background preloader

Comment expliquer à quelqu'un qu'il a dit quelque chose de raciste ? - Les Indivisibles

Comment expliquer à quelqu'un qu'il a dit quelque chose de raciste ? - Les Indivisibles
Related:  Définition & argumentaireLutter contre le racisme et les discriminations

La race : parlons-en « Surtout n’en parlons pas » se promettait une famille bien élevée au moment de passer à table, au plus fort de l’affaire Dreyfus. Las ! Ils en parlaient pourtant et n’avaient pas assez de toutes leurs fourchettes pour s’embrocher, si l’on en croit les dessins satiriques de Caran d’Ache. Et en effet, comment ne pas en parler, quand tout le monde en parlait ? La famille des sciences sociales a déjà, quant à elle, beaucoup parlé de la race (sur la Vie des idées, voir par exemple ici, ici, et ici). Alors pourquoi rouvrir le débat ? Un consensus domine en France : la race n’est pas une réalité biologique, mais sociale. La philosophe Magali Bessone fait pour sa part la proposition qu’on ne peut efficacement combattre les inégalités et discriminations raciales (et le racisme) sans utiliser la notion elle-même (voir la recension de Dominique Schnapper). Autrement dit, la race est bien restée une catégorie biologique, parce qu’elle a continué à être utilisée par les biologistes. Nota bene :

L’antiracisme en un clic - #Racisme ordinaire - Francetv.fr Des caricatures de Christiane Taubira la comparant à un singe aux insultes proférées à l’encontre de la nouvelle Miss France « pas assez blanche », des amalgames contre les Roms aux propos islamophobes, l’expression du racisme sur Internet explose. Sur les forums et les réseaux sociaux, les inhibitions disparaissent et les pulsions se déchaînent. Pour que la toile ne devienne pas seulement un défouloir de la haine de l’Autre, des outils et des initiatives existent. Signaler et réagir Depuis 2009, le ministère de l’Intérieur a mis en place un service en ligne via son site internet-signalement.gouv.fr, permettant de signaler des contenus illicites, incluant les injures et diffamations racistes, l’incitation à la haine raciale ou provocation à la discrimination de personnes en raison de leurs origines. Les acteurs de la lutte contre le racisme s’approprient aussi les nouveaux outils de communication. La fin de l’impunité sur les réseaux sociaux ? Crédit photo : Millerand

La mécanique raciste Tout le monde ou presque se dit antiraciste. Pourtant, les discriminations se perpétuent dans des proportions massives, et en toute impunité. La mécanique raciste met à nu, chiffres à l’appui, cette remarquable contradiction. À rebours des discours complaisants faisant du racisme une simple pathologie individuelle ou un réflexe de « peur de l’autre » naturel et compréhensible, Pierre Tevanian souligne son caractère systémique et son enracinement dans notre culture. L’engagement dans différentes luttes politiques [1] m’a, ces dernières années, amené à rencontrer et combattre le racisme sous diverses formes et à l’envisager sous des angles divers : comme concept, comme percept et comme affect [2]. Envisagé sous l’angle de la logique, le racisme se caractérise par plusieurs opérations, dont la combinaison produit une conception du monde, une philosophie, une idéologie qui, à défaut d’être pertinente et estimable, possède une cohérence relative : Mais le racisme n’est pas qu’une théorie.

Racisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l'existence de races humaines[1],considère que certaines races sont intrinsèquement supérieures à d'autres[2]. Cette idéologie peut entraîner une attitude d'hostilité ou de sympathie systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes. L'hostilité peut générer chez la victime de la stigmatisation et de la discrimination qui à son tour va entraîner une auto-stigmatisation et une auto-discrimination proportionnelle[3]. Étymologie[modifier | modifier le code] Le pamphlétaire Gaston Mary, collaborateur à La Libre Parole, le journal d'Édouard Drumont, est la première personne connue à avoir utilisé le mot « raciste » en 1894[4],[5],[6], selon Charles Maurras[7]. Toutefois, l'adjectif « raciste »[8] et le nom « racisme » ne s'installent dans le vocabulaire général en France qu'à partir des années 1930[9]. Idéologies, perception et pratique[modifier | modifier le code] Focalisation

Je dis NON au racisme! Le racisme, la xénophobie et l'intolérance sont des problèmes importants dans toutes les sociétés. Chaque jour, chacune et chacun d'entre nous peut lutter contre les préjugés raciaux et les attitudes intolérantes. Devenez un champion de la défense des droits humains, luttez contre le racisme et défendez les droits de quelqu'un aujourd'hui. Dites à vos amis que le racisme est inacceptable! Dites-nous sur Twitter (#nonauracisme) comment vous luttez contre le racisme. Prenez position contre le racisme en participant à un groupe de défense des droits des minorités et aider ces groupes partout dans le monde grâce à notre plateforme de bénévolat virtuel. Lisez des points de vue différents de la lutte contre la discriminations racial à travers les témoignages d'auteurs d'autres races ou ethnicités plateforme de bénévolat virtuel. Faites le quizz pour tester vos connaissances sur les droits de l'homme. 50 ans de combat contre le racisme

Prévenir et combattre le racisme et toutes les formes de discrimination Altérisation Du latin alter, autre. Processus de distinction d’un groupe considéré différent, qui passe par la mise en avant de différences. Voir aussi « différenciation ». Antisémitisme Terme apparu en Allemagne à la fin du XIXème siècle destiné à caractériser en terme « racial » et pseudo scientifique une hostilité aux Juifs, jusqu’alors perçus en termes religieux et culturels (antijudaïsme). Bouc émissaire (théorie) Se référant à un rite expiatoire, la théorie du bouc émissaire permet d’envisager que certains groupes contiennent la violence présente en leur sein en désignant un ennemi, intérieur ou extérieur. Colonisation Expansion d’une puissance hors de son domaine, en général dans des régions à fort potentiel agricole et, par extension, modalités d’installation des « colons » dans ces régions. Pour aller plus loin : G. Le peuplement de substitution (les individus originaires de la région sont refoulés ou exterminés). Commerce triangulaire Culture Acculturation Multiculturalisme Diaspora

Page thématique sur le racisme: présentation - Humanrights.ch Cette rubrique présente des informations sur la notion de racisme et sur la lutte contre le racisme à l’échelle nationale et internationale. Le racisme, c'est quoi ?DéfinitionsEchelon internationalConvention ONU contre racisme / Institutions internationales / ONG internationales Conférence examen Durban (Genève 2009)Contexte / Préparations / Conférence 2009 / Perspective SuisseRacisme en SuisseConstitution et lois / Projets / Services de consultation / Manuel juridique / Rapport pratique consultation Discrimination dans le monde du travailProtection juridique / Services de consultation

racisme Idéologie fondée sur la croyance qu'il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie. Introduction Unanimement condamné depuis un demi-siècle, le racisme n'a pas pour autant disparu. Il s'est métamorphosé, au point d'être devenu, parfois, méconnaissable. De plus, il s'est, à bien des égards, planétarisé. Ce qu'il est convenu d'appeler le « racisme » n'a point cessé, en dépit de la banalisation du terme, liée à un suremploi croissant, de poser des problèmes de définition, et la lutte contre le racisme doit toujours et encore être examinée, non seulement quant à son efficacité, voire à son utilité sous certaines formes et dans certains contextes, mais aussi, et surtout, quant à ses fondements. Questions de définition. C'est la question des rapports entre l'ethnocentrisme et le racisme, qui ne cesse de revenir dans les discussions contemporaines, de façon explicite ou de façon indirecte. Introduction Ethnocentrisme et racisme

Éduquer contre le racisme et l'antisémitisme dataWrap = La prévention du racisme et de l’antisémitisme est une priorité gouvernementale. L’École, mobilisée autour des valeurs de la République, en fait un élément constitutif du Parcours citoyen, un moyen de mettre en œuvre l’engagement des élèves. La Semaine d’éducation contre les racismes est un dispositif qui mobilise l’ensemble de la communauté éducative autour d’actions à destination des élèves des écoles, des collèges et des lycées. Son objectif est de sensibiliser tous les élèves à la prévention de toutes les formes de racisme et de discrimination à travers de multiples manifestations dans et hors les établissements. En 2016, cette Semaine d’éducation contre le racisme coïncide avec la Semaine de la presse. Des pistes et séquences pédagogiques sont proposées afin de répondre aux besoins des équipes enseignantes pour accompagner et susciter des activités de réflexion chez les jeunes. Activités à destination des élèves de l’école élémentaire Un haïku pour la tolérance

De l'urgence d'en finir avec le « racisme anti-blanc Parler de « racisme anti-blanc » c’est confondre ce qui relève des émotions, de la colère et ce qui a trait aux discriminations. En d’autres termes, c’est confondre les relations interpersonnelles et les rapports sociaux [1]. Ainsi, si Fatima, Mohammed, ou Fatou traitent Marie et Louis de « sales français » (relation interpersonnelle), le désagrément certain que constitue l’insulte sera mis sur le même plan que le fait que Fatima, Mohammed et Fatou risquent de voir leur CV refoulés en raison de leur couleur de peau, celle-ci signifiant une origine « autre », qu’elle soit réelle ou supposée (rapport social). Par ailleurs, on pourrait réfléchir au fait qu’être anti français, c’est être anti blanc, aux yeux de ceux qui s’émeuvent des ravages dudit « racisme anti-blanc ». Or dans ce contexte, il ne peut y avoir de commune mesure entre les positions de ceux qui discriminés, peuvent insulter par rage, et ceux qui se retrouvent privilégiés par un rapport social. “il y a des blancs pauvres !

Dossier #12 - Etre humain Regardez l’émission qui prolonge ce dossier : Migrants, brisons les clichés Ainsi que notre émission spéciale : Eduquer contre le racisme – Rencontre avec Lilian Thuram Retrouvez toutes nos vidéos sur la chaîne Youtube de l’Esprit Sorcier Suivez-nous sur Facebook et Twitter Soutenez-nous sur Tipeee ! Un dossier préparé parBarbara Gineau Delyon Rédaction en chef Frédéric Courant Direction artistique et technique Pascal Léonard Direction de productionJoël Guillemet Assistante de réalisationAnaïs Van Ditzhuyzen Assistant de productionPatrick Berger Documentaliste Laurence Lebon Directeur photoOlivier Dhuy Montage/Prise de vue Timothée CoignusStephen Emarin VoixValérie GuerlainJean-Baptiste Puech MixagePascal Stevens Relation presseNathalie BôGraphisme et animations Christophe Pernoud – BROTHERMAN Productions Web design Olivier Hamon – VO Productions Antoine Chérel – ATALANTA Intégration Florent Chevallier Remerciements Patrick Simon, directeur de recherche à l’INED Amnesty International Crédits images

La discrimination et l’intolérance - Conseil de l'Europe Discrimination and intolerance What are discrimination and intolerance? Discrimination – in all its possible forms and expressions – is one of the most common forms of human rights violations and abuse. It affects millions of people everyday and it is one of the most difficult to recognise. Discrimination and intolerance are closely related concepts. Intolerance is a lack of respect for practices or beliefs other than one's own. Discrimination occurs when people are treated less favourably than other people are in a comparable situation only because they belong, or are perceived to belong to a certain group or category of people. Discrimination has direct consequences on those people and groups being discriminated against, but it has also indirect and deep consequences on society as a whole. The principles of equality and non-discrimination are laid down in the UDHR: "All human beings are born free and equal in dignity and rights" (Article 1). Direct and indirect discrimination Xenophobia

Rachida Brahim, une enquête sociologique en 180 secondes | Quartiers libres 12 Sep On a plutôt l’habitude de voir sur le net « des sociologues » auto-proclamés nous faire des grandes tirades des heures durant pour nous expliquer à renforts d’amalgames, de lieux communs et de mensonges que le monde est tenu par les « juifs », les « illuminatis » ou les « francs-maçons ». Les vidéos de ces charlatans font des centaines de milliers de vues. Elles gangrènent et neutralisent tout esprit de critique et de révolte dans des milliers de têtes. Pendant ce temps, des gens sérieux (sociologues et chercheurs en sciences humaines) travaillent modestement pour décrire le monde qui nous entoure afin de nous donner des armes pour nous libérer des oppressions que l’on subit. « Crimes racistes et racialisation. C’est moins glamour que des vidéos sur « les secrets des loges franc-maçonnes » ou encore des rubriques vidéos désignant « le con du mois ». J'aime : J'aime chargement…

Related: