background preloader

Rue89

Rue89
A L'indépendante, les clients décident ensemble des achats, mettent en rayon et encaissent eux-mêmes. Créée il y a presque 2 ans, cette épicerie autogérée permet à ses adhérents d'acheter des produits sains à des prix abordables tout en expérimentant collectivement une alternative au supermarché. Jusqu’en 2008, Hervé était un doux rêveur qui pensait qu’en « jouant du rock’n roll on était en action contre le système. Mais je me suis trompé », reconnait-il. La crise l’a poussé à « changer radicalement [s]on existence » et à se lancer « dans l’action concrète ». C’est par l’assiette que ce musicien de profession est rentré dans la sphère militante. « Il m’a semblé que l’alimentation était un point central de l’action possible. « On a senti que l’on touchait à une certaine aspiration réelle d’un certain nombre de personnes », raconte Hervé. Sortir du supermarché Chaque adhérent ce sert librement dans ces deux placards et note ensuite ses achats sur le site internet MoneyCoop. Emmanuel Daniel

http://www.tourdefrancedesalternatives.fr/alternatives/lepicerie-dont-vous-etes-le-heros/

Related:  Partie 3 : Mercatique et sociétéConsommation collaborativeVivre autrementUtopies1. CAUSES & idées d`interventions

Pendant que le bio ralentit, le locavorisme s’envole «L’insolente santé» de l’alimentation bio risque de se ternir quelque peu, selon un article du monde.fr basé une étude du cabinet Xerfi (un document destiné aux exploitants agricoles, aux industriels de l’agroalimentaires, aux distributeurs et à la restauration). La croissance de ce marché va ralentir, pour plafonner à 5% en 2015. C’est largement moins bien que dans les dernières années: entre 2006 et 2010, les taux de croissance du secteur se situaient plutôt entre 10 et 25%… Selon le cabinet, c’est la faute à la crise: les consommateurs établissent des priorités. Et comme les produits biologiques restent plus chers… Autre tendance du bio pour les prochaines années, la grande distribution va continuer à élargir sa gamme et à augmenter sa part de marché. Le diagnostic établit que le locavorisme (privilégier les achats de produits locaux) va peut-être même évincer le bio… Pour Xerfi, la notion de proximité est devenue incontournable dans la filière alimentaire.

Solutions écolos sur la communauté responsable Tinkuy Nées du rejet de la consommation de masse, de plus en plus d’initiatives promouvant la gratuité voient le jour un peu partout dans le monde. De plus en plus de gens souhaitent une consommation plus responsable, plus économe et écologique, plus équitable, plus d’humain. Voici quelques unes de ces initiatives (liste non exhaustive) : Consommation collaborative/recyclage: Nous trouvons aujourd’hui sur la toile de nombreux sites de don, de troc et de conseils en réparation ou de recyclage des objets de tous les jours. Cette tendance découle du désir de limiter la sur-consommation qui pollue et est dispendieuse.

Notre vision Les Amis de la Terre y désignent sans concessions les adversaires auxquels il convient de s’opposer. Ils proposent des alternatives au système capitaliste, au dogme de la croissance ainsi qu’au techno-scientisme et appellent ceux qui partagent leurs idées à les accompagner dans leurs plaidoyers et leurs combats. Pour les Amis de la Terre la convergence des crises écologiques et sociales appelle à la nécessité d’engager une transition vers des sociétés soutenables qui permettent d’articuler la satisfaction des besoins fondamentaux et la préservation des écosystèmes. Ces sociétés, fondées sur la sobriété et sur l’équité, sont aussi celles de la dignité humaine et de l’accomplissement de soi, la vraie richesse de l’être humain résidant dans sa dimension sociale et spirituelle plutôt que dans l’accumulation de biens.

A Paris, un supermarché collaboratif veut rendre les bonnes choses accessibles à tous Ce n'est pas un loup, mais une louve qui est aux portes de Paris. Venue d'outre-Atlantique, elle couve une jolie portée d'idées coopératives pour développer un modèle de distribution alternatif pour bons produits locaux et pas chers. Rencontre avec ses instigateurs. La passion des bonnes choses

Une alternative à la grande distribution en plein cœur de Paris C’est dans l’un des quartiers les plus populaires de la capitale, la Goutte d’Or, qu’a ouvert Coop à Paris. L’enjeu, créer une vraie alternative à la grande distribution en soutenant l’activité des petits producteurs, tout en garantissant des prix accessibles. Depuis le lancement de la coopérative en janvier 2014, les familles du quartier adhèrent en masse et donnent de leur temps en contrepartie.

Comment Le Chat s’est remis au vert après Petit voyage dans la pré-histoire des bad buzz. En 2009, la marque de lessive Le Chat est épinglée par l’association WWF. L’organisme avait créé à l’époque son observatoire de la publicité afin de dénoncer les marques qui avait fait de l’écologie un argument marketing sans fondement. Avec son packaging vert, son slogan "l’écologie c’est le moment d’en parler moins, d’en faire plus", son plan baptisé "ECO Efficacité" et son descriptif produit "tensio-actif d’origine végétale et 100% biodéradable"... Des micromagasins chez l’habitant Imaginez un magasin bio accessible 24 heures sur 24 en bas de chez vous. Un rêve ? Une réalité pour 150 foyers lyonnais qui disposent d’un micromagasin à domicile. Une idée développée par l’épicerie 3 ptits pois.

Europe Ecologie : Un objet politique au défi de l’urgence et la durabilité - Construire l'Écologie Pour Toutes et Tous Version longue d’un article publié en mars 2010 dans le n° 34 de la revue EcoRev intitulé « Urgence écologique, urgence démocratique » ( Europe Ecologie : Un objet politique au défi de l’urgence et la durabilité S’il fallait, en une formule simple, définir l’objet social d’Europe Écologie – ce qui fonde sa raison être dans l’espace public –, on pourrait sans trahir la pensée de celles et ceux qui ont participé à son émergence le résumer ainsi : l’urgence politique à engager la transformation écologique de la société. La notion de transformation induit naturellement l’idée d’un dépassement des schémas antérieurs et la formule n’est pas sans rappeler le fameux « transformer le monde » de Karl Marx. Par transformation écologique de la société, il faut donc entendre une traversée et un dépassement des formes classiques de pensée et d’action qui sont actuellement en vigueur dans notre espace social.

Related:  soliss