background preloader

Guerrilla Gardening Paris

Guerrilla Gardening Paris

Ecojardinage: Ecojardinage Guerilla gardening pays de Bretagne TRUSTO CORP, nouveaux travaux | BLOG One Blood : Mouvement Artistique Responsable & Solidaire, Culture, Mode, Art, Déco, Graphisme, Musique, ... Nous vous avions présenté le collectif Trusto Corp il y a quelques semaines ici, voici un aperçu de leurs nouveaux travaux! Et notamment d’autres panneaux de signalisations exposés, une fois n’est pas coutume, dans une galerie de Brooklyn. Mais aussi des emballages de produits, directement insérés dans les rayons de supermarchés new-yorkais, avec la touche humoristique et décalée signée Trusto toujours bien présente !! Bordeaux farmer L'armée des plantes Des jardinières abandonnées, des failles dans les trottoirs, un trou dans le bitume, des pieds d’immeubles en friche. Les guérilleros gardening sont à l’affût de l’interstice urbain, la faille dans l’océan de bitume. Détournées, ces faiblesses du goudron deviennent terres d’accueil pour les graines semées par ces jardiniers militants. Sur une place de parking Nous les avons rencontrés le 17 septembre, à l’occasion de Parking Day, événement durant lequel des artistes, associations, ONG..., s'approprient une place de parking, la rendent conviviale pour y accueillir le public. Le mouvement date de 1973, lorsque Liz Christy lance à New York ses premières Bomb seeds, bombes de graines, dans les terrains vagues, les friches et partout ailleurs. Tous les espaces sont verts En effet, le propos n’est pas simplement : « planter des fleurs sous vos fenêtres et la nature vous le rendra ». Voilà pourquoi, il est question de guérilla verte. Des interventions partout dans la ville Et côté riverains ?

Le Clan du Néon The Guerrilla Gardening This is the end Avant de partir libérer Paulette, Steve s'était fait arrêter dans le désert par ce flic. Il avait marché à ses côtés pendant huit heures, jusqu'au poste de police. Bizarrement, le pilote de l'avion, qui les accompagnait, n'était pas menotté alors qu'il avait quand même poursuivi un homme avec son appareil en menaçant de le tuer. - Monsieur McQueen, voudriez-vous arrêter de faire le pitre ? - Monsieur l'agent, pourquoi n'avez-vous pas arrêté le pilote de cet avion ? - C'est moi qui pose les questions ! - Aucune idée - Comment s'appellent-ils ? - Vous me répondez encore une fois "aucune idée" et je vous envoie dans un camp de prisonniers ! - Je vais m'évader Hendley... - Comment tu comptes t'y prendre ? - On a creusé un tunnel à la petite cuillère, on a fini, c'est pour ce soir. - De qui tu parles ? - C'est une expression Hendley... Le plan se déroule à la perfection. - Paulette !!! La femme fait non de la tête. - Ah non, moi c'est Annie. - Qu'est-ce que vous faites là ? - Où est Paulette ???

Diaporama : Le 56, un jardin nommé désir L’été est bien là ! Pique-nique, apéro, pétanque... Les parcs de la capitale sont envahis par quantité de Parisiens avides de verdure. Au-delà d’un moment de détente, une poignée d’entre eux cherche la satisfaction de cultiver, de planter, d’arroser... Les jardins partagés ont alors investi des coins de parcs publics ou des parcelles inconstructibles. Fruit de la collaboration entre la mairie du XXe arrondissement de Paris, l’atelier d’architecture AAA et les habitants, le jardin partagé du 56, rue Saint-Blaise apparaît comme une parcelle atypique, vivante et destinée à faire vivre le quartier. Une démarche participative Que faire d’un terrain inconstructible d’environ 200 m² niché entre deux bâtiments vieux d’un siècle ? AAA accompagne le projet tout au long de son processus : de sa construction à sa livraison, en juin 2007 et même après, jusqu’à ce que les individus du quartier se l’approprient et gèrent son organisation. L’organisation du jardin Une volonté

Les Dégonflés DEUX DEGRES | Urbanisme, prospective et identité nationale Les nouveaux Jardins de la victoire Julie Bass, une habitante d'Oakland (Michigan) risque 93 jours de prison. Son crime : faire pousser des légumes devant sa maison et refuser de les remplacer par du gazon. Le cliché de la banlieue résidentielle américaine, c'est la maison individuelle avec sa pelouse impeccable. Ce n'est pas qu'une image : le gazon soigné est obligatoire et le propriétaire négligent se fait rappeler à l'ordre gentiment par ses voisins, puis plus fermement par la municipalité s'il tarde trop à passer la tondeuse. La vigilance des voisins s'explique : la valeur d'une maison est déterminée par son emplacement. L'environnement doit donc être impeccable si l'on ne veut pas que les prix baissent. Une vogue sans précédent des jardins potagers Julie Bass est donc engagée dans un bras de fer avec la municipalité d'Oakland (Michigan) parce qu'elle a transformé sa pelouse en jardin potager[1]. Ce qui est nouveau, c'est le nombre d'Américains qui ont redécouvert la bêche, l'arrosoir et le sécateur. Marc Mousli

Les vins en bio-dynamie : "plus bio que bio" La bio-dynamie est encore une discipline peu connue. Quand on l'aborde pour la première fois on peut être surpris par son côté ésotérique : l'influence des astres sur les plantes, des produits à base de corne et de bouse de vache, d'ortie ou de camomille pour traiter les sols et le végétal… Des vins d'excellence Et pourtant beaucoup de grands vins ont adopté ce mode de culture. Une plante saine dans un environnement sain C'est Rudolf Steiner, disciple de Goethe et fondateur du courant de pensée anthroposophique, qui a posé les bases de la bio-dynamie en 1924 dans une série de conférences. Le principe est simple : la plante est malade si son environnement est malade. En matière de vinification, d'élevage et de conservation, il n'existe pour l'instant aucune contrainte réglementaire pour les vins de label AB. Des viticulteurs pragmatiques Des intégristes du bio, les viticulteurs en bio-dynamie ? Avant de passer en bio-dynamie, Thierry Valette a longtemps hésité.

Robin des Toits

Related: