background preloader

Photographier la Grande Guerre

Photographier la Grande Guerre
Contexte historique Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s'approcher de la réalité. On parle d'objectivité irréfutable et, à ce titre, on estime que l'image instantanée est parfaitement adaptée pour rendre compte du nouveau conflit moderne. Analyse des images La charge d’une section de Zouaves sur le plateau de Touvent. Le second cliché a été publié le 15 mai 1915 dans l'Illustration. Interprétation Sur le premier cliché, la position du photographe, en retrait par rapport aux combattants et essayant de se protéger, est la seule vraisemblable dans un tel contexte. Quant au second, plusieurs remarques s'imposent. Related:  Photos guerre 14-18

Centenaire de 14-18 - L'album Le nombre actuel de photographies contenues dans l'album du site est de 2030.Elles y sont classées dans l'ordre d'insertion. Les plus récentes sont donc à la fin. Il est également possible de feuilleter les albums d'origine, comme celui de Bibi, en respectant la pagination. Page : [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 Les lettres de la guerre 1914-1918 écrites par Marcelin Cailleau

« 14-18, une guerre photographique » racontée en photos 3D et avec les archives du « Miroir » Mis en ligne ce lundi 11 novembre 2013, le dispositf « 14-18, une guerre photographique » consiste en une exploration en ligne de fonds photographiques de la première guerre mondiale en utilisant de nouvelles formes d’interactions, d’interfaces, de narration et d’organisation de données. Ce projet est le fruit d’une coopération entre le Musée Nicéphore Niepce, le pôle Nicéphore Cité et la société on-situ. Il a bénéficié du soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, au titre des projets innovants 2012. L’objectif du projet est de permettre à un large public d’avoir une expérience muséographique interactive en ligne en explorant un corpus de documents multimédia diversifiés sur la première guerre mondiale. Le corpus utilisé est composé de sélections iconographiques organisées et documentées en provenance du Musée Nicéphore Niépce. Les 2 modules sont: . le miroir, une revue photographique août 1914 – décembre 1919 . les yeux de la guerre, vues stéréoscopiques.

guerre 14 - 18 Ce site présente un ensemble de photographies de la première guerre mondiale. Les clichés sont réalisés pour la plupart sur les zones de conflits, principalement dans les départements de la Marne et de la Somme. Ces photos proviennent d'une collection personnelle. Les clichés sont de type stéréoscopique (prise de vue sur plaque de verre). On visionne celles ci dans un stéréoscope afin d'obtenir une image en relief. Voir explicatif - voir une photo en relief Les renseignements sur les dates des évènements photographiés sont malheureusement inexistants. Les photographies nous transportent dans un passé déja lointain. Certaines vues sont très dures ; elles nous font découvrir la triste réalité de la guerre. A la mémoire des combattants présentation stéréoscopie (vision en relief) SVP - N'utilisez pas ces photos pour des publications personnelles ou commerciales

Autour du génocide arménien : mémoire(s), loi(s), enseignement Le 27 avril dernier, le groupe “mémoire, histoire, archives” de la LDH organisait une journée d’étude ,en partenariat avec la Revue arménienne des questions contemporaines et le CVUH, autour du génocide arménien. il y fut question d’enjeux scientifiques, mémoriels, politiques et éducatifs. Le collectif Aggiornamento fut sollicité pour une intervention sur l’enseignement, aujourd’hui,du génocide arménien. La journée ayant été intégralement filmée, vous trouverez ci-dessous les quatre liens vers les vidéos en ligne. 1ère vidéo : Ouverture de la journée d’étude par les co-organisateurs 1) Boris Adjemian pour la Revue arménienne des questions contemporaines 2) Gilles Manceron et Emmanuel Naquet, co-délégués du Groupe de travail « Mémoire, histoire, archives » de la LDH 3) Gérard Noiriel pour le CVUH 4) Le point historiographique sur les massacres des Arméniens et leur qualification, par Raymond Kévorkian 2ème vidéo : Imprimer ce billet

Paris 14-18, la Première Guerre mondiale au quotidien en photographies La Galerie des Bibliothèques de la ville de Paris accueille depuis le 15 janvier une exposition photographique consacrée à la vie quotidienne à Paris pendant la Première Guerre mondiale. Charles Lansiaux (1855-1939), photographe méconnu, prend de nombreuses photographies, en se mêlant à la foule et en proposant des cadrages très intéressants. Loin des représentations des tranchées, le parcours s’attarde sur une capitale peu au fait des événements du front de la « Der des Der ». La ville est finalement plutôt épargnée par le premier conflit mondial : peu de privation et de destruction l’atteignent. On découvre ainsi des adieux sur le quai de la gare, les rues envahies de camelots ou encore les affiches qui couvrent les murs de Paris entre 1914 et 1918. Présentation en vidéo des célébrations du Centenaire à Paris

Some WW1 Photographs… | From my own collection, to share them with you Première partie – Les causes de la guerre 8 mars 2014 Toutes à... À l’occasion de la Journée de la femme, ce samedi 8 mars, 1jour1actu te propose de découvrir, en images, le projet de l’association internationale Skateistan.... 5 mars 2014 Pourquoi tant... La situation est très tendue en Crimée : les russes se sont emparés de ce petit territoire qui appartient à l’Ukraine. 1jour1actu t’explique pourquoi les... 12 février 2014 C’est quoi un... Depuis lundi, le président de la République française François Hollande est aux États-Unis pour une visite d’État de trois jours. Médiathèque de l'architecture et du patrimoine : autochromes de la guerre 1914-1918 Autochromes de la guerre 1914-1918 1. La technique employée 2. Les photographes Inventé en 1903 par les frères Lumière, l'autochrome est la première photographie couleurs (" en couleurs naturelles ") fabriquée de façon industrielle. Destiné à être projeté, l'autochrome est considéré comme étant l'ancêtre de la diapositive en couleurs moderne. Les photographies présentées ici ont été réalisées par quatre photographes, opérateurs militaires pendant le conflit de la première guerre mondiale : Cuville, Castelnau, Aubert et Albert Samama-Chikli. Castelnau et Cuville ont réalisé leurs clichés en 1917 après le recul des troupes allemandes dans le nord-est de la France et en Belgique. À l’évidence prévues pour être utilisées à des fins de propagande, elles représentent des destructions (bâtiments civils ou religieux, usines, arbres fruitiers, etc.), mais aussi des portraits de civils et de militaires connus ou anonymes. Les photographies d’Aubert n’ont rien à voir avec ce qui précède.

La Grande Guerre en photographies Ce site vous propose une découverte interactive en ligne originale de photographies de la Première Guerre Mondiale. Il se compose de deux modules : Le Miroir (publication hebdomadaire patriotique), Revue photographique des numéros numérisés du journal (août 1914 – décembre 1919) et Les yeux de la guerre, vues stéréoscopiques accessibles en 3D. Pour Le Miroir, une grande partie des numéros ont été intégralement numérisés. On peut accéder au contenu par numéro et de manière chronologique. Le second module présente un ensemble d' images stéréoscopiques organisées en différentes thématiques (renseigner, vivre dans les tranchées...). Ce projet est le fruit de la collaboration de plusieurs acteurs : Nicéphore Cité, On-Situ et le musée Nicéphore Niépce avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication français. Illustration : Shutterstock, Joe Gough, Mémorial de guerre Niveau : Secondaire

Août 1914, une mobilisation « la fleur au fusil » : un mytheCinéma et Histoire | Cinéma et Histoire Dès les premiers jours de la mobilisation en août 1914 se construit une légende, celle d’ »un départ enthousiaste » des mobilisés à la guerre, donnant l’image d’une France nationaliste et revancharde. Il s’agit d’un pur mythe : la nouvelle de la guerre est massivement acceptée avec stupéfaction et résignation dans les campagnes, les bourgades et les petites villes, où vivent alors les trois quarts des Français. Retour en images sur le mythe et sa déconstruction. Les premières photographies montrant des mobilisés en partance pour le front « la fleur au fusil » paraissent dans la presse dès les jours suivant l’ordre de mobilisation. La scène est immuable : dans les grandes villes, des soldats en ordre de marche, baïonnette au fusil, arme sur l’épaule droite, avancent sous les vivats de la foule qui se tient de part et d’autre de la chaussée. L’Illustration du 15 août publie un cliché de L. Télécharger en format pdf Télécharger en format pdf WordPress: J’aime chargement…

Les yeux de la guerre - 14-18, une guerre photographique La guerre 1914-1918 fut le premier conflit à entrer dans l’ère de la communication et de l’information. Les nouvelles techniques de photogravure ou d’impression de l’image photographique dans les journaux, les revues, les livres sont à leurs débuts au moment du conflit. Elles vont se développer réellement après-guerre et inaugurer la mise en place d’un véritable système photomédiatique dans les années 1920. Le procédé en relief, qui existe depuis le siècle précédent, n’est donc pas conçu pour cohabiter avec du texte. Sa seule prétention est de divertir son public. Par son hyperréalisme, l’image en relief se prête, elle, mal aisément à la retouche. Extrait de À coté de la plaque, revoir la Grande Guerre en relief, Sonia Floriant. [ Télécharger le texte complet ] Démarrer

Affiches de guerre La collection de gravures de la division des livres rares et collections spécialisées comporte quelque 250 affiches canadiennes des deux guerres mondiales. Ces affiches sont accessibles aux chercheurs dans la salle de lecture Lande de la division. Une aide écrite à la recherche est disponible auprès du responsable de la salle de lecture. Ce site Web contient des descriptions sommaires et des images de chaque affiche. En cliquant sur Recherche, vous pouvez effectuer des recherches par guerre, par catégorie, par artiste, ou par mot-clé. Si vous souhaitez obtenir les reproductions numériques ou physiques des affiches de cette collection, vous pouvez utiliser notre formulaire de commande.

14-18, un monde en guerre L’histoire s’écrit au croisement des questions et des sources. Les questions changent avec le temps, et les historiens cherchent des sources pour y répondre. Aussi l’historiographie évolue-t-elle : les récits élaborés à une époque perdent leur intérêt pour l’époque qui suit. Les « vérités » se succèdent. Ainsi n’est-il pas étonnant que le dossier que l’on va lire témoigne d’un renouvellement de l’histoire de la Grande Guerre. L’histoire s’écrit au croisement des questions et des sources. L’ouverture de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne en 1992 marque un double tournant. -- À propos de l'auteur Président du conseil scientifique du centenaire de la Grande Guerre, Antoine Prost est professeur émérite au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CNRS/Univ. Refermer l'édito

Related: