background preloader

La question blanche (Troisième partie)

La question blanche (Troisième partie)
Première partie : Le mal-être raciste Deuxième partie : Le mal-être anti-raciste Une première manière de parler de ce mal-être est la manière bête et méchante de nos ennemis : « Haine de soi » « Complexe » « Culpabilité post-coloniale »… Un responsable national du MRAP a aussi jugé pertinent et spirituel d’écrire que j’étais « un bounty à l’envers : blanc à l’extérieur, noir ou arabe à l’intérieur, ou du moins se rêvant noir ou arabe, avec en prime un voile sur la tête. » [1] Ce registre est assez classique chez tous les racistes : c’est l’idée banale selon laquelle le blanc qui se solidarise avec les noirs en lutte est un « négrophile », voir un « lécheur de nègres » comme on le disait aux Etats Unis à l’époque des droits civiques [2], ou que celui qui se solidarise avec des musulmans est « islamophile ». 3. Pour donner un aperçu concret de ce privilège blanc, je partirai d’une expérience personnelle. « Quand c’est vous qui le dites ce n’est pas pareil ». Et plus explicitement encore : 4. Related:  Que faire de ce qu’on a fait de nous ?

La question blanche (Deuxième partie) Il y a un mal-être raciste mais il y a aussi un autre mal-être blanc : celui des antiracistes. Dans la gauche dite antiraciste, je suis en effet tombé sur des gens qui devenaient littéralement malades lorsqu’on les qualifiait de blancs. Ils manifestaient donc un mal-être blanc au sens le plus littéral – puisque c’est le simple fait d’être blancs, ou plus précisément identifiés comme tels, qui provoquait tout le mal… Première partie : Le mal-être raciste Qu’on m’entende bien : je ne parle pas de gens qui prendraient mal le fait d’être traités de « petits blancs », ce qui serait compréhensible étant donné qu’il s’agit d’une injure politique ; je parle de gens qui s’offusquent du seul fait d’être qualifiés de « blancs », sans que ce constat – car c’est un constat : ils sont blancs – ait la moindre intention injurieuse. Ce qui peut être insupportable, c’est également de se représenter comme des privilégiés ou des dominants. « Il n’y a pas de différence entre blancs et noirs »

10 things La question blanche (Première partie) Ce texte, le premier que j’écris à la première personne, est le résultat d’une sollicitation des Indigènes de la République, pour une intervention à leur « Parlement anticolonialiste » d’octobre 2006. Après deux « indigènes » noirs et arabes répondant respectivement aux questions « Qu’est-ce qu’être noir dans la France de 2006 ? » et « Qu’est-ce qu’être arabe dans la France de 2006 ? L’une des raisons pour lesquelles cette proposition m’a paru intéressante est son caractère déconcertant et difficile : jamais jusqu’à un passé récent je ne m’étais posé une telle question, car jamais on ne m’avait amené à me la poser. 1. Du moins cette place va de soi dans la mesure où, en plus d’être blanc, je suis de sexe masculin, hétérosexuel, et d’origine sociale aisée. Etre blanc n’est en effet pas simplement une affaire de couleur de peau. 2. Blanc n’est en effet pas une catégorie raciale, mais une catégorie sociale. Voilà donc un premier mal-être blanc. Deuxième partie : Le mal-être anti-raciste

NOIRABIE — La mondialisation du care. Délégation des tâches domestiques et rapports de domination. Par Caroline Ibos. La question blanche (Quatrième partie) Première partie : Le mal-être raciste Deuxième partie : Le mal-être anti-raciste Troisième partie : Le privilège blanc Cette condition blanche que je viens d’évoquer, chaque blanc a le « choix » [1] de la vivre sous différents modes, impliquant chacun une forme spécifique de mal-être – surtout lorsque, officiellement, notre système de valeurs se fonde sur la liberté l’égalité et la fraternité. l’adhésion, qui consiste à faire corps avec son rôle de blanc, sans la moindre distance, le moindre recul, la moindre réflexivité, et à mépriser tranquillement les non-blancs ; mais alors le mal-être nous rattrapera forcément, sous la forme d’une peur panique, à chaque fois que des non-blancs relèvent la tête et viennent nous rappeler qu’ils existent, qu’ils sont là et qu’ils sont nos égaux. La première possibilité, plutôt rare, est le cynisme : Cette dernière option est à mes yeux la meilleure. Éloge de la traîtrise Cette traîtrise est pour moi la meilleure solution. le découragement

Personne ou presque ne fait attention à lui, l'homme qui ne lève pas le poing sur cette photo mythique. Et pourtant... C'est peut être bien lui le plus grand héros de cette scène ! Peter Norman nous a quittés il y 9 ans. L’écrivain italien Riccardo Gazzaniga a écrit un texte puissant en mémoire de ce sprinter Australien dont l’histoire est méconnue, contrairement à la photo, entrée dans la légende du sport.Préalablement publiée sur son site personnel, traduite en anglais sur GRIOT, nous avons décidé de la partager avec vous, en français. -----Parfois, les images peuvent nous tromper. Prenez cette photographie, par exemple. Vous la reconnaissez sans doute, elle est extrêmement célèbre et se trouve dans tous les livres d’histoire : c’est le geste de rébellion de deux coureurs afro-américains, John Carlos et Tommie Smith, brandissant le poing pour protester contre la ségrégation raciale, alors qu’ils se trouvaient sur le podium après avoir couru les 200 mètres lors des Jeux Olympiques de 1968, à Mexico. Eh bien cette photo m’a trompé, pendant très longtemps… Et il est probable qu’elle vous ait trompé, vous aussi. Mais je me trompais. Peter Norman, le "troisième homme"

Whites Who Oppose Racism: Here’s How To Stop Doing It Wrong | HaifischGeweint In the tradition of my first very similarly-titled blog post on how to be a better anti-misogyny ally, I am simply going to copy/paste the privilege-conscious disclaimer portion of that entry here. Some other sections of this blog post are also copy/pasted portions of that same blog post, because a lot of what I had to say there applies here as well. I’ve been working really hard for years now, to understand privilege and oppression, and how it plays into my own day-to-day life. I was born in North America, and continue to live here. I am a white person (my blood comes from all across Europe, not just the Northwest), who is also part Caucasian and part Jewish by ethnicity. I am college-educated, I have access to the internet, and my first language is English. You’re White (Me Too), You (We) Have White Privilege I’ve written about what it means to be white in North America — chiefly, that it isn’t just a matter of being pale-faced. The list goes on. Remember the cars again?

Ponyo sur le malaise • toocooltobehipster: [video]

Related: