background preloader

Les variétés paysannes de blé en voie de disparition

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Angela Bolis "Qu'est-ce que ça veut dire, une variété, quand on réfléchit au mot ?", interroge Jean-François Berthellot, les pieds enfoncés dans la terre collante de ses champs de blé. Il en est ainsi de sa Japhabelle, dont il est particulièrement fier. Entre sa banque de graines et ses champs, Jean-François Berthellot a amassé quelque 200 variétés de blé – en plus de ses autres cultures de légumineuses et de céréales. Lire aussi le reportage sur la réserve mondiale de semences de Spitzberg (Norvège) : "Graines en stock" La diversité génétique de ces variétés leur permet de mieux résister aux maladies – qui contamineront moins facilement l'ensemble de la parcelle, sans ajout de pesticides –, et de s'adapter mieux aux variations des sols et des climats. Mais la différence, avec une monoculture ou une variété homogène, se fait aussi ressentir dans le produit fini du blé. "Pour moi, il y a un raté historique, estime l'agriculteur. Related:  risques émergeantsCulture, céréales et alimentation

Agriculture: le numérique pré à tout D’ici dix ans, les exploitants agricoles n’auront plus besoin de mettre une botte dans la boue : l’agriculture sera numérique. Les nouvelles technologies cherchent déjà à se faire leur place dans les champs. En février, d’avant-gardistes tracteurs robotisés effectuaient quelques tours de piste au Mondial de l’équipement agricole de Villepinte (Seine-Saint-Denis). «C’est un satellite qui pilote le tracteur. Les agriculteurs n’ont plus besoin de conduire, on est là par sécurité. Comme un cadre dans une usine qui surveille les paramètres sur ses écrans», résumait Michel Masson, cultivateur à Beaune-La-Rolande (Loiret) et membre de la FNSEA, le premier syndicat agricole. Mauvaises herbes. La même logique bloque les amateurs de drones volants. Le Delta Y s’élève à 150 mètres d’altitude pour réaliser des prises de vue des champs et repérer, grâce à une caméra, le pourcentage de photosynthèse au sol. Ecrans. Léa LEJEUNE

« Morceaux Choisis »_Du design chez Poilâne Fait maison Julien Madérou / Design, Ecole, fooddesign, Livre, Pain, Poilâne, Portfolio / Comme vous l’aurez noté, j’ai négligé un peu mon blog ces temps-ci, et pour cause Je passais mon diplôme de fin d’étude en DSAA (Diplôme supérieur d’arts appliqués) en design produit à l’Ecole Boulle. Je vais donc essayer de vous expliquer ce qui m’a autant occupé durant cette année. La démarche En gros, j’ai développé une stratégie d’évolution pour les boulangeries Poilâne par le biais du design. Intervention sur la fabrication du pain Je me suis donc penché sur la fabrication de pains sophistiqués invitant à des modes de consommation nouveaux, mais j’ai du me rendre à l’évidence, dessiner du pain est une aventure périlleuse et assez empirique techniquement. Intervention sur la transformation du pain Je me suis donc plutôt intéressé à la transformation du pain. Morceaux Choisis Les projets Les images qui suivent sont donc des projets de pains, taillés dans la gamme Poilâne existante. Coquetier éphémère

Le Cartel qui a tué les ampoules incandescentes Regardez attentivement cette ampoule: dans un mois, elle fêtera ses... 111 ans. Ce n'est pas une blague. La Centennial Light (ampoule centenaire) est une ampoule électrique de 4W qui a été installée dans la caserne de pompiers de Livermore (Californie) en... 1901. Si les fabriquants justifient cette extraordinaire durée de vie par la faible puissance de l'ampoule, la vérité tient surtout à l'obsolescence programmée décidée en décembre 1924 lors d'une réunion rassemblant les principaux fabriquants internationaux de l'époque. Rapidement, les fabriquants dérogeant à la règle se virent pénalisés, le montant des amendes étant indexé sur le temps de dépassement du fonctionnement de leurs produits, testés régulièrement. Cette histoire est relatée par l'excellent documentaire "Prêt à jeter" diffusé sur Arte fin janvier. Et je ne vais pas y aller par quatre chemins. --Sources:- Documentaire "Prêt à jeter" diffusé le 24 janvier 2012 sur Arte.

Les pesticides réduisent fortement la biodiversité aquatique Les pesticides, dont un grand nombre sont utilisés en Europe et en Australie, réduisent jusqu'à 42 % des populations d'insectes et autres formes de vie des rivières et ruisseaux en Allemagne, en France et en Australie, selon une recherche publiée lundi 17 juin aux Etats-Unis. Les pesticides, utilisés par exemple dans l'agriculture, sont parmi les polluants les plus surveillés et réglementés. Mais malgré cela, on ignorait jusqu'alors l'ampleur de leur impact sur la biodiversité dans les environnements aquatiques, soulignent ces chercheurs, dont Mikhail Beketov du Helmholtz Centre for Environmental Research à Leipzig en Allemagne et Ben Kefford de la University of Technology à Sydney. Ces scientifiques ont démontré une forte disparition des insectes des rivières et cours d'eau et d'autres invertébrés d'eau douce.

«Tous à poêle au bureau!»: cuisiner dans son entreprise, c’est possible Pour se sustenter à midi, le salarié français a le choix entre la cantine d’entreprise et le ticket-restaurant à écouler dehors. Ou la popotte réchauffée, car la cuisine au bureau se résume souvent à mettre un reste de pâtes de la veille au micro-ondes. Ou à sortir une boîte en plastique contenant une salade préparée à l’aube. Pour les plus motivés. Mais, dans certaines boîtes, on mijote carrément de bons petits plats pour soi et ses collègues. publicité Concrètement, comment on fait? Chaque jour, deux cuisiniers improvisent et deux motivés sont préposés à la vaisselle. Ce midi de septembre, ça sent les poireaux qui mijotent. A 13 heures, tout le monde se retrouve dans la salle de réunion-cantine, pour un déjeuner quinoa-omelette champignons Fourme d’Ambert-poêlée de poireaux, et salade de mirabelles-pamplemousse. Cela ne semble donc pas très compliqué ni contraignant. Simplifier «Simplifier», un verbe très défendu par la start-up, est aussi mis en avant: Le réseau Tous à poêle au bureau

USA : Monsanto fait payer des amendes aux agriculteurs bio Le jugement est tombé, le géant de la biochimie Monsanto conserve le droit de poursuivre en justice les agriculteurs biologiques dont la production a été malencontreusement contaminée par les OGM sorti de ses laboratoires. C’est un paradoxe qui soulève l’indignation et l’incompréhension au sein de la population américaine. Monsanto, qui détient le fameux brevet pour l’herbicide Roundup et pour les semences génétiquement modifiées capables de résister à ce même désherbant, conserve le droit de poursuivre en justice n’importe quel agriculteur dont la production de maïs contiendrait plus d’1% d’OGM. Belle ironie, sachant que ce sont les organismes génétiquement modifiés eux-mêmes qui contaminent les productions biologiques avoisinantes. Comme si cela ne suffisait pas de rendre les productions de ces agriculteurs invendables car non conformes aux exigences de l’agriculture biologique, Monsanto compte aussi s’enrichir sur la contamination dont elle est à l’origine.

Les maladies émergentes dues aux métaux lourds - handicap-travail.com Les métaux lourds sont un problème très actuel d’une toxicologie souvent méconnue parce qu’insidieuse et à révélation clinique tardive souvent irréversible. L’apparition des maladies émergentes remonte aux alentours des années 80. Ces affections nouvelles qui font souvent sourire, sont pourtant bien réelles et ont pour nom : fibromyalgie, SFC, allergies de toutes sortes, dépressions, spasmophilie, troubles de la sensibilité neuro-musculaire, infections chroniques, mycoses récidivantes, troubles du métabolisme, migraines, douleurs diffuses rebelles à tous traitements. Où trouve t- on les métaux lourds ? Les métaux lourds dont le mercure sont partout : dans les aliments, l’eau, la cigarette, les amalgames dentaires, les médicaments, les vaccins, dans les solutions pour lentilles de contact, dans les tubes néons et ampoule économique d’énergie,… Les nutritionnistes nous disent de manger du poisson, or celui-ci est un des aliments les plus empoisonnés. La cause ? Nous ne pouvons y échapper !

La langue autour du sexe C’est le râle (bol) d’une linguiste contre un incessant «brouhaha sexuel» dans lequel s’entrechoquent des verbes au ras du concret comme «tirer», «niquer», «troncher», «se taper». Des termes comme «con» ou «foutre» qui fusent, et parfois à cent lieues de leur sens premier. Et une ribambelle de mots froidement anatomiques, comme «vagin», «cunnilingus», «verge» et on en passe. Jusqu’au technique «orgasme». C’est le combat de Sylvie Brunet, qui, quarante-cinq ans après le libérateur Mai 68, milite pour un vocabulaire sexuel plus riche, plus imagé et, pourquoi pas, un peu obscur pour mieux suggérer les «marguerites» des femmes et les «boutiques» des hommes. Un combat d’arrière-garde ? Sylvie Brunet a ensuite classé 369 expressions et 1 001 mots pour mieux les ressusciter dans son dernier ouvrage : les Doigts de pied en bouquet de violettes. Et si «on jouait à la fossette» ? Et si «on remettait le couvert» ? Et si «on allait aux fraises» ? Et si «on consommait le sacrifice» ?

Tulip : un concept moderne de bain se transformant en douche L’idée a germé dans l’esprit d’un jeune designer du nom de Piotr Pyrtek. Il a longtemps réfléchi à la place que prenait la salle de bain dans nos foyers et dans un souci d’espace il a inventé ce concept design de nacelle afin de pouvoir se dispenser de la pièce d’eau. Inspiré par la nature, et notamment par les fleurs de Tulipe, il a conçu des schémas très avancés et le designer recherche aujourd’hui un fabricant prêt à se lancer dans l’aventure. Le principe est on-ne-peut-plus-simple, lorsque le cocoon est fermé, l’utilisateur peut enclencher la douche ou divers jets de massage. Lorsque le cocoon est ouvert, le couvercle peut se métamorphoser en bain design en se remplissant à ras-bord. Vous verriez bien une Tulip dans votre chambre ?

Raréfaction des métaux : demain, le « peak all » Merci à la rédaction du magazine Science & Vie, qui propose ce mois-ci une enquête sur un sujet essentiel que je me désespérais de trouver le temps de traiter : le déclin des réserves mondiales de métaux (précieux ou pas). Hé oui, le pétrole n’est pas la seule matière première que menace le prurit de la société de consommation. Le cuivre, le zinc, l’or et l’uranium figurent parmi les principaux métaux dont les ressources mondiales semblent en voie d’épuisement. Une mine de cuivre moderne, aux Etats-Unis. Le problème est similaire à celui du pic pétrolier. Philippe Bihouix et Benoît de Guillebon, auteurs de l’ouvrage français de référence sur la question (Quel futur pour les métaux ? En quoi pic pétrolier et pics des métaux sont-ils liés ? Tout simplement parce que pour creuser des mines, il faut de l’énergie. Bien sûr, contrairement au pétrole, les métaux peuvent être recyclés. Bihouix et de Guillebon, les auteurs de Quel futur pour les métaux, affirment :

Le blues du Net, par Bernard Stiegler Bernard Stiegler (à gauche) et Jean-Hugues Barthélémy (à droite),colloque Gilbert Simondon, Cerisy-la-Salle, juillet 2013, cliché Dom Lacroix Le philosophe Bernard Stiegler définit la révolution numérique autour de la notion de publication et de ses significations sociétales. L’Internet et le Web sont porteurs de potentialités inouïes, pas encore mesurées. Mais ce processus a fait l’objet d’une capture par de grandes compagnies des États-Unis qui mettent en péril nos sociétés. Bernard Stiegler convoque les mythes grecs, et leur historien Jean-Pierre Vernant, pour clarifier les enjeux de l’affaire Snowden. (Séquence vidéo 1) Nous aimerions connaître votre vision de ce que l’on appelle la révolution numérique. Bernard Stiegler : La révolution numérique a commencé véritablement il y a à peu près une vingtaine d’années, lorsque les États-Unis ont rendu l’Internet accessible au monde à travers le Web. Le numérique est avant tout un processus de formalisation généralisée. [1] ↑ Cf. NB.

Etude norvégienne: Les effets biologiques des retombées de la géo-ingénierie sur la vie végétale L’étude traduite et recopiée ci-dessous a été préparée par des chercheurs norvégiens. Elle contribue à documenter quelques-uns des effets hautement néfastes des programmes de GSA (géo-ingénierie stratosphérique par aérosols) et de GRS (gestion des radiations solaires) en cours. Il ne subsiste désormais plus de sources « organiques » de nourriture. Tout a été pollué avec les métaux toxiques et les produits chimiques qui sont émis par les programmes mondiaux de vaporisation d’aérosols. Certains des éléments toxiques que nous sommes contraints d’ingérer dans notre alimentation ont été identifiés, d’autres sont sans doute encore inconnus. [Lien vers la version PDF (en anglais) de cet article: BaSrTiO3_cell_communication.pdf ] Conférence « Esprit Ouvert », Oslo, 19-21 octobre 2012 Harald Kautz-Vella: Effets néfastes théoriques et scientifiquement prouvés des nano-particules de (Ba, Srx) TiO3 sur la croissance des végétaux (premier jet) Résumé: Attendu que: 1. 2. 3. 4. Madame, Monsieur,

Madrid déclare la guerre aux ratons laveurs et aux perroquets Ce sont des envahisseurs étrangers d'un genre particulier auxquels la ville de Madrid a déclaré la guerre : des ratons laveurs américains, des perroquets verts argentins et des perruches à collier d'Asie et d'Afrique. Ces espèces, vendues comme animaux de compagnie jusqu'en novembre 2011 avant d'être considérées comme "invasives", ont pour point commun de s'être tellement reproduites qu'elles menacent la survie d'espèces indigènes, ainsi que la tranquillité des habitants de la capitale espagnole. La ville a alors opté pour une solution radicale, en autorisant "la capture et mort de chaque spécimen". "Il est encore temps de contrôler la croissance rapide de ces populations", estime Felipe Ruza, directeur général adjoint du département de conservation de l'environnement de l'agglomération madrilène, dans les colonnes d'El Pais. Ces espèces, introduites en Espagne à partir des années 1980, ont longtemps été vendues comme animaux de compagnie par des animaleries. Audrey Garric

Happy Beer Time, le blog pour les amoureux de bière

Related: