background preloader

Transhumanisme : demain, l'Homme amélioré

Transhumanisme : demain, l'Homme amélioré
De l’Homme réparé à l’Homme augmenté et presque immortel, il n’y a qu’un pas… Dans le billet précédent, nous vous avons présenté quelques applications concrètes, bien réelles, dont le but est simple : réparer l’être humain. Soigner les blessures, mais aussi réparer, corriger les imperfections de la nature. Mais le transhumanisme ne s’arrête pas à cette étape. La prochaine, essentielle, consiste à passer de la réparation à l’amélioration. Afin de devenir des Humains +. Sans que nous n’en ayons forcément besoin de prime abord, nous pourrions dans un avenir proche, troquer nos jambes contre de nouvelles, artificielles mais “fashion”, ou hyper rapides. Et nous pourrions aussi, pourquoi pas, décupler notre intelligence ou nos capacités cognitives, grâce à la stimulation cérébrale, aux interfaces cerveau-machine et aux neurosciences... Avec les progrès de la science, les rêves transhumanistes sont une réalité tangible. "Connected" - Kasey Mcmahon Le mécano humain Des caméras dans le corps

http://www.cnetfrance.fr/news/transhumanisme-demain-l-homme-ameliore-39793272.htm

Related:  Robotiquede l'homme augmente au transhumanismeJOUER A DEBATTRETRANSHUMANISME

Nao : un robot humanoïde à la française Recevoir l'assistance quotidienne d'un robot, corvéable à merci, est un vieux rêve qui continue d'alimenter un nombre phénoménal d'efforts et d'investissements à travers le monde. Paradoxalement, si des systèmes robotiques ont pu être développés pour faciliter l'exécution de certaines tâches dans bon nombre d'usines, l'adaptation de ces systèmes à nos environnements familiers, apparemment moins extrêmes - mais en réalité beaucoup plus imprévisibles - est difficile. REPÈRES Les Japonais font légitimement figure de leader dans le domaine des robots domestiques. Pour des raisons démographiques, ce sont eux qui sont partis les premiers sur cette voie. Certaines de leurs multinationales (Toyota, Honda, Sony) ou certains de leurs centres de recherche s'illustrent régulièrement en concevant des robots capables d'effectuer des tâches à chaque fois inédites (monter les escaliers, courir, etc.). Nao, premier robot humanoïde français

Transhumanisme : technologie d'avenir, débat d'aujourd'hui Transhumanisme, acte IV. Cette semaine, la parole est aux experts : David Latapie et Didier Coeurnelle, de l'Association Française Transhumaniste ; Rémi Sussan, journaliste à Internet Actu ; et Jean-Michel Besnier, philosophe, auteur de "Demain, les posthumains". Tous sont passés derrière notre micro pour nous donner leur avis sur notre avenir, aux couleurs de l'augmentation. Le transhumanisme, une chance de dépasser "la tyrannie de la naissance", d'aller "plus loin", d'être "plus libre", indique David Latapie. Un jour, grâce aux NBIC, comme nous l'avons vu, nous pourrons peut-être augmenter considérablement notre durée de vie, vivre jusqu'à 100, 200 ans, sans vieillir. "En vivant plus longtemps, on se sentira plus heureux", remarque Didier Coeurnelle.

Transhumanisme : un futur entre nos mains Dernière étape de notre voyage dans l’univers transhumaniste. Pour finir en beauté, je vous propose de découvrir deux scénarios : celui où, grâce aux technologies émergentes et aux améliorations, tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes ; et celui où, au contraire, tout virera au cauchemar. Entre les deux se trouve, peut-être, la solution... Immortels et heureux Quel futur imaginer ?

Des mini-robots inspirés des abeilles et des fourmis s'auto-organisent Ces robots, baptisés Kilobots, sont munis de petits moteurs à vibrations qui leur permettent de se déplacer en glissant, ainsi que d'un système de communication à infra-rouge, précisent leurs créateurs dont Radhika Nagpal, professeur d'informatique à l'institut Wyss de l'Université de Harvard, principal auteur des travaux publiés jeudi dans la revue américaine Science. Grâce à un programme informatique qui simule trois comportements collectifs de base, ces 1024 Kilobots sont capables d'interagir avec leurs voisins pour s'informer de leur mouvement. Bien qu'ils fassent encore quelques erreurs en se rassemblant pour donner naissance à des formes comme une étoile ou des lettres, ils ne renoncent jamais à leur tâche.

Brèves, Real Humans, Robotique, Robot, Androïde, Kurtzweil, Descartes, Jean-Michel Besnier « Du point de vue informatif, Real Humans ne présente rien de bouleversant : la série rassemble l’ensemble des interrogations suscitées par la robotique. Peu de nouveautés. Par exemple, le robot qui mesure, comme les “hubots”, sa baisse de courant et qui se rebranche automatiquement date de… 1950 (ce sont les tortues cybernétiques de William Grey Walter). En revanche, la réaction du grand public à l’égard de la série, sa réception, sont instructives. « Une série symptôme, qu’il faut comprendre dans le contexte plus large du transhumanisme » Real Humans est une série-symptôme, qu’il faut comprendre dans le contexte plus large du post- et du transhumanisme. "Bienvenue à Gattaca" : cette fois, nous y voilà On vous en parlait déjà cet été, dans notre dossier sur le transhumanisme. A savoir que dans le futur, l'on pourra peut-être "fabriquer" un enfant via un utérus artificiel, avec la couleur des yeux ou d'autres caractéristiques physiques au choix. Comme dans le film "Bienvenue à Gattaca", une façon de "donner le meilleur départ à son enfant". Avec tous les risques que cela comporte, eugénisme, etc. Ce n'est pas que de la science fiction, loin de là.

Transhumanisme : en route vers l'Homme augmenté Bienvenue dans votre futur. Un futur proche, très proche. Que vous avez le pouvoir de façonner... ou de laisser entre d’autres mains. Voici le premier billet d’une série consacrée à un courant de pensée technophile qui a déjà beaucoup fait parler de lui, j’ai nommé le transhumanisme. Vous connaissez sûrement les mythes de la pierre philosophale, de la fontaine de Jouvence, du Saint Graal, de Prométhée, d’Icare. A l'avenir, tout le monde au Japon aura un androïde Terminator, Z6PO, Blade Runner : l'imaginaire hollywoodien regorge de robots plus ou moins amicaux qui ont donné vie au mythe de l'androïde susceptible un jour de supplanter son créateur. On en est encore loin, mais au Japon on y croit. En matière de robotique industrielle, aucun doute : le pays du Soleil-Levant fait la course en tête, mais certains savants songent en plus à des "créatures" qui, tels de parfaits "maîtres d'hôtel" ou "dames de compagnie", se mettraient au service d'une population vieillissante. Quelque 300 sociétés viennent d'ailleurs de se regrouper pour former un consortium afin de développer d'ici à 2020 une centaine de robots ultra-sophistiqués pensés comme des amis ou assistants. Quant au Premier ministre Shinzo Abe, il veut carrément organiser en 2020 des Olympiades des robots, en parallèle aux JO humains à Tokyo. Le combat homme-robot n'est pas loin

Related: