background preloader

Thierry Meyssan

Thierry Meyssan

http://www.voltairenet.org/auteur29.html?lang=fr

Related:  Attentats de ParisLe SYSTEME US II (Surchauffe)LA THEORIE DU COMPLOT ET LES RSN

Un couple franco-syrien met les réseaux sociaux en émoi avec un cliché plein d'espoir L'amour triomphera toujours ! Un couple franco-syrien met les réseaux sociaux en émoi avec un cliché plein d'espoir Facebook de Hamid Sulaiman » ["...et c'est de drame"] CATASTROPHE, la candidate des riches a perdu ! Coup de tonnerre : Gros article dans le Monde : Féministe à contretemps, Hillary Clinton paie ses choix tactiques Eh oui, si Sainte Clinton perd, c’est forcément un problème tactique, nullement un énorme problème stratégique… Légère différence entre les candidats – heum… (admirez les différences de slogan aussi, qui en dit long sur le passage du politique au show-business.

L'homme qui tombe Didier Jacob, Le Nouvel Observateur « D’une parfaite pudeur romanesque, Don DeLillo sait embrasser dans une seule image tout le spectre du tragique, comme lorsqu’à la fin du livre le héros voit tomber d’une tour une chemise en feu, « agitant les bras comme rien dans cette vie ». » Marie-Caroline Aubert, Marie-Claire François Hollande à Moscou : la coalition de l'impossible Le président François Hollande se rendra la semaine prochaine aux États-Unis et en Russie, dans l’intention de créer une large coalition internationale de lutte contre l’État islamique. Maxime Ioussine, journaliste du quotidien russe Kommersant, énumère les difficultés qui attendent le dirigeant français. Francois Hollande au Congrès à Versailles lundi 16 novembre. Crédits : parti-socialiste.fr Le premier problème auquel sera confronté François Hollande, en tentant de créer une coalition de résistance à l’État islamique, est lié au fait que, pour la majorité des forces impliquées dans le conflit syrien, l’EI n’est, de loin, pas le principal ennemi. Et ces forces n’ont absolument pas l’intention de mobiliser le maximum d’efforts et de ressources possibles pour le combattre.

CRISPR : la technique d'édition de gènes classée comme arme de destruction massive © Inconnu C'est ce qui ressort d'un rapport publié par la CIA, l'Agence Nationale de sécurité et une demi-douzaine d'autres organismes d'espionnage et de renseignement états-uniens. C'est en tout cas ce que pense James Clapper, le directeur du renseignement national des États-Unis, qui supervise les différents services de renseignement qui représentent un budget annuel de 50 milliards de dollars. Jeudi, lors du rapport annuel d'évaluation mondiale des menaces présenté par l'ensemble de la communauté du renseignement, il a ajouté l'édition de gènes dans la liste des menaces posées par « des armes de destruction massive et leur prolifération ». Le terme d'édition de gènes fait référence à plusieurs innovations des méthodes de modifications de l'ADN dans les cellules vivantes. Certains experts ont été surpris par cette décision du chef de l'espionnage des États-Unis de déclarer l'édition de gène comme arme de destruction massive potentielle.

Fact-checking : notre kit de survie en 5 gestes qui sauvent (partenariat avec le CFJ) A jours trois du premier tour de l’élection présidentielle, Méta-Media et France Télévisions lance une batterie d’initiatives pour lutter contre la désinformation. Il n’aura fallu que quelques mois au petit monde de l’info pour adopter une novlangue désormais incontournable : pas un jour ne passe sans que l’on ne parle de fake news, de post-vérité, de hoax, de bulles de filtre, ou même de debunking… Si cette taxinomie a l’inconvénient de composer avec des contours flous, elle n’en reste pas moins révélatrice des dangers auxquels s’exposent aujourd’hui nos démocraties en ligne. En pleine année électorale, la France et l’Allemagne sont sans surprise les nouvelles cibles des propagateurs de fake news. D’autant que chez nous, l’élection présidentielle sera suivie de près par les échéances législatives... Comme c’est le cas tout au long de l’année, le service public réaffirme sa mission clé : fournir une information vérifiée.

Manuel Valls avait refusé une liste syrienne de djihadistes français France URL courte Selon ces allégations, il y a deux ans, la France aurait pu se procurer la liste des djihadistes français opérant en Syrie si M.Valls, occupant alors le poste de ministre de l'Intérieur, ne s'y était pas opposé sous le prétexte de ne pas vouloir échanger de renseignements avec les responsables syriens. Quand les services secrets syriens ont proposé à M.Squarcini, à l'époque à la tête de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), la liste de tous les djihadistes français opérant en Syrie, M.Valls a expliqué que la France n'échangeait pas de renseignements avec les autorités syriennes. Ce refus est rappelé aujourd'hui, après les attaques terribles de Paris, alors que les responsables français cherchent à trouver des moyens de prévenir de telles catastrophes.

» Le Rapport Anti-Empire N°140 Par William Blum Source : William Blum, le 03/11/2015 Le Moyen-Orient vous déconcerte ? Voici quelques choses à savoir. (Mais vous serez probablement encore déconcertés.) Les É-U, la France, l’Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar, et les monarchies du Golfe ont tous, dans un passé récent, soutenu al-Qaïda et/ou l’État islamique (Daech) avec des armes, des financements et/ou de la main-d’œuvre.Cela a commencé en 1979, quand les États-Unis ont démarré des opérations secrètes en Afghanistan, six mois avant l’arrivée des Russes, avec un soutien au fondamentalisme islamique à travers le sud de l’Union Soviétique contre “le communisme impie”. Tout le bordel al-Qaïda/Taliban s’en est suivi.En plus de l’Afghanistan, les É-U ont soutenu des militants islamistes en Bosnie, au Kosovo, en Libye, dans le Caucase et en Syrie.Les É-U ont renversé les gouvernements laïques de l’Afghanistan, de l’Irak et de la Libye et essayent de faire de même en Syrie, donnant du même coup un grand élan à la montée de Daech.

Related: