background preloader

Virilité et violence

Virilité et violence
« Le privilège masculin est aussi un piège et il trouve sa contrepartie dans la tension et la contention permanentes, parfois poussées à l’absurde, qu’impose à chaque homme le devoir d’affirmer en toute circonstance sa virilité. »Pierre Bourdieu 1 Une virilité précaire Force, agressivité et stoïcisme : voici un homme viril Dans de très nombreuses cultures, la virilité, contrairement à la féminité, est perçue non comme quelque chose d’inné, mais comme un statut social, prestigieux, qui s’acquiert2,3,4,5. De ce fait, cela explique pourquoi les jeunes garçons adoptant des comportements dits féminins sont jugés très négativement, bien plus qu’une fille adoptant un comportement traditionnellement masculin7,8. Dans certaines cultures, des rites permettent aux garçons de devenir « un vrai homme » : circoncision, mise à mort d’une antilope, scarification2,3… Tous ces « rites de passages » se démarquent soit pas leur dangerosité soit pas leur caractère douloureux. Conclusion Pour aller plus loin : Related:  virilité et violence

Violences conjugales : « J'ai failli tuer mon ex-femme », Frédéric Matwies Alors que la journée contre les violences faites aux femmes incite les victimes à parler, un ex-mari violent publie son propre témoignage, confession sans tabou après dix années de coups sur la mère de ses filles. Dans « Il y avait un monstre en moi » (éditions Michalon), Frédéric Matwies, 41 ans, raconte le calvaire de Sabrina, et le sien, mais surtout la rédemption possible par la thérapie de groupe. Journée internationale contre les violences faites aux femmes « J'ai failli tuer mon ex-femme, Sabrina ». Quand la violence devient un rituel« Qu’est-ce que la violence conjugale ? Jusqu’au dernier coup Pascal Couderc*, psychologue spécialiste du couple à Paris, confirme l’importance du premier épisode de violence : « A partir du premier coup, l’agresseur intègre l’acceptation de sa « victime », et cela lui permet de recommencer, c’est pourquoi le meilleur message de prévention est d’inciter les femmes à porter plainte dès les premières violences ».

A Feminist Guide to Gay Male Misogyny Qui sont les délinquants sexuels et pourquoi le sont-ils devenus ? | Crifip La question de savoir qui sont les délinquants sexuels est une question éminemment délicate. D’une part, elle renvoie à un souhait latent de les identifier et de les neutraliser a priori et, d’autre part, elle s’avère insoluble vu qu’il n’existe aucun consensus dans la doctrine sur les caractéristiques sociales, biographiques et psychologiques qui seraient propres aux délinquants sexuels. Les psychiatres, les psychologues et les criminologues tentent régulièrement de construire des typologies, des classifications homogènes des différents types d’abuseurs mais aucune ne fait vraiment l’unanimité. Par ailleurs, l’analyse est encore plus difficile pour les adolescents abuseurs car les faits se mélangent à l’étape de la puberté. Les quelques catégories énumérées ci-dessous ne prétendent pas constituer une typologie, mais esquissent quelques pôles qui permettent de s’y retrouver un tant soit peu dans ce monde hétérogène. Sur la base de sa longue expérience, le professeur J. A. B. C.

Masculinity, mental illness and guns: A lethal equation? After the Newtown tragedy, sociologist Michael Kimmel asks what drives angry young men to mass murder. Sociologist Michael Kimmel wonders why young men are targeting strangers for revengeOther factors vary, he says, but shooters are almost always male and very often whiteKimmel contends that a culture of violence linked with masculinity fuels the events Editor's note: Michael Kimmel is distinguished professor of sociology at SUNY Stony Brook. (CNN) -- For the past few days, Americans have been weeping together and wringing our hands once again at the senseless tragedy of a mass murder inside a school. We still know nothing about his motives, only the devastating carnage he wrought. Former Arkansas Gov. Thinking twice about violent video games All the while, we continue to miss other crucial variables -- even though they are staring right back at us when we look at that photograph. Opinion: Get serious about mental health care How does masculinity figure into this?

nos abus sexuels… | Egalitariste Certains hommes jouent fort bien de leur situation de dominants et méprisent consciemment des femmes en les utilisant/abusant sans scrupules. Ils sont nombreux, mais ils ne sont sans doute pas la majorité. Je veux plutôt m’adresser à ceux qui comme moi gardent le sentiment d’être de bonne volonté, mais ont intégré beaucoup de schémas de notre société patriarcale et ne se rendent pas toujours bien compte : qui outrepassent les limites des femmes « sans le vouloir vraiment »… si tant est qu’une véritable bonne foi soit possible en situation de domination. De fait, la façon dont nous sommes élevés, garçons et filles, nous rend aisé, à nous hommes, de provoquer ces situations d’abus… Nous sommes soumis à de nombreuses injonctions différentes suivant les sexes, ainsi qu’à des modèles distincts auxquels on est tenus d’adhérer et qu’on reprend le plus souvent sans nous en rendre compte. Lorsqu’on a l’habitude d’avoir le pouvoir dans une relation, on développe très peu l’attention à l’autre.

Même pas mâle ! Détails Publication : dimanche 13 avril 2014 22:50 Écrit par Yorgl Un des membres de MPM nous raconte que régulièrement, en amenant son enfant à la crêche en poussette, il rencontre un homme qui lui lance "Bonjour Madame !". Bien qu'en soit ce ne soit pas une insulte, l'air goguenard du monsieur et le caractère répété laissent clairement apparaître le but de moquer. Lorsqu'on est un homme, se faire appeler "Madame" n'est pas dégradant : cela peut arriver par confusion (au téléphone par exemple), mais une fois que l'on signale son identité et l'erreur commise, en général l'autre s'excuse. Au delà du sentiment désagréable de voir nier son identité, être face à ce comportement fait écho à la forte pression, dans notre société, à adhérer aux critères virilistes. Être qualifié de femme comme insulte, un rappel à la norme viriliste. Se moquer et pointer du doigt les manquements à ces critères s'inscrit ainsi dans une volonté d'injonction normative. Les mécanismes derrière ce type de comportement

Quand la violence se dit ouvertement Ce matin, je suis tombée sur cet article. Hallucinant ! Un homme sur quatre en Asie reconnaît avoir déjà commis (au moins) un viol, en général sur sa partenaire, plus d’un sur deux reconnaît être violent avec les femmes (jusqu’à 80% en Papouasie Nouvelle Guinée). C’est une étude effectuée par l’ONU auprès de 10.000 hommes. Mais je vous arrête tout de suite. En effet, je crois c’est que parce que l’ONU s’est donné les moyens de faire un vrai travail d’étude et de recherche dans cette partie du monde, qu’on parvient à de vrais résultats sur la réalité, opposables au déni généralisé. A ce propos je voudrais livrer une courte réflexion sur le déni et le mensonge. C’est une caractéristique des sociétés qui en adjoignant la "démocratie capitaliste" au patriarcat assurent leur impunité par la culture du mensonge (la "publicité"). La caractéristique de cette propagande est de ne jamais se fonder sur la réalité mais sur le fantasme de la réalité. 59% pour s’amuser ("entertainment") ! Like this:

5 Ways Modern Men Are Trained to Hate Women Photos.com I don't know what it's like to be a woman, so it's not easy for me to describe what it's like to be a man, because I don't know what you're using for context. I'm going to do my best: Did you ever watch old cartoons where a character is starving on a desert island, and when another character approaches, he's so hungry that he imagines the other character as a talking piece of food? Via TV TropesThird panel omitted due to graphic content. It's like that for most men, most of the time. Right now I'm reading a book from mega-selling fantasy author George R. "When she went to the stables, she wore faded sandsilk pants and woven grass sandals. That's written from the woman's point of view. Do you see what I'm getting at? Photos.comWe also assume you have the taste of a pimp. Go look at a city skyline. All those wars we fight? It's all about you. Photos.comNope. This is really the heart of it, right here. Which brings us back to where we started. Via Wikipedia Via Caglecartoons.com

The Violence Stops Here Refuser d'être un homme : Pour en finir avec la virilité de John Stoltenberg Je vais donc vous résumer le livre Refuser d'être un homme : Pour en finir avec la virilité de John Stoltenberg. Je tiens à souligner que Martin Dufresne n'a, comme d'habitude pas réussi à taire sa transphobie dans l'introduction avec la phrase "confisquer les rares ressources encore concédées aux femmes quitte à se prétendre vaguement transgenre". Que vous ne soyez pas d'accord avec le queer est un choix idéologique. Que vous en profitiez pour étaler votre transphobie n'est pas un choix, ni une opinion. On ne se prétend pas transgenre. je croyais que les tenants du "on saute d'une identité de genre à l'autre au gré de ses envies" étaient les tarés affiliés à la manif pour tous. Dans le brillant chapitre L'éthique du violeur, il démontre le sens politique de l'identité sexuelle. On en arrive donc au fait suivant ; l'homme viole et la femme en est blâmée. Dans le chapitre suivant, Stoltenberg parle de l'humanité comme une espèce multisexuée ou hommes et femmes n'existent pas.

Related: