background preloader

« Apprendre l'art du filtrage » dans le secondaire, intervention d'Alexandre Serres.

« Apprendre l'art du filtrage » dans le secondaire, intervention d'Alexandre Serres.
Ce vendredi 24 mai, le Café pédagogique a publié un compte rendu des interventions, ateliers et posters qui ont animé la conférence sur les Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information, les 21 et 22 mai 2013 à l’Ifé de Lyon. Un travail de qualité, s’il n’était l’omission de la communication d’Alexandre Serres. Jean-Michel Le Baut, auteur de cet article, précise dans un tweet que "des soucis techniques expliquent quelques oublis, dans un compte rendu qui ne pouvait pas être exhaustif". De quoi rester perplexe, il faudra y revenir. Mais avant cela, plus essentiel, il convient de rapporter les propos d’Alexandre Serres. Alexandre Serres pose la question de l’évaluation de l’information, essentielle selon lui dans le cadre des apprentissages. Alexandre Serres met en garde contre l’illusion techniciste et contre l’illusion sociale, posant la nécessité de relativiser les compétences informationnelles des élèves, qui s’avèrent en réalité très limitées. Related:  sharbal

Contexte et enjeux de l'évaluation de l'information sur Internet Contexte général : la société de l’information La numérisation généralisée du savoir et de l'information Les enjeux : les risques de "l'info-pollution" Quels enjeux pour les usagers ? Quels enjeux pour les professionnels de l'information ? La montée en force d'une problématique Contexte général : la "société de l’information" Pourquoi l'évaluation de l'information est -elle devenue aujourd'hui une question centrale ? Deux premiers ensembles de raisons doivent être évoqués : Tout d'abord, le constat (déjà ancien) du rôle-clé de l'information et des enjeux de sa maîtrise : enjeux majeurs, aux multiples dimensions (sociales, politiques, économiques, etc). "La maîtrise du savoir et de l'information sera vraisemblablement un facteur crucial dans les 15 prochaines années" (selon une réflexion, faite en 1985, par les experts du rapport France, An 2000) ⇒ Le déluge informationnel sur Internet rend cette activité d'autant plus difficile et cruciale. haut de page La virtualisation du texte Le savoir mobile

Responsabilités des auteurs, éditeurs et hébergeurs | Internet responsable Page mise à jour le 01 septembre 2011 Reconnaitre les différents acteurs et comprendre les conséquences juridiques de ses actes et des autres intervenants sur Internet. Cas concrets Un élève rédige un article sur le site internet de son établissement scolaire : il est l’auteur de l’article, mais les responsabilités sont partagées ; l’éditeur du site internet (le directeur de publication, c’est-à-dire le chef d’établissement), les parents de l’élève mineur sont aux yeux de la loi responsables à différents égards des propos irrévérencieux tenus et/ou des contenus contrefaisants mis en ligne par l’élève. Un internaute décide d’utiliser une vidéo offerte au téléchargement sur une plateforme. Présentation La loi pour la confiance dans l’économie numérique définit les régimes juridiques applicables sur Internet : Témoignages Alexandre, 17 ans : « Lors d’une journée au lycée, j’ai fait le pari que je pourrais filmer un cours de français avec mon téléphone.

Outils pour l'identification et l'évaluation de l'information Quelques outils utiles pour l'identification d'auteurs, de sites web, ou pour aider à l'évaluation d'un site : 1/ Pour affiner les résultats sur les moteurs de recherche : Search Cloudlet : - extension Firefox, disponible sur : (link is external) ou sur (link is external)- fonctionne sur les résultats de Google, Yahoo et les messages de Twitter ;- création de nuages de tagsà partir du lot de résultats ;- permet de créer un nuage de tags et d'affiner sur : les mots-clés : Tagsles sites : Sitesles noms de domaine : Net> Utilisation pour l'identification et l'évaluation de l'information : - filtrage sur le thème par le nuage de tags sur les mots-clés- repérage des sites les plus importants sur le sujet : par filtrage sur Sites- repérage des acteurs par filtrage sur les noms de domaine : Net 2/ Pour identifier un site, une page web : 3/ Pour mieux identifier une personne, un auteur :

Licence Art Libre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo de la Licence Art Libre Description[modifier | modifier le code] Elle autorise tout tiers (personne physique ou morale), ayant accepté ses conditions, à procéder à la copie, la diffusion et la transformation d'une œuvre, comme à son exploitation gratuite ou commerciale, à condition qu'il soit toujours possible d'accéder à sa source pour la copier, la diffuser ou la transformer. Elle a été rédigée en juillet 2000 grâce aux contributions de la liste de diffusion <copyleft_attitude Cette licence est consultable sur le site artlibre.org[2] ; elle est également disponible en anglais[3], en allemand[4], en espagnol[5], en italien[6] et en portugais[7]. Soumise au droit français, elle est valide dans tous les pays ayant signé la Convention de Berne ; cette convention établit une norme juridique internationale sur la propriété littéraire et artistique. Historique[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

La paresse cognitive contre la sagesse des foules Voici un livre bienvenu, écrit à contre-courant par un démocrate sincère qu’un certain quiétisme démocratique inquiète – entendons par ce mot la confiance pas assez discutée de tous ceux qui misent sur les vertus de la participation, de la "foule intelligente" ou des lumières critiques dont seraient automatiquement porteuses les nouvelles technologies, et au premier chef internet. Le grand mérite de Gérald Bronner est de discuter sur chaque point en apportant un matériau ou un terrain, multiplicité de cas ou d’enquêtes longuement développés pour mieux comprendre les biais, les paradoxes ou les vices d’une "information" qui se nourrit aussi de sophismes en faisant fond sur notre avarice cognitive, ce principe d’économie par lequel nous remplaçons assez souvent une connaissance méthodique par le mol oreiller de la croyance. En d’autres termes et plus généralement, pourquoi préférons-nous la croyance à la connaissance ?

La taxonomie de BLOOM La classification des objectifs en catégories est ce que l'on appelle la « Taxonomie des objectifs ». L'intérêt d’une taxonomie est qu'elle permet d'identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité. Cette information, parmi d’autres, permet d’adapter la méthode de formation. De ses travaux Benjamin Bloom , psychologue en éducation, a fait émerger une classification des niveaux de pensée importants dans le processus d'apprentissage. Vis à vis du domaine cognitif, Bloom identifie 6 types d'activités, du plus simple au plus complexe, comprenant chacune un ou plusieurs sous-domaines : Bloom fait l'hypothèse que les habiletés peuvent être mesurées sur un continuum allant de simple à complexe. La taxonomie des objectifs éducationnels de Bloom est composée des six niveaux suivants : la connaissance, la compréhension, l'application, l'analyse, la synthèse et l’évaluation. 1-Retenir des connaissances Il peut s’agir de : Il peut s’agir de

Informations : Culture numérique des jeunes Ce dossier documentaire a été créé depuis 2011 à l'occasion d'une formation intitulée "CDI et culture numérique des jeunes" dans le cadre du CEPEC en lien avec Olivier Fauvet, Bruno Devauchelle, formateurs TICE. Monique Saroul, professeur-documentaliste et formatrice.Il est constamment actualisé. Jacqueline Verdier, documentaliste-formatrice Textes de référence. Enquêtes et ressources numériques Etudes : La culture numérique dans le champ de l'éducation : quelques références bibliographiques. Etude Orange Exposure Nouveaux comportements des adolescents à l'égard du multimédia Nouveau Enquête TNS-SOFRES L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans juin 2011 Rapport CREDOC sur "La Diffusion des Technologies de l'Information et de la Communication dans la société française" décembre 2010 Etude du Ministère de la Culture présentée par Olivier Donnat sur "Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : éléments de synthèse 1997-2008" 2009 Ressources complémentaires :

Pratiques des adolescents sur Internet et les médias sociaux L'article de la Revue Française des Sciences de l'Information et de la Communication prend appui sur certains des résultats de l’étude JAMES (Jeunes/Activité/Médias/Enquête suisse) menée en 2012, en partenariat avec les Universités de Zürich, de Lugano et de Genève. Cette enquête visait à mesurer les usages des médias et réseaux sociaux par les adolescents et, à l’échelle suisse, à combler un manque en matière de recherche sur les pratiques médiatiques des adolescents. Les auteurs du présent article s'appuient notamment sur un questionnaire fermé et standardisé, soumis à un échantillon de 1169 élèves âgés de 12 à 19 ans, et fréquentant des écoles (écoles de commerce, collèges) ou établissements professionnels (places d’apprentissage). Usages des médias chez les adolescents L'étude relève que les « 15-19 ans » ne sont que 16 % en France à lire la presse (gratuite et payante) tous les jours en 2009. Pratiques informationnelles des adolescents Sources et références complémentaires

Adolescents et numérique : Quelles sociabilités ? Mémoire de Master 2 par Gwénaëlle André, animatrice multimédia à Ploemeur (56) Gwénaëlle André est une pionnière des espaces publics numériques. Animatrice multimédia à Ploemeur depuis plus de 12 ans dans cette commune bretonne, elle a favorisé des projets numériques qui s’inscrivent sur le territoire en introduisant une approche pédagogique qui pose un recul critique par rapport aux outils et aux pratiques avec les publics ainsi qu’une dimension créative (cf. ses activités dans un article de NetPublic.fr publié en juillet 2010). Depuis lors, Gwénaëlle a repris des études pour préparer un Master 2 Sciences de l’Éducation « Technologies de l’Education et de la Formation » à l’Université Rennes 2. Le mini-site de Gwénaëlle André (CV, références, contact…) : Interroger différents aspects du numérique vs. l’adolescence Après avoir présenté le terrain d’enquête (Ploemeur et la mise en place de l’observatoire jeunesse), Gwénaëlle André se pose des questions relatives à la sociabilité numérique des jeunes : Qui sont les adolescents ? Contact

Les ados et la planète Internet J’ai eu le bonheur d’intervenir une fois de plus auprès de parents d’élèves du secondaire cette semaine. Le sujet des apprentissages au contact des nouvelles technologies était au centre des préoccupations de l’organisme de participation des parents qui m’avait contacté en vue de cette présentation. Plus de quatre-vingts personnes étaient donc présentes à l’École secondaire De Rochebelle dans la région de Québec. Comment aider nos enfants pour qu’ils protègent certains renseignements personnels et qu’ils développent de meilleures capacités à distinguer la qualité des informations qu’ils trouvent sur Internet? Je n’ai pas eu le temps de souligner l’existence de certains outils qui peuvent s’avérer utile dans cette grande tâche d’éduquer aux médias en général et à l’utilisation d’Internet en particulier. Prudence en ligne! Voici les diapositives utilisées à l’occasion de mon intervention…

Vie privée, vie publique : tisser la toile de son identité numérique Le programme d’Education Civique en 5e me permet, depuis 2 ans maintenant, d’intervenir sur la notion d’identité numérique en lien avec ma collègue. Cette année la séance proposée a permis de faire la synthèse des notions abordées en classe (identité personnelle, identité légale, identité civique…). Pour cette séance j’avais envie de partir de ce qu’ils connaissent. Il me paraissait intéressant et essentiel, de revenir sur ce travail, en particulier sur les sources utilisées. Je leur ai donc demandé de catégoriser les sites qu’ils avaient utilisé pour leur travail : site ou blog officiel de la personnalitésite ou blog de fansite collaboratifsite de presseréseau social officiel de la personnalité (facebook, twitter, myspace…)réseau social (autres comptes facebook, twitter,myspace…) Je leur ai demandé de refaire le même exercice pour leur propre identité (nom prénom ou pseudo) en utilisant le moteur de recherche google ou le site webmii.

IDENTITÉ NUMÉRIQUE by K. Derraze on Prezi

Related: