background preloader

Google+ : bienvenue dans la Matrice

Google+ : bienvenue dans la Matrice
La lecture de la semaine est un post du blog techno publié sur le site du Guardian, par Charles Arthur (@charlesarthur), journaliste. Son titre : "Google+ n'est pas un réseau social, c'est Matrix". "Presque tout le monde (moi inclus, dit Charles Arthur) a mal compris ce qu'était Google+. A cause de ressemblances superficielles avec des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter - on peut devenir "ami" avec des gens comme Facebook, on peut "suivre" des gens qui ne vous suivent pas, comme dans Twitter -, on a pensé que Google+ était un réseau social, et on l'a jugé sur ses bases, en concluant qu'il ne fonctionnait pas vraiment : un faible engagement et peu d'impact sur le monde extérieur. Réfléchissez à ceci : si vous créez un compte Gmail, vous aurez automatiquement un compte Google+. C'est là que la Matrice entre en jeu. Pour mieux comprendre, Charles Arthur invite à passer par les métaphores. Alors, pilule bleue ou pilule rouge ?". Xavier de la Porte Related:  Ressources et Outils numériquesSavoir / culture numérique

acta1901.org La société ouverte par Elliot Lepers Avant propos🔗 Le 3 octobre 2009, j’ai eu mon premier cours à l’EnsAD. «Métamorphose» nous demandait de nous emparer d’un objet et d’en imaginer sa transformation, à la manière d’Ovide. J’avais alors décidé de métamorphoser l’EnsAD. Depuis, ce rapport a toujours été très conflictuel. C’est dans les écoles que naissent les citoyens. Particulièrement dans une école d’art, où l’on apprend à créer. Mais les Arts Déco sont avant tout une école de forme. Et puis il y eut une brisure. J’ai donc voulu profiter de temps du mémoire pour une mise à plat. Cet écrit se veut le bilan de plusieurs années de recherche, d’expérimentations, de tentatives où j’ai questionné le rôle de l’école dans l’avis de chacun, et de la vie de tous dans la construction d’une société utile à elle-même. Introduction🔗 Nos sociétés sont en crises. Mais ce qui me touche particulièrement, c’est notre incapacité à réagir. Au milieu du XXè siècle, les Écoles d’art étaient les foyers de l’insurrection. À l’Origine🔗

Trois raisons pour Facebook d’aimer les #hashtags La rumeur courait depuis quelques mois, l'annonce officielle est tombée mercredi 12 juin : Facebook va commencer à déployer sur son site américain les "hashtags" (en français officiel : "mot-dièse") dans le statut de ses utilisateurs. Pour beaucoup d'inscrits sur ce réseau social, la nouvelle a d'abord eu de quoi intriguer. "C'est quoi les hashtags ?", nous ont demandé nos lecteurs sur la page Facebook du Monde.fr, question à laquelle d'autres membres ont parfaitement répondu : D'autres de nos lecteurs sur Facebook, fins connaisseurs du "dièse" (le fameux "#"), ne semblent toutefois pas vraiment convaincus de son utilité (voir : #leshashtagscestridicule, #leshashtagscestbidon). 1. Facebook l'avoue sans complexe dans son communiqué de presse : son système sera "similaire" à celui qu'on trouve sur "Instagram, Twitter, Tumblr, ou Pinterest" (sans compter Vine et Google+, également remplis de "#"). En six ans, les mots-clés sont devenus emblématiques des réseaux sociaux. 2. 3.

wget Wget est un programme en ligne de commande non interactif de téléchargement de fichiers depuis le Web. Il supporte les protocoles HTTP, HTTPS et FTP ainsi que le téléchargement au travers des proxies HTTP. Wget peut travailler en arrière-plan et ainsi vous permettre de lancer un téléchargement et de vous déconnecter du système ! Ce logiciel libre permet le simple téléchargement d'un fichier mais aussi la recopie en local de tout ou partie d'un site qui sera par la suite consultable hors-ligne. Pré-requis Disposer d'une connexion à Internet configurée et activée Installation Wget est installé par défaut dans les dernières versions d'Ubuntu. Il est possible de définir certaines des options ci-dessous dans le fichier personnel « .wgetrc ». On peut noter qu'il existe une interface graphique Gwget. 1) Utilisation wget [options] [url] Par défaut, le fichier sera enregistré dans le dossier courant, ordinairement votre dossier personnel /home/vous. Descriptions des options principales wget -i fichier #! .

Michel Serres : «La question est de savoir qui sera le dépositaire de nos données» INTERVIEW - Le philosophe français, membre de l'Académie française, a dressé en 2012 le portrait de Petite poucette, symbole d'une génération transformée par le numérique. Trois ans plus tard, Le Figaro a lui demandé de ses nouvelles. En 2012, Michel Serres a publié Petite poucette. Le philosophe français, membre de l'Académie française, y livrait une vision optimiste des transformations provoquées par le numérique. Son héroïne passe ses journées les pouces collés sur l'écran de son smartphone. Elle accède à une montagne de savoir sur Wikipedia. Ce type de transformation, qui bouscule les civilisations, est rare. Trois ans après la parution de son livre, Le Figaro a souhaité prendre des nouvelles de Petite poucette et de ses amis. LE FIGARO. - Depuis que vous avez fait le portrait de la Petite poucette, le numérique n'a pas cessé d'évoluer. MICHEL SERRES. - Depuis la question posée par le sphinx à Œdipe, on sait que les vieillards peuvent marcher avec une canne. C'est-à-dire?

Phil Libin of Evernote: The Surprise 3 A.M. Email That Saved His $200M Company | The New OPEN Forum How a mysterious man who loved Evernote ended up saving the company on the night before owner Phil Libin was going to shut it down. February 01, 2013 It was in the middle of a chilly night in October 2008 when Phil Libin started feeling, as he describes it, “like an adult.” As he walked into his bedroom that night, he resigned himself to the fact that the following morning he would shut down his company and lay off all 20 employees. Less than 40 minutes later, Libin was on a Skype call with the mysterious man, and just two weeks later, was on the receiving end of a $500,000 wire transfer. Today, Evernote is one of world’s fastest growing Internet companies. Katie Morell: Are you telling me that you really didn’t know the random guy that emailed you from Sweden? Phil Libin: Nope. evernote.com KM: So what happened after that? PL: The money he invested helped us gain traction. KM: Evernote is only in its fifth year as a company. PL: It’s very tough. KM: Why do you think that is? PL: Yep.

Pour une recherche reproductible, publiez vos codes et données En avril, un pavé a été jeté dans la mare de la recherche en économie : l'un des articles économiques les plus cités ces dernières années par les partisans de l'austérité, selon lequel le taux de croissance d'un pays devient négatif quand sa dette dépasse 90 % du produit intérieur brut (PIB), serait entaché d'erreurs de calcul et de manipulations de données. Ce sont trois économistes de l'université du Massachusetts qui ont découvert la fraude après avoir obtenu l'accès à la feuille de calcul Excel que les chercheurs de Harvard Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff avaient utilisée pour bâtir leur démonstration. En cause : des erreurs de formules Excel, une exclusion arbitraire de certaines données et une pondération non conventionnelle - sans lesquelles le résultat ne serait plus du tout probant et ne plaiderait pas en faveur d'un maintien de la dette en deçà de 90 % du PIB.

10 000 Gigas en pleine rue Depuis 2010, un artiste allemand a créé une communauté pour défendre un projet d’échange de fichiers affranchi du grand méchant Web. Pour l’utiliser, il faut offrir une sortie à son ordi… Souvenez-vous, c’était au siècle dernier : les humains s’envoyaient des courriers et des cartes postales, et il fallait parfois attendre une semaine pour avoir des nouvelles d’un proche. On utilisait même les boîtes à lettres, censées recevoir le courrier postal, comme des dépôts, à partir de la seconde guerre mondiale. Pour utiliser les « dead drops » de l’artiste berlinois Aram Bartholl, venez avec votre ordinateur, muni de quelques fichiers sympa à donner. Et maintenant ? Le site d’Aram Bartholl répertorie tous les « dead drops » installés sur la surface du globe, et il y en a forcément un près de chez vous.

Scaling Pinterest - From 0 to 10s of Billions of Page Views a Month in Two Years Pinterest has been riding an exponential growth curve, doubling every month and half. They’ve gone from 0 to 10s of billions of page views a month in two years, from 2 founders and one engineer to over 40 engineers, from one little MySQL server to 180 Web Engines, 240 API Engines, 88 MySQL DBs (cc2.8xlarge) + 1 slave each, 110 Redis Instances, and 200 Memcache Instances. Stunning growth. So what’s Pinterest's story? To tell their story we have our bards, Pinterest’s Yashwanth Nelapati and Marty Weiner, who tell the dramatic story of Pinterest’s architecture evolution in a talk titled Scaling Pinterest. This is the talk they would have liked to hear a year and half ago when they were scaling fast and there were a lot of options to choose from. This is a great talk. Two of my favorite lessons from the talk: Architecture is doing the right thing when growth can be handled by adding more of the same stuff. These two lessons are interrelated. Now, let’s see how Pinterest scales: Basics Solr

Où en est l’Open Data La seconde édition de la semaine européenne de l'open data se tenait cette année à Marseille du 25 au 28 juin 2013 (voir notre compte-rendu de la première édition qui se tenait à Nantes en mai 2012). Et l'impression d'ensemble est très différente de l'année dernière. La technique a-t-elle pris le pas ? Si la semaine était plus européenne (certainement du fait du partenariat avec le projet Homer, un projet européen qui travaille à l'harmonisation des politiques de réutilisation des données publiques), elle était aussi plus technique : la plupart des intervenants, porteurs de projets Open Data pour des collectivités publiques, étaient venus évoquer comment ils mettent en place leurs portails de données publiques. En parlant d'harmonisation, qui était le thème de la journée de conférence, l'Open Data est apparu sous un angle particulièrement austère : celui de spécialistes parlant à d'autres spécialistes. Les enjeux de l'harmonisation ? "L'Europe est plus ambitieuse encore.

15 mots que vous devrez connaître en 2015 Pour débuter l’année avec brio, rien ne vaut un petit lexique de mots qui alimenteront vos conversations. En réunion, dans les cocktails ou lors de conférences, mieux vaut ne pas faire l’étonné(e). Prenez une longueur d’avance. Avant que votre boss ou votre fournisseur ne vous en parle, ou mieux, avant que votre concurrent ne s’en saisisse, voici 15 mots-concepts qui feront l’actualité et parfois votre future réalité. S’ils ne sont pas tous nouveaux, ils deviendront très courant. 1- Actionnable Intelligence Qu’est-ce qu’il y a après le Big Data ? La mise en action des données et des informations permet de faire des recommandations, d’optimiser les opérations, prix, produits et services. 2- Active Learners Les apprenants disposent d’une richesse de contenus et une quantité inégalée de moyens d’apprendre. Les apprenants décident quoi et quand apprendre. 3- Behavioral Tracking Les « Mobile Devices » sont partout et mesurent tous nos faits et gestes, paroles et traces en ligne. 4- Bio-Interface

Dans les coulisses d’un demo-day américain : “Aujourd’hui, vous êtes en haut des montagnes russes” Suite de l’épopée d’un entrepreneur français dans la Silicon Valley, Clément Delangues nous raconte de l’intérieur la vie tumultueuse d’un projet au coeur de l’incubateur Imagine K12. “Aujourd’hui, vous êtes en haut des montagnes russes”. C’est ainsi que notre mentor, Tim Brady, investisseur et entrepreneur reconnu de la valley (ainsi que premier employé chez Yahoo) clôture une journée un peu spéciale de notre vie d’entrepreneur : notre demo day. Quelques mois plus tôt, lors de notre sélection pour Imagine K12, le Y Combinator pour l’éducation, Arnaud et moi avions immédiatement coché cette date dans notre agenda. Ce jour où, après trois mois et demi d’intense idéation, de développement produit, de recherche du “product market fit”, nous pourrions présenter le résultat de notre acharnement à un parterre d’investisseurs à la recherche du prochain Facebook. Une question de traction ? Tout le monde vous le dira, la clef d’un demo-day réussi, c’est la traction. “Practice, practice, practice”

Related: