background preloader

Le nudge marketing ou comment vendre sans contraindre

Le nudge marketing ou comment vendre sans contraindre
A l'aéroport d'Amsterdam, une mouche noire dessinée au centre des urinoirs a encouragé les hommes à mieux viser et rendu les toilettes plus propres. A LaVerne, aux Etats-Unis, une note a été apposée à la porte de 120 maisons pour informer les foyers du nombre de voisins participant au recyclage des ordures ménagères et de la quantité recyclée : résultat, les ordures triées ont augmenté de 19 %. En affichant le pourcentage de personnes ayant occupé une chambre et accepté d'utiliser plusieurs jours la même serviette de toilette, des hôtels ont obtenu que 40 à 50 % de leurs nouveaux clients réutilisent eux aussi leurs serviettes... Une économie d'eau pour l'hôtel et la planète. Ces exemples résument bien ce que sont les "nudges", un vocable anglo-saxon qui signifie littéralement "coups de coude incitatifs" et dont l'ambition est d'aider les individus à faire les bons choix. A l'origine du concept des nudges il y a un économiste et un juriste américains, Richard H. Orienter les choix 2. 3.

http://lentreprise.lexpress.fr/marketing-et-vente/le-nudge-marketing-ou-comment-vendre-sans-contraindre_42141.html

Related:  1 - Le consommateur est-t-il rationnel dans ses choix ?3 – L’entreprise vend-elle un produit ou une image ?

Les mythes et réalités sur les points de contact L'influence du digital est supérieure chez les jeunes, que sur l'ensemble de la population (indice 54), selon l'étude Brand Experience Monitor de TNS Sofres. TNS Sofres a lancé en France et en 2013 sa nouvelle étude syndiquée "Brand Experience Monitor", s'appuyant sur la mesure de l'efficacité des points de contact du modèle MCA, inventé par la société Integration Marketing & Communications et dont TNS Sofres détient la licence. A partir des résultats, l'institut a réalisé une analyse sur 4 groupes d'âge qui remet en question 4 idées reçues : "Les jeunes sont plus influencés par le digital" ; "Les jeunes ne sont plus influencés par le paid media" ; "L'influence du point de vente augmente avec l'âge" ; "Ce qui compte aujourd'hui c'est de générer du earned media". Le score d'influence du digital est effectivement supérieur chez les jeunes – indice 5 sur les moins de 25 ans et 56 sur les 25-34 ans – que sur l'ensemble de la population (indice 54). En savoir plus sur Offremedia.com

Le coup de jeune de Prince Qui ne s'est jamais battu avec un paquet de Prince pour faire sortir le dernier biscuit coincé au fond du paquet ? Peu de gens en réalité, car ce biscuit là est présent dans plus d'un foyer sur deux en France et qu'il s'en vend soixante chaque ... seconde ! (voir plus loin l'encadré "Prince en chiffres"). "L'équipe R&D de Mondelez basée à Saclay a planché deux ans pour inventer un nouveau pack " explique Marie Bescond, Senior Brand Manager de Prince avant de poursuivre "le système ouverture/fermeture repositionnable est breveté Mondelez International. " En pratique - c'est visible en rayon depuis la fin de l'été - les équipes ont positionné une languette sur l'avant bas du paquet qui ressemble à un rouleau. Le packaging "Cela fonctionne comme un tiroir à biscuits " continue Marie Bescond "car le paquet est utilisé en général debout ".

Le magasin (ré)enchanté Pas moins de 75 % des décisions d'achat sont prises en point de vente. " C'est acquis et démontré, affirme Frédéric Pérodeau, délégué général de l'Institut français du merchandising (IFM). Avec la montée des achats sur Internet, faire la différence en magasin s'avère plus que jamais primordial. D'où l'importance du marketing en point de vente. Car la différenciation ne se fait plus grâce au prix, à la promotion ou même au produit. Personnalisation : même Omo s'y met My OMO Store c'est deux tendances marketing incarnées en un même lieu : l'éphémère et la personnalisation. Le Pop Up installé à la Crémerie dans le 1er arrondissement de Paris (du 4 au 6 octobre puis du 9 au 12) se double d'une possibilité de personnaliser sa lessive à la fois sur la fragrance, la couleur du liquide et sur le packaging. Le tout est orchestré par l'agence événementielle "Une agence américaine".

Marché chinois du luxe : le client veut la qualité avant la marque Terminée, l'ère du consommateur chinois fasciné par un énorme logo de marque, bien visible. L'étude (1) menée par Simon-Kucher, cabinet de conseil en stratégie marketing spécialisé dans le pricing, montre clairement que le client attend surtout d'un produit de luxe qu'il soit de qualité (74 %), stylé (71 %) et confortable (70 %). L'image de la marque n'arrive qu'en 4ème position des critères d'achat (69 %), la visibilité du logo est reléguée à la 8ème place et l'expérience d'achat arrive en dernier (65 %) des dix critères proposés. Un consommateur surtout masculin qui veut acheter en ligne "Ce classement témoigne d'une évolution très nette, explique Martin Crépy, Partner chez Simon-Kucher.

Dia et le click & collect en casier réfrigéré Dia annonce le lancement de diadiscount.com, son service web et mobile de click & collect avec Airtag (1). Le service s'appelle Airshop. Le client récupère sa commande dans un casier réfrigéré en 30 minutes en toute autonomie. On peut tester ce nouveau service à Paris Brezin dans le 14ème arrondissement de Paris.

Relation client : 87% des consommateurs pensent que les marques peuvent mieux faire Les marques concentrent leurs efforts sur les ventes au détriment du service client. C'est du moins ce que les consommateurs ressentent selon l'étude réalisée par Loudhouse pour Zendesk. En décalage par rapport au comportement de ces derniers, les entreprises tentent de rattraper leur retard pour proposer une expérience omnicanal. Un effort que les consommateurs ne saluent pas vraiment : 73% estiment que les marques pensent plus à générer des ventes grâce à la multiplication des canaux qu'à fournir un service client intégré. En outre, 87% pensent que les entreprises doivent en faire plus pour améliorer la relation client. Une majorité (64%) souhaite notamment bénéficier d'une assistance en temps réel quel que soit le canal utilisé.

Après la salade, Sodebo réinvente le sandwich Nom de marque ? La brigade ailée du goût (BAG). Le sigle n’est pas anodin car en effet, le concept tient surtout grâce au packaging. « Ce sachet a un imaginaire très fort, on l’a tous vu dans les séries américaines. Quand nous avons réalisé nos études shopper, les consommateurs ne croyaient pas que c’était un intervenant de grande distribution qui lançait ce type de produits », raconte Manuela Lefort, chef de groupe sandwichs et nouveaux marchés.

Les consommateurs, impliqués dans le marketing Dans son ouvrage "Marketing participatif" (publié chez Dunod), Ronan Divard, maître de conférence à l'IAE de Bretagne Occidentale, rappelle que " l'idée de coproduction [...], tout particulièrement en matière de services [...] implique nécessairement un certain degré de participation du consommateur ". Le spécialiste précise que " la valeur serait donc toujours cocréée par l'interaction entre les ressources de l'entreprise et les compétences du consommateur ". Mais si d'un point de vue conceptuel, la cocréation n'a rien de nouveau, les nouvelles technologies et la dimension communautaire du Web 2.0 ont fait du marketing participatif une tendance majeure, pour les marques, mais aussi pour les consommateurs. Selon une étude réalisée par Edelman 8095 en 2012, 40 % des membres de la génération Y demandent à participer à la création des produits et à la vie des marques.

Les français champions de la perception de "l'image-prix" des enseignes Il en va des prix comme des températures. Il y a les prix réels et les prix "ressentis". Autrement dit, il y a ce que le consommateur pressent en terme de prix (c'est l'image) et la réalité du prix (c'est le positionnement). Nike fait jouer Federer, Nadal, Sharapova et Williams dans le noir ! Quelques jours avant Rolland Garros, Nike a invité quatre stars du tennis pour un événement très spécial : Kings of the Lights in Paris ! Alors que Rolland Garros ouvre ses portes, Roger Federer, Rafael Nadal, Maria Sharapova et Serena Williams ont été invité par leur équipementier Nike à faire une partie de tennis ludique… Dans le noir. Avec un système de délimitations fluorescentes, Nike Tennis a imaginé une rencontre en couple à l’Espace Clacquesin de Malakoff pour les seuls joueurs encore actifs à avoir remporté les quatre levées du Grand Chelem au cours de leur carrière.

Fleury Michon investit le snacking chaud Après les Box, Fleury Michon souhaite continuer à s'investir sur le segment du snacking. La marque lance en ce début d'année une nouvelle solution repas snacking chaud 100% balls en GMS au rayon traiteur frais : Ball in Box. Individualisation et nomadisme oblige, le snacking est en effet une consommation qui explose en GMS. Ce segment dynamiste apporte un coup de jeune au rayon traiteur. Avec 62 050 tonnes (+6,5%) et 667 millions d'euros de CA (+7,6%)*, l'évolution de ce segment (comprenant salade avec fourchette, sandwich, snack chaud et box) est environ trois fois supérieure à celle du rayon traiteur.

Retail : les 5 vraies attentes des consommateurs Pas moins de 30554 consommateurs ont été interrogés dans le cadre de la vaste étude menée dans 16 pays par IBM sur les attentes futures des consommateurs et leur opinion sur les technologies liées au muticanal. Quelques éléments de contexte d'abord. Le commerce en ligne connait une croissance importante dans le monde entier. La ventilation des achats est passée de 84% réalisé en magasin en 2012 à 72% en 2013.

Related: