background preloader

L’agir enseignant : des gestes professionnels ajustés

L’agir enseignant : des gestes professionnels ajustés
Le grand mérite de l’équipe de Dominique Bucheton est de nous permettre de sortir par le haut des impasses des formations prescriptives, celles qui montrent les « bonnes méthodes » des « enseignants expérimentés », en considérant l’agir enseignant comme un objet légitime de recherche et de formation. L’association, trop rare, d’universitaires, de formateurs et d’enseignants rend cette recherche exemplaire. Prenant au sérieux le travail réel des enseignants, à la fois la source et le débouché de leur recherche, ces chercheurs avancent avec la double exigence d’un ancrage théorique fort et d’un pragmatisme imposé par leur objet.Pour se faire une idée de la richesse du modèle proposé, rien de tel qu’une plongée dans l’une des séquences de classe décrites dans la seconde partie du livre. Yannick Mével Entretien avec Dominique Bucheton Les macrodécisions générées par l’immédiateté de ce qui se passe dans la classe ne peuvent être dissociées des « logiques profondes ».

http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-agir-enseignant-des-gestes-professionnels-ajustes

Related:  Lecturesmemoire cafi

Numérique Éducatif Le modèle SAMR établi par Robert Puentedura peut-être particulièrement efficace aujourd’hui pour estimer l’impact des technologies numériques dans l’enseignement, à condition qu’il soit interprété, au plus près des intentions de l’auteur. Il peut-être résumé de façon visuelle par les 4 étapes ci-contre, il se lit de bas en haut. En partant d’une tâche donnée, on évalue l’impact de l’utilisation de la technologie en se référant aux 4 niveaux : soit la technologie permet une amélioration (niveaux 1 et 2), soit elle permet une transformation de la tâche (niveaux 3 et 4), laquelle transformation est – d’après Puentedura – source d’un meilleur apprentissage. Voici un exemple

519 - Les gestes professionnels des formateurs d’enseignants : un enjeu pour la professionnalisation de l’accompagnement Francine Pana-Martin Laboratoire EFTS, Université de Toulouse le Mirail 2, France Mots clés : Gestes professionnels, Formateurs d'enseignants, Professionnalisation, Accompagnement. Le concept de geste professionnel dans l’activité enseignante a été introduit par Jorro en 1998 suite aux études anthropologiques de Mauss (1934) sur les techniques du corps. Particulièrement étudié dans les approches disciplinaires (Français, EPS…) il est aujourd’hui un concept mobilisateur dans le champ de la professionnalisation. Utilisation d'oeuvres à des fins d'éducation et de recherche Note introductive Le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (MENESR) et la conférence des présidents d'université ont conclu le 6 novembre 2014, pour les années civiles 2014 et 2015, un protocole d'accord avec les titulaires de droits d'auteur sur l'utilisation des livres, des œuvres musicales éditées, des publications périodiques et des œuvres des arts visuels à des fins d'illustration des activités d'enseignement et de recherche. Cet accord, qui remplace celui signé le 1er février 2012 pour les années civiles 2012 et 2013, a largement été remanié, tant sur la forme que sur le fond. Il est donc recommandé de se reporter systématiquement à ses stipulations pour l'utilisation d'œuvres protégées par le droit d'auteur.

Mobiliser et transmettre les savoirs : En 2006 a eu lieu à la Bibliothèque nationale de France (BnF) une expérience d’« analyse clinique de l’activité 1 ». Elle émanait de la proposition de deux psychologues du travail en quête d’un terrain leur permettant de finaliser un diplôme du Conservatoire national des arts et métiers, chaire de psychologie du travail, dirigée par Yves Clot. Ils souhaitaient étudier les savoirs mobilisés dans une activité professionnelle et la problématique de leur transmission. Cette proposition a été accueillie favorablement par la bibliothèque car elle répondait à certaines préoccupations de transmission des savoirs en matière de service public.

Guides pratiques - Publications Victoires-Editions, nouvelle édition 2005. 148p. (épuisé) Chaque année des milliers de collégiens et de lycéens se lancent dans l'aventure du journalisme. Du Makake déchaîné à Sadi tout en passant par Franklin d'oeil, Silence on gratte ou encore La Fenêtre, ils partagent la même envie de s'exprimer avec humour et liberté. Cependant, le désir et la liberté ne suffisent pas, car créer un journal pose beaucoup de questions: comment monter une équipe et définir un contenu original, savoir écrire pour être lu, mettre en pages de façon attractive, imprimer, financer, vendre? Fourmillant d'astuces, cet ouvrage propose, à l'appui d'exemples concrets, des conseils en matière de répartition des tâches et des fonctions de ceux qui font un journal, des recommandations rédactionnelles ainsi que des informations sur les droits et devoirs des journalistes en herbe.

La « référentialisation » des compétences à l’école, conceptions et mises en œuvre 1 Dans une trilogie semblable, la recommandation du Parlement européen et du Conseil, du 18 décembre (...) 1À l’image de ce qui se fait dans bien d’autres pays (Canada, États-Unis, Suisse, Pays-Bas, Royaume-Uni, Belgique…) et dans une logique que certains n’hésitent pas à soupçonner d’être inspirée par celle qui prévaut dans les entreprises (Hirtt, 2009), la France est entrée dans une phase de « référentialisation » des compétences à l’école. Celle-ci consiste à définir les compétences attendues en répertoriant, de manière distincte, les connaissances, capacités et attitudes, supposées en constituer l’essence1. Sont ainsi visées les compétences des élèves, explicitées dans le « socle commun de connaissances et de compétences » (BO, no 29 du 20 juillet 2006) mais, également, les compétences professionnelles que doivent développer et mettre en œuvre les professeurs (BO, no 1 du 4 janvier 2007). 3 Loi 91-1405 du 31 décembre 1991. 4 Loi 2002-73 du 17 janvier 2002. 6 Cf.

Problématique de mémoire - FORMATEUR Problématique de mémoire Le mémoire, en tant qu’écrit professionnel, doit rendre visible un positionnement de formateur. La définition de la problématique du mémoire est un point fondamental. Il n’y a pas d’agrément du sujet, aussi cette problématique doit être bien définie pour éviter de se lancer dans une aventure qui n’aboutirait pas comme elle le devrait. C'est de l'existence d'une problématique bien construite que dépend la réussite du mémoire. L’objectif de ce document est d’accompagner votre définition de la problématique du mémoire CAFIPEMF.

Related: