background preloader

Graines semences potageres anciennes, legumes oublies, semences ornementales rares

Graines semences potageres anciennes, legumes oublies, semences ornementales rares

Germinance - Semences biologiques et biodynamiques Livre PDF: Réussir ses semis comme un pr... - Aurora Ouvrage “Les Semences de Kokopelli” Cette 13 ème édition contient toujours 848 pages et 1300 photos mais elle est totalement restructurée par rapport aux trois précédentes. Cette édition 2014 inclut 300 nouvelles photos, 70 nouvelles pages d'articles et 60 nouvelles pages de variétés potagères dont une collection d'une vingtaine de tomates bleues, de très nombreuses laitues, des courges... L’ouvrage est en grand format, en quadrichromie et avec une couverture cartonnée. L’auteur est Dominique Guillet. L’introduction est de Jean-Pierre Berlan, ex-directeur de recherches INRA. “Semences de Kokopelli” est, ensuite, sur 621 pages, un manuel de jardinage et un manuel de production de semences pour le jardin familial avec des informations très détaillées permettant, à tous les jardiniers et maraîchers, de produire leurs propres semences en toute pureté variétale. "Les Semences De Kokopelli" vous est proposé au prix de 55 € (frais d'envoi non inclus). L'ouvrage est disponibledans notre boutique.

COMMENT et POURQUOI RECOLTER LES GRAINES Dans cette fiche nous allons voir pourquoi et comment récolter ses graines mais également comment et combien de temps les conserver. Récolter les graines des végétaux pour produire ses prochaines semences n'est en fait qu'un retour au jardinage traditionnel. En effet, les jardiniers amateurs ou non d'antan n'achetaient pas leurs graines. Si la récolte des graines est une opération simple à réaliser, il y a quelques règles à respecter, principalement pour la conservation. Il ne faut pas oublier que de la qualité de la graine dépend la réussite du semis, donc la future récolte. ... Une graine est une plante qui est à l'état embryonnaire. Mais pendant la période de dormance, l'embryon n'est pas totalement inactif, il se nourrit et se régale des substances nutritives contenues dans cette graine. Acheter des graines c'est simple, mais produire ses propres semences ce n'est pas si compliqué que cela et quel plaisir pour le jardinier de créer son jardin de ses propres mains de A à Z. Fleurs :

Le domaine de la Thomassine, formidable réserve de la biodiversité - Page 2 sur 2 | Page 2 Afin de valoriser son patrimoine et de favoriser la biodiversité, le domaine de la Thomassine s’est lancé dans un projet pour les agriculteurs en circuits courts. Comment cela fonctionne-t-il ? Le domaine souhaite favoriser la mise en place de vergers de variétés anciennes chez les agriculteurs, réalisant la vente en circuits courts ou souhaitant créer un verger familial. L’accent sera particulièrement mis sur la pomme, la figue, la prune Perdrigon, le bigarreau Pélissier ou encore la griotte de Provence. L’agriculteur, de son côté, s’engage à mettre en culture et à maintenir, en état de production, les arbres fruitiers pour une période minimale de 8 ans, à contribuer à la fourniture d’éléments de connaissance (date de récolte, maturité) ainsi qu’à fournir des greffons de variété mise à disposition. Il s’occupera également de promouvoir la mise en marché des variétés anciennes auprès du public et attribuera la marque « vergers paysans » à l’agriculteur après agrément de son verger.

Produire ses propres semences Produire ses propres semences Il existe plusieurs méthodes pour produire ses propres semences. La plus simple, ou quand on connaît un jardinier, est de garder les graines des légumes qu’on récolte soi-même – quand on jardine – ou qu’on a achetés ou que quelqu’un nous a donnés. On peut ainsi récolter : en laissant monter en graines : des radis, des navets…à la condition de les laisser bien mûrir : des graines de tomate, de concombre, de courge, courgette, choux, melon, pastèque, phacélie, moutarde blanche ou jaune (ces trois derniers sont très bons pour comme engrais vert)… Bref, tous les fruits et légumes contenant des graines.en sélectionnant des plants : des pommes de terre. Récolter des graines Toutes les plantes ne produisent pas de graines (ou en produisent peu et/ou très peu fertiles). Qui dit récolte dit contenant. Les plantes potagères Avant toute chose, pour récolter des semences potagères, il faut cultiver des variétés non-hybrides. a. légumes à floraison dans l’année Les fruitiers

Agriculteurs et jardiniers seront-ils bientôt obligés de cultiver dans la clandestinité ? Les paysans qui ressèment leur récolte seront-ils considérés comme des trafiquants ? Oui, ont répondu les sénateurs en adoptant le 20 novembre à l’unanimité un projet de loi élargissant aux plantes le délit de contrefaçon. S’émanciper des droits de propriété détenus par les grandes firmes semencières sera désormais un délit. La loi prévoit aussi de nouveaux moyens de répression contre paysans et jardiniers clandestins. Pour les promoteurs de la loi, il s’agit simplement de « protéger les entreprises ». Semer sa propre récolte. L’État au service des entreprises privées Cette loi vient renforcer un arsenal juridique qui protège les entreprises commercialisant des semences. « La nouveauté, c’est que ce projet de loi demande à l’administration d’aider l’entreprise à lutter contre les contrefaçons et de transmettre toutes les informations dont elle dispose », poursuit Guy Kastler. Des douaniers infiltrés en zone rurale ? Généralisation des OGM ? Paroles, paroles, paroles...

Comment perpétuer des semences potagères Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. « La semence, c’est le début de la chaîne alimentaire. Celui qui contrôle la semence, contrôle la chaîne alimentaire et donc contrôle les peuples. Le savoir-faire traditionnel de l’agriculteur passe par l’identification des variétés de fruits et légumes les plus appropriées à sa terre, son environnement, son climat. Cette commercialisation du vivant représente un vrai danger pour la biodiversité et la préservation des multitudes de variétés de fruits et légumes propres à chaque région. Mais au delà de ce danger c’est la simple capacité des peuples à se nourrir par eux-mêmes qui est confisquée par le brevetage et la marchandisation de ce que la nature prodigue gratuitement à l’humanité depuis toujours. Ainsi, sous l’effet de la standardisation de notre alimentation, 95% des variétés de choux, 91% des maïs de plein champ, 94% des petits pois et 81% des tomates… ont disparu. Pourquoi cultiver des semences potagères Mise en pratique Voir aussi

Related: