background preloader

Big data : vos données en vente

Big data : vos données en vente
Après un récent changement de ses conditions d’utilisation, la banque Barclays se réserve le droit de vendre un agrégat d’informations à propos de ses utilisateurs à des entreprises tierces à partir d’octobre 2013. « Ces informations seront quantitatives et non personnelles, et vous ne pourrez pas être identifiés sur la seule base de celles-ci », ajoute la banque. Selon The Telegraph, les utilisateurs ne pourront pas refuser que leurs données soient partagées. En France, SFR a remporté en avril le troisième prix de l’innovation « Big data » en annonçant la commercialisation prochaine de ses données géolocalisées. Les données collectées par l’opérateur puis anonymisées, pourront ainsi renseigner les entreprises sur la fréquentation d’un lieu. De la même manière, des opérateurs britanniques ont lancé Weve, un groupement d’entreprise, pour vendre les données de leurs utilisateurs. L’anonymat de ces données est cependant impossible à garantir complètement. Alexandre Léchenet

Handshake Blog | On dustbins and the price of personal data Your Rating User Rating: 5 (1 votes) A recent article in the UK’s FT, Companies scramble for consumer data, June 12th 2013, shared some intriguing but puzzling insights into the market for personal information. Perhaps the strangest was a proposition which seemed to suggest a complete inversion of normal market economics. The reporter, Emily Steel, started her article by observing that: “Corporate competition to accumulate information about consumers is intensifying … pushing down the market price for intimate personal details to fractions of a cent.” This is very strange indeed because normal market dynamics suggest that as demand rises, all other things being equal, the price should rise rather than fall. The article was accompanied by a calculator that estimated the market value of the reader’s own personal data which returned values of less than a dollar – and often a lot less than a dollar (I know because I tried it multiple times changing my answers to see what happened).

La ruée vers l'or des données personnelles, High tech « Facebook n'a pas été créé pour être une entreprise mais pour remplir une mission sociale : rendre le monde plus ouvert et connecté. » Ainsi parlait récemment Mark Zuckerberg, PDG et fondateur du réseau social le plus fréquenté au monde. On peut dire que le jeune homme de 28 ans a atteint son objectif : près de un milliard de Terriens partagent volontiers des tranches de vie avec leurs amis, « likant » leurs préférences, commentant leurs coups de coeur, signalant leur présence ici ou là... Chacun jugera le paradigme de Zuckerberg à l'aune de ses convictions et de son expérience. Mais neuf ans après sa naissance, Facebook est bel et bien une entreprise et son patron est milliardaire. Cotée, elle aligne des revenus en hausse régulière et prospère sur un modèle économique assez simple dans son énoncé : butiner les informations numériques laissées dans notre sillage pour en faire un miel vendu aux annonceurs. Facebook : 5 dollars par tête Les data centers, nouveaux fort Knox

Vos données personnelles sur internet peuvent valoir de l'or Les données personnelles sont devenues l'or noir du XXIème siècle, celui qu'on exploite et qu'on stocke pour une utilisation ultérieure. Mais s'il existe un marché du fer ou des métaux non ferreux, il n'y a pas encore une bourse des données personnelles. Une étude de Vodafone pour le Royaume Uni indique que la monétisation des données pourrait injecter 21 milliards d'euros dans l'économie britannique! La somme a de quoi faire rêver. "Il y a plusieurs méthodes pour estimer la valeur des données, tempère Mouloud Dey, directeur Solutions et Marchés Emergents chez SAS, on peut prendre la capitalisation de Facebook et diviser par le nombre d'abonnés, ce qui fait de 40 à 300 dollars par personne selon la valeur de l'action. On peut aussi estimer cette valeur en calculant le manque à gagner quand les données disparaissent, à la suite d'un piratage ou d'un accident. Le calcul montre que ces données valent 1,18 dollar par personne..." Les données nues ont peu de valeur Le KGB en a rêvé...

Les 5 étapes d’une stratégie Big Data efficace Qui ? Jean-Claude Muratore, DG de Turn France. Quoi ? Comment ? Pas besoin d'être technicien ou data scientist pour mieux connaître ses clients. 1/ La sensibilisation : prendre conscience de l’importance de vos données existantes Dans son CRM, une société stocke déjà des données transactionnelles, que ce soit on line ou off line : clients qui ont acheté dans un magasin ou sur le site ou le centre d'appels, statistiques de visites du site Web, performances des campagnes d’emailing, de publicité, display, de la vidéo, de la publicité sur mobile, télévision, ou presse. 2/ La structuration: Avoir une vision à 360° de vos clients La valeur de la base de données augmente avec les données d'audience provenant de fournisseurs de données tiers. 3/ La stratégie: Augmenter le taux d’engagement de votre cible avec des messages personnalisés. Il s'agit d'utiliser les informations sur les clients et prospects pour diffuser un message personnalisé, qui les touche parce qu’il est pertinent et utile.

The-Value-of-Our-Digital-Identity.pdf Le Business Model de la revente de données On entend souvent parler des problèmes de confidentialité sur Internet et que les géants du web utilisent nos informations personnelles à des fins commerciales. Comment ce business fonctionne-t-il ? Quels acteurs sont prêts à racheter nos informations et dans quel but ? C’est tout l’art du Business Model de la revente de données (ou des BIG DATA) que nous allons vous expliquer. En quoi consiste ce modèle ? Le but de ce modèle est de créer une très grande base de données d’informations personnelles (âge, sexe, centres d’intérêt, profession etc…) dans le but de les revendre à des acteurs intéressés. C’est ce que fait Facebook qui en premier lieu collecte toutes vos informations dans d’immenses data centers. SFR a récemment informé ses utilisateurs son intention de vendre des données utilisateurs dans le but de rentabiliser certains coûts. Les comparateurs d'assurances comme lelynx.fr utilisent un système de revente d'information personnelle. Mais est-ce une pratique légale ?

Des données personnelles étaient librement accessibles sur le site de la région Ile-de-France « Next INpact » a révélé mardi une faille permettant d’accéder, sur le site de la région, à des documents personnels sans protection : CV, cartes d’identité, passeports, RIB… LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Une faille dans le site de la région Ile-de-France : c’est ce qu’a découvert le média spécialisé dans le high-tech Next INpact, après le signalement d’un lecteur, et qu’il a relaté dans un article publié mardi 12 décembre. Concrètement, il était jusqu’à mercredi possible d’accéder, sans aucune protection, à des documents personnels comme des CV, mais aussi des photocopies de passeports, de cartes d’identité, de relevés d’identité bancaire, de bilans médicaux et autres types de fichiers. Des informations confirmées au Monde par la région Ile-de-France. Ceux-ci proviennent principalement de candidatures de stage et de contrats d’apprentissage envoyés à la région à travers le formulaire du site, qui permet de transmettre différents types de documents.

La prévision du coût total de possession, nécessaire dans le cloud ? S'il est communément admis que le cloud computing permettrait de déployer plus facilement et à moindre coût, encore faudrait-il pourvoir apprécier les économies réalisées si toutefois il y en a. Afin de pouvoir aiguiller les managers dans les bonnes pratiques à adopter par rapport au cloud, l’institut de recherches Saugatuck Technology a privilégié l’approche du coût total de possession (ou TCO) pour hiérarchiser les types de projets pouvant être raisonnablement mis en place par l’apport d’une solution issue du cloud computing. En effet, les dirigeants et gestionnaires ont tendance à considérer le Cloud comme une ressource à faible coût et ainsi à transférer des tâches assez facilement vers le nuage. Une optique de gestion de projet à mettre en place L’étude révèle ainsi que la comparaison empirique des coûts face aux prévisions permet d’affiner l’approche à adopter par rapport au cloud. Des économies drastiques sur des postes à faibles charges de travail

Handshake Blog | The supply curve for personal data Your Rating User Rating: 0 (0 votes) In the TED talk, ‘What physics taught me about marketing’, Dan Cobley, a marketing director at Google, speaks about the Heisenberg Uncertainty principle. In a nutshell, this means that it’s impossible to exactly measure the position and momentum of a particle, because the act of measuring changes them. Dan’s “marketing takeaway” from this was that we should measure what consumers actually do, rather than what they say they’ll do. Those of you who’ve read our other posts will know why we cringed when he cited “better point-of-sale tracking” as a way things have ‘improved’ in this respect. But there is a lot of truth in what Dan says, and it applies to an interesting chart in a report by the Boston Consulting Group called ‘The value of our digital identity’. This is an intriguing stab at the ‘supply curve for personal data’, but you’ll notice it was constructed by asking respondents for their willingness to provide data at different price points.

Food and Drug Administration Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Food and Drug Administration (FDA, « Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux »[1]) est l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments. Cet organisme a, entre autres, le mandat d'autoriser la commercialisation des médicaments sur le territoire des États-Unis. Historique[modifier | modifier le code] 1906 (juin) : le président Théodore Roosevelt signe le Food and Drug Act, également appelé Wiley Act d’après son principal artisan[2]. L'administration fédérale prépare des réformes législatives en vue de réformer le système de surveillance, jugé inadapté (en juin 2009, des produits de Nestlé, faits à partir de pâte de cookie (en), ont été rappelés, les produits contenant la bactérie potentiellement mortelle E. coli O157:H7, habituellement présente à l'intérieur des intestins des bovins[6]). Législation[modifier | modifier le code] Organisation[modifier | modifier le code]

Related: