background preloader

Santé / Conditions de travail

Santé / Conditions de travail
Related:  QG2 - La recherche du mieux vivre au travail est-elle compatibleDroit du travail

Travailleurs handicapés Cyber surveillance Entreprise Absence de faute du salarié dans le refus de remettre à son employeur sa clé USB personnelle Dans un arrêt du 5 juillet 2017, la Cour de cassation a confirmé l’arrêt rendu par la Cour d’appel de Nouméa qui avait écarté “l’existence de toute faute commise par [un] salarié concernant la copie, invoquée par l’employeur, de fichiers du serveur de l’entreprise au moyen de sa clé USB personnelle”. En l’espèce, le salarié avait refusé d’obtempérer, “sur le champ, à l’injonction que lui [avait] fait [son] employeur de lui remettre sa clé USB personnelle afin de vérifier son contenu”, ce qui, selon la Cour d’appel, ne “constitu[ait] pas en soi un comportement fautif”. En outre, le salarié avait refusé de s’expliquer lors de l’un des deux entretiens préalables à son licenciement, de sorte qu’il avait été licencié. Pour lire l’arrêt sur Légifrance Atteinte à la vie privée d’un salarié à défaut d’information sur la surveillance de ses correspondances électroniques sur son lieu de travail

Conditions de travail : un premier baromètre 70 % des salariés estiment avoir les moyens d'effectuer un travail de qualité et 73 % sont satisfaits des responsabilités qui leur sont confiées, montre le premier Baromètre sur la qualité de vie au travail, réalisé par la CFDT [1]. En revanche, 58 % des personnes interrogées jugent être en effectifs insuffisants pour assumer la charge de travail exigée et 48 % manquer de temps pour réaliser correctement le travail demandé. Ce manque de temps est particulièrement mis en avant par les ouvriers (57 % d'entre eux l'affirment) et les fonctionnaires de catégorie C (61 %). Autre constat majeur : le manque de reconnaissance au travail, souligné là aussi en particulier par les ouvriers. La possibilité de concilier temps de travail et vie professionnelle est mieux appréciée : 79 % des salariés la jugent très ou assez satisfaisante. Les deux tiers des salariés estiment pouvoir s'exprimer sur la manière et les moyens de faire leur travail, ainsi que sur l'organisation de celui-ci. Notes

DIF droit individuel à la formation Dernière mise à jour le 11 mars 2014 Synthèse Le droit individuel à la formation (DIF) a pour objectif de permettre à tout salarié de se constituer un crédit d’heures de formation de 20 heures par an, cumulable sur six ans dans la limite de 120 heures. L’initiative d’utiliser les droits à formation ainsi acquis appartient au salarié, mais la mise en oeuvre du DIF requiert l’accord de l’employeur sur le choix de l’action de formation. La formation a lieu hors du temps de travail sauf disposition conventionnelle contraire ; elle est prise en charge par l’employeur selon des modalités particulières. Le DIF étant un droit reconnu au salarié, celui-ci est libre ou non de l’utiliser. A savoir Sommaire Fiche détaillée Qui peut bénéficier du DIF ? Peuvent bénéficier du DIF : Les salariés en contrat de travail à durée indéterminée ayant au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise. Les salariés en contrat à durée déterminée (voir ci-dessous « Dispositions spécifiques aux salariés en CDD »).

Risques professionnels : quand le travail fait mal Les conditions de travail se dégradent. En cause notamment, l'intensification de l'activité et la persistance de nombreuses tâches pénibles. Les suicides au travail ont régulièrement fait la une des journaux ces dernières années. Ces actes extrêmes restent heureusement assez limités en nombre. Ils sont néanmoins révélateurs de la montée d'un certain mal-être des salariés, lié à des conditions de vie au bureau ou à l'usine en dégradation constante depuis les années 1970. Accès réservé Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :> Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant : > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

Conseil de prud’hommes Institués en 1806, les conseils de prud'hommes sont en quelque sorte les « juges du travail ». Représentant les salariés et les employeurs, les conseillers prud'hommes sont eux-mêmes issus du monde du travail. Salaires, congés payés, primes, licenciements individuels... Lorsqu’il est saisi d’une affaire, le conseil des prud’hommes tente obligatoirement de conci- lier les parties adverses. Le conseil de prud’hommes est composé de juges non professionnels. Qualité de vie au travail : un accord déjà oublié - France Conflit social, conflit social france, conflit social europe, grèves manifestations france europe travail emploi europe Après un parcours de négociation chaotique, émaillé de multiples rebondissements, l'accord national interprofessionnel (ANI) sur la qualité de vie au travail a été signé le 19 juin 2013, à la veille de la dernière conférence sociale française. L'encre à peine séchée par la torpeur de l'été, il tombait dans l'oubli. Cette indifférence n'est pas seulement regrettable ; elle constitue une faute. Car cet accord apporte quelques innovations marquantes, dont notre « dialogue social à la française » a bien besoin pour contrecarrer sa lente dérive vers le statut de chef d'œuvre en péril. En voici quelques-unes. Lors de ses vœux aux Français, le président de la République s'est félicité de l'efficacité du dialogue social, qui a produit deux accords en 2013, l'un sur la sécurisation de l'emploi en début d'année (11 janvier), l'autre sur la formation professionnelle en fin d'année (14 décembre). Pourquoi cette indifférence ? Renforcement des acteurs Chacune de ces deux familles a ses mérites.

1 cadre Orange porte atteinte à l'image de la Sté Un homme se présentant comme un "cadre chez Orange" apparaît dans une vidéo postée par un jeune internaute en pleine altercation avec une agent de la SNCF, mercredi 17 octobre, en gare de Viroflay (Yvelines). Selon les informations de FTVi, la SNCF a confirmé que l'altercation avait bien eu lieu. L'agent SNCF insultée s'est exprimée anonymement sur RTL. Elle explique que l'homme venait retirer des billets de train, et a reçu un coup de téléphone. Désolé, cette vidéo n'est pas disponible sur votre appareil. "Si vous n'aviez pas de gens comme moi à payer 10.000 euros d'impôts, vous n'auriez pas votre salaire, vous feriez quoi, vous seriez à la rue", accuse le cadre très énervé. L'agent SNCF a rappelé sur RTL que ce type d'agression verbale est courant dans son travail. "S'il s'avérait que cette altercation ait vraiment eu lieu, répond Orange, contacté par Le Figaro, le groupe ne cautionnerait pas ce type de propos ne reflétant en rien les valeurs de l'entreprise."

Related: