background preloader

Pick Up Artists : le Marketing de la violence misogyne

Pick Up Artists : le Marketing de la violence misogyne
Trigger Warning : ce texte contient, en citation, des propos intolérables incitant à la violence contre les femmes et notamment au viol. L’industrie de l’exploitation des femmes a peut-être créé le plus vieux métier du monde (le proxénétisme), mais elle n’en finit pas d’innover. Ainsi, depuis le milieu des années 90, elle s’est alliée avec celle du développement personnel pour accoucher du Pick Up Artist, acteur frénétique des "communautés de la séduction". Un Pick Up Artist est officiellement un "artiste de la drague", bien qu’il s’agisse plutôt d’une machine marketing bien rodée. Mon but n’est pas de décoder le modèle d’affaires ; cet article le fait très bien, avec une critique d’un point de vue masculin. Pour une critique féministe du Pick Up Artist, mieux vaut se renseigner sur le web anglophone. Ce business bien rodé exploite le malaise des hommes qui ne se sentent pas à la hauteur des injonctions patriarcales à la performance sexuelle et à la domination des femmes. Like this: Related:  culture du violCulture du viol

pua-quand-un-site-de-drague-incite-au HB, CZ, BL, DLV, ces abréviations ne vous disent peut-être rien. Jusqu’à hier, je n’avais absolument pas connaissance de cette communauté de « séducteurs professionnels » qui échangent sur le net conseils et tactiques pour mettre à coup sûr une fille dans leur lit. Ces coachs en vie sexuelle promettent de transformer n’importe quel boutonneux asocial en serial tombeur à grand coups d’abréviations à la sauce ricaine. Un business juteux décliné en multiples produits dérivés : livres, coaching, formations. La recette miracle ? Là où la méthode dépasse le stade de l’élucubration rigolote c’est lorsqu’elle incite ses adeptes au viol afin d’arriver à leurs fins comme l’a brillamment relevé la blogueuse Dike dans ce billet. Ainsi, la page intitulée "Comment bien baiser : les 3 secrets du hard SEXE" postée sur le site Seduction By Kamal constitue une incitation sans ambiguïté au viol et à la violence envers les femmes. "Montrez-lui qu’elle n’a pas vraiment le choix" "Imposez votre puissance".

L'essence de la rape culture Entreprendre sur le marché du sexisme Ce billet est la copie d’un courriel privé envoyé le 16 août au créateur de l’Agence CSV, spécialisée dans le web marketing. Le but est de questionner le patron Alexandre Chombeau au sujet de ses critères éthiques et de sa déontologie en matière d’apologie de la violence sur Internet, notamment de la violence misogyne d’origine masculine. Il travaille en effet au référencement sur Internet d’un site qui fait l’apologie du viol (lire le précédent billet à ce sujet : Pick Up Artists, le marketing de la violence misogyne) J’ai donc pris contact avec lui pour lui proposer un projet de collaboration ouvertement misandre, en parodiant le business-model de nombreux sites Internet misogynes dont celui de Seduction By Kamal pour qui travaille déjà l’Agence CSV. Seduction By Kamal et l’Agence CSV s’enrichissent en faisant l’apologie du viol des femmes. Cher Alexandre Chombeau, Je souhaite un prestataire pour le référencement d’un site Internet en cours de préparation. Salutations, Diké the Kastrator

« Majorité opprimée », un court-métrage percutant Il date de 2010, mais ce court-métrage dégoté chez Lidd.fr, réalisé par Éléonore Pourriat est toujours pertinent aujourd’hui. Certes, c’est de l’inversion des rôles pure et simple : dans ce petit film d’une dizaine de minutes, on suit la journée (de merde, disons-le franchement) d’un jeune père au foyer qui a commis l’erreur de sortir en short et petite chemisette pendant que sa femme est au travail. Pourtant, comme vous pourrez le constater par vous-même, c’est vraiment efficace. La preuve, peut-être, que le message qu’on veut faire passer n’est pas si compliqué que ça. On va droit au but en enchaînant les clichés et les attaques sexistes. Inverser les rôles pour provoquer l’empathie Non parce que, pas que je veuille faire ma victime (puisque c’est généralement ce qu’on me rétorque), mais en ce qui me concerne, la dernière fois qu’un type dans la rue m’a dit qu’il fallait sourire dans la vie, c’était hier. Arrêter de minimiser les effets du harcèlement et surtout les agressions

Follow Me – Un projet photographique de Murad Osmann Follow Me – Un projet photographique de Murad Osmann “Follow Me“, un projet personnel du photographe russe Murad Osmann, qui immortalise ses voyages à travers le monde avec sa petite amie dans une série de photographies toujours basées sur le même modèle : une vue à la première personne se laissant entrainer par la main vers de nouvelles découvertes… Une série émouvante, poétique et romantique ! J’adore ! Images © Murad Osmann

Tumblr «Je connais un violeur»: «Je veux brosser le portrait du violeur type» Mardi 03 septembre 2013, 14:47 Capture d'écran du Tumblr «Je connais un violeur» / 20 Minutes Près d’une cinquantaine de témoignages en moins de deux jours. En lançant sur la toile le Tumblr «Je connais un violeur», Pauline ne s’attendait pas à avoir autant de retours. L’idée de cette jeune femme de 27 ans est simple: sortir des idées reçues sur le viol. «Les agresseurs ne sont pas tous des types louches dans des parkings sombres mais bien souvent des personnes de notre entourage», explique-t-elle. Comment avez-vous eu l’idée de lancer ce Tumblr? J’ai moi-même vécu des choses. >> Retrouvez notre article sur le phénomène «Je connais un violeur» Comment expliquez-vous que cela soit tabou? D’abord, les victimes qui ont été agressées par un proche n’ont, très souvent, pas envie d’en parler. Etes-vous surprise d’avoir eu autant de témoignages en si peu de temps? Oui, j’ai vu que près d’une cinquantaine de personnes ont déjà écrit leur histoire.

Parler à en crever A l'été 2012, deux stars de l'équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une jeune fille en plein coma éthylique. Le viol a été filmé et transmis sur les réseaux sociaux et commenté en temps réel. Un garçon présent sur la video pourrait être poursuivi pour non dénonciation de crime. Sur la video, la victime est décrite comme une morte qu'on viole et sur laquelle on urine. Les deux violeurs ont été jugés en mars et condamné l'un à un an de prison, l'autre à deux. Une nouvelle enquête pourrait avoir lieu pour établir quelles autres personne pourraient éventuellement être poursuivies. Rehtaeh Parsons était une jeune canadienne de 17 ans. Audrie Mott avait 15 ans. Culture du viol. Je vous vois hausser les yeux au ciel. okay. Est-ce que cela tient encore l'excuse du "m'enfin on condamne tous le viol". Est ce qu'on condamne tous le viol quand une femme sur 5 sera victime au cours de sa vie de violence sexuelle. Et les Etats-Unis c'est loin aussi ; ils sont tous tarés là-bas.

On liberal media analysis of “The Sexualization of Young Girls” | Radfem-ological Images Video from Sociological Images. We have seen before that liberal media analysis consistently falls short of making meaningful political connections, or naming and explaining the foundations and mechanisms of male power. The point of liberal and even liberal feminist media criticism seems to be to merely point out various “inequalities” or perceived positional slights and to conclude that these inequalities are undesirable on their face — for example, pointing out that young girls are sexualized more than are young boys suggests that the statistical difference is significant without explaining why that is so, or how or even whether it is of political relevance to women and feminists. What we have here is interesting, because the video itself does not even claim to be an examination of the sexualization of young girls in the media — the title of the project is “Media Sexualization of Children.” But so what?

La Crise de la masculinité Il y a en ce moment une poussée de groupes qui appellent à refondre le féminisme autour de l’homme. Souvent lancés par des hommes et relayés par des femmes, ces appels encouragent à valoriser le rôle de la femme tant qu’il est défini et circonscrit par rapport à la place de l’homme (la femme, au singulier, est définie comme fille de, mère de, épouse de). En ces temps troublés de débats sociétaux, il s’agit de rassurer et ménager les hommes, visiblement perturbés par la remise en cause de leurs privilèges. Cf les Antigones et Woman Attitude (découvert hier pour ce dernier). Dommage pour les orphelines, les lesbiennes, les célibataires, les mères de fillettes, les femmes stériles, les divorcées ? Woman Attitude va réenchanter les féministes, ces éternelles aigries (capture d’écran – womanattitude.com) Une femme victime de violence domestique devrait faire des concessions avec son agresseur ?!! Les féministes castratrices confisquent la parole aux hommes intimidés. Et puis quoi encore ?

Related: