background preloader

Interieur_vol_8_no3-4_qx4 - FRANCOIS et BOTTEMAN.pdf

Interieur_vol_8_no3-4_qx4 - FRANCOIS et BOTTEMAN.pdf

http://transversalis.fr/pdf/FRANCOIS%20et%20BOTTEMAN.pdf

Related:  Théorie sociocognitiveLa théorie sociocognitive : Bandura, Zimmerman, etc.Psychologie SocialeBanduraREMONTEE VECU ENTREPRISE

les 3 phases d'autorégulation - Zimmerman Selon B. J. Zimmerman, les processus d’apprentissage et les croyances motivationnelles qui les accompagnent s’autorégulent de façon cyclique à travers trois phases : la phase d’anticipation, la phase d’action et la phase d’autoréflexion (B. L'individuel et le social dans la théorie sociocognitive de Bandura (Carré, 2003 La réciprocité causale « triadique » Traditionnellement, le comportement humain est expliqué à travers un système de causalité binaire, unidirectionnel. Les conduites sont généralement vues comme étant sous l’emprise de forces de la situation (par exemple avec le behaviorisme) ou pilotées par des dispositions internes inconscientes (comme en psychanalyse ou dans certaines conceptions sociologiques). Dans la TSC, le fonctionnement psychologique est analysé à travers une causalité réciproque triple, à travers un modèle dit « triadique ». Trois séries de facteurs entrent en interaction deux à deux.

L'erreur fondamentale d'attribution - Eco Psycho L’erreur fondamentale d’attribution [1] met en évidence une tendance générale des individus à sous évaluer, dans l’explication du comportement d’une personne, l’effet lié à la situation dans laquelle elle se trouve et à sur estimer, au contraire, l’effet associé au caractère de cette personne. Par exemple, la très grande majorité des personnes pensent qu’elles n’auraient jamais accepté le principe de l’expérience de Milgram et n’auraient pas dépassé le stade du 10ème curseur (à 150 volts). Or, la totalité des individus qui participent à l’expérience va jusqu’au 19ème curseur (à 285 volts)... Lorsque les individus anticipent leur comportement, ils sur estiment donc leur capacité au libre arbitre (et leur degré d’autonomie) et sous estiment la pression de l’autorité. Ils tombent dans l’erreur fondamentale d’attribution.

Rencontre avec Albert Bandura 1L’objet de cet article est de présenter l’homme et l’œuvrequi se trouvent au cœur de ce numéro spécial de L’Orientation scolaire et professionnelle. Pour certains, ce sera l’occasion de faire connaissance avec Albert Bandura, tant avec l’homme qu’avec le scientifique ; pour d’autres, ce sera l’occasion de renouer, avec ce professeur distingué (âgé aujourd’hui de 82 ans), les fils d’une relation interrompue, mise de côté, ou simplement oubliée. Dans tous les cas, faire ou refaire connaissance avec l’un des esprits les plus éminents dans les sciences humaines d’aujourd’hui ne peut être qu’un moment de découverte et de réflexion sur la place que nous occupons dans un monde toujours plus complexe et sur les moyens dont nous pouvons nous doter pour construire un meilleur avenir tant pour nous que pour nos enfants. Si, après avoir lu ce texte, le lecteur éprouve le désir de mieux connaître la pensée et les travaux d’Albert Bandura, le but que nous nous sommes fixé aura été atteint.

Savoirs tacites - Mémoire sur les savoirs tacites par Ariel Doulière Depuis maintenant quelques années s’est enclenché une véritable révolution qui place le savoir comme une ressource indispensable à la survie des entreprises. Ce passage des valeurs économiques d’un monde matériel à un monde immatériel entraîne une nouvelle façon de gérer les salariés. En effet, le salarié n’est plus envisagé dans la perspective taylorienne du travail répétitif et de l’application stricte de la gamme opératoire, mais comme étant quelqu’un qui détient un ensemble de ressources permettant de répondre à l’exigence de la demande de plus en plus diversifiée des consommateurs, ou a la complexité des pannes qui surgissent sur les machines de production. On assiste donc aujourd’hui à une sorte de revirement. La part subjective personnelle qui menaçait la logique de l’organisation scientifique du travail, et qu’il fallait donc faire taire au profit du bureau des méthodes, devient un élément clé du capitalisme.

Fondements sociaux de la pensée et de l'action chez Bandura Bandura base sa théorie sur la notion d’interaction. « Selon cette conception transactionnelle du soi et de la société, les facteurs personnels internes – sous forme d’événements cognitifs, émotionnels et biologiques –, les comportements et l’environnement opèrent tous comme des facteurs en interaction qui s’influencent réciproquement » (Énoncé 1) (Bandura, 2003, p. 16). Le principe est posé que l’environnement (social en particulier) influence la personne, qu’il est susceptible d’affecter ses représentations et croyances. Par exemple, l’observation d’un modèle peut avoir une incidence sur l’autoévaluation de ses propres capacités. L’exposition à des messages publicitaires présentant une vision débilitante des personnes âgées et l’intériorisation de cette vision induit éventuellement ce même type d’effet sur les seniors. Dans ce dernier exemple, il est assez clair que c’est l’influence de la culture occidentale marchande qui joue sur la personne.

Formation "Développer votre assertivité" - Hu-Ma Form & Consult "Ni vainqueurs, ni vaincus" La formation en assertivité est de plus en plus plébiscitée par les entreprises. Outre la confiance en soi qu'elle permet de découvrir ou de redécouvrir, elle agit également sur la manière d’exprimer ses émotions, de donner son point de vue et de se faire respecter sans agresser les autres.

getpart.php?id=lyon2.2010 Les origines de la théorie de l’apprentissage social remontent au Béhaviorisme et partagent son principe basilaire selon lequel les conséquences du comportement influencent sa répétition, mais altèrent et innovent dans le sens où certains processus cognitifs qui ne peuvent pas être observés de manière directe (comme les expectatives, les pensées et les croyances) ont une influence sur le comportement humain. A. Bandura a été le pionner de cette théorie, en conjuguant les principes comportementaux et cognitifs afin d’expliquer les comportements humains qui n’étaient pas suffisamment exploités du point de vue des théories classiques. Selon une expérience réalisée en 1961, A.

Related:  La théorie sociocognitive : Bandura, Zimmerman, etc.