background preloader

Marcher/Créer

Marcher/Créer
Cycle 4 Question : L’œuvre, l’espace, l’auteur, le spectateurQuestionnement : la relation du corps à la production artistique (ici le déplacement du corps dans l’espace réel et l’espace vidéo) Notions : espace, temps, geste Compétences : Expérimenter, produire, créer : S’approprier des questions artistiques en prenant appui sur une pratique artistique et réflexive. et Recourir à des outils numériques de captation et de réalisation à des fins de création artistique.Domaines du socle : 1, 2, 4, 5 Mettre en œuvre un projet : Faire preuve d’autonomie, d’initiative, de responsabilité, d’engagement et d’esprit critique dans la conduite d’un projet artistique. Domaines du socle : 2, 3, 4, 5 S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs, établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir à l’altérité : Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires. Domaines du socle : 1, 3, 5 Marcher / créer Dispositif de la séquence : Related:  3emeL'espace

Gestes du quotidien L’idée de cette séquence est survenue suite à un travail réalisé avec le professeur de latin, production vidéo dans laquelle les élèves de 3e (latinistes) devaient "gestuer un texte". Dans la séquence qui nous intéresse ici, plus de texte, seul le geste. Le geste, prolongement du corps, de nos intentions et plus précisément le geste du quotidien, celui que l’on refait chaque jour. Dans cette séquence l’élève va rejouer, repenser, mimer un quotidien et représenter cette banalité avec la vidéo ou l’appareil photo numérique en mode vidéo. La séquence se nomme : • Les gestes du quotidien Entrée programme de 3e L’expérience sensible de l’espace le corps de l’auteur / gestes/actions • Compétences de l’élève visées Compétence artistique, expérience artistique Réaliser une production artistique qui implique le corps et plus précisément des gestes effectués au quotidien. Apprentissages : Expérimenter et réaliser des actions"Gestuer" / mimer Compétence numérique Compétence culturelle Séance 1 Séance 2

Petite invasion faussement naturelle dans la salle d'arts plastiques 3e Notre petite salle d’arts plastiques s’est vue ces derniers temps envahie d’éléments naturels, enfin presque… De l’eau, de la lumière, du minéral, du végétal, de l’air, du feu, bref, voici tout ce que les élèves ont mis en scène, avec pour contrainte, l’interdiction d’utiliser le moindre élément naturel pour leur réalisation. Voici la présentation de leur travail, texte, images et vidéo. Le programme des 3e est le lien idéal pour ce sujet. Chacun alors s’interroge sur la manière de traduire matériellement un élément naturel et de le mettre en scène. permettent des réponses parfois selon un point de vue unique, un peu comme Felice Varini ou Georges Rousse, deux artistes connus des élèves. Exemple d’exploitation du relief de la classe Les travaux installés devant les fenêtres donnent une lecture contrastée du paysage en transparence. Dialogue entre intérieur et extérieur ; naturel et artificiel. Le tableau blanc est devenu le tableau d’une scène inquiétante L’air emprisonné de Pauuline… © S.

Un selfie qui prend la tête, 3ème Un selfie qui prend la tête: Exploration: Objectif: Le corps dans sa mise en scène avec des peintures qui feront corps avec l’artiste. Apprentissages: Construire et fabriquer des volumes en tirant parti des qualités physiques et formelles: plein et vide, proportions, lumières, matières, couleurs, etc Exposer des travaux selon plusieurs modalités Compétences: Réaliser une production artistique qui implique le corps Questions : Qu’apporte le selfie par rapport à la réalité ? Références artistiques: Van Eyck, L’homme au turban rouge, 1433, le turban rouge symbolise sa fonction de peintre, il envahit toute la partie supérieure du tableau c’est dire son importance. Narcisse, Le Caravage L’esprit de notre temps 1920 bois et matériaux divers 32,5x21x20cm, oui l’esprit était bien là de mesurer les proportions du visage pour en tirer des conclusions sur la personnalité des gens. Damian Hirst, recouvre de diamants la tête de mort. Firman disparaît derrière un monticule d’objets qui entourent sa tête

Back to nature Jeudi 19 avril 4 19 /04 /Avr 15:29 Réalisations des élèves de 3ème dans le parc du collège. Mettre en relation un lieu spécifique et les matériaux trouvés sur place. Le travail doit être fini en 30 minutes et photographié. Partager l'article ! inShare Par VGL - Publié dans : 3ème 1 Des mondes en bocaux - Réalisations 3e Description Un bocal pour support, les élèves de 3e ont eut à réaliser « Un monde selon… ». A chacun son point de vue, donc à vous de regarder à travers les yeux d’une araignée, d’un poisson, d’un personnage de bande dessinée, un artiste, et même de Dieu ! La contrainte était de ne pas représenter le personnage à travers lequel on perçoit le monde et de donner suffisamment d’éléments évocateurs de l’univers évoqué. L’expérience a permis de créer un volume à la circulation intérieure et extérieure, jouant sur la transparence ou l’épaisseur du verre, sur l’ouverture ou la fermeture du contenant. Bocal ouvert, fermé, espace clos, ouvert, mis en scène, chaque bocal raconte son histoire. Les élèves ouvrent pour vous leurs bocaux fantastiques. Le monde selon Salvador Dali Le monde selon Pinocchio Compilation des travaux en vidéo Le monde en bocaux selon… Compilation de réalisations des 3e Interrogation sur les pratiques Le monde selon un pompier Croquis de propositions d’exposition du bocal S.

Chorégraphie pour portable • Niveau : 3ème L’objectif était de faire comprendre que l’outil de communication (le téléphone portable) dans ses spécificités, peut-être un outil de création artistique, en appréhendant autrement l’espace environnant par le corps en mouvement.Elle s’est déroulée en trois séances. La classe a été divisée en deux groupes lors de la première séance de travail : un groupe au Cdi, en collaboration avec le ou la documentaliste, effectuant un travail de réflexion autour d’un interview filmé d’Alain Fleischer, durant 25mn. • 1ère séance : J’ai demandé aux élèves, en binôme, d’imaginer une chorégraphie (pour camera portable) dans l’espace de la salle de classe, en fixant l’appareil sur une partie du corps, afin de filmer l’espace environnant. Conditions : un portable caméra, du sparadrap (afin de fixer l ’appareil sur le corps sans l’endommager) /temps : 30mn /lieu : salle d’arts plastiques J’invite les élèves à verbaliser autour de la proposition et de la demande. Qu’est qu’un portable camera ?

Sculpture vivante, 3ème 1er temps: 20 minutes pour réaliser une sculpture vivante au collège. 2ème temps: installez votre sculpture vivante dans l’espace du collège. 3ème temps: « Une sculpture vivante accrochée au collège »! 4ème temps: « Une sculpture accrochée à ma chaise » Apprentissages: Produire in situ Découvrir des pratiques artistiques contemporaines: la performance Expérimenter physiquement l’espace bâti Compétences: Prendre en considération dans une production artistique les données physiques d’un espace Expérimenter de façon sensible l’espace des oeuvres Réaliser une production qui implique le corps Références artistiques: Gilbert et Georges Willi Dorner Premier temps: sans montrer les références Temps 3: Quatrième temps: Une sculpture accrochée à ma chaise J'aime : J'aime chargement…

Collège Bernard de Fontenelle - Light painting Collège Bernard de Fontenelle Vous êtes ici : Accueil > Matières > Arts plastiques > Light painting Dans cette rubrique Par : Claire Galibert Publié : 4 mai 2011 Light painting Le light painting (littéralement « peinture de lumière » en français) est une technique de prise de vue photographique. arts plastiques - InSitu - des représentations de l'espace La perspective : Etymologiquement, dérivé du latin « perspectiva » donc « perspicere » = voir clairement. Au sortir du moyen âge, la perspective est l'aboutissement d'un désir de rationalisation de la vision, d'une volonté de supprimer ses aspects affectifs pour n'en garder que les règles de fonctionnement. Les architectures de Giotto sont conçues comme des cubes scéniques qui permettent au spectateur d'apercevoir à la fois le dedans et le dehors, ce système se rapproche de la perspective dite cavalière, les lignes restent parallèles. Le spectateur est sur un point élevé au dessus de la scène. La Renaissance humaniste invente la perspective pour représenter une vision du monde qui place l'homme au centre de l'univers. Appliquée à la lettre la perspective albertienne (appelée aussi conique) donne aux hommes et aux bâtiments la même apparence. Ce principe illusionniste de la perspective en se perfectionnant a donné lieu à une complexité de plus en plus savante.

Related: