background preloader

VIOLENCES SEXUELLES

VIOLENCES SEXUELLES
page rédigée par le Dr Muriel Salmona lire également l'article le viol, crime absolu paru dans la Revue Santé mentale dans un dossier complet sur Le traumatisme du viol paru dans le numéro 176 de mars 2013 et bien sûr aussi le livre noir des violences sexuelles Définition des violences sexuelles Il s'agit de violences à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, commis par un ou plusieurs individus avec violence, contrainte, menace ou surprise, c'est à dire sans le consentement de la personne visée. La contrainte prévue par la loi peut-être physique ou morale. La contrainte morale peut résulter chez les mineurs de la différence d'âge existant entre une victime et l'auteur des faits et de l'autorité de droit ou de fait que celui-ci exerce sur cette victime. Les violences sexuelles n'ont rien à voir avec un désir sexuel ni avec des pulsions sexuelles, ce sont des armes très efficaces pour détruire et dégrader l'autre, le soumettre et le réduire à l'état d'objet et d'esclave.

http://memoiretraumatique.org/memoire-traumatique-et-violences/violences-sexuelles.html

Related:  ViolProstitutionSexualité hétéroPornographieviolences intrafamiliales

A 20 ans, j’ai commis un viol. Méritais-je d’être abattu ? Quand je lis ce que certains peuvent écrire sur une personne qui a commis un braquage, ce qui est tout de même (à mon sens) bien moins grave que mes propres actes, je n’ose même pas imaginer ce qu’ils penseraient si ma victime ou un de ses proches m’avait abattu de la même manière. Making of Nous avons reçu beaucoup de tribunes d’opinions suite au succès de la page Facebook « Soutien au bijoutier de Nice », des témoignages de personnes ayant « liké » ou refusé de liker cette page qui compte ce jeudi 1,6 millions mentions « J’aime ». Anthony D. (un pseudo), 30 ans, s’identifie lui au braqueur tué par le bijoutier et cette voix nous a semblé intéressante dans ce débat. Suite à un premier e-mail où il exprimait son effarement face aux propos tenus sur Facebook, il a accepté d’en dire un peu plus sur lui.

Prostitution : pour blanchir l’agresseur, la victime doit se dire consentante La revue allemande EMMA a publié dans son édition d’automne 2012 une interview de Kajsa Ekis Ekman : Ohne Opfer keine Täter (« Sans victime pas d’agresseur »). Dans cette interview, Kajsa Ekis Ekman évoque des thématiques importantes liées à la prostitution, notamment : le discours queer sur la prostitution ; les mythes sur le système abolitionniste suédois ; le pseudo « droit » des hommes d’acheter du sexe ; le fait que les prostituées n’ont pas le droit de se dire victimes, ce qui a pour effet de déresponsabiliser les agresseurs ; la contrepartie de la libéralisation de la prostitution dans le renforcement du modèle patriarcal de la femme au foyer. La collective TRADFEM en a fait une traduction française : « Sans victime pas d’agresseur » – Interview de Kajsa Ekis Ekman. Intégralité de cette traduction ci-dessous :

Quels conseils pourriez-vous donner aux victimes de viol conjugal ? Précisément de ne pas... se victimiser. La loi donne désormais aux femmes le pouvoir de dire non, qui comporte, en filigrane, celui de consentir et non plus de subir. La quête d'une sexualité épanouissante et gratifiante est désormais un droit fondamental de la personne humaine. C'est contre une sexualité subie, imposée et aversive qu'il faut se battre. Mais en faisant preuve de discernement. Pornographie Comment la loi X a introduit une scission entre cinéma castré et cinéma porno et ce qui en découle. L'éducation sexuelle n'est pas assurée par l'école et rarement dans les familles, résultat : elle se fait par la pornographie : un conditionnement des fantasmes. Mais surtout le problème, c'est qu'il y a une scission, une coupure entre d'une part des films ordinaires dans lesquels les scènes de sexe sont toujours châtrées et d'autre part des films classés X où on ne voit que des organes en action sans le reste (la vie, l'amour...). C'est cette séparation qui est en elle-même la plus néfaste pour notamment les jeunes, qui à défaut d'une éducation sexuelle digne de se nom, s'"éduquent" par la pornographie. Le puritanisme consiste à penser qu'il n'y a de sexualité que pornographique. Et c'est justement le point de vue de cette loi ; loi qui par son application construit la réalité qui permet de justifier cette conception morale répressive.

Le crime passionnel n’existe pas «Papy Marcel, jugé pour un crime passionnel commis à 90 ans» (1) ; «Gard : la thèse du crime passionnel privilégiée à Sernhac» (2) ; «Drame de la séparation à Metz : le mari tue sa femme» (3). Ces titres sont explicites, et pourtant ils sont faux. Le crime passionnel n’existe pas : il n’a jamais fait partie du code pénal. Ces pauvres garçons qui violent à l’insu de leur plein gré Un garçon bien sous tout rapport. Une fille en mini-jupe. Forcément en mini-jupe. Si ce n’est pas une mini-jupe, ce sera un pantalon moulant, un décolleté plongeant, une robe au minimum sexy. La fille (encore elle) chauffe le garçon – œillades, caresses, baisers. Petits secrets pour grandes satisfactions Chercheuse en neurosciences, Maïté Sauvet enquête depuis des années sur l'épanouissement sexuel. Psychologies : Pour écrire votre dernier livre, vous avez rencontré quantité de personnes qui se disent "sexuellement satisfaites". Que nous apprennent-elles? Maïté Sauvet : Beaucoup de choses, et notamment que l'industrie du sexe - qui promeut une sexualité mécanisée, superficielle - ne correspond pas aux besoins biologiques et au développement hormonal nécessaires à notre plaisir. Qu'est-ce que ça veut dire, "être satisfait"? C'est une notion subjective.

Viol : j’ai signé le manifeste des 313 car la honte doit changer de camp Certains m’ont dit que c’était du courage. Je ne suis pas sûre que ce soit le bon mot. Signer ce manifeste « Je déclare avoir été violée » n’est qu’une péripétie dans mon parcours. « Je déclare avoir été violée » : le manifeste des 313 J’ai contacté Rue89, non pas pour parler de mon viol, mais plutôt pour parler de ce qu’il y a après, ce qui me constitue aujourd’hui, et qui fait que je ne pouvais que signer.

Estime de soi et confiance en soi : quelle différence ? Dans un précédent article, je parle brièvement de l’estime de soi, comme une composante essentielle de la confiance en soi. Hors, ces deux termes sont souvent confondus, mais ils sont pourtant bien différents. La confiance, tout autant que l’estime, est visible sur le langage corporel. Plutôt qu’essayer de cacher ces signes, il faut travailler à la source. Voici donc un article « hors série » pour vous expliquer les mécaniques de l’estime de soi.

Related: