background preloader

Eduquer oui mais pourquoi ?

Eduquer oui mais pourquoi ?
"On n'est pas là pour vous éduquer" est la phrase que j'entends le plus souvent (et que je tends à prononcer de plus en plus souvent également) face aux personnes qui ne sont pas féministes. Il faut tout d'abord que je vous explique comment se passe systématiquement une discussion avec un non féministe. - Non féministe : "moi je suis pour l'égalité homme/femme mais je ne suis pas féministe car les féministes veulent la supériorité des femmes". - Féministe : "ah ? Où as tu lu cela, tu as un nom, une citation" Long silence de 15 minutes car il n'a evidemment aucune source. - Non féministe : "Non mais de toutes façons c'est bon l'égalité est acquise". - Féministe : "Et tu fais abstraction des violences, de l'inégalité des salaires, des tâches ménagères etc etc ?" Il va alors demander des sources sur les tâches ménagères. C'est compliqué putain. Alors est-ce qu'il faut éduquer les sexistes ? Expliquer, non pas pour eux, mais pour nous.

Et si on enseignait l'égalité hommes-femmes dès la crèche ? Tout au long de leur scolarité, les filles obtiennent de meilleurs résultats que les garçons. Mais au cours des études supérieures, les garçons reprennent l’avantage et sont les premiers à trouver un emploi, avec un salaire plus élevé. En cause, une orientation scolaire conditionnée par le genre, les stéréotypes et les attentes des parents : les femmes restent surreprésentées dans les filières littéraires (80%) et médico-sociales (95%), mais se font plus discrètes dans les grandes écoles. L’idée Pour lutter contre les idées reçues, depuis 1998, la Suède a mis en place une pédagogie dite « compensatoire », dans les écoles maternelles et les crèches. Les garçons s’y essayent à la danse et les filles sont poussées à prendre la parole ou des initiatives. « Nous ne transformons pas les enfants. Pour permettre aux enfants de dépasser les assignations de genre, pas de rééducation donc, mais une évolution des pratiques, le changement ne pouvant être que progressif et global. Léa Lejeune

Les femmes de droite, par Andrea Dworkin Les femmes de droite est un ouvrage écrit par Andrea Dworkin, féministe radicale, en 1983. Cette dernière nous propose une Andrea Dworkin explication à l’allégeance de certaines femmes à la droite américaine dure. Comment expliquer que ces femmes adhèrent à des idées opposées à leurs intérêts ? Ce livre a été traduit en français par Martin Dufresne et Michele Briand. Le livre arrivera en France au mois de mars. Chapitre 1 : la promesse de l’extrême droite Les femmes vivent dans un milieu dangereux (viol, violence conjugale, etc.) et cherchent avant tout à survivre. De la maison du père à la maison du mari et jusqu’à la tombe qui risque encore de ne pas être la sienne, une femme acquiesce à l’autorité masculine, dans l’espoir d’une certaine protection contre la violence masculine. Chapitre 2 : la politique de l’intelligence L’intelligence est refusée aux femmes. Par ailleurs, les femmes sont sous-payées, et dépendent donc économiquement des hommes. Chapitre 3 : l’avortement Exemples : etc.).

Crêpe Georgette - Geek Feminism Wiki | Les durEs à queer sont-elles devenuEs folles? Les mythes autour du viol EDIT ; certains commentaire peuvent être très choquants surtout pour les victimes de viol et d'agressions sexuelles. je choisis de les laisser en connaissance de cause car ils illustrent souvent notre propos. Les mythes autour du viol désignent les croyances entourant le viol, les victimes et les coupables. On les définit par des attitudes et croyances fausses mais profondément et constamment entretenues qui servent à nier et à justifier le viol. Avant de vous jeter tête baissée sur les commentaires, merci de prendre la peine de lire intégralement l'article et les liens associés. Buddie et Miller dans Beyond rape myths: A more complex view of perceptions of rape victims. Plus ces mythes sont acceptés et partagés collectivement, plus on y croit individuellement et plus l'on risque de violer. Différentes études ont été menées afin de mesurer la propension au viol (c'est à dire la possibilité que quelqu'un viole). Etudions donc à présent ces mythes : Les viols sont commis par des inconnus :

Malala poursuit son combat pour l’alphabétisation des femmes et des enfants - Journée internationale de l'alphabétisation « L’éducation et l’alphabétisation des femmes et des filles demeurent un défi planétaire » déclarait l’an dernier Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco. Le défi est gigantesque et les données parlent d’elles-mêmes. Moins de 40% des pays assurent aux filles et garçons un accès égal à l’éducation. Sur les presque 800 millions d’adultes analphabètes dans le monde, deux tiers d’entre eux sont des femmes, vivant en Asie du Sud, en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient. Au Soudan du Sud, 88% des femmes sont analphabètes, 50% le sont en Inde comme au Bangladesh… Une mère qui sait lire accroit les chances de survie de ses enfants 76 pays sur 180 n’ont pas atteint la parité entre les sexes dans le primaire et les disparités sont presque toujours au détriment des filles. Pourtant, en l’an 2000, la communauté internationale s’est engagée à améliorer le taux d’alphabétisme dans le monde de 50% d’ici 2015. Malala, « la jeune fille la plus courageuse du monde » Malala est Pakistanaise.

Les courants de pensée féministe : résumé « Les courants de pensée féministe », Louise Toupin, Version revue du texte Qu'est-ce que le féminisme? Trousse d'information sur le féminisme québécois des 25 dernières années, 1997. Louise TOUPIN Chargée de cours en études féministes Résumé TABLE DES MATIÈRES Introduction - au commencement étaient trois grandes tendances - une question préalable : qu'est-ce que le féminisme ? Le mouvement des femmes, impulsé par le féminisme, est l'un des grands mouvements sociaux de ce siècle. Le texte Les courants de pensée féministe de Louise Toupin, qui constitue une version revue et augmentée du texte paru sous le même titre dans la "Trousse d'information sur le féminisme québécois des 25 dernières années" Qu'est-ce que le féminisme ? Ce texte décrit les traditions du féminisme libéral, du féminisme marxiste et du féminisme radical au double plan de leur analyse des causes de la subordination des femmes et de leurs stratégies de changement. Au commencement étaient trois grandes tendances

Peut-on avoir un beau cul et un bel esprit? Olivia Wilde n'a besoin que de quelques mots pour le prouver La réponse de l'actrice aux remarques sexistes d'un journaliste de GQ est parfaite. Dans un article publié dans GQ américain, le critique ciné Tom Carson analyse fort subtilement le dernier film de Paul Haggis: Third Person. Il explique notamment au sujet d'Olivia Wilde: «Elle est censée être écrivain, mais cela cessera d'être crédible quand vous verrez Wilde galoper nue dans les couloirs d'un hôtel, après que Neeson l'aura gentiment mise à la porte de sa chambre. Par où commencer? Enfin juste une: Anne Berest, auteure notamment de Sagan 54 Ou deux: Si, ça compte, James Franco a écrit des livres. Quant à la partie sexisme... Carson n'est pourtant pas le seul à avoir accablé l'actrice de remarques sexistes ridicules. Comme le rapporte le site Mic.com, Olivia Wilde «a régulièrement condamné les doubles standards sexistes en vigueur à Hollywood pour les actrices, ce qui explique sans doute pourquoi sa réponse à l'article de Carson est si parfaite»: Charlotte Pudlowski Partagez cet article

17 Essays by Female Writers That Everyone Should Read As the VIDA count shows, the ratio of male to female writers published in literary journals, magazines, and book reviews remains largely disproportionate in favor of male writers. In the conversation around this imbalance, some have suggested (among other silly arguments) that women should simply write about more important subjects. The folks over at Creative Nonfiction, the literary magazine that this year celebrates its 20th consecutive year of publication, scoff at this assessment of the situation. In fact, CNF’s current issue, “Female Form,” includes only essays by female writers. “Split at the Root,” Adrienne Rich Adrienne Rich was one of the major feminist writers of the 20th century, and throughout her many volumes of poetry and essays, she has voiced the struggles to establish identity — especially female identity.

Related: