background preloader

La stratégie diabolique des futures plantes OGM

La stratégie diabolique des futures plantes OGM
Related:  Combat Monsanto-OGM

Le Conseil d'Etat rouvre la porte au maïs transgénique de Monsanto en France Début juillet, le rapporteur public du Conseil d'Etat avait jugé "excessif" le moratoire interdisant la culture du maïs transgénique MON810, de la firme Monsanto, en France. Il avait conclu que si des mesures étaient prises – comme l'encerclement du MON810 par des cultures conventionnelles et l'éloignement de toute ruche –, la cohabitation de ce maïs avec le reste de l'environnement était possible. Une conclusion confirmée, jeudi 1er août, par la décision de la plus haute juridiction administrative française de lever ce moratoire. "Il ressort en effet de la jurisprudence de la Cour de justice de l'UE qu'une telle mesure ne peut être prise par un Etat membre qu'en cas d'urgence et en présence d'une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l'environnement", souligne le Conseil d'Etat. >> Lire : "Le maïs transgénique de Monsanto pourrait faire son retour en France" Jeudi matin, sur Europe 1, M.

Agriculture écologique et OGM - L'actualité de Greenpeace France Des physiciens stoppent la lumière pendant une minute Dans une chambre noire, prenez une lampe torche et une boîte à chaussures. Soulevez le couvercle de la boîte, éclairez l'intérieur et éteignez dès que vous avez refermé le couvercle. Attendez une minute. Tout ce que vous voyez sur votre écran, le texte de ce billet, l'image qui l'accompagne, a été codé sous forme de bits. Ceci posé, on est encore très loin de l'ère du tout quantique tant sont nombreux les obstacles techniques à surmonter. Le problème existe évidemment aussi dans les télécommunications classiques où il est résolu à l'aide de répéteurs installés le long des lignes, à intervalles relativement rapprochés. Les physiciens ont donc dû puiser dans leur sac à astuces pour contourner ce problème et concevoir un système de répéteurs quantiques ne faisant que transmettre les états des photons de proche en proche sans jamais les mesurer. Puis la TIE est arrêtée, ce qui referme la fenêtre de transparence et la boîte par la même occasion.

Paysan et agri bio à Javené (témoign.) Cela fait plus d’un an que Mikaël Hardy, paysan sans terre, travaille sur un projet d’installation agricole, en agro-écologie, à quelques kilomètres de Rennes. Il aimerait faire cohabiter élevage et cultures, et organiser de la vente directe. Mais les 13 hectares sur lesquels il souhaite s’installer ont été cédés à un voisin qui veut agrandir son exploitation. Voici plus d’un an que je travaille sur un projet d’installation agricole en agro-écologie. Mes choix de vie m’amènent à m’intéresser à l’agro-écologie. Bataille administrative Accompagné de plusieurs associations (Terre de Liens Bretagne, Civam, Agrobio35, Ingalan, Minga, Confédération paysanne, Accueil paysan, Collectif Copain 35, la Passiflore, Eaux et Rivière de Bretagne, Bretagne Vivante...) et de quelques élus, j’ai mené un combat, en suivant le cadre réglementaire et dans un débat constructif. La ferme de l’Ori, ce sont deux propriétaires et une exploitante proche de la retraite. La Safer approuve le projet...

Nous ne sommes pas la génération « perdue » Dans ce pays européen voisin dans lequel ils se retrouvent pendant une courte période, personne ne connaît véritablement la valeur de leurs diplômes, ni de leurs qualifications. Les employeurs hésitent à confier des responsabilités à un jeune qui s’exprime avec encore peu d’assurance dans une langue qui n’est pas la sienne. L’administration reste désespérément hermétique malgré la législation européenne protégeant nos droits. Sans soutien financier, sans travail, il semble impossible de rester. L’expérience européenne ne devient alors plus qu’un lointain souvenir, comme un beau rêve qui ne survit que sur les photos des réseaux sociaux. Il existe un gouffre entre l’envie de découvrir, de se découvrir en tant que citoyen européen dans un autre pays, et la réalité. Les difficultés de la jeunesse 99% de la jeunesse européenne vit dans des sociétés qui se côtoient sans échanger, comme les voisins d’un immeuble où l’on ne parle pas. Nous sommes la génération de la reconstruction

Préserver la diversité des semences, une arme contre la faim dans le monde LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles van Kote (Mascate, Oman, envoyé spécial) Peu à peu, l'insécurité alimentaire recule dans le monde, selon les derniers chiffres de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), rendus publics mardi 1er octobre. Sur la période 2011-2013, 842 millions de personnes ont souffert de faim chronique, soit 26 millions de moins qu'entre 2010 et 2012. Rien n'est gagné pour autant. C'est dans cet esprit que le traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture a été adopté en 2001. Les 129 pays qui l'ont ratifié se sont réunis du 24 au 28 septembre à Mascate (Oman) pour tenter de sauver le texte.

OGM : le Conseil d'État annule l'interdiction du maïs modifié de Monsanto L'arrêté de 2012 interdisant la culture du MON810, créé et commercialisé par le groupe américain Monsanto, est retoqué. C'est un énième rebondissement dans l'histoire du maïs génétiquement modifié MON810. Le Conseil d'État a annulé ce jeudi l'arrêté de mars 2012 qui interdisait la mise en culture du maïs génétiquement modifié commercialisé par le semencier Monsanto. Une décision qui semble aller à l'encontre de la position actuelle du gouvernement, qualifiée récemment par le nouveau ministre de l'Écologie, Philippe Martin, comme «d'une hostilité absolue à l'égard de ce qui est génétiquement modifié». Le maïs MON810 est génétiquement modifié pour sécréter un insecticide. Se basant sur un rapport de l'Agence européenne de sécurité des aliments rendu en décembre 2011, le ministère de l'Agriculture, avait de nouveau suspendu la culture du maïs MON810 en mars 2012. Les réactions des organisations environnementales, paysannes, biologiques et apicoles ne se sont pas fait attendre.

Alimentation, santé, sécurité : quatre agences européennes épinglées pour conflits d'intérêts Quatre agences européennes cruciales en matière de protection des consommateurs, chargées notamment de la sécurité alimentaire et de l'autorisation des médicaments, sont épinglées par la Cour des comptes européenne pour leur mauvaise gestion des conflits d'intérêts. Cette dernière relève, dans un rapport publié jeudi 11 octobre et fondé sur une enquête menée en 2011, "qu'aucune des agences auditées ne gérait les situations de conflit d'intérêts de manière appropriée". La dernière de la classe est clairement l'Agence européenne de la sécurité aérienne, qui "ne dispose pas d'une politique ni de procédures spécifiques relatives aux conflits d'intérêts", souligne la Cour. Mais les autres ne sont pas en reste, à des degrés divers. Ainsi, à l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA), les déclarations d'intérêts étaient certes exigées des experts, mais étaient conservées dans des enveloppes scellées sans être ouvertes par l'administration de l'agence.

Alimentation/ insectes Ces dernières années, s’il y a bien un secteur qui a su écouter les faiseurs de tendance, c’est l’alimentation. Une série de scandales alimentaires, ainsi que des livres et des films choc ont mis au pilori l’industrie agroalimentaire et fait prendre conscience à beaucoup de gens que si on voulait sauver le monde par la consommation, il fallait changer au plus vite nos habitudes nutritionnelles. L’idée que la consommation mondiale de viande contribue au moins autant au réchauffement climatique que l’ensemble du trafic routier a fait son chemin et à partir de 2006, le végétarisme, longtemps considéré comme un phénomène marginal, s’est démocratisé. Puis sont nées des variantes telles que le végétalisme, le refus total de l’exploitation animale, les locavores, qui ne consomment rien de ce qui est produit au-delà d’un rayon de 50 kilomètres, et le paléo, qui consiste à manger comme nos ancêtres de l’âge de pierre. Inutile de faire du prosélytisme dans une bonne partie du monde.

USA : Monsanto fait payer des amendes aux agriculteurs bio Le jugement est tombé, le géant de la biochimie Monsanto conserve le droit de poursuivre en justice les agriculteurs biologiques dont la production a été malencontreusement contaminée par les OGM sorti de ses laboratoires. C’est un paradoxe qui soulève l’indignation et l’incompréhension au sein de la population américaine. Monsanto, qui détient le fameux brevet pour l’herbicide Roundup et pour les semences génétiquement modifiées capables de résister à ce même désherbant, conserve le droit de poursuivre en justice n’importe quel agriculteur dont la production de maïs contiendrait plus d’1% d’OGM. Belle ironie, sachant que ce sont les organismes génétiquement modifiés eux-mêmes qui contaminent les productions biologiques avoisinantes. Comme si cela ne suffisait pas de rendre les productions de ces agriculteurs invendables car non conformes aux exigences de l’agriculture biologique, Monsanto compte aussi s’enrichir sur la contamination dont elle est à l’origine.

Un papillon super-résistant inquiète les producteurs d'OGM Une étude montre le caractère dominant de la résistance à un maïs transgénique chez un papillon sud-africain. Une découverte qui pourrait remettre en cause la stratégie des zones-refuges. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Gilles van Kote Un nouveau mode de résistance aux organismes génétiquement modifiés (OGM) a été mis en évidence par une étude franco-sud-africaine, publiée mercredi 4 septembre par la revue PLOS One (Public Library of Science Open Access Journal). Cette découverte pourrait conduire à réviser les stratégies actuellement appliquées par les agriculteurs pour lutter contre l'émergence de résistances. Les chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et leurs collègues sud-africains se sont penchés sur Busseola fusca, un papillon de nuit qui n'a mis que quelques années à développer une résistance à un maïs de type Bt cultivé depuis 1998 en Afrique australe. Un certain nombre de cas de résistances apparues chez ces insectes ont déjà été répertoriés.

OGM : l'Europe doit arrêter de tourner en rond LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles van Kote (Service Planète) En proposant aux Etats membres de l'Union européenne (UE), le 6 novembre, d'autoriser la culture du maïs transgénique TC1507 du groupe américain Pioneer, la Commission de Bruxelles et son président, José Manuel Barroso, ont jeté un joli pavé dans la mare. Car ce qui est en jeu n'est pas tant le sort de ce maïs secrétant un insecticide et tolérant à certains herbicides que la réforme du processus européen d'autorisation des organismes génétiquement modifiés (OGM), depuis plusieurs années dans l'impasse. La Commission s'est saisie d'un jugement de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour mettre les Etats membres face à leurs responsabilités. Seuls deux OGM sont actuellement autorisés à la mise en culture dans l'UE : la pomme de terre Amflora, dont BASF a arrêté le développement en 2012, et le maïs MON810 de Monsanto, dont la culture représente 1,35 % des surfaces consacrées à cette céréale dans l'Union.

Sommes-nous encore autonomes A l'heure où l'électronique s'intègre dans presque n'importe quel objet (des voitures aux appareils électroménagers, aux vêtements que nous portons...) et se connectent sans fil sur le web, nous entrons dans l'ère de l'internet des objets, explique l'éditorialiste Christine Rosen pour The New Republic. Un monde où nos interactions quotidiennes avec les objets du quotidien laissent une trace de données, de la même manière que le font déjà nos activités en ligne. "Avec l'internet des objets, nous sommes toujours (et souvent sans le savoir) connectés à l'internet, ce qui apporte des avantages évidents en terme d'efficacité et de personnalisation. Mais cela accorde également aux technologies de nouveaux pouvoirs, pour nous persuader ou nous obliger à nous comporter de certaines façons." A qui devons-nous attribuer la responsabilité de nos actions ? Les technologies peuvent ne pas avoir d'esprit ou de conscience, affirme Verbeek, mais elles sont loin d'être neutres. Hubert Guillaud

National

Excellent article scientifique sur le sujet by roadsterbaby Aug 20

Related:  OGMAgroalimentaire