background preloader

Learning Centres vs Centres de connaissances et de culture

Learning Centres vs Centres de connaissances et de culture
Dossier réalisé pour Savoirs CDI par le CRDP de l'académie de Versailles. La loi pour la refondation de l'École vise à mettre l'école dans son siècle, qui est celui de l'Internet, des réseaux sociaux, de l'information, de la communication, du nomadisme. Le rapport annexé développe des propositions essentielles pour que les élèves puissent « apprendre à l'ère du numérique » ; il évoque l'éducation aux médias et à l'information (art 35) ainsi qu' « un enseignement progressif et une pratique raisonnée des outils d'information et de communication et de l'usage des ressources numériques qui permettront aux élèves tout au long de leur vie de construire, de s'approprier et de partager les savoirs ». Seule catégorie professionnelle citée dans ce chapitre – les professeurs-documentalistes – dont il est dit qu'ils « doivent être particulièrement concernés et impliqués dans les apprentissages liés au numérique ». Le mouvement est lancé. Plan du dossier Related:  Learning Center / 3C3C

Construire l'autonomie de l'élève au collège L’autonomie ne se décrète pas, elle se construit. Dans notre système scolaire, l’élève n’a pas acquis, à l’issue de l’école élémentaire, une grande capacité à prendre des initiatives ; il est demandeur de directives précises. Il préfère même souvent se cacher derrière leur absence pour ne pas agir, ne pas faire ce qui est attendu de lui ; en bref, il ne se sent pas responsable de ce qui lui arrive à l’école. Mais si une certaine liberté lui est offerte, comme au CDI, il la prend toute entière et avec énergie. Il nous revient donc- nous, enseignants du second degré – la tâche d’orienter ce désir d’agir vers la découverte, les connaissances, la culture... Le CDI du collège est sans aucun doute un lieu privilégié pour cela, même s’il n’est pas le seul. Mais l’autonomie de l’élève se joue ensuite dans sa capacité à réussir son parcours d’élève. Voir ci-dessous « Apprendre aux collégiens leur métier d’élèves » Mais, d’expérience, en 3ème, cet esprit « responsable » est loin d’être acquis !

Le Learning Centre n'est plus, vive le 3C ? Par Frédérique Yvetot La circulaire de rentrée est enfin parue et, cette année, un paragraphe va particulièrement intéresser les professeurs documentalistes : l'annexe 7. Et que dit cette annexe intitulée "Encourager la dynamique pédagogique et l'innovation" ? Elle explique, entre autres, que « dans le cadre d'expérimentations, les établissements peuvent réfléchir à la mise en œuvre de «centres de connaissances et de culture » (3C) ». Qu'est-ce donc que ce 3C ? Évolutions, omissions, imprécisions Une évolution sans en être une... Ainsi on ne parle plus de Learning centre mais de Centre de Connaissances et de Culture (3C, CCC, C3) : « des espaces de ressources à la fois au centre des établissements scolaires et intégrés à leur environnement local », « des projets éducatifs et pédagogiq Intégrer les nouvelles modalités d'accès à l'information numérique », fait ce même constat de nécessaire évolution des CDI. Donner accès à tous types de ressources Contribuer à la réussite des élèves

Du CDI au 3C (Centre de connaissances et de culture) Le Learning center est de nouveau d’actualité sous l’appellation francisée de centre de connaissances et de culture simplifié en 3C.De quoi s’agit-il ? La circulaire de rentrée 2012, parue le 27 mars 2012, fait intervenir pour la première fois l’appellation de centre de connaissances et de culture dans le septième point, sous rubrique : Innover, expérimenter et évaluer : trois piliers pour une école des réussites. Orientations et instructions pour la préparation de la rentrée 2012 circulaire n° 2012-056 du 27-3-2012 émanant deu MEN DGESCO." Les centres de connaissances et de culture Sur EduScol MAJ 30 mars 2012 :"Certains établissements expérimentent : leurs centres de documentation et d’information, les CDI, évoluent progressivement pour devenir des espaces de ressources à la fois au centre des établissements scolaires et intégrés à leur environnement local. Apprendre autrement à l’ère du numérique Le second rapport Fourgous du 24 février 2012 a été mis en ligne début avril 2012. Rappel

Accompagner l'élève à l'école CDI, Learning centre, 3C (Centre de connaissances et de culture) : une réflexion sur l’accompagnement des élèves. La politique documentaire de l’académie de Toulouse, mise en place, sous l’autorité du Recteur, par l’Inspection Pédagogique Régionale Etablissements et Vie Scolaire avait cette année, dans son premier axe, "l’établissement, lieu de culture et de formation", l’objectif de conduire une réflexion sur l’organisation des espaces, hors salles de classe, en lieux d’apprentissage et d’auto-apprentissage pour les élèves. Il était précisé que ce travail s’appuyait sur le concept de learning-centre des pays anglo-saxons sur lequel une réflexion nationale a été développée, en particulier lors du séminaire "Du CDI au learning centre" organisé à l’ESEN de Poitiers du 23 au 25 mars 2011. Cette communication reprend les principaux éléments de constat qui accréditent cette réflexion. 1. Les élèves sont accueillis au collège ou au lycée entre 8h et 18h. 2. 3. 4.

Créer un learning centre : pourquoi ? comment ? Quelques notes prises au cours d'une JE organisée par Mediadix à Paris 10 le 26 mai dernier. Une 2e journée sur la même thématique aura lieu le 9 décembre 2011 à Saint-Cloud : La bibliothèque 3e lieu. Photo : schoeband. CC : BY-NC-SA. Source : flickr. La problématique et les enjeux des learning centres aujourd'hui, Pierre Carbone Variété des réalisations dans les learning centres. Les premiers learning centres apparaissent dans les années 1990 aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. Définition : il s’agit d’un lieu architectural intégrant un ensemble de ressources et de services également accessibles à distance, dont la bibliothèque. Histoire : en Amérique du Nord, dès les années 1980, on parle d'Information commons, c’est-à-dire d’un environnement partagé où la communauté universitaire peut se rassembler pour accéder à une grande variété d'information. Fonctionnement orienté vers l'usager : la lisibilité des espaces et des services est soignée. Missions : Ouverture : 9-22h.

Les lieux pour apprendre : repenser l(es) espace(s) scolaire(s) - Les centres de connaissances et de culture Télécharger la vidéo " Du CDI au centre de connaissances et de culture " La transcription du clip Les centres de connaissances et de culture, dits "3C", sont des projets éducatifs et pédagogiques à part entière. Ils s'appuient sur les compétences du professeur-documentaliste, qui peuvent s'appuyer sur les CRDP. Les 3C font cohabiter le livre et le numérique. Ils proposent une approche centrée sur la maîtrise de la langue, en tant qu'appui indispensable aux autres apprentissages. Les centres de connaissances et de culture répondent aux changements qu'ont induit les évolutions technologiques dans l'accès à l'information et aux connaissances. Les centres de connaissances et de culture permettent aussi de décloisonner espaces et temps scolaires, pour donner aux élèves plus d'autonomie dans leur parcours et plus d'occasions de collaborer entre eux. Un centre de connaissances et de culture est un lieu d'accueil.

Rendre l’ENT vivant et dynamique : le rôle des documentalistes ? - Ludovia Magazine Au démarrage de l’ENT (en 2008 pour ces deux collèges), la période de découverte de l’outil et l’exploration des différents usages prennent beaucoup de temps aux deux jeunes femmes. Puis, ayant jaugé « la bête » et constatant les possibilités qui leur étaient offertes, elles décident de mettre en place des formations pour former tous les documentalistes de l’académie. « La particularité de l’ENT PLACE, c’est que toute l’académie utilise le même outil, ce qui a été voulu par l’ensemble des collectivités territoriales en partenariat avec la mission TICE de l’académie. L’objectif est que l’élève, de la 6ème jusqu’au BTS, ait le même Environnement Numérique ». Marjorie insiste précisément sur ce point, car pour elle, c’est LE plus important, constatant que dans d’autres académies où ce n’est pas le cas, il n’y a pas « la cohésion et la cohérence de l’outil ». ENT et documentalistes font-ils bon ménage ? L’ENT a apporté son lot de changements, plutôt tous positifs, pour ce métier. lu : 4737 fois

Cdi ou learning center : pourquoi le travail documentaire reste identique Traditionnellement, les objets gérés dans un Cdi étaient le livre et le périodique au format papier, cette gestion s’étend aujourd’hui à l’ensemble des médias disponibles sur supports physiques et virtuels. L’activité principale du centre est la mise à disposition des ressources pour emprunt ou consultation. Mais pour offrir un service attrayant, il est nécessaire de diversifier l’offre et de savoir la présenter d’où la mise en place de nombreux portails. Pour gérer au mieux ces ressources, le Cdi doit être doté d’un système de gestion ou logiciel documentaire et posséder un plan de classement (CDU ou Dewey). La notice informatisée de l’ouvrage, accessible à l’usager, reprend les informations de l’emplacement de l’objet sur les étagères. L’ensemble des notices forment le catalogue consultable par les usagers grâce à un OPAC (Online public access catalog : outil de consultation du catalogue). 1- Un lieu 2- Des ressources 3- Des services La veille numérique ;

Mise en place des 3C dans l'académie de Rennes - ADBEN Bretagne Une certaine (dés) organisation Les demi-journées départementales de formation des professeurs documentalistes et CPE ont été organisées conjointement par l’inspection EVS Bretonne – dont on apprendra, lors de la session Rennaise, que M. Quef est désormais le seul représentant, M. Ertaud ayant définitivement quitté ses fonctions, tandis que la décharge syndicale de M. Keime le mobilise à présent presque pleinement (Le recrutement d’un chef d’établissement faisant fonction est en cours pour compléter l’équipe et M. L’annonce de ces réunions est expédiée aux établissements le 28 janvier 2013 - pour une première session programmée au 1er février – sous la forme d’un mail, accompagné d’un courrier de M. le recteur et d’un calendrier des réunions. Elle ne parvient pas à tous les collègues – lenteur ou omission dans le circuit de transmission interne des établissements ? L’implication du CRDP Dans le discours du représentant du CRDP, repris en filigrane par M. P. J. A Pontivy, M. 3C : quid est ?

Transformer les CDI en learnings centers ? C’est possible ! Depuis quelques années, les CDI sont ainsi encouragés à se transformer en centres de connaissance et de culture, dits 3C. Ainsi, Eduscol propose un dossier permettant d’appréhender ce nouveau concept destiné à « décloisonner les espaces » en permettant la liaison entre le fonds documentaire physique, c’est-à-dire les fictions et documentaires du CDI et le fonds numérique récemment acquis. Penser les CDI comme des tiers-lieux Il semble important de rappeler que le modèle des 3C nous vient des Etats-Unis où, depuis de nombreuses années déjà, des spécialistes ont évoqué l’idée de « tiers-lieu » pour désigner les bibliothèques et leur place dans la société. La question se pose alors : pourquoi ne pas faire de même avec les CDI des lycées et collèges ? Le numérique au cœur des pratiques et des apprentissages Lorsque l’on évoque une ouverture sur le monde des établissements scolaires et plus particulièrement des CDI, il est impossible de ne pas évoquer la numérisation de l’école.

La marche forcée des 3C A l’heure actuelle, les professeurs documentalistes n’ont pas peur de l’innovation, mais ils ont parfois des doutes au sujet de leur hiérarchie, à plusieurs niveaux, sur plusieurs sens, de ce qu’elle leur réserve pour l’avenir, de ce qu’elle leur reconnaît comme compétences professionnelles. Et l’actuelle marche forcée ressentie dans certaines académies [1], et dans certains textes dits de réflexion, pour imposer l’expérimentation des 3C, n’est pas là pour améliorer la situation. Le passage aux 3C ne représente pas qu’un changement de nom pour le lieu CDI, il semble qu’il soit nécessaire de le rappeler. Ceux qui s’y opposent, posent un argument essentiel, d’affirmer que les textes qui soutiennent les 3C occultent les missions pédagogiques du professeur documentaliste, les verrouillent même en développant des missions gestionnaires toujours plus nombreuses, avec un « retour aux sources » que M. Contre des apprentissages info-documentaires : Conclusion : Tweeter

Centres de connaissances et de culture(s): vers la refondation de la pédagogie ? Le 7 novembre, lors d’une rencontre avec les professeurs-documentalistes de la Dordogne, l’occasion m’a été donnée de répondre aux questions légitimes qu’ils se posent sur la démarche d’expérimentation, proposée en 2012 par la DGESCO, de transformation des centres de documentation et d’information en centres de connaissances et de cultures (CCC ou 3C)[1]. Je livre ici quelques unes des questions posées et les réponses qui leur ont été apportées. La notion de service qui est au cœur des CCC est-elle compatible avec nos missions d'enseignements ? Un élève demandeur d'un service acceptera-t-il d'être accompagné dans une démarche de formation souvent plus longue que la réponse au besoin exprimé ?Les enseignants, les professeurs ont des obligations de service, le fonctionnaire sert, il est au service de l’Etat et des citoyens. - il sait vers qui se tourner en cas de besoin, quand il n’arrive pas seul à accomplir tel travail ou tel engagement scolaire 3.

CDI et Vie Scolaire Ce dossier a été réalisé par le CRDP de la Martinique pour Savoirs CDI De l'école primaire au secondaire, les élèves passent la majeure partie de leur temps au sein des établissements scolaires. Dans le cadre de l'enseignement secondaire, deux espaces apparaissent comme des éléments importants de cette période au collège, au lycée, dans la vie de l'élève : le centre de documentation et d'information, espace de ressources, dédié à la formation des élèves et à la culture pour la communauté éducative, et la Vie Scolaire, espace par excellence de l'apprentissage de la citoyenneté. Il devient de plus en plus évident qu'un partenariat est indispensable entre ces deux services afin d'aménager la vie de l'élève dans l'établissement. Les auteurs de ce dossier : Sylvie Forestier, professeure-documentaliste, lycée professionnel Dillon de Fort-de-France Isabelle Laguerre, professeure-documentaliste stagiaire, lycée Acajou 2 du Lamentin Frédérique Péaud, CRDP de Martinique à Fort-de-France

Un CDI au service du « vivre ensemble » Constatant que le CDI est un lieu souvent mal connu ou mal utilisé, l’auteur prône une nécessaire collaboration entre documentaliste et personnels de vie scolaire, en tirant au mieux parti des compétences professionnelles de chacun. Quelques échanges repérés au hasard sur une liste de diffusion de documentalistes : « La vie scolaire m’a aussi reproché de renvoyer trop d’élèves en permanence. » « J’ai renvoyé les élèves en permanence. Dix minutes, après je reçois un coup de fil d’un surveillant pas poli et pas agréable du tout me disant que la perm n’est pas une poubelle. », « Si la permanence n’est pas une poubelle, le CDI non plus ! Ce qui coince... On peut distinguer trois types de dysfonctionnement : La gestion des élèves hors temps de classe (« Que faire avec des élèves qui viennent au CDI sur leur heure d’étude et qui mettent un bazar inadmissible ? La communication entre les deux services quant au respect des règles (« je mets les élèves en colle. [...] La question des moyens 1. 2.

Related: