background preloader

Regards sur la cyberdépendance

Regards sur la cyberdépendance
Annick Ouattara Problèmes de définition Pour Hayez (2006), les signes de la cyberdépendance s’enracinent dans une recherche continuelle de plaisir, une passion incontrôlée pour certaines applications, la perte de la liberté et une vie totalement désincarnée [1]. Pour Valleur (2009), la question de l’addiction au virtuel peut être abordée sous deux axes : s’il estime « qu’il n’y a pas de vraie définition objective possible de l’addiction. » [2], par contre, au plan subjectif, il considère que l’addiction consiste en l’incapacité pour la personne d’arrêter même quand sa raison et sa volonté le lui commandent, d’où une souffrance qui légitime l’intervention [3]. Cette contribution, fondée sur une étude récente de la littérature, vise à présenter un état sommaire de la question. Les hommes, une population sensible Pour de nombreux chercheurs, l’addiction au virtuel est une situation rare qui touche beaucoup plus « les grands jeunes », particulièrement les garçons de 17 à 20 ans [5]. [1] Cf. Related:  Cyberdépendanceles comportements addictifs liés à l'usage du numériquemansuy_groupeb_psy

Cyberdépendance ? Réalité clinique ou invention psychopathologique ? Depuis plusieurs années, être connecté à internet est devenu la règle, que ce soit dans le milieu familial, professionnel ou encore en matière d’éducation. En effet, nous aurions du mal à nous passer de ce nouveau média, quasi indispensable au quotidien. Suite au développement des technologies de l’information et de la communication, des scientifiques se sont penchés sur la question des dépendances aux nouvelles technologies et plus spécifiquement à Internet. Ces dernières années, les politiques ont été interpellés à ce sujet que ce soit par le monde scolaire, professionnel ou encore par les acteurs psychosociaux de terrain. Cet article a pour but de présenter quelques chiffres qui illustrent l’augmentation de l’utilisation d’Internet. Depuis les années 2000 jusqu’à aujourd’hui, le nombre de foyers en Belgique disposant d’une connexion à internet n’a fait qu'augmenter. Et qu’en est-il des jeunes ?

La cyberdépendence, un mal silencieux. Définitions... Cyberdépendance | Menaces | Vigilance sur le Net Qu’est-ce que la cyberdépendance ? Selon Wikipédia, la cyberdépendance, ou la dépendance à Internet, est un trouble psychologique entraînant un besoin irrésistible et obsessionnel d'utiliser Internet. Les gens souffrant de cyberdépendance démontrent plusieurs symptômes : Sentiment de bien-être et d’euphorie lorsqu’ils naviguent sur le Web ;Incapacité de s’arrêter ;Besoin de passer de plus en plus de temps sur le Web ;Désintérêt pour faire des activités avec des amis ou en famille ;Sentiment de manque et irritabilité lorsque privé d’un ordinateur ;Prise de repas irréguliers ;Mauvaise performance à l’école ou au travail. Pour savoir si vous êtes dépendant à Internet, répondez aux quelques questions du test d'Orman (ou Internet Stress Scale), qui est reconnu pour mesurer la cyberdépendance. Quel est le danger de la cyberdépendance? Comment peut-on se libérer de la cyberdépendance? L’idéal est de parvenir à s’autodiscipliner et à adopter une attitude responsable en ligne.

Internet addiction - cyberd pendance - cyberaddiction - jeux video - sexe Cyberaddiction, nouvelle "toxicomanie sans drogues" Rsume : LInternet offre des multiples possibilits dans les domaines du travail, de l'ducation, ou dans la communication. Pourtant il y a des personnes qui dpassent les limites dune connexion "normale" et qui vont dans le sens dune conduite addictive, perdant tout contact avec la vie relle. L'adaptation de la grille des critres de l'addiction selon le DSM-IV prouvent le bien fond d'une telle affirmation. Mots-cls : Internet - addiction - cyberaddiction polyaddiction - addiction communicationnelle - ralit virtuelle Summary : The Net offers a lot of possibilities for working, education, game and communication. Key words : Internet - addiction - cyberaddiction polyaddictive behavior - communicationnal addiction - virtual reality " ..Une illusion cre par le cerveau pour se dlester des actions animales et permettre au cortex de se concentrer sur ce pour quoi il a t fait. Dans larticle de Ph. 1. Liste bibliographique : Bailly D., Venisse J.

APTA - Association de Psychothérapeutes pour le Traitement des Addictions Les traitements Le premier pas pour stopper l'évolution négative, consiste avant tout à accepter de parler ouvertement du problème et de ses conséquences. Demander de l'aide est trop souvent une étape difficile à entreprendre, elle est cependant décisive. Différentes approches thérapeutiques peuvent être prises en considération pour le traitement des addictions. Dans tous les cas, une évaluation est nécessaire pour adapter la prise en charge aux difficultés et aux ressources de la personne ainsi qu'au type de dépendance. Le modèle motivationnel de Di Clemente et Prochaska distingue différents stades de conscience du problème. A certains stades, des entretiens individuels fréquents avec un thérapeute spécialisé seront nécessaires. Le groupe n'est pas obligatoire. motivation et soutien à l'abstinence codépendance douze étapes estime de soi affirmation de soi thérapie cognitivo-comportementale pour la boulimie et l'hyperphagie boulimique psycho-éducatif.

Bienvenue sur cette page dédiée à l'addiction au numérique.... Démons et merveilles de l'Internet Démons et merveilles de l·Internet. Yann Leroux. Mais la cyberaddiction est-elle undémon si redoutable que cela ? Lacyberaddiction est en fait un mirage, uneinvention, une plaisanterie. Elle est à lapsychologie ce que le Monstre du Loch-Ness est à la zoologie. Elle a été inventépar un psychiatre américain, YvanGoldberg, en 1995. Diagnostic Standard Manual La plaisanterie a été reprise parKimberly Young la même année mais surun mode autrement plus sérieux etalarmiste. et« l·addiction aux jeux vidéo » devient uneformule incantatoire et expiatoire quiexplique des problématiques aussi Goldberg, I. Voir par exemple Wertham, F. (1954). diverses que l·échec scolaire, ladépression ou les conflits conjugaux. .Du point de vue scientifique, laquestion est donc close : il n·y a pas decyberaddiction. Ce qui est en jeu, ce n·est pas l·addiction à un objet, mais le type de relation qu·une personne noue avec cet objet . . Sookeun Byun, Celestino Ruffini, Juline E.

Je suis accro à Internet, Accros Internet. Les dangers d'Internet [ risque Internet ] Internet est présent partout aujourd’hui, mais son utilisation massive présente des risques pour la santé. Il existe plusieurs profils d’Internautes qui s’estiment très accros à Internet et ceci en fonction de leur activité principale sur le web : jeux (poker, jeux concours, etc.), jeu en réseau (Wow, Counter-Strike, etc.), chat, forum, messagerie instantanée, blog du type Skyblog, réseau social du type MySpace, Facebook, échange de vidéo du type YouTube et Dailymotion etc. Le fait de passer tout son temps libre derrière un écran à développer des relations virtuelles risque fort de porter préjudice aux rapports entretenus avec les autres dans la vraie vie car l’on consacre moins de temps à ces dernières. Des études montrent que les internautes accros passent beaucoup plus de temps seul que les non-internautes, à contexte social ou démographique équivalent. Globalement les accros du web passent moins de temps à travailler, réfléchir ou effectuer des travaux domestiques. Des maux de tête.

Dépendances et addictions | PROJET SANTÉ Triste palmarès pour les conduites addictives qui constituent la 1ère cause de décès évitables… elles interviennent également dans environ 30% de morts prématurées. Les chiffres sont renversants et pourtant bien réels ! Nous serions 90% de la population mondiale à être concernés par les addictions, lesquelles sont directement responsables de 100.000 décès chaque année, dont 40.000 par cancers. pour 35% des jeunes de moins de 17 ans il s’agit d’alcool ou de cannabis, pour 1 milliard de terriens c’est le tabac, pour 2 millions de français les boissons alcoolisées. Plus de 200.000 personnes ont des troubles du comportement alimentaire ; pour une personne sur deux c’est aux jeux d’argent qu’ils sont dépendants, pour des millions, envisager un déplacement sans leur ordinateur ou leur téléphone portable relève de l’impossible ! Regardez ce film d’animation, tout y est… L’addiction est un processus, un cheminement progressif vers la dépendance.

Comment vaincre la cyberdépendance ? (Satisfaction ou compulsion) D. Comment "décrocher" Même lorsqu'on en fait un usage tout à fait compulsif, Internet n'est donc qu'un moyen. 1. La première chose à faire est d'identifier l'insatisfaction, le manque ou la faiblesse à laquelle Internet cherche à répondre. Mais parfois, la réponse est déjà claire en nous et nous n'avons qu'à la prendre en considération. Dans la plupart des cas, la réponse n'est pas déjà claire. (1) Le désir de savoir Il faut d'abord faire un effort réel de lucidité. Cette sensibilité est moins facile qu'on pourrait le croire à première vue. (3) L'exploration active La troisième condition est la plus facile à obtenir car elle s'appuie surtout sur une décision consciente et un effort de volonté. Les premières réponses sont souvent peu utiles: on découvre surtout l'angoisse qui monte en nous à cause de l'arrêt qu'on impose à notre action. 2. Car c'est bien parce qu'Internet répond un peu (mais pas entièrement) au besoin que l'usage devient compulsif. 3.

Dépendance à Internet La dépendance à Internet (aussi nommée cyberdépendance, cyberaddiction, usage problématique d'Internet ou UPI, trouble de dépendance à Internet et TDI) est un trouble psychologique entraînant un besoin irrésistible et obsessionnel d'utiliser Internet. L'expression addiction à Internet fut employée pour la première fois par la psychologue américaine Kimberly Young, lors d'un colloque de l'American Psychological Association (APA) à Toronto en 1996. C'est Otto Fenichel (1949), qui a soulevé le premier la question des toxicomanies sans drogues. Cependant c'est un canular produit par le docteur Ivan K. Goldberg : la dépendance à Internet est un symptôme et non un trouble à proprement parler. Le docteur Goldberg s'est inspiré de la dépendance aux jeux d'argent pour sa description de l'hypothétique dépendance à Internet. Causes et symptômes allégués Selon le psychiatre américain, Ivan K. On parle de dépendance à Internet quand les symptômes apparaissent : Symptômes psychologiques allégués [3] 1.

Isabelle Varescon : Qu'est-ce que l'addiction comportementale ? Peut-on vraiment être "accro" au jeu, au travail, au sport ?... La notion d'addictions sans substance fait l'objet de plus en plus de travaux. Mais comment une addiction peut-elle être purement comportementale ? Pouvez-vous définir ce qu’est une addiction comportementale ? Regroupées sous l’appellation addictions, se trouvent des conduites diverses et complexes touchant l’individu dans sa globalité somato-psychique, mais également dans son rapport à autrui. A l’heure actuelle, aucun consensus n’existe pour établir une liste précise des différentes formes d’addiction comportementale. Les frontières entre la passion et l’addiction peuvent être minces. Nous devons veiller à ne pas « pathologiser » d’emblée tous les comportements humains qui ont trait au plaisir et/ou à la passion. Comment cette notion d’addiction comportementale est-elle reçue chez les psychologues et les psychiatres ? La notion d’addiction comportementale n’est pas nouvelle.

Internet a-t-il créé de nouvelles maladies mentales? Garnett Spears a passé une grande partie de sa courte vie dans les hôpitaux. Lacey, sa mère, l’a trimballé de ville en ville et de docteur en docteur à mesure que la mystérieuse maladie dont il était atteint s’aggravait. L’année dernière, il est mort à l’âge de 5 ans. «Münchhausen par procuration par Internet» En 1951, un médecin britannique du nom de Richard Alan John Asher a inventé le terme de «syndrome de Münchhausen» pour évoquer les patients qui feignent une maladie ou qui se rendent eux-mêmes malades sans raison apparente (à distinguer de la «sinistrose», où une personne feint une maladie ou l’induit chez autrui dans un but tangible, comme celui de convaincre un médecin de leur prescrire un certain médicament ou de s’attirer un verdict favorable dans un procès). Certains estiment que Lacey Spears manifestait une forme encore plus nouvelle du syndrome de Münchhausen que ce qui avait été identifié jusqu’ici: «Münchhausen par procuration par Internet». Ce que le web facilite

Adjectif Analyses est un groupe de recherches sur les TICE, là il s'agit en l'occurence d'un article sur la cyberdépendance. Une partie décrit les différents profils de cyberdépendants. Les chercheurs préconisent tout de même de faire attention à la notion de consommation excessive, elle ne veut pas forcément signifier que c'est de la cyberdépendance. by rives_groupe2_psy Mar 22

Related: