background preloader

Genre, le désaccord

Genre, le désaccord
Dans la grammaire, le masculin l’emporte sur le féminin. Cette règle qui régit l’accord de l’adjectif exaspère les féministes. L’Académie française acceptera-t-elle de la réformer ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne Chemin La France est sans doute l’un des seuls pays au monde où les esprits s’échauffent sitôt que l’on évoque une réforme, même prudente, de la grammaire ou de l’orthographe. En 1990, la disparition de certains accents circonflexes – voute ou paraitre – et la soudure de quelques mots composés – portemonnaie ou pingpong – avaient fait frémir les puristes : l’aval de la prestigieuse Académie et du Conseil supérieur de la langue française n’avait pas suffi à apaiser la sainte colère des défenseurs de l’orthodoxie. En France, on ne plaisante pas avec la langue. Aujourd’hui, certaines féministes rêvent pourtant de bousculer ce bel ordonnancement linguistique régi par une institution vieille de bientôt quatre siècles. Car l’Académie veille. Related:  Réflexion // Points de vueLes stéréotypes

IRAN • Des 1 001 manières d'accommoder son voile Les Iraniennes rivalisent d'ingéniosité pour contourner les restrictions vestimentaires. Las de ces subversions, le gouvernement a voulu reprendre la main en promouvant une série de vêtements à la fois "islamiques et élégants". En Iran, la loi oblige les femmes à se couvrir la tête et le corps en public. Mais elles peuvent interpréter la loi à leur guise, ce qui donne lieu à une confusion persistante dans les rues. Certes, les principaux chefs religieux chiites conseillent aux femmes le port du tchador, ce vêtement traditionnel, généralement noir, qui couvre des pieds à la tête. Les conservateurs ne l'entendent pas de cette oreille. Choukoufeh Arabpour, 23 ans, avait très envie d'un manteau, comme on appelle les tuniques pour femmes en persan. Arabpour ne s'intéressait pas au concours, expliquant que, si cela ne tenait qu'à elle, elle porterait quelque chose comme la "tunique paon" plutôt qu'un tchador, qui laisse uniquement le visage à découvert. "Mon Dieu !

Noël : vos filles sont plus que des princesses « Vous aimez nous acheter de roses jouets. Et tout le reste est pour les garçons. Vous pouvez toujours nous acheter des poupées. Et nous deviendrons comme elles… artificielles. »* C’est avec ces paroles posées sur la musique de Girls des Beastie Boys, qu’une vidéo buzze et propose aux fillettes des jouets qui donnent envie de devenir ingénieurs. C’est bientôt Noël. Pendant 100 ans, les jouets ont inspiré les garçons à devenir des penseurs, des constructeurs et des inventeurs. Debbie Sterling, la fondatrice de Goldie Blox, a appris ce qu’était le métier d’ingénieur au lycée quand un prof de math lui a suggéré de poursuivre ses études dans cette voie. Persuadée que les vocations naissent tôt et que les parents, les fabricants et les boutiques ont une responsabilité dans leur proposition de jouets aux enfants, Debbie a créé sa propre marque de jouets : Goldie Blox. Pour Noël, quand vous serez dans les rayons de jouets, c’est plus qu’un cadeau que vous offrirez, ça peut être un avenir.

Israël: des militants dénoncent la ségrégation à bord de certains bus Cette action, qui s'est déroulée sans incident, survient alors que les discriminations à l'égard des femmes imposées par une frange radicale de Juifs ultra-orthodoxes ont suscité une vive émotion en Israël à la suite d'une série d'incidents qui ont contraint les dirigeants politiques à réagir. Les manifestants, des jeunes pour la plupart, sont montés dans les bus à l'entrée de Jérusalem, près de la gare centrale d'autobus, située à proximité de quartiers religieux, selon le photographe de l'AFP. Ils sont montés dans les véhicules par groupe de dix, les femmes prenant place à l'avant des autobus, sans provoquer de réaction des Haredim (littéralement les "Craignant Dieu") à bord, a-t-il précisé. La manifestation était organisée à l'appel d'organisations juives du courant réformiste, traditionnel défenseur de l'égalité hommes-femmes, et d'organisations qui font campagne depuis des années contre la ségrégation hommes-femmes dans les transports publics fréquentés par les ultra-orthodoxes.

Pantène part en guerre contre les idées reçues ! Pondu par Virginie le 10 décembre 2013 Pantène part en guerre contre les idées reçues et dévoile un spot criant de vérité sur la façon dont hommes et femmes sont perçu-e-s (et jugé-e-s) différemment. La marque de produits capillaires Pantène a décidé de se battre contre les étiquettes qu’on colle injustement aux femmes qui en veulent et a sorti un petit film de sensibilisation pour balayer les clichés. Dans le spot, les clichés les plus courants sont exposés : lorsqu’un homme se bat pour imposer ses convictions, il est persuasif. Quand un homme travaille tard au lieu de s’occuper de sa famille, il est dévoué. Lorsqu’un homme prend soin de lui, il est soigné. Le but de cette campagne est d’encourager les femmes à se mettre en avant, à sortir de la foule, malgré les réactions négatives que cela peut entraîner autour d’elles. Ça vous a plu ? Ne ratez aucun article de madmoiZelle.com ! Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre actu deux fois / semaine

Un beau-père tente de violer sa bru, elle lui coupe le sexe au couteau "Son mari n'était pas à la maison. Un jour, le beau-père a essayé d'avoir une relation sexuelle avec elle. Sa bru lui a alors coupé le sexe avec un couteau", a raconté à l'AFP un médecin de la province de Ghazni (est). L'homme n'a pu être traité à Ghazni et a été transporté vers un hôpital de Kaboul, a précisé ce médecin, qui a requis l'anonymat. Contactée par l'AFP, la police n'a pu apporter de précisions. Des faits semblables se sont produits récemment dans plusieurs pays d'Asie. Au mois d'octobre, une Vietnamienne de 30 ans vivant à Taiwan, lasse des frasques de son mari toxicomane, violent et infidèle, lui a coupé pendant son sommeil la moitié du sexe, qu'elle a jetée dans une rivière. Selon un rapport de l'ONG Oxfam paru en octobre, 87% des femmes afghanes affirment avoir subi des violences physiques, sexuelles ou psychologiques ou un mariage forcé. Belga

Les personnages féminins forts : bagarre mais pas seulement. Pour aller plus loin : - Mon article sur Musclor et Barbie que je mentionne dans cette note. - Deux articles sur Sansa (pré saison 5... HUMPF) : un en français et un en anglais ! VOILA ! EDIT : Suite à la répétition de certaines remarques, je réponds rapidement ici : - "Il n'y a pas de caractéristique féminines ou masculines, c'est de l'essentialisme" : OUI je suis BIEN D'ACCORD et c'est pour ça que dans cette note je parle de "caractéristiques dites 'féminines'" et de "dégenrer ces qualités".

AUSTRALIE • Pas de quoi rire de la crise des implants mammaires Après le scandale des implants frelatés PIP, la tentation de moquer la frivolité des femmes qui ont eu recours à l'augmentation mammaire est forte. Pourtant, la frivolité n'a pas grand-chose à voir avec la décision de se faire opérer, explique l'éditorialiste du Canberra Times. Trente mille femmes françaises et leurs dangereux seins explosifs. On dirait le scénario d'une série B gore à petit budget. Le vrai problème de ces implants mammaires, c'est qu'ils risquent d'éclater, entraînant ainsi des infections et des douleurs atroces. C'est ce qui est déjà arrivé à 1 000 des 30 000 Françaises qui s'étaient fait poser des implants fabriqués par l'entreprise Poly Implant Prothèse avant qu'elle ne fasse faillite. A première vue, on dirait ni plus ni moins un cauchemar chirurgical. L'augmentation mammaire est de loin l'acte de chirurgie esthétique le plus répandu au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et le nombre d'opérations est toujours en hausse, malgré la récession. Non.

La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation (Première partie) Contrairement à l’impression première que l’on a, la conversation n’est pas une activité à laquelle on se livre spontanément ou inconsciemment. Il s’agit d’une activité structurée, ne serait-ce que par son ouverture, ses séquences et sa fermeture, et elle a besoin d’être gérée par les participant-e-s. Nous parlerons indifféremment de conversations, de dialogues ou de discussions pour faire référence à tout échange oral. Nous les caractériserons par le fait qu’aucun scénario n’en a été fixé à l’avance et que ces conversations sont en principe égalitaires, à la différence des entretiens dirigés, des cérémonies ou des débats. La conversation est une forme fondamentale de communication et d’interaction sociale et, à ce titre, elle a une fonction des plus importantes. La longueur des contributions Nous nous référerons constamment au modèle de conversation décrit par Sacks H., Schegloff E. et Jefferson G. en 1974. Mais comment expliquer un tel décalage entre le stéréotype et la réalité ?

Et si on enseignait l'égalité hommes-femmes dès la crèche ? | Rue69 Tout au long de leur scolarité, les filles obtiennent de meilleurs résultats que les garçons. Mais au cours des études supérieures, les garçons reprennent l’avantage et sont les premiers à trouver un emploi, avec un salaire plus élevé. En cause, une orientation scolaire conditionnée par le genre, les stéréotypes et les attentes des parents : les femmes restent surreprésentées dans les filières littéraires (80%) et médico-sociales (95%), mais se font plus discrètes dans les grandes écoles. L’idée Pour lutter contre les idées reçues, depuis 1998, la Suède a mis en place une pédagogie dite « compensatoire », dans les écoles maternelles et les crèches. « Nous ne transformons pas les enfants. Pour permettre aux enfants de dépasser les assignations de genre, pas de rééducation donc, mais une évolution des pratiques, le changement ne pouvant être que progressif et global. En France, Florence Sarthou, chef de service des crèches du département de Seine-Saint-Denis, prend la mesure de la tâche :

Italie : « Les problèmes des femmes n'ont pas pris fin quand Berlusconi est parti » | StorItalia Les manifestants sur la piazza del Popolo à Rome, le 11 décembre 2011 (Flora Zanichelli) Mais où sont passées les Italiennes ? C’était la question qui venait à l’esprit dimanche lors de la manifestation des femmes organisée dans toute la péninsule sous la houlette du tout jeune comité féministe Snoq (pour « Se non ora, quando ? “, si c’est pas maintenant, quand ?). Piazza del popolo à Rome, une petite foule faisait grise mine face à l’énorme scène et l’écran géant. Et pour cause, seules 20 000 personnes avaient fait le déplacement dans la capitale italienne et 100 000 dans toute la péninsule, selon les dires du comité. Chapeautée par le comité Snoq, la manifestation du 13 février dernier a fait naître, à travers Snoq, un nouveau féminisme italien, opérationnel sur le Web, prêt à risposter à travers ses 138 factions disséminées sur tout le territoire. Femmes, mères et actives Dimanche, le comité Snoq a fait front à une nouvelle réalité. ‘Etre une femme aujourd’hui est devenu difficile’

Sept idées reçues sur la voix féminine | Rue69 Carla Bruni au Radio City Music Hall de New York, Etats-Unis, le 18 juillet 2009 (Brendan McDermid/Reuters) On la croyait bien calée dans son genre, au chaud dans ses petits poncifs : erreur. La voix a été mise à l’épreuve lors de la journée d’étude « Genre et voix » qui avait lieu à l’Ecole normale supérieure fin novembre. Les femmes ne muent pas C’est un fait méconnu, voire tu, néanmoins il existe : les petites filles expérimentent elles aussi cette modification de leur organe phonatoire. Dominique Moaty, chanteuse et professeur de chant de la maîtrise de Radio France, explique ce phénomène largement passé sous silence : « Longtemps ignorée et même niée, la mue féminine commence seulement à être reconnue comme réalité. Elle cite le mémoire d’Abasbhay Karimjee et Marion Bernoville, « La Voix et ses modifications chez les jeunes filles au cours de l’adolescence » : « La description de la voix la localise clairement dans son corps. Les femmes : voix de tête, les hommes : voix de poitrine

Grammaire : et si, du masculin ou du féminin, aucun ne l'emportait ? | Rue69 Nous l’avons tous appris dans nos livres d’école : en grammaire, « le masculin l’emporte toujours sur le féminin ». On croirait entendre OSS 117 ! « L’égalité hommes-femmes, Dolorès, on en reparlera quand il faudra porter quelque chose de lourd ! » « OSS 117 : Rio ne répond plus », de Michel Hazanavicius, 2008 La preuve par le muscle en somme... L’idée Depuis avril dernier, la pétition pour « Que les hommes et les femmes soient belles ! « La règle de l’accord du genre fait des femmes les invisibles de la langue. A ce jour, la pétition a déjà recueilli près de 2 870 signatures. C’est en 1676, que le père Bouhours, jésuite mondain et homme de lettres, professe sa devise : « Lorsque deux genres se rencontrent, il faut que le plus noble l’emporte. » Aucune révolution n’a songé depuis à remettre ce postulat éhonté en question. La pétition demande que l’on revienne aujourd’hui à la règle dite « de proximité » dont l’usage prévalait sans mal avant que le père Bouhours ne s’en mêle... Ouf !

Related: