background preloader

Consommer en temps de crise

Consommer en temps de crise
Low cost, achats d’occasion ou groupés, location, troc… Les consommateurs développent de nouvelles stratégies auxquelles les industriels cherchent à s’adapter. Ce faisant, une modification durable des modes de consommation s’opère. Baisse du pouvoir d’achat, crainte du chômage, incertitudes quant à l’avenir… Les Français n’ont d’autre choix que de s’adapter. En temps de crise, dépenser moins se révèle un impératif pour beaucoup ; l’augmentation des dépenses dites « contraintes » ou « préengagées » limite les marges de manœuvre. Victimes de ces choix, les ventes de voitures neuves ont chuté de 14 % en 2012. Article de 3276 mots. Related:  Marketing et consommateurscomportement du consommateurConsommation

Les cinq innovations commerciales plébiscitées par le consommateur 1. L'achat direct auprès du producteur La tendance est bien là: l'innovation commerciale préférée de près d'un consommateur sur deux (46%) est en fait un concept de vente: l'achat direct auprès du producteur, sans intermédiaire. Ce peut être directement à la boutique de l'usine ou de la ferme, l'abonnement à un panier d'une AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne) ou le passage par les sites internet des producteurs : Le Petit producteur, Mon Marché.fr, La Ruche.com, etc. 2. Un tiers des consommateurs (31%) apprécient fréquenter les magasins qui leur proposent de reprendre bouteilles, vêtements usagés, PC ou gadget high-tech périmé. 3. Hypermarché ou boutique de centre ville, aucun commerce ne peut aujourd'hui faire l'impasse sur une offre équitable, avec des produits un peu plus solidaires. 4. "Tout hypermarché ou supermarché se doit en 2013 de proposer une offre vrac", insiste Eric Carabajal. 5. Le consommateur n'aime pas passer à la caisse !

Quand nos possessions nous possèdent... - MarketeuZ.com - A quoi servent les produits qu’on achète ? Ils servent à quelque chose c’est certain… Mais quand on ne perçoit pas vraiment l’utilité d’un objet pourquoi prendre la peine de l’acquérir ? Pourquoi se trouve-t-on tellement attaché à une possession qu’on a l’impression d’être « possédé » par cet objet ? Cette obsession qui nous met dans une pression si forte qu’on devient très dépendant d’un simple objet… Si on prend du recul par rapport à tout ce qu’on possède et qu’on réfléchit à l’utilité concrète de nos biens on va remarquer qu’un bon nombre d’objets ne sont pas tout à fait utiles néanmoins on ne peut pas s’en passer. Revenons à la consommation… En Tunisie, les ménages adorent consommer ! Serait-il judicieux de se projeter dans le futur et réfléchir aux conséquences de cette tendance… Les consommateurs seraient-ils encore « obsédés » par ce mode de vie ?

Le néo-consommateur : une espèce en voie d’apparition ou le consommateur 2.0 Le consommateur d’aujourd’hui aspire à consommer différemment. Il a d’autres envies, d’autres ambitions pour lui-même et est en train d’adopter de nouvelles habitudes de consommation. En effet, si la crise économique de 2008 est à l’origine de l’émergence du néo-consommateur, celui-ci est cependant le fruit de mutations plus profondes qui ont donné naissance à de nouvelles tendances de consommation. 1. L’attention des consommateurs a toujours été focalisée sur leur pouvoir d’achat. Cette crise de 2008 a tout d’abord entrainé une perte de repère de la part des consommateurs, qui se sont alors réfugiés dans les valeurs sûres : la recherche de prix bas, ou tournés vers de nouveaux médias pour consommer. 1.1 Une perte des repères de la part des consommateurs D’après une étude du CREDOC [1], en 2008, le niveau du moral des Français est à un niveau extrêmement bas, à cause du contexte économique certes, mais également à cause de la perception erronée de la baisse de leur pouvoir d’achat. 2.

La consommation à l'heure du tournant écologique Les modes de consommation des Français se sont transformés au cours des trente dernières années. Cependant, de nouvelles exigences environnementales sont à prendre en compte. L’évolution du pouvoir d’achat est devenue en quelque temps l’un des sujets de préoccupation majeurs des Français. La crise financière internationale n’a certes rien fait pour les rassurer : elle devrait engendrer en 2010 une décroissance de la consommation, événement exceptionnel qui ne s’est produit qu’une seule fois au cours du dernier demi-siècle, en 1993. Combiné à la lutte contre le réchauffement climatique, le choc pourrait se révéler d’une importance comparable à celui qui, dans la seconde moitié des années 1970, a marqué la fin des trente glorieuses. Cela fait cependant un certain temps que la consommation tourne au ralenti. Sociologue, directeur de recherches au CNRS, membre de l’Observatoire sociologique du changement (OSC).

Si c’est gratuit, c’est vous le produit : la vidéo qui décrypte comment vos données enrichissent certaines entreprises Prenez garde, on utilise contre votre gré vos informations personnelles sur Internet sans que vous le sachiez ! Découvrez comment les entreprises de l’Internet monétisent vos données personnelles à travers cette vidéo ludique et complète. Les réseaux sociaux, les moteurs de recherche et les journaux en ligne sont autant de services gratuits que vous consommez tous les jours sur Internet. Ainsi, si Facebook, Twitter, Mixcloud ou encore Google sont libres d’accès, leurs sources de revenus résident dans la publicité. L’agence de communication Adesias est à l’origine de cette vidéo qui explique et dénonce simplement les divers mécanismes qui utilisent vos données pour vous proposer de la publicité qui correspond le plus à vos goûts personnels, à vos affinités. C’est une vidéo complète et très bien faite qui nous alerte sur les dangers que nous courons sur Internet !

On buzze - L'économie de la réputation Publié le 28 novembre 2012 Une révolution s'annonce : celle de l'agrégation de nos différentes réputations sur la Toile en une « note » globale et universelle, indicative de notre fiabilité sociale et économique ! Zoom sur l'économie de la réputation, avec Carmen Kervella, PDG d'aHeadLand. Imaginez que demain, à chaque petit mot posté sur la Toile, pour n'importe quel babillage, échange, rencontre, transaction, partage, ou comportement online, vous devrez prendre en considération l'impact que cela aura sur votre réputation. Considérez ensuite que votre réputation ne sera plus une sorte d'effluve immatérielle que certains pourront sonder auprès de vos amis et partenaires professionnels, mais un véritable certificat de fiabilité universel établi par des algorithmes complexes fondés sur le croisement des mille et une informations vous concernant sur la Toile… des données elles-mêmes croisées avec la réputation des personnes que vous aurez côtoyées ! (photo montage ci-dessus) Carmen Kervella

La société de consommation. « Questions Economiques mythe, illusion, réalité. En 2009, durant la récession, la dépense de consommation des ménages résiste. Elle continue de progresser, à un rythme toutefois modeste (+0,6%). Le pouvoir d’achat des ménages, quant à lui, accélère (+1,6%) sous l’effet d’une très forte décélération des prix (–0,6%). La consommation peut se définir comme « l’action de consommer »1. En effet, la consommation constitue depuis longtemps la colonne vertébrale de nos sociétés. Après 1945, apparaît de nouveaux rapports aux choses et au temps, à soi et aux autres. La société de consommation basée sur les supermarchés et la publicité, sur l’automobile et la télévision s’est transformée depuis 20 ans en une société d’hyperconsommation. La consommation est un phénomène mondial, c’est le nouvel analyseur des stratifications sociales. Quelles sont les répercutions, dans la société, de tous ces changements sur l’organisation, le fonctionnement et le rôle des institutions sociales? B) La société de consommation de masse.

Le consomm'acteur d'hier à aujourd'hui Des premières ligues du XIXe siècle aux acteurs du commerce équitable d’aujourd’hui, les consommateurs ont toujours été appelés à se mobiliser, avec pour ligne d’horizon la figure du consommateur citoyen. « Devenez consomm’acteurs ! », « La consomm’action a le vent en poupe ! L’essor contemporain du consommateur-citoyen est-il à ce point nouveau ? Sociologue de la consommation, chercheuse au Centre de sociologie des organisations de l’IEP-Paris, elle a publié La Consommation engagée, Presse de Sciences Po, 2009.

Se retrouver dans la jungle des éditeurs de CRM Faire le choix d'une solution CRM est guère facile, d'autant que ces dernières années ont vu fleurir nombre de petits éditeurs qui rivalisent d'ingéniosité, de simplicité pour proposer sur le marché des solutions opérationnelles à faible coût. Le site internet Bsoco, peut toutefois vous aider à y voir un peu plus clair et être une source supplémentaire d'informations... Créé en 2010, en république tchèque, par des consultants spécialisés dans les benchmarks communautaires de logiciels professionnels, le site apporte des conseils aux entreprises pour le choix de solutions informatiques. Bsoco vient par ailleurs d'éditer son dixième baromètre (le second pour l'année 2013). Pour établir ses statistiques de tendance d'achat, Bsoco dissèque les comportements de navigation de ses milliers d'utilisateurs dans le monde et identifie les recherches les plus fréquentes. Le baromètre indique ainsi que le secteur des applicatifs dédiés au commerce (CRM, e-mailing, etc.) est le plus performant.

Comprendre les enjeux du Big Data Depuis plusieurs mois on voit se multiplier les articles et les conférences sur le BigData. Et oui, c'est le nouveau terme à la mode. Pourquoi ? Tout simplement par ce que c'est une tendance de fond qui risque de bouleverser de nombreux domaines notamment celui du marketing et de la communication. Commençons par comprendre ce qu'est le Big Data. Rubrique créée en partenariat avec Novius.

Vers une consommation sur mesure Le dernier observatoire des tendances émergeantes d'Ipsos, Trend Observer 2010-2011 (*), dresse un constat intéressant sur l'évolution des modes de consommation des Français depuis la crise économique. Mieux consommer, c'est moins consommer, uniquement en fonction de ses besoins. Les Français semblent être entré dans l'ère de la consommation ajustée. En effet, 71% d'entre eux se sentent coupables à l'idée de gaspiller des produits achetés. Trouver le bon équilibre semble être la clé du problème. À savoir ajuster le prix, les produits et l'espace aux besoins. Ensuite, ajuster les produits à cette tendance de la personnalisation. Enfin, ajuster l'espace grâce à la géolocalisation et aux téléphones intelligents. Dans cette course à l'optimisation, Rémy Oudghiri, directeur du département corporate & tendances Ipsos public Affairs, met en garde contre «le risque de disparition du flou et de l'imprévu».

Vices et vertus de la société de consommation Depuis son origine, la consommation a été l’objet de critiques récurrentes, tantôt associée à un gaspillage coupable, tantôt considérée comme aliénante. Célébrée pendant les trente glorieuses, elle se pare aujourd’hui d’une vertu écologique. La consommation a rarement eu bonne presse. Si, comme nous y invite l’historienne Kathleen Donahue (Freedom from Want, The John Hopkins Univers [ lire la suite... ] Article de 3316 mots. Tendances - Quand la mode veut parler aux « quinq'ado » Publié le 20 novembre 2013 L'hédonisme est la nouvelle valeur des cinquante ans et plus, et la tendance n’en est qu’à ses prémices. Pour les séduire, Balsamik se lance, en ligne, pour devenir leur marque de mode iconique. Le chiffre est imparable : en 2015, une femme sur deux aura plus de 50 ans. Et en 2025, le pourcentage passera à 54%... « Des femmes qui ne se retrouvent ni dans les codes du jeunisme à outrance, ni dans ceux du troisième âge, et se sentent différentes de la génération de leurs mères, d'un point de vue professionnel, physique, financier ou encore sexuel », souligne Murièle Roos, qui a créé il y a deux ans le bimestriel indépendant « Femme Majuscule ». Des femmes « bien dans leur âge, dans leur peau, dans leur vie », des femmes « vraies » qui s'assument pleinement. « Elles sont dans la plénitude de leur accomplissement et ont justement envie d'être reconnues comme des actrices à part entière de la vie sociale et professionnelle », insiste-t-elle. Elles sont rebelles

Related: