background preloader

Villa Méditerranée

Villa Méditerranée
Related:  sophietbEurope

Du SIGB au catalogue et réciproquement Une nouvelle période commence. Après 15 ans d’informatisation, de diversification des collections, de développement d’outils de gestion spécialisés, de tentatives d’intégration au sein de portails documentaires, il est temps de revenir à un système polyvalent que chaque bibliothécaire pourra maîtriser comme étant l’outil unique de l’établissement. Ces atermoiements techniques ont été dus aux évolutions des outils de gestion (back-office) et des interfaces publiques (front-office) qui n’ont cessé de se courir après. Ainsi, à Clermont-Ferrand, avons-nous connu plusieurs époques et autant de conceptions de ce que devait offrir la bibliothèque à ces lecteurs. Le problème, c’est qu’à mesure qu’on acquiert des collections électroniques, on multiplie les outils de gestion et on cloisonne les services. La scission entre lectures publique et universitaire a été matérialisée en 2010 par l’adoption de deux systèmes de gestion documentaire distincts et par l’abandon du portail unique.

Europe : sortir de la crise par le haut Les écologistes sont au gouvernement en France depuis un an. Ils le seront peut être également après les élections de septembre en Allemagne. Nous avons donc une responsabilité et une opportunité particulière pour faire avancer l’Europe. Les milliards dépensés pour le sauvetage des banques depuis 2008 ont contribué à plonger des Etats dans une crise de la dette publique. Par ailleurs, de grands déséquilibres se sont développés à l’intérieur de la zone euro où les excédents et les déficits des balances commerciales ne peuvent plus être compensés. Pour répondre à la crise actuelle, nous partageons des deux côtés du Rhin la conviction qu’une politique d’austérité en Europe n’est pas la solution, mais un facteur aggravant. Tout d’abord la transition écologique. Pour financer cette grande ambition, nous proposons d’utiliser une partie des recettes de la nouvelle taxe sur les transactions financières, première étape vers des ressources propres pour l’Union européenne.

FRAC PACA - Accueil Le métier de bibliothécaire en perspective Ce texte ci-dessous est extrait de Bibliothécaires en prospective, étude commandée par le Département des études et de la prospective du ministère de la Culture et de la communication. Sa publication complète est prévue pour la fin du 1er semestre 2005 et sera téléchargeable sur le site web du ministère : > catalogue > par collection > sélection d’une collection > Travaux du Dep A la lecture de la presse professionnelle, qu’elle soit institutionnelle, syndicale ou associative, chacun est frappé par la permanence d’une affirmation : celle de l’unicité du métier de bibliothécaire. Il est donc d’usage de parler de bibliothécaire : Cette approche a pour défaut de masquer la multiplicité des situations de travail : or, il s’agit de mettre l’accent sur la spécificité de chaque environnement de travail et en particulier sur la taille de la médiathèque : c’est ce qui détermine largement le contenu du travail du salarié. 1 - L’éclatement de l’identité professionnelle

Politiser les politiques européennes Les élections européennes arrivent et on a envie de pleurer. Le mur, le mur, le mur : à l’orée de leurs cinquante ans, les institutions européennes vont dans le mur, dépouillées de tout horizon de sens, dépouillées de toute gratification de résultat, dépouillées de toute légitimité démocratique. Et elles ne l’ont pas volé. Les politiques d’austérité imposées aux pays d’Europe du Sud sont une infamie. Les politiques d’immigration qui laissent seuls les Italiens de Lampedusa pêcher les corps morts des immigrants africains sont une infamie. L’accord de libre-échange avec les États-Unis, négocié en partie secrètement et qui pourrait brader des pans entiers de nos normes sanitaires et environnementales est une infamie. Qu’on renverse la perspective, qu’on passe du côté national, et ce n’est pas mieux. Enfin, si on veut prendre un peu de champ, penser au projet européen, ce n’est plus infamant, c’est accablant. La tentation la plus simple, à gauche, semble être de renoncer. Exit ?

Accueil - futurs.marseille.fr La bibliothèque publique aujourd'hui : nouveaux services, nouvelles (...) - ACIM Portail des bibliothècaires musicaux Accueil > Formation - Emploi > La bibliothèque publique aujourd’hui : nouveaux services, nouvelles (...) Compte rendu rédigé par Jean Palomba Objectifs : appréhender les évolutions récentes les plus marquantes du contexte dans lequel s’exerce le métier de bibliothécaire. Mesurer la nécessité de définir et de mettre en œuvre de nouvelles pratiques professionnelles. Programme : LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE AUJOURD’HUI : UN NOUVEL ENVIRONNEMENT (politique et administratif, sociétal, social et culturel, technologique) / LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE AUJOURD’HUI : UN NOUVEAU MODÈLE ? Par : Catherine Clément, directrice du développement culturel de la ville d’Argenteuil et Aline Girard, directrice département de la coopération – BNF Puis table ronde sur LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE AUJOURD’HUI : UN NOUVEAU MÉTIER EXERCE PAR UN NOUVEAU PROFESSIONNEL, avec : 1/ L’intervention du duo de première partie : But : provoquer des questions, réflexions. Politique de lecture publique, qu’est-ce ? La concurrence externe :

Sortir de l’euro pour recouvrer notre souveraineté monétaire ? Par Guillaume Nicoulaud. Lors d’un épisode précédent, nous avons vu pourquoi l’argument anti-euro qui veut que des économies dissemblables ne peuvent partager une même monnaie n’était pas, en réalité, un argument anti-euro mais une critique de la politique monétaire en général. Reste donc à traiter l’argument principal de ceux d’entre vous qui souhaitent abandonner l’euro pour revenir au franc : la monnaie unique, dites-vous, nous prive de notre souveraineté monétaire, revenir au franc c’est la recouvrer. La souveraineté monétaire, comme vous le savez, c’est l’idée selon laquelle le pouvoir exclusif de battre monnaie est un attribut essentiel de la souveraineté d’un État — c’est-à-dire de sa capacité à exercer le monopole de la coercition sur son territoire. Au-delà de l’aspect purement symbolique, les raisons concrètes qui vous poussent à vouloir recouvrer cette part de souveraineté sont au nombre de deux ; voici vos arguments : C’est tout à fait faux. —Sur le web.

Exposition des Océans et des Hommes au Palais Longchamp - Museum d'histoire naturelle de Marseille - France Les 21 propositions de Jean-Pierre Vosgin pour améliorer la fréquentation des bibliothèques publiques | Pôle des métiers du livre "Nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu'un intérêt spéculatif." Emile Durkheim dans son ouvrage (sa thèse de 1893) De la division du travail social, réédité chez P.U.F. en 2007 (collection « Quadrige, grands textes ») _____________________________________________________________ LES 21 PROPOSITIONS élaborées par Jean-Pierre VOSGIN pour développer les missions sociales, et par là, STOPPER L’EROSION DES FREQUENTANTS dans les bibliothèques publiques des villes aujourd’hui en 2010. ou … A quoi peut servir la recherche-action en sociologie ? suite à sa recherche universitaire et son l’article sur : « les missions sociales des bibliothèques dans la ville » paru dans l’ouvrage : « Le rôle social des bibliothèques dans la ville » des Presses universitaires de Bordeaux, janvier 2011 (collection « Lecteurs-Bibliothèques-Usages nouveaux) Bordeaux, le 1eravril 2010.

Au secours, les nonistes de gauche reviennent ! Eh bien ça y est, les nonistes sont bien de retour. Entre progressistes, nous étions sensés avoir refermé la fracture, dépassé le oui et le non, nous faire à nouveau des embrassades jusqu’à l’épiphanie hollandaise. Perdu. Il aura suffit d’un nouveau traité pour voir ressurgir, sur les mêmes terrains, le Non « de gauche », celui qui n’est pas contre l’Europe, mais contre celle-là et qui en veut juste une autre, et d’ailleurs c’est très réaliste, le plan B est au coin de la rue. Si cette position était sincère et solide, Sauvons l’Europe entretiendrait avec eux un désaccord frontal, mais respectueux. Malheureusement, cette position n’est aujourd’hui ni sincère, ni solide et c’est lui faire charité que l’appeler simplement hypocrite. Ces mots sont durs. Ainsi l’argument entendu tant chez Europe-Ecologie Les Verts que chez les amis de Benoît Hamon est le suivant : ce n’est pas grave, le Oui a une majorité suffisante au Parlement, notre vote ne risque pas de le mettre en danger.

Related: