background preloader

Regina Spektor - "Samson" [OFFICIAL VIDEO]

Regina Spektor - "Samson" [OFFICIAL VIDEO]

http://www.youtube.com/watch?v=p62rfWxs6a8

Related:  A écouter

"Mandarine", l'album du retour des Innocents - Les Inrocks Dis-moi quel est ton public, je te dirai qui tu es. Quiconque a eu l’occasion de se rendre à l’un des multiples concerts donnés par Les Innocents ces dernières années, dans des petites salles, chez des amis, sait combien l’audience du groupe – recentré autour de JP Nataf et Jean-Christophe Urbain – est éclectique. On y croise des fidèles de la première heure bien sûr, mais aussi leurs enfants, des musiciens, des fans ou des curieux venus pour les tubes. “On a toujours été un groupe sans réelle famille musicale, on faisait des chansons qui ne correspondaient pas à une étiquette de rock ou de pop ou de quoi que ce soit… Du coup, on était le groupe qui pouvait aussi bien passer aux Enfoirés que dans un festival rock, et notre public était difficile à classer.” Donner une première chance à l’amitié

Radio - Listen to Free Internet Radio, Find New Music Beirut annonce un album et dévoile un nouveau morceau Quatre longues années ont passé depuis The Rip Tide, le dernier album de Beirut. L’attente est aujourd’hui terminée : le groupe de Zach Condon, ce génie torturé, sera de retour en septembre avec No No No, quatrième long format d’un projet sans égal dans le paysage musical contemporain. L’annonce est accompagnée d’un premier extrait à écouter ci-dessous, titré comme l’album et qui semble promettre des chansons sans révolution, dans le pur style beirutien. Aurora : une future star en clôture d'Europavox Dans sa loge de la Coopérative de Mai, Aurora gigote et touche un peu à tout, fait des grimaces et des blagues non-stop. La jeune Norvégienne (18 ans au compteur) prend à peine le temps de souffler : quelques instants plus tôt, elle faisait halluciner la salle avec une voix qui n’est pas de son âge, une gestuelle tout droit sortie d’un film de science-fiction et une énergie qui, pour le coup, évoque bel et bien une folle jeunesse. Premier concert en France Une salle qui ouvre grand les yeux, donc, car personne n’était préparé à tant de maitrise de la part d’une si jeune inconnue, tout juste repêchée de l’internet et jouant son tout premier concert en France – pas un hasard que ça se passe à Europavox, festival habitué à suivre de près l’émergence des talents en Europe (cette année, il y avait Puts Marie pour la Suisse, Throes + The Shine pour le Portugal, Kuenta I Tambu pour les Pays-bas, Mountain Bike pour la Belgique, Joco pour l’Allemagne, etc).

Le pianiste Bruce Brubaker revisite l'œuvre colossale de Philip Glass Est-il disciple, guide, ou biographe musical ? La démarche du pianiste américain Bruce Brubaker est inédite à plus d'un titre : s'emparer de l'œuvre monumentale de l'un des compositeurs contemporains les plus éminents, pour en ré-interpréter personnellement une dizaine de morceaux choisis parmi les 25 opéras et les 10 symphonies de Philip Glass. On connait le poids du remix dans le processus créatif des musiques électroniques, c'est nettement moins courant dans le petit monde de la musique minimaliste. FIP vous offre en exclusivité l'écoute de "Glass Piano", le premier album de Bruce Brubaker à paraître le 2 juin prochain : Brubaker n'est pourtant pas un inconnu.

Canal B [eB] Good Morning 1. THE SMOKING TREES - Good Morning - TST - 2015 2. THE SMOKING TREES - She Takes Flight With Me - TST - 2015 Nouveau groupe à suivre : le rock diaboliquement mélodique de The Vryll Society De tous temps, à Liverpool, le psychédélisme a été fourgué sur ou sous le comptoir de la fondamentale boutique de disques Probe, où pas mal de vendeurs sont devenus des stars (Dead or Alive, Frankie Goes To Hollywood…). Depuis les années 70, plusieurs générations de vendeurs ont ainsi œuvré pour ce que la jeunesse locale ne perde jamais ce contact vital avec la Californie des étés amoureux. Enseigné par des générations d’érudits dans ce temple agité, le psychédélisme a ainsi irrigué Pale Fountains et Echo & The Bunnymen, Dr Phibes ou Zutons –– jusqu’au massif raout Psych Fest d’aujourdhui. En intraveineuse, il agite aujourd’hui le rock aussi référencé que diaboliquement mélodique de The Vryll Society, jeunes hirsutes qui passeraient aisément le casting du film Almost Famous ou de Primal Scream. Look de bikers sous acide, refrains en cuir noir et chant de romantique castagneur : le groupe va prochainement se faire la main (et les poings) en première partie de Blossoms.

DIIV a déjà composé l'album que vous écouterez en boucle en 2016 Il y a quelques années (disons trois ou quatre), le petit monde de la musique indie (plus exactement le rock à guitares joué par des blancs-becs de la classe moyenne) se trouvait en proie à un nivellement certain (on se gardera de préciser “par le bas”). Avec une esthétique de plage, pillant plus ou moins consciemment et de manière plus ou moins éhontée l’héritage d’une certaine frange de la pop rêche (la dream pop, le shoegaze, la twee pop) de vingt ans auparavant, une pelletée de groupes sympathiques mais quelconques, arrivés dans le giron de ce qu’on appelait alors la chillwave, s’illustraient par des effets de réverbérations, beaucoup de chorus dans les guitares, et un certain état de neurasthénie générale. Une réappropriation de ses propres déconvenues Le revival des années 90 succédant inévitablement à celui des années 80, ce phénomène était attendu, sinon prévisible. Qu’est-ce qui a changé depuis ?

Mueller et Roedelius forment un duo captivant sur l'album "Imagori" Après Jean-Benoît Dunckel (Air) et Lloyd Cole, le vétéran de la musique électronique made in Germany Hans Joachim Roedelius fait œuvre commune avec un autre musicien en âge d’être son fils : Christoph H Müller. Roedelius est l’un des pionniers de ce qu’on appelle le “krautrock”, soit à la louche (de choucroute) la déferlante de synthés venue d’Allemagne dans les années 70. Membre des groupes Cluster et Harmonia, cet octogénaire toujours actif porte une part du prestige qui entoure cette séquence atypique et fondatrice du nouveau rock européen dont le Suisse Müller avoue avoir subi l’influence.

«SQUARE/TRIANGLE/SINE», un premier opus pour ESB et Yann Tiersen Crédit photo : Yann Dupuis et Jérôme Sevrette Derrière le nouveau groupe ESB («Elektronische Staubband») se cache un nom bien connu de la scène musicale et instrumentale: Yann Tiersen. Si le nom nous est familier, Square/Triangle/Sine n’a toutefois rien à voir avec les envolées remplies d’espoir que l’auteur-compositeur-interprète nous a présentées de lui dans la trame sonore d’Amélie Poulain. Ici, on entre dans un univers parallèle où Lionel Laquerrière et Thomas Poli, les deux autres membres de la formation, opèrent leur chimie analogique pour nous offrir un opus à mi-chemin entre le rock progressif et l'électroacoustique sombre et industrielle. Cette exploration s’est amorcée lors de la tournée de «Dust Lane» de Yann Tiersen en 2010, à laquelle s’est joint Lionel (notamment de Nestorisbianca et Geysir) à titre de musicien. Durant les temps morts du concert, les deux comparses s’amusaient à transposer les morceaux de Yann en versions électros.

Musique instrumentale : l'Angleterre de la Renaissance au début du XVIIe siècle Époque étonnante que cet âge d’or de la musique britannique ; époque étrange aussi que cette longue période qui va du règne d’Henri VIII à celui du malheureux Charles 1er, en passant par celui d’Elisabeth 1re, la dernière de la dynastie des Tudors. Un siècle qui est celui de la Réforme et où, volens nolens, les musiciens vont se retrouver au premier rang d’une évolution conduisant à l’émergence d’une Eglise purement anglicane, avant d’être pris dans la tourmente de la révolution cromwellienne, laquelle allait s’employer à éliminer la musique de la vie publique et singulièrement des lieux de culte. Cet âge d’or élisabethain fut culturellement très riche, y compris en matière de création musicale. Le panorama qui suit est éloquent à cet égard, même s’il passe sous silence quelques grands maîtres tels que John Taverner (v.1490-1545), Thomas Tallis (v.1505-1585) ou Thomas Morley (1557-1602) qui se sont consacrés exclusivement ou presque à la musique vocale. Nous y trouverons en effet :

Related: