background preloader

Société Française d'Écologie

Société Française d'Écologie

Microscopie et sciences naturelles Lundi 7 juillet 1 07 /07 /Juil 21:24 Les galles velues de Eriophyes exilis Sur les feuilles du Tilleul de Hollande - Tilia platyphyllos - on trouve parfois des indurations velues à l'aisselle des nervures, sur la face inférieure des feuilles. Normalement, chez T. platyphyllos, les nervures sont couvertes d'un duvet blanchâtre un peu plus abondant aux aisselles. Mais les cécidies se présentent comme un bouton densément velu, de couleurs un peu brunâtre. Ils apparaissent au même niveau sur la face supérieure de feuilles comme une induration velue masquant un petit opercule. Eriophyes exilis est un acarien Eriophyoïde au corps vermiforme. Le long de l'opisthosome, on trouve quatre paires de soies latérales et une paire de soies ventrales à l'extémité antérieure. le dessin suivant montre le détail du gnathosome et des pattes. Eriophyes tiliae (le Phytopte du tilleul) : galles en cornicules Ces galles sont creuses et la cavité est tapissée de poils assez dense. bibliographie (on line) :

Regards La Société Française d’Ecologie (SFE) met en ligne sur son site depuis septembre 2010 une plate-forme multimedia dédiée au dialogue entre scientifiques et citoyens, baptisée 'La Nature en questions : Regards et débats sur la biodiversité'. Celle-ci propose au grand public et aux scientifiques de toutes disciplines des articles et interviews d’experts - scientifiques mais aussi gestionnaires, représentants d’ONG... - exprimés dans un langage clair et soumis au débat dans des forums ouverts à tous. Ce projet repose sur l'interactivité : ces regards sur la biodiversité sont mis en ligne pour susciter des discussions fructueuses entre experts et avec le grand public. R30 : Impact et enjeux du changement climatique, S. R26 : Faut-il monter aux échelles pour mieux voir les fleurs ? R25: L’hérédité non génétique, par Etienne Danchin R24: La biodiversité, atout pour l’agriculture, par Thierry Doré R23: En quête d’espèces, par Bruno Corbara R21 : La biodiversité des champs, par F.

Les Cafés Géographiques Species Distribution Modelling - spatial-analyst.net pecies Distribution Model (SDM) can be defined as a statistical/analytical algorithm that predicts either actual or potential distribution of a species, given field observations and auxiliary maps, as well as expert knowledge. A special group of Species Distribution Models (SDMs) focuses on the so-called occurrence-only records --- pure records of locations where a species occurred (Engler at al. 2004; Tsoar et al. 2007). This article describes a computational framework to map species' distributions using occurrence-only data and environmental predictors. For this purpose, we will use the dataset "bei", distributed together with the spatstat package, and used in school books on point pattern analysis by Baddeley (2008) and many other authors. To run this script, you will need to obtain some of the following packages. For more details about this topic consider obtaining the original article: Hengl, T., Sierdsema, H., Radovic, A., Dilo, A., 2009? Preparation of maps Final predictions

Association pour la sauvegarde de la biodiversité TENDUA a été créée en 2008, après un voyage en Inde où, en dépit de nombreux parcs nationaux, la faune sauvage et ses habitats sont menacés. Le constat est malheureusement planétaire : partout dans le monde, la biodiversité est en danger, sur terre et dans les mers. La 6e extinction majeure de biodiversité est en cours : en 150 ans l’homme a réussi à détruire son environnement comme il ne l’avait jamais fait auparavant. Les précédentes extinctions connues des scientifiques étaient le résultat d’un processus évolutionnaire ; or aujourd’hui, l’équilibre de la planète est menacé par les activités humaines. En août 2013, il a été estimé que l’humanité, par sa consommation effrénée, a dépassé la capacité de régénération de la Terre. Cela étant, nous n’avons plus le temps d’être pessimistes. Une nouvelle relation entre l’homme et la nature TENDUA propose à chacun de réfléchir à un nouveau type de relation entre l’homme et la nature. Adhésions et partenariats Comment adhérer ?

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Les comportements qui surviennent lorsqu'un être humain est effrayé sont très semblables d'un individu à l'autre et ce, même pour différentes cultures. En effet, si quelque chose nous effraie, disons un bruit strident, notre première réaction est d'arrêter ce que nous étions en train de faire. Presque aussitôt, nous nous tournons généralement vers la source du bruit et tentons d'en évaluer le danger réel. Tout cela se fait très vite, de manière réflexe, et ne nécessite pas l'intervention de la conscience ou de la volonté. Si la source du bruit semble effectivement menaçante, nous figeons sur place et tentons d'évaluer s'il y a une possibilité de fuir ou de se cacher. Si, enfin, on se retrouve en contact direct avec la source du bruit qui s'avère être un ours, on n'aura plus d'autre choix que la lutte, c'est-à-dire un comportement de défense agressif pour éloigner ou détruire la menace.

Géocarrefour Exemple à partir de la cartographie des établissements du 2nd degré à La Réunion What geographical approach to school territories? An example from the map of secondary schools on the island of Reunion Sylvain Genevois Roma and Travelers : when space challenges come to school Aurore Lecomte National differences in the designation and representation of the occasional displacing of classes in European countries Xavier Michel Étudiants, enseignants débutants, formateurs et espaces d’apprentissage Images of spaces / spaces in images. Students, newly qualified teachers, lecturers and learning spaces Jean-François Thémines et Anne-Laure Le Guern The effects of a relocated learning space : analysis of a scenic space Claire de Saint Martin Strange internships abroad. The 5th Bio-logging Science Symposium - Strasbourg 22-26 Sep 2014 - SciencesConf.org Important dates - 30 Sep 2013 : Workshop submission Closed- 31 Mar 2014 : Abstract submission Closed - 20 Apr 2014: Early registration Soon! 21 Apr 2014 - : Late registration 22-27 Sep 2014 : Symposium Abstract submission Log in with your account and go to My Space > Submission. Presentations Instructions for oral presentations will follow shortly.The size of the poster board is 0.94 (width) x 2.39 (height) m. Registration fees Early (Nov 2013 - Mar 2014): Standard 320 euros / Student 190 euros Late (Apr 2014 - Jul 2014): Standard 360 euros / Student 230 euros Fees include documentation, lunches, coffee breaks, icebreaker, social event and banquet. Accompanying person: 200 euros (Fees include lunches, coffee breaks, icebreaker, social event and banquet) Please follow this link for payment. This will take you to a CNRS-secure payment system called Azur Colloques, where you will need to pre-register once more. WARNING: Exhibitors, please don't use this link to pay. Venue Organizing Committee

The Biodiversity Hotspots Page Content Life on Earth faces a crisis of historical and planetary proportions. Unsustainable consumption in many northern countries and crushing poverty in the tropics are destroying wild nature. Biodiversity is besieged. Extinction is the gravest aspect of the biodiversity crisis: it is irreversible. While extinction is a natural process, human impacts have elevated the rate of extinction by at least a thousand, possibly several thousand, times the natural rate. In a world where conservation budgets are insufficient given the number of species threatened with extinction, identifying conservation priorities is crucial. The biodiversity hotspots hold especially high numbers of endemic species, yet their combined area of remaining habitat covers only 2.3 percent of the Earth's land surface. Hotspots in Context Hotspots Defined Impact of Hotspots Hotspots Revisited Conservation Responses Subsection 01 Subsection 02 Subsection 03 Subsection 04 Subsection 05

50th ECSA Conference — Home page International Statistical Ecology Conference 2014 - Montpellier 1-4 Jul 2014 - SciencesConf.org GBIF : Global Biodiversity Information Facility Try out the new GBIF portal! Why not try out the new GBIF portal at www.gbif.org, which has many more features and includes lots of information about the GBIF community, including great examples of data uses in research and interesting applications? The old GBIF data portal which you are viewing now will continue to be supported until we are satisfied it can be taken down without causing major inconvenience. Be aware that the content here is static and has not been updated since the launch of the new portal on 9 October 2013. Welcome to the (former) GBIF Data Portal Access 416,242,316 data records (363,215,360 with coordinates) shared via the GBIF network. Explore Species Find data for a species or other group of organisms. Species Information on species and other groups of plants, animals, fungi and micro-organisms, including species occurrence records, as well as classifications and scientific and common names. Example species: Puma concolor (Linnaeus, 1771) Explore Countries Countries France

Capsules Le 16 septembre 2003 Retour au sommaire des capsules Les trous noirs des réserves naturelles (Agence Science-Presse) - Pas moins de 700 espèces d'animaux glissent entre les fentes du plancher. Que des espèces disparaissent en effet à cause de l'intervention humaine, c'est une chose. Nouvelle étude, mais différente de ses semblables: plutôt que de recenser les animaux un par un, elle s'est concentrée sur les "trous noirs" des réserves et autres parcs naturels. On recense quelque 102 000 sites protégés à travers le monde, rappelle ce rapport. Il y a donc progrès, indéniablement. Solution proposée: agrandir encore les réserves, et en ajouter d'autres. Mais il faudra y mettre le coût: alors que les dépenses mondiales actuelles dans le réseau des parcs et autres zones protégées serait, selon le rapport, de 7 milliards$ par année (dont moins d'un milliard dans les pays en voie de développement), "l'agrandissement" ferait passer la facture à 23 milliards$ par année. Capsule suivante

Science Daily: News & Articles in Science, Health, Environment & Technology

Related:  sciences de la vie