background preloader

A quoi ressembleraient nos supermarchés sans les abeilles

A quoi ressembleraient nos supermarchés sans les abeilles
Comme souvent, une seule photo peut être plus parlante que de longs rapports. Dans une communication efficace, la chaîne de supermarchés américaine Whole Foods, spécialisée dans le bio et l’équitable, a imaginé à quoi ressembleraient nos étals si les abeilles venaient à s’éteindre. L'un de ses magasins, situé à Providence (Rhode Island), a temporairement enlevé tous les produits venant de plantes pollinisées par des abeilles et autres insectes pollinisateurs. Résultat : 237 des 453 produits proposés à l'accoutumée, soit 52 % des récoltes, ont disparu. Parmi eux : les pommes, oignons, carottes, citrons, brocolis, avocats ou encore concombres. En réalité, un tiers de notre nourriture dépend des abeilles, rappelle l'enseigne de distribution. L'Union européenne a ainsi annoncé, le 29 avril, la suspension pour deux ans, à compter du 1er décembre, de l'utilisation de trois insecticides impliqués dans ce déclin. Audrey Garric

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2013/06/17/a-quoi-ressembleraient-nos-supermarches-sans-les-abeilles/

Related:  SVT : AbeillesUn monde sans AbeillesTP11 ABEILLES et biodiversité

Les causes de la mort des abeilles Quelques notions pour comprendre le Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles ou CCD Quelques chiffres:Depuis 4 ans, en Europe et aux États-Unis, les apiculteurs ont perdu jusqu'à 80 % de leurs cheptels.En 2007, le taux de ruches abandonnéesatteignait 80 % dans les régions les plus touchés.En Europe, de nombreux pays ontannoncé des pertes importantesdès l’an 2000. Dans les ruchers les plus touchés, jusqu’à 90 % des abeilles sont supposées mortes, car non rentrées à la ruche.En France, entre 1995 et 2005, lespertes de ruches ont été jusqu'à 400 000 par an sur 1 350 000 ruches ! 1500 apiculteurs ont dû cesser leur activité. Le Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles ou CCD (pour « Colony Collapse Disorder») décrit le fait que des abeilles domestiques, à n’importe quelle époque (hors hiver où la ruche est en quasi-sommeil) ne rentrent pas dans leur ruche et «disparaissent» massivement (aucun cadavre dans la ruche ou à proximité).

A quoi ressembleraient nos supermarchés sans abeilles ? Comment faire prendre conscience de l’importance des abeilles pour notre écosystème ? La société américaine de produits biologiques Whole Foods Market a trouvé : expliquer à quoi ressembleraient nos supermarchés sans elles. Finis les carottes, citrons et pastèques. Sans les abeilles, nombre de nos fruits et légumes disparaîtraient. Les experts européens aggravent le cas des pesticides tueurs d’abeilles Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart C’est une nouvelle pierre dans le jardin des néonicotinoïdes – ces insecticides soupçonnés d’être les principaux responsables du déclin des abeilles et des insectes pollinisateurs. Dans une expertise rendue publique mercredi 26 août, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) estime que les trois principales molécules (clothianidine, thiaméthoxame et imidaclopride) de cette famille représentent « des risques élevés » pour les abeilles, même utilisées en simple pulvérisation.

Un monde sans abeilles : pourquoi ? Abeille récoltant du pollen Jon Sullivan©Domaine public « Si une intelligence étrangère à notre globe venait demander à la terre l’objet le plus parfait de la logique de la vie, il faudrait lui présenter l’humble rayon de miel », écrivait Maurice Maeterlinck en 1901 dans l’un de ses plus célèbres ouvrages, La Vie des Abeilles . Cent dix ans plus tard, Natacha Calestrémé publie un livre intitulé Le Testament des abeilles , un thriller angoissant dont le prologue raconte la triste fin d’un pharmacien victime de 874 piqures d’abeilles… S’il s’agit d’un vrai roman policier, son auteur ne cache pas, dès les premières lignes, sa motivation : mettre la littérature au service de la cause des abeilles. « Elles ne savent pas s’exprimer, alors il fait bien que quelqu’un écrive à leur place », constate Natacha Calestrémé.

A quoi ressemblerait un supermarché sans les abeilles? Vous avez des pommes, des courgettes, des oignons et des carottes sur votre liste pour le prochain saut au supermarché? Perdu, repassez plus tard. Dans une campagne repérée par The Huffington Post, la chaîne de distribution américaine Whole Foods, en partenariat avec l’organisme de protection des animaux The Xerces Society, rappelle à notre bon souvenir que sans les abeilles sur terre, nous n’aurions plus grand-chose à nous mettre sous la dent. publicité La preuve au supermarché: Plus de fruits, de légumes, ni de café

Syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles Abeille avec du pollen sur les pattes© C. Magdelaine / notre-planete.info Depuis plusieurs années, un phénomène d'affaiblissement et de mortalité des colonies d'abeilles est constaté dans de nombreux pays. Dans ce contexte, pour la première fois, un programme de surveillance active de la mortalité des colonies d'abeilles, intitulé EPILOBEE, a été mis en œuvre en Europe au sein de 17 Etats membres : près de 32 000 colonies d'abeilles ont été inspectées pour mesurer les taux de mortalité et tenter d'identifier certaines causes.

Ecologie – Abeilles : A quoi ressembleraient nos supermarchés sans elles ? Ecologie – Abeilles : A quoi ressembleraient nos supermarchés sans elles ? "Comme souvent, une seule photo peut être plus parlante que de longs rapports. Dans une communication efficace, la chaîne de supermarchés américaine Whole Foods, spécialisée dans le bio et l’équitable, a imaginé à quoi ressembleraient nos étals si les abeilles venaient à s’éteindre. L’un de ses magasins, situé à Providence (Rhode Island), a temporairement enlevé tous les produits venant de plantes pollinisées par des abeilles et autres insectes pollinisateurs.

Dans les vergers du Sichuan, les hommes font le travail des abeilles La saison de la pollinisation bat son plein dans les vergers du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine. Perchés aux branches des pommiers, les agriculteurs du village de Nanxin se contorsionnent pour atteindre les fleurs les plus éloignées. Faire le travail réservé ailleurs sur la planète aux abeilles requiert une certaine agilité. A en croire Zhen Xiuqiong, 56 ans, tout est question d'habitude.

Related: