, peux et peut son, sont « La domination masculine est encore partout »Entretien avec Françoise Héritier Cette anthropologue de renom, disciple de Lévi-Strauss, va faire grincer des dents *. Alors que l'époque salue la progression sociale des femmes, Françoise Héritier démontre que cette idée est fausse et qu'au contraire la suprématie masculine reste universelle.Dans un précédent ouvrage, l'anthropologue Françoise Héritier démontrait que la différence des sexes est à l'origine de toute pensée. Elle racontait les premiers humains, observant la nature, regardant leur corps et découvrant qu'il y a du mâle et du femelle, du sperme et du sang, du jour et de la nuit, du chaud et du froid, de l'humide et du sec. Cette catégorisation binaire, faite « aux aubes de l'humanité », structure la pensée. Aujourd'hui, la disciple de Claude Lévi-Strauss, professeur au Collège de France, va plus loin. Elle démontre que la suprématie masculine est universelle.

« Girls Do Science », quand Microsoft encourage les filles à faire des sciences Microsoft invite les petites filles qui aiment les sciences à continuer à créer et inventer, même si des gens leur font croire que c’est une affaire de garçons. 7 filles sur 10 sont intéressées par les sciences. Pourtant, 2 sur 10 seulement en feront leur carrière. C’est en partant de ce constat que Microsoft propose d’essayer de changer les choses, et de réduire l’écart entre ces deux chiffres. À lire aussi : LEGO lance un nouveau set de femmes très cool ! Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Microsoft a donc mis en ligne Girls Do Science, une publicité qui encourage les petites filles qui aiment les sciences à continuer à faire des sciences, si l’envie et l’intérêt qu’elles ont ne les quittent pas. À lire aussi : GoldieBlox et sa géniale pub féministe avec des petites filles À lire aussi : L’Oréal pour les Filles et la Science, un programme nécessaire Cette vidéo est à la fois adorable (ces petites filles le sont, adorables.

Françoise Héritier, l'entretien inédit : "Depuis toujours, la femme est une marmite" Les noms qui bercent l'enfance de Françoise Héritier sont ceux de villages auvergnats : La Chapelle-Agnon, Saint-Amant-Roche-Savine ou Grand-val. Dans ce monde rural, elle « panse » les bêtes, participe aux fenaisons, brode, « rapetasse » les pantalons, fabrique des chapelets. Mais c'est aussi dans ce lieu qu'elle assiste à l'injustice dont les femmes sont victimes : à l'heure du repas, les prétendues maîtresses de maison ne s'assoient pas à table, mais servent tout le monde debout et attendent. Le chef de famille, ses enfants, les domestiques et valets mangent d'abord. Dans la conversation inédite qui suit, menée dans le cadre des grands entretiens menés en vue de la parution prochaine du second volume du Panorama de la pensée d'aujourd'hui (Pocket, coll. « Agora »), Françoise Héritier contribue à sa manière au débat provoqué par les hashtags Twitter #MeToo et #BalanceTonPorc qui éclatera juste après sa disparition. Quelles réponses ont été données dans l'histoire à ces questions ?

L'Homme: "La seule espèce dont les mâles tuent les femelles" Françoise Héritier est anthropologue, professeure émérite au Collège de France. elle travaille notamment sur la parenté, les systèmes d'alliances et la question du genre. elle est l'auteure de Masculin/Féminin: dissoudre la hiérarchie. (Photo Xavier Romeder pour Sciences et Avenir) Que dit-on de l’Homme ? On répond spontanément à cette question qu’il est à la fois un animal comme les autres et unique en son genre. Le seul à se tenir debout, capacité considérée par la philosophie comme le point d’ancrage de la conscience. Le seul à avoir développé des mains préhensiles, un grand cerveau, un gosier apte au langage. Le seul capable de transmettre de l’information sous forme de représentations. On objectera qu’il arrive que des animaux tuent des bébés au sein. douce, acceptante et soumise. Pourquoi, alors qu’il y a toujours deux sexes dans chaque espèce, seul le sexe féminin est-il capable de reproduire charnellement l’un et l’autre ?

Françoise Héritier Françoise Héritier en 2009 Directrice d'étude à l'EHESS, elle a aussi succédé à Claude Lévi-Strauss au Collège de France, inaugurant la chaire d'Étude comparée des sociétés africaines. Lévi-Strauss voyait en elle son successeur[2]. Biographie[modifier | modifier le code] Dans la continuité du principal théoricien du structuralisme, Françoise Héritier approfondit la théorie de l'alliance et celle de la prohibition de l'inceste, établies communément sur la notion de circulation des femmes. Comme Claude Lévi-Strauss et comme son successeur Philippe Descola, Françoise Héritier est d'abord directrice d'études à l'EHESS, puis le reste après son élection à la chaire d'anthropologie du Collège de France (succédant à Claude Lévi-Strauss)[3]. De 1998 à 2001, elle est membre du Comité d'éthique du CNRS[5]. Ayant eu comme époux Michel Izard[4] puis Marc Augé[6], elle a signé certaines de ses œuvres sous les autres noms de Françoise Izard-Héritier et Françoise Héritier-Augé.

Comment bien utiliser Qui s’y frotte s’y pique ! – Prévention des violences sexuelles L’ouvrage Qui s’y frotte s’y pique ! ou Comment Mimi a appris à dire NON, de Marie-France Botte et Pascal Lemaître réalisé en partenariat avec l’Unicef est l’un des nombreux livres jeunesses qui vise à prévenir les violences sexuelles dont pourraient être victimes les enfants. Pour cela, nous suivons les aventures de Mimi Fleur de Cactus, toujours accompagnée de son hérisson Gaston. Mimi Fleur de Cactus va rencontrer un monsieur dans les vestiaires de la piscine, un autre au parc, son amie Sarah sera bien ennuyée par Jean, un ami de la famille, Mimi et Ali croiseront une dame inconnue qui les invite à manger un gâteau au chocolat, Tom un autre ami de Mimi sera embêté par monsieur François, quelqu’un qui lui fait faire des activités tous les mercredis. Nous accompagnons ainsi Mimi dans ses réactions, ses choix et ses conseils auprès de ses amis et face à différentes situations qu’elle et ses amis peuvent vivre. Les objectifs de ce livre sont également de permettre : WordPress:

Catherine Vidal : "Convoquer la biologie pour justifier les inégalités femmes/hommes ne date pas d'aujourd'hui" Catherine Vidal, neurobiologiste, est l'invitée d'Ali Baddou à 7h50. Catherine Vidal nous parle du cerveau; Comment se forme-t-il? Peut-on définir le genre d'un cerveau? "C'est une question éternelle", explique la neurobiologiste. "Convoquer la biologie pour justifier les inégalitées est un sujet qui ne date pas d'aujourd'hui. un homme forcément bagarreur et une femme faible avec des émotions, on en est plus là ! "Il n'existe pas de relation entre la taille du cerveau et l'intelligence. Le genre ne nie pas la réalité biologique, le genre se construit en interaction avec l'environnement

Comportements de santé des jeunes d'âge scolaire au Canada : Un accent sur les relations Tableau des matières Avant-propos Nous avons l'honneur de présenter le rapport national de 2014 Les comportements de santé des jeunes d'âge scolaire (Enquête HBSC) au Canada : un accent sur les relations, enquête nationale qui amorce sa 26e année d'existence au Canada. Des relations saines sont essentielles pour assurer la transition vers la vie adulte, développer une résilience et se protéger contre la maladie. Le rapport de 2014 examine les influences du soutien de la famille, du climat scolaire, du soutien de la collectivité et du soutien des amis sur les résultats de santé des jeunes. La promotion de relations saines est associée à un développement positif chez les enfants sur le plan des compétences physiques, émotionnelles, comportementales et cognitives – qui soutiennent toutes le bien-être général de nos jeunes. Krista OuthwaitePrésident Gregory Taylor, BSc, MD, CCFP, FRCPC Administrateur en chef de la santé publique Remerciements Résumé L'enquête de 2014 Chapitre 1: Introduction Autre

Related: