background preloader

Millepertuis - Herboristes du peuple

Millepertuis - Herboristes du peuple

Sa Majesté l'Ortie On croyait deviner qu'il avait dû vivre jadis de la vie des champs, car il avait toutes sortes de secrets utiles qu'il enseignait aux paysans. Il leur apprenait à détruire la teigne des blés en aspergeant le grenier et en inondant les fentes du plancher d'une dissolution de sel commun et à chasser les charançons en suspendant partout, aux murs et aux toits, dans les héberges et dans les maisons de l'orviot en fleur. Il avait des « recettes» pour extirper d'un champ la luzette, la nielle, la vesce, la gaverolle, la queue-de-renard, toutes les herbes parasites qui mangent le blé. Victor Hugo : Les Misérables Un trésor injustement méprisé Plante commune de nos campagnes et de nos jardins, l'ortie est l'une des plantes médicinales les plus riches et les plus efficaces de nos climats tempérés, mais la majorité de nos contemporains l'ignore. Une plante dominante L'ortie commune se reproduit facilement et prospère dans tous les terrains. Mauvaise réputation Poils urticants Cueillette Animaux Cuisine

Le PLANTAIN, plante medicinale, cicatriser les plaies, soigner les bronchites, les conjonctivites, les piqures d'insectes Il existe dans le monde plusieurs centaines d'espèces de plantain. Les plantains des régions tempérées sont des plantes vivaces communes et qui sont adaptables au climat tropical ou subtropical. Plantago major, le grand plantain et Plantago lanceolata, le plantain lancéolé ainsi que des formes intermédiaires (Plantago intermedia) sont originaires d’Europe mais maintenant présents aussi bien en Chine, aux Antilles qu’en Nouvelle-Calédonie. Ce sont de petites plantes vivaces, sans tiges, aux feuilles en rosette, ovales pour le grand plantain, allongées et étroites pour le plantain lancéolé. Les deux plantains décrits ont des compositions chimiques voisines, ils contiennent : Le mucilage est anti-inflammatoire, aussi bien celui des feuilles que celui des graines (qui sont laxatives douces). Le jus de feuille FRAICHE est vulnéraire, antiseptique (antibactérien), antiprurigineux et anti-inflammatoire. L’extrait aqueux de feuille (décoction) est : Copyright 2011 : Dr Jean-Michel Hurtel

La grande bardane (Arctium lappa) La bardane s'utilise comme légume ou assaisonnement, suivant que l'on apprécie ou non sa saveur légèrement terreuse. Les racines se mangent crues (râpées) ou cuites. Elles ont un peu le goût de l'artichaut mais avec une légère teinte terreuse. Les racines de 2cm de diamètre sont les plus tendres et les plus savoureuses. La racine noircit au contact de l'air, elle doit donc être cuite ou mise à tremper dans de l'eau froide citronnée dès qu'elle est coupée. Au printemps les jeunes pousses peuvent être cuites et consommées comme des asperges ou passées au beurre. Les jeunes pousses peuvent se manger braisées ou servir à faire des soupes. Les jeunes tiges peuvent être pelées pour en manger l'intérieur à la « croc au sel » par exemple. Les tiges sont également comestibles une fois enlevées les fibres les entourant (comme les cardes). Les toutes jeunes feuilles (avant qu'elles ne deviennent trop amères) peuvent se préparer à la façon des épinards.

5 plantes pour une peau jeune et belle Je m'abonne pour 1,75€/mois Rides, sécheresse cutanée, vergetures... pour garder une jolie peau, n'hésitez pas à profiter des bienfaits de la nature. Votre panier 100% antioxydants chez l'herboriste. Anti-âge : une infusion de thé vert Pourquoi l'utiliser ? Peau sèche : l'huile de germe de blé Pourquoi l'utiliser ? Peau irritée : une huile à la lavande fine Pourquoi l'utiliser ? Recette : - 2 gouttes ((Compte-gouttes A) de He lavande fine - 4 gouttes (A) de He bois de rose - 4 gouttes (A) de He carotte - 10 ml d'huile végétale de germe de blé- QSP 50 ml d'huile végétale d'argan

Le genévrier cade des garrigues, élément de culture provençale - Horizons d'Aton - Beyt Kaaper Vendredi 18 septembre 5 18 /09 /Sep 08:00 Au cours d'une promenade, sur les pentes du Coudon aux environs de Toulon, prenant de la hauteur pour contempler ce paysage familier qui allie si théâtralement minéral, végétal, ciel et mer, je goûtais autant les odeurs subtiles des plantes de la garrigue que les formes étonnantes des calcaires érodés par le vent et l'eau. C'est là que j'ai rencontré ce superbe genévrier, qui se couvrait de baies d'une couleur allant du vert tendre à l'orange et au brun rouge. Les baies du genévrier cade sont comestibles, mais il ne faut pas les confondre avec les baies de genièvre. Deux planches permettant de comparant le genévrier cade ( à gauche ) et le genévrier commun ( à droite ). Il fait pleinement partie de la culture provençale, car on rencontre en se promenant dans la campagne de nombreuses ruines de fours à cade, les plus nombreux de ceux conservés et réhabilités se trouvant d'ailleurs dans le Var4.

Related: