background preloader

Ce qu'on appelle "Socialisme" ? Du sens aux mots.

Ce qu'on appelle "Socialisme" ? Du sens aux mots.
Related:  Nous sommes ici pour nous éveillerQuestions Politiqueschangement sociétal, principaux Axes résumés

Une halte nécessaire : Trémargat, la commune solidaire À moins d’y habiter ou d’y connaitre quelqu’un, on ne va pas à Trémargat. Ou alors par hasard, égaré entre Saint Nicodème et Lanrivain, tout près des gorges de Toul Goulig. Trémargat est comme une île sans l'océan, une île perdue dans les terres rocaileuses de la Bretagne centrale. L'île, à chaque élection, émerge dans l'actualité régionale. Vivent ici, parmi les landes, le bocage et les chaos rocheux, les héritiers des valeurs du parti communiste. Aurélie travaille au Tremargad Kafe : "Il y a une envie commune de travailler tous ensemble." « Il faut faire ensemble » Grâce à cela,Trémargat, après avoir été saignée par l'exode rural, a d'ailleurs commencé à revivre un mise un jour. Une quinzaine d’exploitations existent aujourd’hui sur la commune. Un café associatif, « le Tremargad Kafe » Très tôt le conseil municipal a accompagné ce que propose et entreprend la population. Il n’y a pas d’école à Trémargat et cependant il y a des enfants. Le plafond du café : un espace de libre expression…

OPÉRATION CORREA 1re partie : Les ânes ont soif - C-P Productions Accueil > OPÉRATION CORREA 1re partie : Les ânes ont soif Appel à dons Un film de Pierre Carles avec la collaboration de Nina Faure et Aurore Van Opstal L’Equateur dirigé depuis 2007 par le président de gauche Rafael Correa propose des solutions originales à la crise économique, sociale et environnementale. Pierre Carles et son équipe s’apprêtent à prendre leur poncho et leur sac à dos pour aller voir à quoi ressemble le « miracle équatorien » boudé et ignoré par la presse française. Bande annonce - par Audrey Bertrand Soutenez le projet Vous pouvez faire un don via votre compte Paypal, ou par carte bancaire, ou par chèque à l’ordre de C-P Productions à cette adresse : C-P Productions, 9, rue du Jeu de Ballon, 34000 Montpellier. Total des dons reçus : Un grand merci aux 1436 donateurs qui nous ont permis de réunir les 50 000 euros avec lesquels nous allons pouvoir réaliser le deuxième épisode d’« Opération Correa » ( titre provisoire : « Le miracle équatorien ? A bientôt !

« La campagne possède des réponses aux maux dont souffre notre société » Depuis huit ans, Philippe Bertrand présente « Carnets de campagne », un programme radiodiffusé par France Inter, consacré aux initiatives sociales, économiques ou culturelles qui fleurissent un peu partout dans les régions françaises et ouvrent des pistes d’avenir hors des réponses institutionnelles et des sentiers battus. Au terme de mille cinq cents émissions, quel bilan tire-t-il de cette immersion dans des territoires en mouvement ? Ces projets conçus par des « artisans du futur » capables de fédérer les énergies et les moyens sont-ils précurseurs de nouvelles formes de vie sociale ? La revue Futuribles a interviewé Philippe Bertrand. Comment est née l’émission Carnets de campagne ? Philippe Bertrand - L’émission Carnets de campagne est née en 2006 lors d’un changement de la grille des programmes de France Inter. Notre appel à projets se fait à l’échelle d’un département trois semaines ou un mois avant l’émission. D’où émanent les initiatives que vous présentez à l’antenne ?

Vivre en autonomie en France : une réalité Si vous pensez que tout plaquer pour une vie d’aventures n’est possible qu’à l’étranger, détrompez-vous. Pas besoin d’habiter à l’autre bout du monde pour vivre sa liberté. Nico, Marina et leur tribu prouvent que tendre vers l’autonomie n’est pas utopique en France. Vous me direz : C’est bien beau tout ça mais ça demande un certain budget et des conditions. Tout dépend de ce que vous voulez vraiment être. Nico, expatrié de la société de consommation C’est dans la montagne ariégeoise, sur deux hectares de terrain-forêt que l’aventure de Nico commence. Un village à proximité n’est malgré tout pas de refus Ne le prenez pas pour un ermite, cet ingénieur informatique est un vrai entrepreneur. Avec sa compagne Marina et leurs 5 enfants, ils tendent vers l’autonomie Tant matérielle que psychologique. Parce que le rapport temps/argent imposé par un système qui s’écroule ne semble plus adapté. Deux amis proches se joignent à la tribu pour l’aventure. Dans des yourtes disséminées à flan de montagne

« Je ne paye plus l’impôt car je sais où va l’argent » Mardi, 17 Février 2009 21:50 Y en a qui ont la trouille, mais Ghis, de moins en moins. Après s'être retrouvé en prison pour avoir refusé de payer un impôt qu'elle estime mal affecté, elle se confie dans la Voix. Sur ce territoire allobroge offrant l'hospitalité à la libre expression, nous accueillons aujourd’hui une Québécoise. Cette attitude a conduit Ghis à passer deux mois en cellule au printemps 2008, séjour qui l’a incité à écrire un nouveau livre (Madame Ghis, évasion en prison). Ghis, pourquoi refuser de payer l’impôt ? Et vous, vous avez trouvé ? En France, on dit que c’est un tiers des recettes fiscales qui est consacré à payer les intérêts de la dette. Vous ne croyez pas du tout à l’utilité sociale de l’impôt ? Mais dans la pratique, on ne vous force pas à payer ? En faisant cela, j’ai compris qu’on était coincé. Ah bon ? On est encore des animaux. Et qui récolte donc ce qu’elle sème ? Et quand l’avez-vous fait ce choix ? Mais vous ne payez pas vos impôts. Comment cela ?

Cittaslow France Plantes, poubelles et frugalité : « L’Homme qui renonça à l’argent » | Le coin du libraire C’est bien connu, l’argent ça craint. Surtout quand on n’en a pas. En bon précaire que je suis, c’est avec une curiosité certaine que j’ai accueilli « L’Homme qui renonça à l’argent » de Mark Sundeen. Sundeen, l’écrivain retrouvé « L’homme qui renonça à l’argent » de Mark Sundeen Ecrivain de son état (il a préalablement publié « Le Making of de “Toro” » aux éditions Gallmeister, traduction de Laura Derajinski), Mark Sundeen a choisi de revenir sur l’itinéraire atypique de Daniel Shellabarger, qu’il a côtoyé étant jeune, puis retrouvé des années plus tard, alors que celui, qui s’était rebaptisé « Suelo » (« sol », en espagnol), vivait depuis plusieurs années dans le dénuement le plus total. De prime abord, Sundeen éprouve un certain rejet pour ce qu’est devenue son ancienne connaissance. On y découvre ainsi un homme avec des failles et dont la foi est en proie au questionnement. Premier souci avec l’argent Suelo, nauséeux, semble découvrir un autre pan de la religion. Sundeen note :

Sarkozy propose un poste à un militant UMP un peu trop gênant Cajoler ses ennemis, telle est la devise de Nicolas Sarkozy. Une équipe de « Complément d’enquête », diffusé sur France 2 jeudi soir, a suivi un militant très remonté contre les dirigeants de l’UMP. Cet homme de 51 ans a porté plainte contre son parti pour demander des comptes sur le scandale Bygmalion. Pour l’empêcher de poser sa question gênante, l’homme va donc être invité dans la loge du candidat à la présidence de l’UMP. « Cette affaire Bygmalion, il y a une combine, c’est sûr. « Vous serez nommé dans la commission financière » Pour faire en sorte que le militant oublie sa question sur Bygmalion, Sarkozy lui propose : « Si je suis élu président de l’UMP... « Mais comme ça, vous avez les éléments. Mais le militant ne lâche pas l’affaire et insiste pour poser sa question publiquement. « Si vous voulez poser la question, moi je vous dis, je suis pour la liberté, mais comme ça, vous avez les éléments. Alors, ce poste est-il sorti de nulle part ?

Cittaslow International - www.cittaslow.org Le chômage ou l'autogestion : quand des salariés décident de licencier leur patron « En 2008, le patron a décidé de fermer notre entreprise de fenêtre à Goose Island (Illinois, États-Unis) et a mis à la porte tout le monde. En 2012, nous avons décidé d’acheter l’entreprise et de licencier le patron. Nous détenons ensemble l’usine et la dirigeons démocratiquement. Voila notre histoire… », peut-on lire sur le site internet de New Era Windows, une entreprise pas comme les autres. Récit d’une reprise en main par les salariés de leur outil de travail. Fin 2008, la crise financière et bancaire fait de nombreuses victimes. Le 5 décembre 2008, le syndicat de l’entreprise, la section 1110 de l’United Electrical Workers décide très vite une occupation du site de production. Nouvelle fermeture, mêmes méthodes De son côté, le procureur général Lisa Madigan lance une enquête, non aboutie à ce jour, sur les violations du droit du travail dans l’entreprise. « Si personne n’achète la société, nous pouvons créer une coopérative » « Nous avons décidé de licencier le patron »

1 million de signatures contre TAFTA à la poubelle Non, ce n’est pas Legorafi. La Commission Européenne a invalidé l’initiative citoyenne de « Stop TTIP » contre TAFTA qui vient de dépasser le million de signatures. Plus de 320 organisations de la société civile européenne se sont regroupées afin de s’opposer avec fermeté aux traités entre l’UE et les États-Unis (TAFTA / TTIP) mais aussi entre l’UE et le Canada (CETA). Ces millions de voix ne seront malheureusement pas entendues… 2 mois, 1 million d’engagements C’est du jamais vu. En effet, selon les règles européennes, une « ICE » (initiative citoyenne européenne) doit recueillir un million de soutiens pour orienter la politique de la Commission sur un sujet déterminé. Refus catégorique de la Commission Les négociations commerciales sont devenues une priorité pour l’exécutif européen qui vient d’opposer une fin de non-recevoir envers la pétition. Au prochain virage, la « World Company » ? Mais TAFTA, c’est quoi déjà ? Source : RTBF Info / rfi.fr / latribune.fr

Finance participative Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La production communautaire, ou « production participative », est une méthode de production de contenu par un très grand nombre de personnes[1]. La mise en commun des apports individuels est facilitée par le développement des réseaux sociaux et des communautés sur internet. Le financement de la production communautaire peut être assuré par un financement collaboratif. Le principe de la production communautaire[modifier | modifier le code] Une production communautaire fait appel aux internautes pour trouver les fonds nécessaires à l’aboutissement d'un projet de création. Le financement peut être total ou partiel, ou prendre la forme d'une augmentation de capital (dans ce dernier cas, on parle parfois de « financement 2.0 ou de « levée de fonds 2.0 »). L'appel peut être largement ouvert, ou réduit à un cercle de réseaux de contact et d'amis. D’un côté, des sites de coproduction qui transforment l’internaute en investisseur.

Related: