background preloader

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!
Notre système visuel décortique les interactions des ondes électromagnétiques visibles avec les objets de notre milieu pour en extraire des informations sur le monde et rendre possible la perception visuelle. Celle-ci est considérée comme un processus dynamique qui va bien au-delà de la simple réplication de l’information visuelle fournie par la rétine. Percevoir, c’est créer une figure ou une forme qui n’apparaît pas nécessairement comme tel dans le réel, mais dont la représentation mentale permet de la reconnaître dans diverses conditions, comme lorsqu'elle est partiellement cachée par quelque chose. Par conséquent, étudier la façon dont le cerveau parvient à combler l’information manquante ou ambiguë peut nous en dire beaucoup sur notre façon de percevoir le monde. Et l’étude des illusions d’optique est un terreau fertile où des images ambiguës forcent notre cerveau à prendre des décisions qui nous renseignent sur sa façon de percevoir le monde.

mesure de la pression artérielle Protocoles expérimentaux Mesure de la pression artérielle Didier Pol, Travaux pratiques de Physiologie Animale, 9 Quai saint Bernard - Biologie et Multimédia I. Un peu d'histoire C'est en 1628 que W. Harvey découvrit la circulation du sang. II. Le sphygmomanomètre est constitué d'un brassard gonflable relié à une poire et à un manomètre gradué en mm de mercure qui mesure la pression dans le brassard. III. Le stéthoscope permet d'identifier les deux moments clés de la mesure en écoutant le pouls de l'artère brachiale. IV. On gonfle le brassard avec la poire, valve fermée, jusqu'à une valeur de quelque 130 à 140 mm de Hg pour interrompre la circulation dans l'artère. Faire bien attention à ne pas maintenir longtemps le brassard gonflé. La pression artérielle s'exprime donc par deux valeurs. V. Le bras doit être en extension et en supination, l'avant bras et le dos de la main reposant sur un support situé plus bas que l'épaule. S'entraîner à écouter le pouls brachial au stéthoscope.

Anatomie et physiologie de l'œil La vue est un bien précieux. Un de nos cinq sens le plus sollicité. Mais quelles sont les caractéristiques de l'œil ? Découvrez cet organe ultra-performant, de la pupille à l'acuité visuelle et son système lacrymal. L'anatomie de l'œil : une sphère complexe L'œil, ou globe oculaire, est une structure creuse de forme globalement sphérique. La tunique externe est la sclérotique, tissu conjonctif dense et peu vascularisé. Son rayon de courbure avant est de 7,8 mm.Le rayon de courbure de la face arrière est de 6,8 mm.Elle est plus mince au centre : 0,45 mm.Son indice de réfraction est n=1,377.Sa puissance est de 42 dioptries. La cornée est composée de cinq couches différentes : épithélium cornéen : 32 micromètres d'épaisseur, cellules se renouvelant rapidement. La tunique vasculaire au milieu est formée de trois parties : la choroïde, le corps ciliaire et l'iris : la choroïde est une membrane pigmentée en brun par des mélanocytes. La tunique interne est la rétine, composée de deux couches. 1.

Masculin/féminin : le genre existe-t-il chez les animaux ?  Peut-on expliquer la différence de comportement entre hommes et femmes uniquement par le sexe ? Depuis un demi-siècle les sciences humaines ont introduit la notion de genre dans ce débat. Aujourd'hui, un éthologue se demande si le genre n'explique pas également le comportement mâle versus femelle chez d'autres espèces animales. Les syrphes, ou syrphidés, sont une famille de mouches. Ici, un couple de Simosyrphus grandicornis (Australie, 2006).© Wikimedia Commons En sciences humaines, le mot genre recouvre les différences de comportements entre les hommes et les femmes. Chez les animaux, aucune étude n’emploie le mot genre dans ce sens. Certains éthologues ont observé que des individus du même sexe n’avaient pas systématiquement les mêmes comportements d’une espèce à l’autre et parfois même, au sein d’une seule espèce, en regard du sexe opposé. 01.Le genre en question Parade de suffragettes, le 6 mai 1912 à New York. Depuis, la notion de genre s’est affinée et complexifiée en même temps.

Voyagesaucoeurdelascience.fr Peut-on toujours croire ce que l’on voit ? A la différence du rayon vert et des mirages, certaines images perçues par notre œil peuvent s’avérer inexactes. C’est ce que nous appelons une illusion d’optique. Comment se forme l’image ? Au moment où vous lisez cet article, les images que vos yeux voient traversent tour à tour la cornée, l’humeur aqueuse, le cristallin et le vitré avant d’atteindre la rétine, où tous les rayons lumineux qui constituent ces images convergent. La rétine est constituée de milliards de cellules. Les illusions géométriques La plupart des illusions sont dues à une mauvaise interprétation des éléments situés autour de la zone observée. La grille d’Hermann Grille d’Hermann. Voyez-vous les points gris apparaître aux intersections entre deux lignes blanches? L’illusion de TitchenerCette illusion montre à nouveau que le cerveau peut être trompé par les éléments situés autour de l’image observée. Ici, ce ne sont plus les couleurs qui trompent nos yeux mais la taille.

Avogadro - Sciences Avogadro est un éditeur et un visualiseur avancé de molécules. Il est multi-plateformes et conçu pour le calcul scientifique en chimie, la modélisation moléculaire, la bio-informatique, la science des matériaux et autres champs de recherche connexes. Ses principales qualités sont un rendu flexible et un robuste système de plugins. Avogadro supporte la plupart des types de fichier de représentation moléculaire. La fonction de visualisation comprend beaucoup d’options : sphères, bâtonnets, fil de fer, isosurfaces, … On peut également faire apparaître des informations comme le nom des atomes, leur taille, les distances inter-atomes, les angles, … La création de molécules est vraiment simplifiée par l’ergonomie du logiciel et est accessible à des élèves de collège. Autant il existe pléthore de logiciels de visualisation moléculaire, qu’ils soient libres ou non libres ; autant Avogadro est l’un des seuls logiciels permettant de construire des molécules.

Le dico des drogues - LSD L’intensité des effets varie selon chaque personne, le contexte dans lequel elle consomme, la quantité et la qualité de produit consommé. Les effets recherchés sont les hallucinations (distorsions visuelles et auditives), une expérience d’introspection et de voyage intérieur, une expérience de type mystique. Le LSD modifie et intensifie toutes les perceptions sensorielles : au niveau visuel, les couleurs paraissent plus brillantes, plus vives, les nuances sont plus subtiles, la perspective est également modifiée (les objets les plus ordinaires peuvent s’animer) ; au niveau auditif, les sensations varient entre une meilleure acuité auditive et une confusion des sons, une difficulté à localiser leur origine ; souvent les sons paraissent, plus intenses, riches de nuances ; au niveau tactile, la sensibilité est diminuée de façon significative ; au niveau olfactif, les sensations sont exacerbées. Attention : la réaction au LSD est très variable et imprévisible.

Related: