background preloader

RSS Bridge - Let's revive RSS

RSS Bridge - Let's revive RSS

http://rssbridge.org/

Related:  Outils pour la veilleagrégateurs de flux RSSrssOutils pour ne rien rater sur twitter (?)

20 outils gratuits pour fouiller le web à la recherche d’informations Une simple recherche Google ne résume pas le journalisme web. Une multitude de services gratuits, souvent très simples d’utilisation, peuvent faciliter et accélérer vos recherches en ligne. Note : Ce billet n’aborde pas la recherche d’infos sur les réseaux sociaux, qui fera l’objet d’un prochain post. ↑» Consulter les traces laissées par un site sur le web Un site que vous vouliez consulter a disparu des radars ? Vous pouvez tenter de retrouver des versions archivées sur la machine à remonter le temps de l’Internet Archive.

Remplacez Google Reader par un Raspberry Pi et Tiny Tiny RSS Alors que Google a décidé de mettre fin à son service de lecteur de flux RSS au mois de juillet, et malgré une pétition qui circule sur la toile pour stopper ce processus, n’allez pas imaginer que Google va prendre en considération celle-ci et revenir sur ces choix. Indiquant le fait que le service est en perte de vitesse, tout laisse à croire que la firme de Mountain View souhaite davantage centraliser ses efforts sur Google+, sa plateforme sociale qui sans nul doute deviendra la porte d’entrée de tous les services dans un avenir plus ou moins proche. Du coup, si vous cherchez peut-être une autre façon de rester au courant des news à partir de vos abonnements, alors pourquoi ne pas mettre en place un Raspberry Pi qui pourra faire le travail pour vous, au lieu d’importer vos flux dans un autre service basé sur le Web ?

Récupérer l'intégralité d'un flux RSS tronqué, WizardRSS Nul doute que la lecture des flux RSS dans un agrégateur de news est plus pratique et agréable que d’aller visiter tous les sites Web où les articles ont été initialement publiés. Le fait de centraliser l’information en un point central apporte un gain de temps considérable aux personnes qui réalisent une veille technologique ou qui s’intéressent de près à des sujets bien particuliers. Évidemment beaucoup d’éditeurs Web ne l’entendent pas de cette oreille, car ils préfèrent avoir des visiteurs en direct sur leurs sites pour des raisons diverses : consultation d’autres pages quand le visiteur arrive sur un site Web, abonnement à une lettre d’information ou à des réseaux sociaux, revenus publicitaires…, ce qui les poussent à supprimer purement et simplement leur flux RSS où à en proposer un qui n’affiche qu’un extrait de leurs articles.

Créer des flux RSS Twitter avec la nouvelle API 1.1 Comme vous devez le savoir, Twitter a décidé de ne plus rendre disponibles les flux RSS dans sa nouvelle API 1.1. Voici une méthode (un script) pour continuer à s’abonner à des comptes, listes ou recherches Twitter via la technologie RSS. 1. Créer une application Twitter - Se rendre ici et créer une application avec le nom, la description et le site de votre choix (cela n’a pas vraiment d’importance). - Ajouter cette URL dans la ligne CallBack URL :

7 types de solutions logicielles pour remplacer Google Reader (agrégateur de flux RSS) La firme Google a annoncé courant mars 2013 qu’elle supprimerait l’agrégateur de flux RSS Google Reader de son offre de logiciels gratuits en ligne, ceci au 1er juillet 2013. Pour effectuer de la veille en recevant directement les nouveaux contenus (articles, dossiers) de sources d’informations en ligne sélectionnées (quotidiens , magazines, blogs…), l’agrégateur de flux RSS est un outil de choix. La question pour de nombreux internautes et mobinautes est désormais de trouver une alternative à Google Reader, outil jusqu’alors très utilisé. QuiteRSS, un autre lecteur de flux RSS multiplateforme Quand Google Reader a clos ses portes au 1er juillet 2013, nombre de ses utilisateurs se sont repliés vers des lecteurs de flux RSS en ligne, ou vers des outils sur leurs ordinateurs. Je me suis orienté vers Liferea, que j’avais utilisé avant de passer sur Google Reader, et donc, il était pour moi « normal » de revenir vers mon outil fétiche, au point que j’ai décidé de reprendre la maintenance d’une version de développement pour les utilisateurs d’Archlinux et distributions GNU/Linux compatible comme la Manjaro ou l’Antergos par exemple. Cependant, grace à Agnès du blog Destination Passions qui avait parlé il y a près d’un an du logiciel multiplateforme (Linux, Windows et OS/2) QuiteRSS, et suite à un post sur le forum qu’elle a ouvert, j’ai voulu en savoir plus sur ce logiciel de lecture de flux RSS multiplateforme d’origine russe.

Feed43 pour créer ses flux RSS à partir de n’importe quelle page web Google Reader a fermé ses portes, le RSS ne va pas bien mais il n’est pas mort. Malgré les critiques plus ou moins virulentes que j’ai pu entendre sur le RSS (technologie “has-been” selon certains, “Twitter c’est la vie” pour d’autres, “faut savoir évoluer”), je suis pourtant d’avis que s’il y a bien une chose utile pour le veilleur c’est la RSS et que si le RSS est supprimé de nombreuses solutions en ligne (Google, Twitter, Facebook, etc) c’est tout simplement car il a justement tous les inconvénients que ces derniers détestent : permettre d’accéder à l’information sans se connecter sur ces plateformes et sans publicité. Donc le RSS c’est bien. Mais je ne développerai pas plus ce qu’est cette technologie (ce sous-langage plus exactement).

Suivi centralisé de hashtags sur les réseaux sociaux, Tagboard Face à la masse de publications, de partages, d’informations, de réflexions, de photos, de vidéos… qui sont chaque jour mis en ligne sur les réseaux sociaux par de gentils contributeurs, il est complètement impossible de trier le bon grain de l’ivraie pour d’une part isoler l’information consacrée à un sujet très précis et d’autre part supprimer tout le contenu (la grande majorité ?) qui ne vaut pas tripette. Une des approches consiste à faire sa sélection en s’appuyant sur des mots-clés appelés hashtags ou mot dièse dans le jargon propre aux réseaux sociaux. On les trouve maintenant sur la quasi-totalité de ces sites : Twitter, Google+, Facebook, Instagram, Vine… Malheureusement, ces hashtags restent confinés à l’intérieur du réseau social auquel ils appartiennent. Pas question par exemple de lancer une recherche croisée sur un mot-clé particulier dans l’espoir d’obtenir un résultat qui fédérerait toutes les publications en rapport trouvées sur tous les réseaux sociaux.

Related: