background preloader

La Permaculture - Ré-cultivons des réponses simples! Interview avec Charles Hervé-Gruyer

La Permaculture - Ré-cultivons des réponses simples! Interview avec Charles Hervé-Gruyer

Permaculture, agroécologie, agriculture bio : quelles différences ? par Cyril Dion L’agriculture biologique recouvre potentiellement le nombre le plus large de pratiques. Cultiver en bio veut dire ne pas utiliser d’intrans, ni de produits phytosanitaires issus de la pétrochimie. Pour autant, il existe un bon nombre d’agriculteurs bio, qui, à cette exception près, travaillent presque comme des agriculteurs conventionnels : cultures de plein champs, en rang, sur une terre dénudée, beaucoup de travail du sol, très peu de biodiversité, beaucoup de mécanisation. Agroécologie L’agroécologie (en tant que pratique agricole) va plus loin. Permaculture La permaculture n’est pas à proprement parlé un système agricole. Elle va donc pouvoir intégrer l’ensemble des bonnes pratiques de l’agriculture biologique et de l’agroécologie mais également les énergies renouvelables, l’écoconstruction… Ses applications sont multiples : villes (notamment les villes en transition), entreprises, économie, énergie…

Jardin écologique Les basiques Principes du jardinage écologiqueLes différents types de solLes Engrais écologiquesLes Insecticides écologiquesLes Fongicides écologiquesLes Anti-Limaces écologiquesLe Désherbage écologiqueL'entretien décarboné du jardinLa Conservation des haiesImportance des abeilles Pour les jardiniers confirmés L'Association des plantesTout sur la TomateLes Plantes SantéLes Plantes Aromatiques Le compost Comment fabriquer son bac à compostLa LombricultureLes labels du jardinage écolo Les végétaux au service de la maison Les plantes dépolluantesLes murs végétaux de Patrick BlancLes Toits végétaux Où et comment apprendre ? Bibliographie du jardinage écologique Le chant des cerises, Expériences et conception en permacultureLe chant des cerises Les maladies et ravageurs des fruitiers sont un des principaux problèmes de gestion une fois les arbres plantés. Ils est souvent nécessaire d’observer aux époques critiques, de savoir reconnaître les symptômes, de savoir quand et comment traiter, d’être disponible et ponctuel. Dans une gestion « biologique » et plus encore en permaculture, traiter le problème lors de la conception est vital et permet d’éviter bien des pertes de récoltes ou d’arbres. Une des possibilités est de planter des espèces fruitières naturellement résistantes aux maladies et ravageurs grâce à leur meilleure rusticité, à l’absence de prédateurs historiques pour les fruitiers importés et marginalement cultivés chez nous, et à une plus grande robustesse pour les fruitiers qui n’ont pas subis une grande sélection au fil du temps. Parmi ce type de fruitiers, on peut citer les mûriers, plaqueminiers, feijoas, jujubiers, chalefs et figuiers.

LA PERMACULTURE UNE PRATIQUE ET UNE PHILOSOPHIE DE VIE Qu’est-ce que la permaculture ? Un bon nombre de nos lecteurs habitués le savent, mais pour tout ceux qui, comme moi, ex rat des villes, en ont une idée un peu approximative, voici un article d’un site entièrement dédié au sujet qui m’a semblé très documenté : Permaculture: Vers la survie heureuse, pérenne et diverse de la planète et de tou(te)s ses habitant(e)s. « Alors que les problèmes du monde deviennent de plus en plus complexes, les solutions demeurent honteusement simples… » Bill Mollison Le mot permaculture a été inventé dans les années 70 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. La permaculture prétend être la solution la plus rapide, la plus facile et la plus efficace face aux problèmes de l’humanité et de la planète. Permaculture = efficacité + éthique Dans le monde d’aujourd’hui, on a parfois tendance à croire que productivité et justice/écologie sont intrinsèquement contradictoires, et qu’une société réaliste et efficace est inéluctablement destructrice. Trois éthiques

créer un jardin ècologique Comment faire un jardin en permaculture ? | Avant de parler de jardin en permaculture, rappelons que la permaculture est bien plus qu’une nouvelle approche du jardinage, c’est une philosophie de vie où animaux, insectes, êtres humains, plantes et micro-organismes vivent en harmonie dans un environnement sain et auto-suffisant. Le mot « permaculture » en lui-même est la contraction de « (agri)culture permanente ». Il fut inventé par Bill Mollison et David Holmgren dans les années 1970. Il regroupe des principes et des techniques d’aménagement et de culture, à la fois ancestraux et novateurs, dans un concept global, le design. Il vise à faire de son lieu de vie un écosystème harmonieux, productif, autonome, naturellement régénéré et respectueux de la nature et de TOUS ses habitants ! Créer un jardin en permaculture permet de répondre à nos besoins humains tout en améliorant notre environnement (développement de la biodiversité, création d’habitats pour la faune et les insectes utiles, enrichissement de la terre…).

Les principes de la permaculture On voit sou­vent la per­ma­cul­ture pré­sen­tée par des ap­pli­ca­tions concrètes au jar­din, ce qui peut don­ner l’impression que la per­ma­cul­ture n’est qu’une ac­cu­mu­la­tion de ‘tech­niques’ de jardinage : culture sur buttes pour ne pas labourerpaillage épais et sys­té­ma­tique pour que le sol ne soit ja­mais à nucom­pos­tage en sur­face pour perdre moins d’azote que dans un tas de compostjardin-forêt pour imi­ter l’écosystème-roi de nos contréeszones pour moins s’embêter quand il pleutjar­dins man­dala pour ré­duire l’espace ré­servé aux alléesspi­rales d’herbes aro­ma­tiques pour faire jolitrac­teur à poules pour désher­ber et fertiliserbais­sières (swales) pour pié­ger l’eau de ruis­sel­le­ment dans le paysagetours à patatesto­mates non-tailléesetc. Quoique in­té­res­santes et même sou­vent ef­fi­caces, ces tech­niques mises bout-à-bout ne font pas la per­ma­cul­ture. Prendre soin de la terrePrendre soin de l’humainPar­ta­ger équitablement et douze principes :

Agroécologie et permaculture : plus ou moins productives que l’agriculture industrielle ? | Kaizen magazine Agroécologie et permaculture : plus ou moins productives que l’agriculture industrielle ? Il existe trois façons de mesurer la productivité agricole : La productivité par travailleur. La productivité par unité de surface. La productivité par calorie investie. serres en permaculture © Fanny Dion Pourquoi l’agriculture moderne, malgré sa faiblesse dans deux unités de mesure sur trois, reste-t-elle compétitive ? Nous vivons pour quelques années encore dans un monde où la main d’œuvre reste extrêmement chère et le prix du pétrole très faible. Mais ce monde du pétrole bon marché ne sera pas celui de nos enfants. Pour preuve, le rapport d’Olivier de Schütter, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, de mars 2012, qui montre que l’agroécologie permettrait de doubler la production alimentaire de régions entières en 10 ans tout en réduisant la pauvreté rurale et en apportant des solutions au changement climatique. Cyril Dion

La permaculture au service des jardiniers paresseux | ArtGeo Tv - Média numérique - Web TV pour un développement durable À l’initiative du groupe de Mons des Amis de la Terre-Belgique, une visite d’un jardin (plan du jardin au format PDF) de 1800 m2 cultivé en permaculture s’est organisée chez Gilbert et Josine Cardon, fondateurs des Fraternités Ouvrières (voir photos de la rencontre ci-dessus). La permaculture est l’antithèse de la monoculture. Parmi les premiers à avoir théorisé une approche écologique de l’agriculture, le « paysan-philosophe » japonais Fukuoka et les australiens Mollison et Holmgren. Ces derniers ont créé le concept de Permaculture, contraction des mots « Permanent » et « Agriculture ». Voilà près de 40 ans que le jardin des Fraternités Ouvrières existe et est cultivé exclusivement de cette manière. Une intelligente gestion du vent, de l’eau et des ressources locales mène au même but d’autonomie énergétique. Sources : echonature.over-blog.com , oleotransition.newfreeforum.com et www.satoriz.fr Extraits d’un entretien avec Gilbert et Josine Cardon Reportage de Rino Noviello

La Permaculture. La permaculture germe d'une philosophie qui tend a travailler avec la nature, plutôt que contre elle, qui tend a l'observation attentionnée et un geste écologiquement soutenable plutôt qu'un travail qui repose sur une manipulation et un rapport avec la nature dans le court terme. La permaculture est aussi une manière de voir les plantes et les animaux dans toutes leurs fonctions plutôt que de traiter chaque sphère comme étant un système de production unique. Cette approche systémique, présente des stratégies pour la création d'un système de production de nourriture qui s'adapte précisément aux besoins de chacun et qui a pour but d'être d'une écologie soutenable et d'une intégration intelligente de l'homme au sain de nos écosystèmes. Les Nations Unis et FAO (Food and Agriculture Organisation), ce réunissent d'urgence le 24 septembre 2010 pour aborder le sujet dramatique de la crise mondiale de la nourriture. L'inflation est de retour. Le reportage "Food Inc." 1- Observer et interagir.

Le concept de Design en Permaculture - PERCEPTION 1) La Permaculture a) Définition et principes La Permaculture est une science systémique ayant pour but la conception, la planification, et la réalisation de sociétés humaines écologiquement soutenables, socialement équitables et économiquement viables. Elle se base sur une éthique d’où découlent des principes et des techniques permettant un aménagement consciencieux du paysage d’un lieu en imitant les modèles trouvés dans la nature. Elle vise à concevoir des systèmes stables et auto suffisant en produisant de la nourriture, des fibres et de l’énergie afin de combler les besoins locaux tout en renforçant la stabilité et la biodiversité d’un écosystème. b) Historique Le mot « Permaculture » provient de la contraction de l’expression anglaise « permanent agriculture ». L’australien Percival Yeomans avec sa méthode des contours a mené une réflexion autour de l’aménagement de l’approvisionnement et de la distribution de l’eau d’un lieu. Représentation schématique d’un Jardin-Forêt Observation

La méthode de culture BioIntensive de John Jeavons Lors d'un passage à la bibliothèque du Jardin Botanique de Montréal, j'ai récemment découvert le livre de John Jeavons au titre éternel mais plutôt révélateurs: "How to grow more vegetables (and fruits, nuts, berries, grains, and other crops) than you ever thought possible on less land than you can imagine". Il se traduit ainsi: Comment faire pousser plus de légumes (de fruits, de noix, de baies, de grain, et d'autres cultures) que vous n'auriez jamais cru possible sur moins de terres que vous pouvez imaginer. Ce titre me parle! Après l'avoir feuilleter avec plaisir, j'ai décider de l'acheter. Le livre expose une des nombreuses approches d'agriculture biointensive inspiré de la méthode de maraîchage dite intensive française, et qui se démarque par l’ampleur du mouvement qui la suit. Maintenant dans sa 8eme édition, le livre représente un ensemble de techniques et de stratégies permettant l'implantation de jardins hautement productif sur de petites surfaces.

La Permaculture Simplifiée Permaculture en climat froid

Related: