background preloader

La régulation de l’économie collaborative en question

La régulation de l’économie collaborative en question
En septembre, rapporte Ron Lieber pour le New York Times, Nigel Warren a loué la chambre qu'il occupe dans son appartement à New York sur Airbnb pour 100 $ la nuit. Mais à son retour quel ne fut pas sa surprise d'être convoqué par son propriétaire et les agents de la ville de New York pour avoir enfreint plusieurs interdictions et se retrouver condamné pour plus de 40 000 $ d'amendes ! En effet, les lois locales ou votre contrat de location peuvent interdire la sous-location voir la location de courte durée. A New York, par exemple, vous ne pouvez pas louer d'appartements ou de chambres pour moins de 30 jours, sauf si vous vivez dans les locaux en même temps. Des lois plus restrictives existent encore à San Francisco ou à la Nouvelle-Orléans, mais également à Paris ou Londres. L'économie collaborative dans la tourmente "Ce n'est pas parce que vous le faites via l'internet que tout est autorisé", rappelle le journaliste du New York Times. Wu rappelle ce que nous avons déjà évoqué. Related:  Univers collaboratif

Cartographies associatives L’économie de la Connaissance par Peter Drucker Dans Au Delà Du Capitalisme, Peter Drucker offre une formidable synthèse de sa réflexion sur la société de la connaissance. Dans cet ouvrage publié en 1993 (sous le titre original de Post Capitalist Society), le pape du management moderne propose un cheminement intellectuel passionnant, visionnaire et dont la pertinence semble être confirmée par le 21ème siècle. #hypertextual étant drôlement sympa, ce blog vous en offre les 10 idées majeures : 1/ Si la révolution prolétaire dont Lénine, Marx et Staline étaient persuadés de l’imminence n’a pas eu lieu c’est pour une raison. 2/ La connaissance est la seule source qui compte aujourd’hui. 3/ Appliquée aux tâches que l’on connait, la connaissance devient productivité. 4/ L’innovation c’est la connaissance utilisée pour produire de la nouvelle connaissance. 5/ Durant la première révolution industielle (XiXème siècle), la connaisance était appliquée aux outils. 8/ Les travailleurs disposent des moyens de production : leur savoir. Like this:

Economie collaborative : l’envers négatif du business collaboratif - The blog of BeDigitalBusiness Avant de débuter cet article sur l’envers négatif de l’économie collaborative, je me permets de préciser certains éléments sur l’entreprise et les raisons de ce post. Si vous désirez directement aller à l’essentiel : sommaire économie collaborative. Sommaire - Tout d’abord, qu’est-ce que l’économie collaborative ? - L’économie collaborative ou le mythe de la libération économique… - Comment ça tu veux que mon / ton assurance couvre les frais ? Tout d’abord, qu’est-ce que l’économie collaborative ? sommaire économie collaborative L’économie collaborative ou le mythe de la libération économique… Comment ça tu veux que mon ton assurance couvre les frais ? La responsabilité juridique des internautes engagée Je crée et mon produit appartient à quelqu’un d’autre, mais j’ai mon nom, là en bas en police 10 dans l’avant-avant dernière page du livret d’explications Tous pourris ?

Au CO-tidien Nous reproduisons sur cette page la typologie des services de partage et de consommation collaborative que nous avons élaborée dans le premier chapitre du livre. Nous la compléterons au fur et à mesure, car de nouveaux services apparaissent tous les jours ! Merci à la graphiste Nelly Mary pour les 4 pictogrammes illustrant notre typologie. La diffusion de cette liste est soumise au Creative Commons (libre reproduction, non commercialisation et citation de l’auteur). Une organisation ou un particulier partage l’usage d’un bien et se fait rémunérer pour cela. On peut partager… Co-élaboration Certaines logiques regroupées ici sont fort anciennes, comme les projets associatifs, coopératifs et mutualistes : c’est l’échelle de valeurs et le degré d’engagement formel qui permettent de différencier les approches. Le troc Je peux échanger : Co-habitation La logique de don est remise au goût du jour : don entre personnes mais aussi au sein d’une communauté d’appartenance.

L’économie du partage va s’étendre bien au-delà Airbnb, qui a révolutionné l’hébergement, approche le million d'"hôtes" (640.000, au dernier décompte) louant leur appartement. La bête noire des taxis, l’application Uber, qui permet à tout le monde de devenir chauffeur, est valorisée 40 milliards de dollars. Les plateformes de financement participatif ("crowdfunding"), comme KissKissBank, explosent. "Pourtant, vous n’avez encore rien vu", lance Jeremiah Owyang, à l'ouverture de la conférence sur l'innovation Le Web. "2015 sera l’année de la foule." Pour ce gourou de l’économie du partage, ou plus précisément "collaborative", de nouveaux acteurs vont bouleverser d’autres secteurs, plutôt inattendus : Santé et bien-être. Et encore : Bannerman vous permet de "louer" des gardes du corps comme une voiture.Un premier rendez-vous avec un inconnu ? En 2014, le secteur de l’économie collaborative a levé 8 milliards de dollars. La présentation complète (en anglais) : Aurélien Viers - @aviers

L’économie collaborative entre dans le "mainstream" L’association des professionnels du marketing (ADETEM) vient d’organiser une demie journée de travail autour de l’économie collaborative, dont l’exemple le plus connu est Airbnb, la plateforme communautaire de location et de réservation de logements de particuliers. Que les professionnels du marketing travaillent sur cette forme d’économie est le signe d’un basculement en cours, qu’il convient, compte tenu de ses potentiels, d’accompagner. L’ADETEM, l’association qui regroupe les professionnels français du marketing, vient d’organiser une demi-journée de travail autour de l’économie collaborative. C’est un signal fort : cette économie sort du statut d’utopie, entre dans le mainstream. Avec l’économie collaborative, des particuliers produisent, échangent, partagent l’usage d’un bien, voire se financent entre eux, directement. L'économie collaborative, une attente très forte pour les consommateurs Une confiance tacite entre "demandeurs" et "offreurs"

Du brise-glace au hackaton, le co-créatif renouvelle le brainstorming Image: Focus Lab Avez-vous déjà entendu parler de « barcamp« , de « world café« , de « forum ouvert » ou de « hold-up« ? Car il s’agit là de techniques d’animations de réunions, de rencontres ou d’ateliers qui renouvellent le format et les méthodes généralement utilisés pour discuter et stimuler la créativité collective. Le brainstorming, c’est has been Le forum Changer d’ère qui s’est déroulé le mercredi 5 juin 2013 à la Cité des Sciences n’a cessé d’insister sur la société du « co » qui émerge aujourd’hui. En Equateur, une « Minga » est un travail collectif à des fins sociales. Leur principe est relativement simple: il s’agit de faciliter les interactions sociales et la participation de chacun en cassant les formats habituels de contribution. Une architecture ouverte de débat Transition Lab – Photo : Noveterra Une boîte à outils collaborative Aujourd’hui, pas moins de 200 formats plus ou moins similaires sont référencés dans cette base de données ouverte aux contributions de chacun.

L'économie collaborative : mythe, mode ou réalité ? Les assureurs et l’économie collaborative : vers l’assurance P2P eBay, AirBnB, BuzzCar, mymajorcompany, KissKissbankbank, Bitcoins et bien d’autres encore. Ces entreprises ont un point commun : elles font partie de l’économie collaborative. Deux grandes tendances peuvent être soulignées dans l’économie collaborative : d’un côté la consommation collaborative et de l’autre la création collaborative, le financement participatif et la connaissance « ouverte ». La deuxième tendance est tirée, non pas par de nouveaux modes de consommations, mais par de nouveaux modes de création et de gestion. Comment ce mouvement peut-il impacter les assureurs ? Les assureurs sont concernés à double titre par ce mouvement qui s’accélère. Au-delà d’une adaptation à un changement de matière assurable, l’économie collaborative invite les assureurs à se poser une autre question : dans quelle mesure ces modèles d’économie collaborative peuvent remettre en cause les modèles actuels de création et de distribution des produits et services d’assurance ?

Comparatif de sites de trocs, d'échanges Ce tableau comparatif liste tous les sites de trocs, d'échanges de services, de dons... entre particuliers en France. Ces plateformes d'échanges sur Internet permettent de troquer à peu près tout, que ce soit des objets (auto, moto, vélo, téléphone, jeu vidéo, livre, DVD, électroménager, meuble, billets de train, plantes...) ou services (échanges de compétences, temps: informatique..., troc de vacances: échange maison, échange appartement sur le plan international...). C'est entre autre un très bon moyen pour échanger ses affaires d'occasion et réaliser des économies en les troquant contre de nouveaux produits dont vous avez besoin. Cela fonctionne sous le principe d'annonce, on dépose sa demande ou son offre (dépôt d'annonce gratuit dans la plupart des sites). Cette liste de sites de trocs, d'échanges ou de dons est collaborative, donc vous pouvez rajouter de nouveaux sites, voire des critères de comparaison.

Livre blanc sur la consommation collaborative par Edouard Dumortier - ILokYou L'avènement de la consommation collaborative, quel modèle économique en France en 2030 ? Les Français ont, depuis quelques années, bouleversé leur manière de consommer. Désormais, c'est en consommateurs acteurs et responsables qu'ils s'imposent dans ce nouveau modèle économique : celui de la consommation collaborative. Mais pourquoi un tel revirement de situation ? Les origines d'un nouveau mode de consommation C'est un fait, la crise économique fait aujourd'hui partie de notre quotidien. Autre facteur, les Français sont aujourd'hui hyper connectés. états des lieux La consommation collaborative apparait donc aujourd'hui comme une solution concrète pour faire face à la crise et reste l'une des seules alternatives pour continuer à hyper-consommer. Désormais, ce sont de nouvelles valeurs axées sur la proximité, la durabilité et l'écologie qui apparaissent et modifient le comportement des consommateurs. Consommation collaborative : quel avenir ?

Informatique : les mystères, les promesses et les dangers du Big Data - 5 juillet 2013 - Challenges - On entend beaucoup parler ces temps-ci du “Big Data” -à savoir le traitement d’un très grand nombre de données. Or, depuis l’origine, l’informatique a toujours traité des masses de données importantes -même si ce volume était plus réduit qu’à l’heure actuelle. Du coup, pourquoi est-ce qu’on a l’impression que les gens se réveillent aujourd’hui en criant “Big Data, Big Data, Big Data” ? - Il est vrai que l’informatique a toujours été associée au traitement de grands nombres de données. - Le Big Data, ce n'est donc pas tant la collecte que le traitement des données ? - Oui, c'est ça. - Concrètement, en quoi le Big Data impacte-t-il notre vie quotidienne ? - Est-ce qu’on n’est pas là aux limites de l’atteinte à la vie privée ? - Oui, c’est clair, il existe un risque « Big Brother » et il ne faut pas le cacher. - En quoi les entreprises sont-elles concernées par le Big Data ? - Le Big Data peut leur servir des de multiples domaines comme le marketing, ou la R&D.

Related: