background preloader

De la transmission à la pollinisation des savoirs

De la transmission à la pollinisation des savoirs
La loi de 1971 a imposé une représentation de la formation fondée sur la transmission. Cette représentation est aujourd’hui caduque et détourne les énergies des pédagogues. Il est urgent de changer de paradigme en passant de la transmission à la pollinisation des savoirs. Les recherches sur les apprentissages informels nous l’ont démontré depuis longtemps : les personnes apprennent de multiple façons en tout lieu et en tout temps. Pour une autre vision de l’apprentissage : la pollinisation des savoirs A côté, d’autres formes d’apprentissage sont mises en oeuvre : apprentissage en réseau, apprentissage collaboratif, apprentissage dans l’action… Tous ces apprentissages ont en commun de remettre au coeur du processus pédagogique l’apprenant. Ces apprentissages dits informels reposent sur une logique de pollinisation. Comme il existe des insectes pollinisateurs, certains équipiers peuvent jouer un rôle plus ou moins important dans la pollinisation des savoirs. Related:  apprendre

De l'intérêt des objectifs pédagogiques L’objectif pédagogique, c’est « ce que l’apprenant sera capable de faire à l’issue de la formation ». Il concerne donc les apprentissages, tandis que l’objectif opérationnel a pour objet les transferts visés en situation professionnelle. L’objectif pédagogique est un incontournable de la formation de formateurs, un élément essentiel du « contrat » entre le formateur et ses apprenants. Une vision « néo taylorienne » ? Les objectifs pédagogiques font leur apparition avec l’enseignement programmé, de Skinner. D’où leur formulation : « Etre capable de… (verbe à l’infinitif qui exprime l’action qui doit être menée par l’apprenant)« A partir de », « en tenant compte de »… (éléments caractérisant les données d’entrée, l’environnement dans lequel le comportement sera observé)« Avec tel niveau de performance » (éléments caractérisant les critères d’évaluation) D’où, également, de nombreuses critiques, qui ont émergé lorsque les approches de la formation se sont faites plus « constructivistes ».

Qu'est-ce que la Wirearchie ? Il est évident qu’Internet connecte les clients, les employés et les communautés et leur fournit l'information dont ils ont besoin comme jamais cela n’a été le cas auparavant. Les processus de prise de décisions et le management d'activités organisées se trouvent ainsi fortement impactés par nombre de réseaux d'individus et de technologies interconnectés. Ce mode de fonctionnement insuffle une nouvelle dynamique au cœur des organisations et contribue à l'émergence de formes inédites d'activités organisées qui reposent sur la participation et l'interaction entre pairs. Dès lors que les individus s'habituent à ces nouvelles conditions, on assiste souvent (mais pas toujours) à la genèse de groupes et d'équipes, structurés en réseaux, et qui se montrent particulièrement habiles, réactifs et soucieux des résultats. Ce nouvel environnement interconnecté requiert l'instauration de nouveaux principes en vue de structurer cette activité collaborative. Bienvenue dans l'ère des réseaux...

INTERLIGNES n°45 - « Est-ce qu'ils apprennent ? » Ce numéro 45 aborde la vaste question des procédures pédagogiques qui aboutissent à l’acte d’apprendre des élèves. Si, en théorie, le choix dépend surtout de la représentation que l’enseignant a de l’apprendre, sur le terrain il lui est parfois difficile d’expliciter certains choix. Pourquoi certaines démarches sont-elles bannies et d’autres largement répandues alors qu’elles font toutes globalement apprendre, à certaines conditions ? Ce numéro se propose de faire le point sur les représentations de l’acte d’apprendre, les processus d’apprentissage ainsi que sur les pratiques pédagogiques. "En décembre 2000, le numéro 27 d’interlignes « Enseignement et apprentissage au lycée professionnel » invitait déjà à réfléchir aux procédures pédagogiques les plus efficaces pour mettre les élèves au travail. Françoise Bollengier, Professeure honoraire, formatrice de lettres - Françoise Girod, IA-IPR honoraire chargée des lettres-histoire-géographie Couverture interlignes n°45 Sommaire : Hommage

Le 2.0, une nouvelle dimension pour l'entreprise apprenante Air Liquide, Auchan, Groupama, PSA, la SNCF, Schneider Electric, Sodexo... Elles seront une dizaine d'entreprises de tous les secteurs à venir, les 20 et 21 novembre prochains, partager leur expérience sur « L'entreprise apprenante à l'ère du 2.0 », thème d'une conférence organisée par EFE. Au cours de ces deux journées, ce sont au total quelques 24 études de cas et retours d'expérience que les participants pourront découvrir, à travers un programme d'exposés et de débats visant à apporter tout à la fois une compréhension des nouveaux leviers d'apprentissage d'un environnement 2.0 et des clés de mise en œuvre. La première journée sera en premier lieu consacrée aux universités d'entreprise, et s'interrogera sur leur rôle et les nouveaux modes d'apprentissage qu'elles peuvent mettre en œuvre. Viendront notamment témoigner les responsables des universités de PSA, Groupama et Auchan. Du KM 2.0 à l'innovation collaborative

Meirieu : Le plaisir d'apprendre Avec "Le plaisir d'apprendre", Philippe Meirieu nous donne un beau livre. Contre l'utilitarisme scolaire, il rappelle les exigences culturelles du métier et invite l'Ecole à chercher dans la culture les remèdes à l'ennui. Douze personnalités (F. Dubet, M. A qui ce livre est-il destiné ? Il faut lire les pages où Philippe Meirieu explique ce qu'est le bonheur d'apprendre, "le seul événement qui fait grandir un être : quand il accède à la compréhension du monde. Mais pour Philippe Meirieu, cette passion est toute d'exigence. A l'appui de sa thèse, P. Ce "Manifeste" de Philippe Meirieu est évidemment une réflexion sur l'enseignement. Philippe Meirieu, Manifeste. Meirieu : "Les valeurs de l’École et celles de la société s’éloignent de plus en plus. " Si nous ne voulons pas abandonner nos enfants à la sous-culture des « joueurs de flûte » qui les traitent essentiellement comme des « cœurs de cible », il faut bien se reposer la question du « plaisir d’apprendre »".

Pourquoi le 2.0 va enfin permettre de bâtir l’entreprise apprenante | Management et performances Marion Breuleux est responsable du Département Management et Efficacité professionnelle pour la société EFE. Son rôle consiste à concevoir une offre de formation en management qui réponde aux besoins et enjeux des entreprises, voire les anticipe. Elle animera la conférence des 20-21 novembre prochains : « L’Entreprise apprenante à l’ère du 2.0« Le concept d’entreprise apprenante n’est pas nouveau et beaucoup s’y sont essayés…en vain. Favoriser la résolution collective des problèmesDonner une forte place à l’expérimentationTirer les enseignements de ses expériences, positives comme négativesApprendre avec et de son écosystème (clients, fournisseurs, partenaires…)Transférer les connaissances à ceux qui en ont besoin via une base Revenons à l’essentiel pour mieux comprendre là où le bât blesse : qu’est-ce qu’une entreprise apprenante ? La NASA définit l’entreprise apprenante ou « learning organization » comme : Le changement de paradigme ! Sur le plan technique d’abord.

Marcel LEBRUN : n'opposons pas le cours traditionnel et la classe inversée. Marcel LEBRUN, docteur en sciences est professeur en technologies de l'éducation et conseiller pédagogique à l'Institut de Pédagogie Universitaire et des Multimédias de l'Université Catholique de Louvain.Il accompagne en particulier les enseignants dans la mise en place de dispositifs techno-pédagogiques à valeur ajoutée pour l'apprentissage. Auteur de plusieurs ouvrages sur les rapports entre technologies et pédagogies, il vient de publier avec Julie LECOQ un des ouvrages (Canope, 2015 )les plus exhaustifs disponibles aujourd'hui sur la pédagogie de la classe inversée dont chacun s'étonne de l'engouement remarquable qu'elle suscite parmi les enseignants qui innovent dans les pratiques pédagogiques à l'ère du numérique.Les auteurs proposent une réflexion sur le statut du savoir et la modification de la relation entre enseignant et apprenant que la société numérique accélère. Au contraire, une démarche hybride est souhaitable. Claude TRANVice-Président de l'An@é

Réussir un débat Détails Catégorie parente: Fiches-méthodes Catégorie : Vers le Bac Mis à jour le vendredi 9 septembre 2011 21:18 Publié le mercredi 7 septembre 2011 13:02 Objectifs : - apprendre à argumenter- prendre la parole en public- apprendre à évaluer une prestation orale argumentée Modalités : La question du débat et le dossier documentaire sont fournis au moins une semaine avant aux élèves sans qu’aucun ne sache s’il sera jury ou équipier. Déroulement : Deux équipes (5 - 7 élèves) et un jury (5 – 6 élèves) sont constituées. Jury : Le président de jury lance le débat en posant une question simple à l’une des deux équipes puis il n’intervient plus (sauf dans les cas extrêmes). Matériel :- 2 montres chronomètres (une pour les rounds, une pour les temps morts)- 1 cloche ou sonnette pour sonner les rounds et les temps-morts. Il est préférable de faire le débat en demi groupe ; en classe entière la moitié de la classe est spectatrice. Critères d’évaluation du jury :

Enseigner plus explicitement : l'essentiel en quatre pages Ce que dit le prescrit Le référentiel de l'Éducation prioritaire (« enseigner plus explicitement les compétences que l’école requiert pour assurer la maitrise du socle commun »), comme les programmes 2015 des cycles 2, 3 et 4, avec de nombreuses occurrences du terme «explicite», s’accordent sur la nécessité « d’enseigner plus explicitement ». Nombre de modalités sont recommandées au fil des pages : expliciter des techniques, des pratiques, des attentes, des règles, des stratégies, des démarches, des savoir-faire, des implicites dans la compréhension des textes, des connaissances préalables aux apprentissages... Des cadres théoriques différents Depuis quelques années, le vocable « pédagogie explicite » est utilisé par plusieurs courants de recherche au risque de malentendus : Les savoirs scolaires ne sont pas une somme de connaissances à accumuler dans la tête des élèves. Expliciter : comment, pourquoi, quand ? En résumé Des outils pour la formation ? Lire la suite... Pour aller plus loin

Bavardage en classe : que faire pour rétablir l’écoute ? Enseignante de philosophie, Florence Ehnuel, dans son livre "Le bavardage, parlons-en enfin", dénonce les méfaits de ce dernier sur la qualité de l'enseignement et le moral du professeur. Elle propose ici quelques pistes pour y remédier. Florence Ehnuel © Jean-Marc Gourdon Désagrément quotidien subi par les enseignants de tous niveaux, le bavardage est pourtant rarement évoqué dans les médias ou dans la littérature spécialisée. Enseignante de philosophie, Florence Ehnuel y consacre un ouvrage pour lever le voile sur la souffrance des enseignants qui y sont confrontés et propose quelques solutions pour y mettre fin. Votre livre s’appelle Le bavardage, parlons-en enfin. Le bavardage n’est pas un phénomène nouveau, il remonte à 30 ou 40 ans. Un blog pour témoigner Florence Ehnuel a également ouvert un blog pour recueillir les témoignages d’enseignants, d’élèves ou de parents sur le bavardage : bavardageparlonsen.fr Pouvez-vous m’en citer une ? Il n’y a pas de règles universelles.

Related: