background preloader

Sur le Web, le "paradoxe de la vie privée"

Sur le Web, le "paradoxe de la vie privée"
Les internautes s'exposent de plus en plus dangereusement, tout en s'inquiétant de la surveillance de leurs données personnelles. Les internautes surfent sur les paradoxes aussi aisément que sur le Web. Alors que les récentes révélations ont démontré que les agences de renseignement américaine et française surveillaient Internet et les réseaux sociaux, ils s'exposent de plus en plus sur la Toile. Une tendance de fond dont l'hebdomadaire Time a fait récemment sa couverture, en parlant d'une génération "moi, moi, moi" dont la visibilité des pulsions narcissiques est démultipliée par les nouveaux moyens techniques. Les chiffres sont vertigineux. En 2013, plus d'un internaute français sur deux est sur FaceBook, 21 % sur Google+, et 12 % sur Twitter, selon des données publiées par l'Ifop en novembre 2012. Lire : "Prism, Snowden, surveillance de la NSA : six questions pour tout comprendre" Les internautes "se rendent compte que leurs données sont exploitées.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/08/01/sur-le-web-le-paradoxe-de-la-vie-privee_3456070_3224.html

Related:  didnews51mercialfredLa vie privée sur internetFOnum Réseaux sociauxVie privée

Attention, la mutation numérique n’est pas que technologique Par Barbara Chazelle, France Télévisions, Directions stratégie et prospective « Les responsables de la stratégie assimilent souvent la “transformation numérique” à un changement dans l’investissement technologique. Ses réelles conséquences vont, en fait, bien au-delà de la technologie, pour impacter l’infrastructure, l’organisation et le leadership. Elle est surtout inspirée par une attention renouvelée à l’expérience client dans son ensemble. » Dans son rapport « State of Digital Transformation 2014 », Brian Solis, l'un des plus importants experts américains du marketing numérique, fait état des stratégies et moyens mis en œuvre par les entreprises pour se réinventer.

L’engouement pour la cigarette électronique, interdite de publicité LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Assimilée au tabac, la cigarette électronique ne peut plus faire l’objet de publicité à compter du vendredi 20 mai. L’ordonnance transposant en France la directive européenne de lutte contre le tabagisme prévoit des règles plus strictes concernant le tabac et ses produits dérivés, introduisant notamment le paquet de cigarette neutre, mais aussi toute forme de publicité pour les e-cigarettes, y compris dans les vitrines des magasins. Quasi inconnue en 2010, la cigarette électronique s’est très vite généralisée et semble constituer une « solution de sortie du tabagisme plutôt qu’une “porte d’entrée” », selon l’Observatoire des drogues et toxicomanies. Retour sur ce phénomène en quelques chiffres. Lire aussi : Le Haut Conseil de la santé veut interdire le vapotage dans les cafés et restaurants

36ème Conférence annuelle des Commissaires à la vie privée et à la protection des données / résolutions adoptées - CNIL - Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés A propos de la conférence internationale des Commissaires à la protection des données et de la vie privée La Conférence internationale des Commissaires à la Protection des Données et de la Vie Privée se tient annuellement depuis 1978. Elle se déroule en deux temps : une session fermée réservée aux autorités de protection des données des pays membres de la Conférence, qui donne lieu à l'adoption de résolutions ; une session ouverte à l'ensemble des parties intéressées (représentants des entreprises, des gouvernements, des organisations internationales et de la société civile, experts informatiques, avocats spécialisés et universitaires). L'objectif de la Conférence est de favoriser les échanges entre les différents acteurs de la protection de la vie privée et de renforcer la coopération grâce à l'élaboration de règles communes afin de répondre aux enjeux internationaux actuels.

Les dangers des réseaux sociaux et surtout Facebook – Kwetu Magazine Actuellement, l’endroit où il faut être est Facebook. Ce nouveau réseau social a déclenché un véritable phénomène international; ne pas être sur ce réseau social est synonyme de ne pas exister. Tout le monde s’y retrouve à savoir entreprises, recruteurs, arnaqueurs; la liste est longue. Que l’on soit jeune ou plus vieux, tout le monde a un jour été sur Facebook. Malgré le fait que ce soit un moyen intéressant pour se faire des amis, garder le contact, s’exprimer, partager ses émotions, il présente aussi une face cachée qui peut-être négative voir dangereuse pour les « facebookers et facebokeuses ».

Facebook « home » : gare à vos données personnelles ! Ecran d'accueil d'un téléphone avec la nouvelle applicationde Facebook. Crédits: Facebook. Facebook a présenté, jeudi 4 avril, une mouture significativement différente de son application pour les smartphones. Baptisée "home", téléchargeable gratuitement, mais uniquement sur les téléphones Android - 60% du marché des terminaux tout de même-, elle permet de transformer l'écran d'accueil des téléphones en "timeline" Facebook. Un bon moyen pour le premier réseau social au monde de tenter de prendre le contrôle de l'écran des smartphones, d'augmenter les temps d'utilisation de ses services en mobilité, donc de récolter davantage de revenus publicitaires. L'utilisateur de "home" peut recevoir toutes les notifications de ses "amis" sur le réseau.

FUITES – Comment le lobby des climato-sceptiques s’organise Des fuites révèlent les efforts des lobbys climato-sceptiques pour influer sur les politiques. AP Photo/Alexander F. Yuan Cap à l’Est : six villes d’Europe à petit budget Passer le week-end dans une capitale ou une grande ville sans se ruiner, c’est possible. Quelques idées de visites… et de prix. Sur les dix villes d’Europe les moins chères, huit sont des capitales de l’Est. C’est ce que nous apprend le récent classement City Cost Barometer 2016, réalisé par la Poste britannique. La méthode est simple : passer en revue 35 villes européennes, en fonction de douze critères de prix, de l’entrée au musée à celui d’une bière ou d’une visite en bus panoramique.

Ta vie privée sur Internet La protection de ta vie privée Ta vie privée, c'est ton espace, ton intimité. Elle comprend notamment des informations qui permettent de t'identifier. Numérique : Des réseaux sociaux dans et pour la classe ? La question des réseaux sociaux en classe est en train de monter (à nouveau ?) en puissance. De Claire Bailley à Anne Cordier qui ont récemment publié des ouvrages qui interrogent les pratiques des jeunes, au site proposé par l'enseignement de Wallonie. On peut rapidement comprendre pourquoi cette question se pose : à l'instar des smartphones utilisés dans les classes, à l'insu des règlements voire des lois tout comme l'utilisation des espaces numériques publics partagés (cf Google docs, drive et autres Dropbox), les réseaux sociaux sont de plus en plus souvent présents dans les activités scolaires pilotées par les enseignants et bien plus encore dans les pratiques personnelles des jeunes dans les lieux et le temps scolaires. Ce n'est pas nouveau, mais c'est l'amplification des pratiques et de leur médiatisation qui interroge.

Big data : vos données en vente Après un récent changement de ses conditions d'utilisation, la banque Barclays se réserve le droit de vendre un agrégat d'informations à propos de ses utilisateurs à des entreprises tierces à partir d'octobre 2013. "Ces informations seront quantitatives et non personnelles, et vous ne pourrez pas être identifiés sur la seule base de celles-ci", ajoute la banque. Selon The Telegraph, les utilisateurs ne pourront pas refuser que leurs données soient partagées. En France, SFR a remporté en avril le troisième prix de l'innovation "Big data" en annonçant la commercialisation prochaine de ses données géolocalisées. Les données collectées par l'opérateur puis anonymisées, pourront ainsi renseigner les entreprises sur la fréquentation d'un lieu. De la même manière, des opérateurs britanniques ont lancé Weve, un groupement d'entreprise, pour vendre les données de leurs utilisateurs.

"Les gens se plaignent d'être surveillés, mais ils s'exposent de plus en plus". Voilà un résumé pertinent de l'usage des réseaux sociaux numériques par les français. Inquiets des atteintes à la vie privée que peuvent constituer des affaires d'espionnage numérique comme celle de PRISM, ils sont aussi conscients que les réseaux sociaux numériques, et les usages web de manière plus générale, sont partie intégrantes de leur vie. C'est librement qu'ils choississent de s'exposer à une communauté qu'ils pensent construire (Facebook) ou à un public qu'ils ne définissent pas (Twitter, G+). Et force est de constater que la première des peurs n'est pas l'oeil de l'Etat mais bien la surveillance "interpersonnelle", c'est à dire celle du voisin ou du collègue de travail. Ils essaient donc de tenir loin de leurs informations ceux qui font leur quotidien mais laissent exploiter leurs données, dans un élan de fatalisme, ceux qui font leur société. by arsenelapince Dec 7

Related: