background preloader

Les spécificités de la lecture à l’écran

Les spécificités de la lecture à l’écran
Related:  Indices de lisibilité

Scolarius La lisibilité Les facteurs qui influent sur le déchiffrement d'un imprimé, la facilité et la rapidité de sa lecture sont multiples. "Tout lire", ça ne veut rien dire. Il y a de multiples niveaux de lecture dépendant de la visibilité/lisibilité de l'objet imprimé. Nécessité des choix (toujours relatifs à l'intérêt du lecteur) : - parmi les publications (librairie, kiosque, bibliothèque) - à l'intérieur d'une publication / d'une rubrique, d'une page ou d'un article. La lisibilité globale favorise une lecture "périphérique". La lisibilité discontinue doit faciliter une lecture de consultation. - la typographie foisonnante du support permet une lecture de consultation. La lecture continue est une activité d'assimilation : on lit des chapitres entiers, au rythme d'unités (dont nous avons déjà parlé) pour avoir une compréhension graduelle de l'ensemble. La lisibilité linguistique va jouer aussi un grand rôle, nous allons le voir. On ne peut jamais séparer la forme du fond. "Qui se rassemble s'assemble".

Tests de lisibilité Les tests de lisibilité et les métriques de lisibilité sont une façon de mesurer la facilité de lecture, de compréhension et de rétention d’un texte, ainsi que sa vitesse de lecture. On n’écrit pas de la même façon pour un public adolescent que pour des spécialistes en marketing, pour une conférence scientifique que pour un formulaire de consentement dans un hôpital. Ces tests vont vous aider à vérifier que votre style d’écriture correspond au public que vous visez. Les résultats des tests de lisibilité et de niveau d’étude ne sont valides que pour la langue de votre texte. Anglais Espagnol / Portugais Français Équivalence de niveaux d’étude entre quelques pays Âge É. France Espagne Costa Rica Brésil Portugal 6th 6ème 7th 5ème 8th 4ème 9th 3ème 10th 2nde 1ª série 11th 1ère 2ª série 12th Terminale 3ª série Pour toute question au sujet des tests de lisibilité et de niveau d’étude, que ce soit pour les langues actuellement supportées ou pour d’autres langues, veuillez utiliser le formulaire de contact.

Exemple d'analyse de documents d'information Exemple d'analyse de documents d'information Claire Gélinas-Chébat, Clémence Préfontaine et François Daoust. Claire Gélinas-Chébat et Clémence Préfontaine sont professeures au département de linguistique de l'UQAM. François Daoust est chercheur au Centre ATO-CI de l'UQAM. Introduction Le gouvernement du Québec, comme toute entreprise de services, diffuse des tonnes de documents écrits dans le but d'informer le public. Nos services ont été requis (Gélinas-Chebat, et al. 1990) pour évaluer le niveau d'intelligibilité de fascicules d'information produits par l'un des nombreux ministère du Gouvernement du Québec. Nous décrirons le contexte dans lequel nous utilisons SATO pour aider à évaluer des documents, ainsi que les résultats que nous avons obtenus suite à la reformulation de l'un de leur fascicule. Problématique Les différents ministères des gouvernements doivent produire des documents d'information respectant des contraintes bureaucratiques et légales. I=Revenu imposable annuel estimatif

Créer un outil : Fiche 13 : Lisibilité d’un document écrit De nombreux documents ont été élaborés à ce propos. Outre la lisibilité propre aux caractères typographiques, les indicateurs de lisibilité viseront à faciliter l’accès à l’information en minimisant l’effort du récepteur du message en lui donnant un maximum de plaisir. Un texte lisible est intelligible, facile à retenir, se lit avec plaisir et sans peine. La lisibilité dépend à la fois du lecteur et du texte. Quelques pistes pour améliorer la lisibilité d’un texte écrit : raccourcir les phrases, utiliser la syntaxe de base : sujet-verbe-complément, placer le verbe près de son sujet, privilégier des phrases courtes, utiliser les formes affirmatives et actives, utiliser des mots et des verbes actifs, employer la redondance et la paraphrase, s’adresser directement au lecteur. Par rapport au contenu éviter le jargon, les termes connotés expliquer les termes compliqués concrétiser par des exemples Plusieurs tests ont été mis au point pour tester la lisibilité d’un texte écrit. Test de SMOG 1. 2. 3. 4. 5.

Comment est calculé l'indice de lisibilité ? L'indice de lisibilité proposé par notre correcteur et analyseur CORDIAL est accessible dans l'onglet "Stylistique" des Statistiques (option "Statistiques et sémantique" du menu Sémantique). Ce coefficient peut varier de 0 à 100, la valeur 0 correspondant à un texte très peu lisible et la valeur 100 correspondant à un texte très lisible. Le calcul de ce coefficient prend en compte les dix variables suivantes : proportion des mots rares dans le texte proportion des noms communs inconnus des dictionnaires dans le texte longueur moyenne de phrase proportion de mots appartenant au "Dictionnaire fondamental" de G. Ce coefficient associe donc à des variables de répartition statistique et lexicale des variables syntaxiques et sémantiques. Il est nettement plus sophistiqué que le coefficient de Flesh : Lisibilité = 168,095 + 0,532 (% mots concrets) - 0,811(nombre de syllabes pour 100 mots) revu en France par L. Il ne faut pas confondre l'indice de lisibilité et la richesse d'un texte.

Beginning Instructional Authoring: Readability Statistics Help You Sound Human by Patti Shank “Popular magazines tend to have higher Flesch Reading Ease scores, and research indicates that popularity is correlated with higher readability scores. What should your eLearning readability scores be? Well, that depends on your audience, of course. But in general, they should be least in the 50s, and preferably higher. Too much eLearning content reads like a high school history textbook or governmental documentation. In this article, I’m going to convince you that none of your eLearning needs to be like this. The readability statistics I'm talking about give your text a score that helps you understand the effort it takes your learner to understand your content. There are a number of readability statistics, such as McLaughlin's SMOG, Gunning Fog Index, and Flesch Reading Ease. But before we use the Flesch Reading Ease statistic, let’s look at two different examples of office ergonomics content to see if you can guess which has a higher (better) Flesch Reading Ease score. Figure 1.

The Readability Test Tool Lisibilité des sites web, font-size : 100% – 16px | All For Design Dans ce nouvel article je vais présenter les solutions mises en place par les webdesigners pour améliorer la lisibilité de leur contenu textuel. Je ferai une analyse des « bonnes » pratiques typographiques pour optimiser la lisibilité du contenu et présenterai une sélection de sites web affichant leur contenu textuel à la taille par défaut de 100% soit 16px. Trop gros ? Pas esthétique ? Hum… pas si sur que ça… Cet article est disponible en Français et en Anglais : EnglishFrançais Le travail des webdesigners est de concevoir et de réaliser des sites web répondant à la problématique de leurs clients. La lisibilité du contenu est donc un point crucial qui doit attirer toute notre attention. Pour une meilleure lisibilité sur le web Bien qu’il n’existe pas de solution toute faite pour optimiser la lisibilité d’un contenu textuel sur le web, il existe cependant quelques rêgles qu’il est bon de connaître : Choisir un corps de texte suffisamment élevé. Wilson Miner : Relative Readability Analog

Comprendre la lisibilité du texte : sur écran VS sur papier | Patrick Grégoire Lit-on de la même façon en surfant sur Internet que sur papier? Absolument pas. Et pourtant, bon nombre de textes sur le web sont de vulgaires « copier-coller » de textes imprimés. Quelques principes et règles pour ne pas perdre nos (chers) cyber lecteurs. Des études de comportement ont montré que les techniques de lecture d’un internaute (de recherche et de navigation aussi) ne sont pas les mêmes que sur le papier. Sur écran, la couleur est la somme des trois couleurs (rouge, vert, bleu) émises par le tube de l’écran. Les recherches effectuées par John Morkes et Jakob Nielsen pour : Writing for the Web ont démontré que 79 % des visiteurs de pages Web ne lisent pas, mais parcourent (scan) les textes. Quelques règles Le souligné est à proscrire, il est réservé aux liens hypertextes;Le chiffre 12 est magique sur le web. Les techniques « d’écriture » doivent être donc repensées. Sur PAPIER Choisissez de préférence, pour les titres, une police SANS empattement. Sur ÉCRAN

Related: