background preloader

Et si la créativité était juste une habitude ? Cyril de Sousa Cardoso à TEDxVaugirardRoad 2013

Et si la créativité était juste une habitude ? Cyril de Sousa Cardoso à TEDxVaugirardRoad 2013

When Your Skin Smells Sandalwood Oil, It Heals Itself — NOVA Next Your nose isn’t the only part of your body capable of taking a whiff. In the past decade, scientists have discovered olfactory receptors lingering in strange places—in sperm, in the spine, and even in the kidneys. Now researchers in Hanns Hatt’s lab at Germany’s Ruhr University Bochum have identified scent receptors somewhere much more accessible: the skin. What’s more, these receptors appear to be involved in healing. Sandalore, a synthetic sandalwood oil, binds to an olfactory receptor in the skin, prompting the healing process. Here’s Bob Roeher, writing for New Scientist: They found that Sandalore—a synthetic sandalwood oil used in aromatherapy, perfumes and skin care products—bound to an olfactory receptor in skin called OR2AT4. In other words, your skin has the ability to smell, just not in the way we normally think of. This discovery is another example of our skin’s unexpected abilities.

La musique à l’école pour apprendre à vivre ensemble (Revue de Sèvres) La 75e Revue internationale d'éducation de Sèvres (CIEP) porte sur la musique à l'école. Des études montrent ses effets bénéfiques pour l'apprentissage et la socialisation. La rentrée en musique à La Réunion, les 17 et 18 août 2017 / Ministère de l’Education nationale Pour son numéro 75 d’octobre 2017, la Revue internationale d’éducation de Sèvres éditée par le CIEP s’intéresse au lien entre musique et éducation. Professeur de psychologie cognitive à l’Université de Bourgogne et chercheur à l’Institut universitaire de France, Emmanuel Bigand a coordonné le numéro. La musique, instrument de communication Selon le professeur de psychologie cognitive, lui-même contrebassiste, les enfants en situation d’échec d’acquisition du langage, notamment les Dys, peuvent être « rattrapés » grâce à la musique, qui s’avère avoir également des effets positifs sur la mémoire et sur le développement du Q.I, mais qui est surtout un outil de socialisation. Un outil de socialisation et de citoyenneté

Home - Orchestre à l'école Pourquoi la musique nous fait du bien Elle apaise nos angoisses, favorise la concentration, stimule la mémoire, facilite l’apprentissage du langage… On sait depuis longtemps que la musique adoucit les mœurs. Aujourd’hui, les scientifiques expliquent pourquoi. Erik Pigani Sommaire Une demi-heure de musique classique par jour : c’est obligatoire pour tous les enfants de Floride, aux Etats-Unis. En France, l’action bénéfique de la musique n’est pas totalement inconnue. Autre expérience étonnante réalisée dans le métro de Newcastle, en Angleterre : les responsables de la sécurité des stations ont remplacé la diffusion de musique rock par du baroque. Les sons font réagir nos cellules Pour comprendre comment la musique agit sur nous, il faut savoir qu’elle n’a rien d’immatériel et ne passe pas directement des instruments à notre cerveau. Des vibrations qui soignent

Cette musique permet de réduire l'anxiété de 65% L'anxiété est un trouble nerveux de plus en plus présent dans notre société et elle provoque la peur, la nervosité et même parfois, dans sa version extrême, la panique. Ce n'est pas nouveau puisqu'on a retrouvé des écrits dans lesquels Hippocrate en parlait, 4 siècles avant Jésus Chris. Les personnes les plus touchées par l'anxiété sont issues de la génération Y (1980 - 1990). L'anxiété est une sensation normal lorsque nous sommes inquiets ou angoissés, mais elle peut devenir chronique. En effet, lorsqu'on est anxieux, on ressent un sentiment d'insécurité, une appréhension, voire même de la terreur provoquée par une situation ou une décision à prendre. Elle se manifeste de différentes manières. Dans sa forme légère : Se sentir mal à l'aise Dans sa forme moyenne : Etre préoccupéEtre agitéEtre nerveuxEtre colériqueSe sentir fatiguéSentir une tension musculaire Dans sa forme lourde : Dans sa forme extrême : Installez-vous bien, écoutez et détendez-vous surtout : Désactiver la lecture automatique

Les arts et la santé, un maillage gagnant - Le Courrier du Sud Le 5 octobre dernier se tenait, dans le petit village de Saint-Camille, en Estrie, une journée autour de la thématique des arts et de la santé, réunissant des intervenants des milieux communautaire, de la santé et de la culture. Les différentes interventions ont montré de manière éloquente les impacts positifs des arts sur la santé; chiffres, études et expériences terrain à l’appui. Des effets positifs sur la santé Dans sa conférence d’ouverture, Mélissa Généreux, directrice de la santé publique de l’Estrie, proposait un tour d’horizon, à partir de diverses études, des nombreux effets positifs de la pratique et de la fréquentation des arts, tant sur la santé physique, mentale que psychosociale. Elle nous apprenait entre autres que la musique possède la capacité de baisser le rythme cardiaque et respiratoire, de réduire le stress et l’anxiété et d’augmenter la sensation de bien-être. Ce ne sont là que quelques exemples significatifs; la liste pourrait être beaucoup plus longue.

Crèches Cap Enfants : quand la musique éveille au monde Il y a dix ans, Claudia Kespy-Yahi lançait le concept des crèches musicales Cap Enfants. Aujourd'hui, les neurosciences lui donnent raison : sa pédagogie, dont la musique est l'axe central, a un impact déterminant sur le développement des enfants. Reportage. Le La est donné dès l'entrée, où trône un piano à queue ouvert : « C'est un prêt du Festival d'Auvers-sur-Oise. Nous sommes à Gennevilliers, dans une des crèches du réseau Cap enfants. Et si elle a choisi de se lancer dans une projet de crèches musicales, comme elle les définit, Claudia Kespy-Yahi repose sur sa propre expérience d'enfant bilingue : née en Autriche, elle a d'abord parlé l'allemand. De l'oreille musicale à l'oreille pour les langues, il n'y a qu'un pas « L'éveil musical est l'outil idéal, déclare Claudia Kespy-Yahi. Dans la Bulle Musicale, le monde entier est à la portée de la main Et les petits (musiciens) deviendront grands Les retours enthousiastes des parents ont mis la puce à l'oreille de Claudia Kespy-Yahi.

Avec Max Richter, dormir au concert est devenu un must Le compositeur néoclassique, héritier des minimalistes américains, invite, samedi 18 novembre, à une traversée hors normes : écouter sa pièce “Sleep” alité, en pyjama, pendant huit heures, à la Philharmonie de Paris. Une expérience qu’il décrypte pour nous. Agaçant, Max Richter ? Pour qui aime à ranger les artistes dans des cases, possible que le musicien germano-britannique énerve un peu. Etiqueté « post-minimaliste », car dans la lignée d’un Glass ou d’un Reich, il use pour ses partitions aussi bien de l’orchestre symphonique (direction, donc, rayon « classique »...) que du sample (… et l’on bifurque vers le bac « électro »). Frénésie de projets Bref, cet inclassable premier de la classe est partout à la fois et nulle part en particulier. Boulimique, Max Richter ? Boucles acoustiques et synthétiques En témoigne Sleep, pour piano, cordes, voix et électronique. Soporifique, alors, Max Richter ? Paysage intérieur Pièce sous influences Dialogue avec la neuroscience Ecoute active/passive

Comment la musique influence nos rêves et notre sommeil INTERVIEW - À l'occasion d'un grand concert donné à la Philharmonie de Paris dans la nuit de samedi à dimanche devant un public venu avec oreillers et couettes, Le Figaro a interrogé Sophie Schwartz, une spécialiste des neurosciences. Certains rythmes musicaux ont un effet d'entraînement sur les rythmes du sommeil, explique la chercheuse. Ce week-end, la Philharmonie de Paris accueille une expérience de huit heures du compositeur berlinois Max Richter. Une partition de huit heures conçue pour être écoutée allongé. Sophie Schwartz, professeur en neurosciences à la faculté de médecine de l'université de Genève, dirige un laboratoire de neuro-imagerie qui travaille sur la cognition et le sommeil. Elle nous explique les connexions entre musique et sommeil. » LIRE AUSSI - Le concert à dormir debout de Max Richter LE FIGARO. - Quelles sont les relations entre musique et sommeil? Sophie SCHWARTZ. - Les effets de la qualité mélodique de la musique sur le sommeil ne sont pas bien connus.

En Corée du Nord, la musique de Won répond aux déclarations détonantes de Trump Le développement des instruments de musique connectés Samedi 25 novembre se tiendra, à Issy-les-Moulineaux, la première édition du festival Next Music le premier salon d’instruments de musique connectés qui rassemblera douze nouveaux instruments de musique mis au point par des startups françaises. On pourra découvrir le dualo, un accordéon tactile, le 3Dvarius, un violon électrique réalisé grâce à une imprimante 3D, ou encore le Sylphyo, une sorte de clarinette du futur, non pas en bois, mais en plastique et en métal, développée dans un incubateur du campus de l’Université de Lille. Le Sylphyo est le premier instrument à vent électronique qui reproduit les sensations d’un instrument acoustique. On est bien loin du timbre de la clarinette. Le numérique permet aussi de démultiplier les possibilités sonores des instruments traditionnels. La lutherie en pleine évolution Quels musiciens pour ces nouveaux instruments ? Les musiciens de jazz et ceux issus des musiques actuelles sont les plus audacieux et adoptent volontiers ces instruments.

Happy music: Du son pour booster la productivité La musique peut être bénéfique au travail, particulièrement dans les environnements bruyants et lors de la réalisation de tâches répétitives et physiques. C’est à partir de ce postulat de base qu’est née la happy music. Une démarche basée sur l’écoute par les salariés de genres musicaux soigneusement choisis qui stimule leur créativité et réduit leur niveau de stress tout en augmentant sensiblement leurs performances. La happy music consiste comme son nom l’indique en une musique joyeuse et enjouée servant d’ambiance de travail pour les salariés et boostant considérablement leur efficience au bureau. Pour réussir ce tour de force et maximiser l’effet de la happy music, l’employé doit néanmoins opter pour le choix d’une musique adaptée à sa personnalité et à ses tâches. Des morceaux au tempo assez élevé tels que la pop ou encore le rock invitent en fait le salarié à accélérer son rendement pour suivre le rythme, agissant alors comme un métronome.

La Musique comme thérapie | Haytham DAEZLY | Libnanews Platon dit que la musique donne une âme à nos cœurs, des ailes à notre pensée, un essor à l’imagination. Elle est un charme à la tristesse, à la gaieté, à la vie, à toute chose. Mais, pourquoi certains chanteurs nous touchent-ils plus que d’autres ? Le pouvoir de la musique sur notre Être est puissant. « La musique est peut-être l’exemple unique de ce qu’aurait pu être – s’il n’y avait pas eu l’invention du langage, la formation des mots, l’analyse des idées – la communication des âmes. » (Miles Davis) Musique orientale, indienne, moderne, contemporaine, électroacoustique, expérimentale, minimaliste, etc. La musique a un puissant effet thérapeutique sur chacun de nous, en fonction de nos propres sensibilités, parce qu’elle est vibration ! La musicothérapie « active» facilite l’expression de soi. « Je m’en suis sortie, puisque je chante », déclarait Barbara. Comment comprendre ainsi et apprécier une musique ? Photomontage / Portraits ©Haytham Daezly – Tous droits réservés

Un peu effrayant : une machine crée une berceuse qui vous fera dormir plus vite que la musique créée par l’homme | Epoch Times Une compagnie de santé cherche à jouer à l’homme contre l’intelligence artificielle (IA) – et veut qu’on participe aussi. La compagnie de santé AXA PPP Healthcare a commandé deux morceaux de musique – l’un composé par un humain et l’autre par une IA. Elle a ensuite demandé au public de décider de laquelle leur donnera le plus sommeil, rapporte le Mirror. La première pièce est du compositeur renommé Eddie McGuire, tandis que l’autre est le produit d’une machine qui utilise des réseaux neuronaux artificiels et qui n’a pas reçu d’aide d’un homme. Eddie McGuire a appelé sa composition (ci-dessus) Berceuse Lyrique. « Beaucoup de gens rapportent une sensation de chute alors qu’ils s’endorment, et de nombreuses berceuses imitent cela en contenant les mélodies faites d’arrangements de notes descendants. Pour que la machine capable d’IA compose sa pièce intitulée « Lullaby » (Berceuse), on lui a appris à composer en utilisant une partition musicale dans un format lisible par l’ordinateur. M.

Related: