background preloader

Pesticides : les preuves du danger s'accumulent

Pesticides : les preuves du danger s'accumulent
En dépit des dénégations des industriels, les pesticides causent de nombreuses pathologies, des cancers aux troubles neurologiques, qui touchent particulièrement agriculteurs et femmes enceintes. En dépit des dénégations des industriels du secteur, les pesticides sont bel et bien impliqués dans un grand nombre de pathologies lourdes – cancers, maladies du sang, troubles neurologiques, malformations, etc. – dont l'incidence tend à augmenter dans le monde. C'est l'idée-force d'une impressionnante expertise collective menée sur l'ensemble des connaissances internationales actuelles, et pilotée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui l'a rendue publique jeudi 13 juin. Cette synthèse rassemble les données épidémiologiques issues de nombreux pays (Etats-Unis, Canada, Australie, Finlande, Danemark, etc.), qui précisent les effets sanitaires des principaux produits phytosanitaires : insecticides, herbicides et fongicides. Related:  Alimentation intelligente: un défi d'avenir. Comment adapter notAgronomiePesticides

Pesticides : des risques pour l'homme et l'environnement © Inra, Shaiit-Fotolia Dérivé de l’anglais « pest », (ravageurs) et du suffixe -cide (tuer), pesticide regroupe l’ensemble des substances qui sont utilisées pour prévenir, contrôler ou éliminer les organismes jugés indésirables, qu’il s’agisse de plantes, animaux, champignons ou bactéries. Les désinfectants sont ainsi considérés comme des pesticides (que l’on appelle alors biocides) de même que tous produits antiparasitaires (insecticides, raticides, acaricides...) ou les produits de protection du bois, du cuir, du métal… En bref, ils sont utilisés quotidiennement et partout ! Majoritairement utilisés en agriculture, - on parle alors de produit phytosanitaire ou phytopharmaceutique -, ils sont classés par type d’usage : herbicides, insecticides, fongicides, nématicides (contre les nématodes) et rodonticides (contre les rongeurs).

Traces de pesticides et anti cancéreux dans les eaux en bouteille Décidément ... la bataille de la qualité irréprochable de l'eau est loin d'être gagnée ! Le magazine 60 Millions de Consommateurs vient de publier une enquête édifiante sur la qualité des eaux du robinet et en bouteille. Selon Thomas Laurenceau, le rédacteur en chef du magazine, l'enquête "ne met absolument pas en cause l'honnêteté des embouteilleurs". Mais elle parle d'une manière générale de la contamination de l'environnement par les pratiques humaines. "Il y a inquiétude sur la qualité de la ressource globale", résume M. Laurenceau, qui appelle, avec France Libertés, à "la remise à plat des normes de qualité" prenant en compte les nouveaux polluants. L'analyse a porté sur 47 bouteilles d'eau, trois bonbonnes d'eau, et une dizaine d'échantillons d'eau du robinet prélevés dans trois départements. Les teneurs sont infimes, de lors du micron, c'est presque rien. Les autres bouteilles et l'eau du robinet ne sont pas en reste.

GENERATIONS FUTURES 13/06/13 Expertise de l’INSERM : les conséquences néfastes des pesticides pour la santé sont désormais offic Suite à la lecture de l’expertise collective « Pesticides et santé » de l’INSERM (1), Générations Futures exhorte les pouvoirs publics à prendre des mesures fortes et rapides pour réduire l’usage des pesticides et exclure les plus dangereux d’entre eux. Contexte. L’INSERM rend publique ce jour (une restitution est prévue aussi cet après-midi à l’Assemblée Nationale) une expertise collective (2) menée sur le thème « Pesticides et santé ». Ce document vise à répondre à la demande de la Direction Générale de la Santé concernant les effets des pesticides sur la santé. Ce travail s’appuie sur les données issues de la littérature scientifique disponible et internationale en date du premier semestre 2012. Présentation des résultats.

Abeilles : des députés britanniques demandent l'interdiction de pesticides Un nouveau front s'est ouvert dans la guerre que mènent les défenseurs des abeilles contre les pesticides néonicotinoïdes. Dans un rapport sévère diffusé vendredi 5 avril, les députés britanniques de la Commission de l'environnement volent au secours des butineuses en appelant le gouvernement de Londres à interdire ces traitements chimiques, très largement utilisés dans les cultures de maïs, de colza, de tournesol et de coton. L'interdiction des néonicotinoïdes est à l'étude en Europe, après que des études scientifiques ont démontré le rôle de ces produits dans l'effondrement des colonies d'abeilles et d'autres insectes pollinisateurs. "Nous estimons que les preuves scientifiques sont importantes pour justifier des mesures de précaution, donc nous appelons (...) à un moratoire sur l'usage de pesticides liés au déclin des abeilles", a déclaré la présidente de la commission parlementaire, Joan Walley, membre du parti d'opposition travailliste.

Les additifs alimentaires Etude américaine: l'AB surpasse l'agriculture conventionnelle L'institut Rodale de Pennsylvanie a publié une étude comparative sur 30 ans dans la province canadienne du Saskatchewan. Contrairement aux idées reçues, l'agriculture biologique a surpassé l'agriculture conventionnelle dans chaque mesure. d'après un article du Journal Starphoenix, septembre 2011 Au dernier décompte, il ya environ 1500 agriculteurs biologiques au Saskatchewan. Ils évitent les engrais synthétiques et sprays toxiques qui sont le pilier de fermes conventionnelles. En fait, des études comme les essais de Rodale (disponibles ici) montrent que, après une période de transition de trois ans, les rendements biologiques ont égalé les rendements conventionnels. Plus important que le rendement, du point de vue de l'agriculteur, c'est le sujet du revenu, et en bio il est nettement supérieur. Surtout, l'étude de l'institut Rodale, qui a débuté en 1981, a trouvé que l'agriculture biologique est plus durable que les systèmes conventionnels.

FIGARO SANTE 13/06/13 Pesticides: les risques pour les agriculteurs mieux évalués Une exposition aux pesticides pendant la grossesse, et dans les jours qui suivent la naissance, peut avoir des conséquences sur le développement de l'enfant, pointe un rapport de l'Inserm, qui recommande une «vigilance toute particulière» pendant cette période critique et «une sensibilisation des médecins». L'institut de recherche médicale a réalisé, à la demande de la Direction générale de la santé, un bilan de la littérature scientifique internationale des trente dernières années sur les risques sanitaires associés à une exposition aux pesticides, en particulier dans le monde agricole, et sur les effets pour le fœtus et les jeunes enfants. La synthèse de ce travail mené par des épidémiologistes et des biologistes est rendue publique jeudi, assortie de leurs recommandations. Risque accru de leucémie Au-delà, un impact des pesticides a pu être observé chez les enfants de femmes vivant non loin d'une zone agricole ou ayant un usage domestique de ces produits. » Les pesticides

Abeilles : la faillite de l'évaluation des pesticides LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Le coupable est-il plutôt l'incompétence ou l'accumulation de conflits d'intérêts ? Impossible de trancher. Cette défaillance est d'autant plus troublante que certains de ces tests d'évaluation ont été remis à jour en 2010, c'est-à-dire tout récemment. Pourquoi un tel rapport ? De manière générale, explique le rapport, "les expositions prolongées et intermittentes ne sont pas évaluées en laboratoire", pas plus que "l'exposition par inhalation et l'exposition des larves". "De même, ajoute le rapport, les effets des doses sublétales ne sont pas pleinement pris en compte par les tests standard conventionnels." Les tests standard réalisés en champ sont eux aussi critiqués. Ce n'est pas tout. En outre, poursuit le rapport, les abeilles devraient être testées pour déterminer si de faibles doses du produit ont déclenché des maladies dues à des virus ou des parasites... Pourquoi une telle inertie ? Et la France ?

Chômage ? On peut créer 600 000 emplois dans l’agriculture ! Et si on décidait de protéger la terre agricole par notre alimentation ? Et si on décidait de ré-ancrer notre alimentation dans nos territoires ? Et si on décidait de se rendre solidaires des paysans et paysannes (qui souhaitent explorer et construire un véritable développement alimentaire soutenable...) en généralisant le commerce alimentaire équitable de proximité ? Et si on développait notre citoyenneté économique créatrice d’emplois, partout, maintenant, pour montrer qu’elle est bien plus qu’un concept mais bien un acte probant, qui montre aux dirigeants de tous nos territoires et de tous bords politiques les voies possibles pour une économie agricole et alimentaire réellement soutenable, qui conteste aussi, en actes, le manque de légitimité sociale de l’actuelle PAC alors qu’une autre PAC est possible... 1 187 847 : c’est le nombre (minimum !...) Terre de Liens Normandie vous invite donc à calculer le nombre de paysans que vous pouvez soutenir et installer près de chez vous

Pesticides: "Je me bats pour que les agriculteurs cessent de mourir en silence" Depuis quand êtes-vous engagée dans le combat anti-pesticides? Depuis le décès de mon frère Denis, survenu le 12 octobre 2009 des suites d'un cancer des voies biliaires intrahépatiques. Il menait une vie saine mais il était, comme moi, salarié agricole et exploitait deux hectares de vigne, où il pulvérisait des pesticides (herbicides, fongicides, insecticides...). > Lire aussi: Pesticides: dangers pour les ouvriers viticoles et pour les riverains De quelle façon avez- vous contribué à l'enquête Apache? Un jour, j'ai lu un article intitulé "Pesticides: tous contaminés?" A la recherche de financements, j'ai soumis mon idée à l'association Générations Futures, qui a répondu favorablement puisqu'elle y pensait également depuis un moment. Quels sont les dangers encourus par les professionnels? Un des grands dangers est le non respect du délai d'entrée sur la parcelle après pulvérisation. Avez-vous des enfants? Oui, j'ai une petite fille âgée de 8 ans. Parce que j'aime mon métier.

INSERM 13/06/13 Pesticides : Effets sur la santé - Une expertise collective de l’Inserm 13 juin 2013 Depuis les années 1980, l’implication des expositions professionnelles aux pesticides dans la survenue de plusieurs pathologies (cancers, maladies neurologiques, troubles de la reproduction) est évoquée par des enquêtes épidémiologiques. Ces enquêtes ont également attiré l’attention sur les effets éventuels d’une exposition, même à faible intensité, au cours de périodes sensibles du développement (in utero et pendant l’enfance). Dans ce contexte, la Direction générale de la santé a sollicité l’Inserm pour réaliser un bilan de la littérature scientifique disponible, afin de fournir des arguments sur les risques sanitaires associés à l’exposition professionnelle aux pesticides, en particulier en secteur agricole, et sur les effets d’une exposition précoce du fœtus et du jeune enfant. Pour en savoir plus :

change Réunis le lundi 26 août à Montpellier, chercheurs, praticiens, militants d’ONG, élus politiques, voulons lancer un cri d'alerte concernant l’atteinte des objectifs du plan Ecophyto 2018, qui visait à la réduction de 50% des quantités de pesticides utilisées en France à l’horizon 2018. Malgré une diminution nette des quantités vendues depuis 1998, nous constatons, à ce jour, que les ventes de pesticides ne diminuent pas depuis trois ans. Le constat est alarmant : 90% des cours d’eau du pays connaissent, selon le Commissariat général au développement durable, une « présence généralisée » de pesticides. Cette situation est d’autant plus condamnable que, depuis 2009, des données récentes viennent à la fois préciser les risques sanitaires encourus, certains étant désormais avérés, et montrer les mécanismes des atteintes à la biodiversité, notamment concernant les abeilles. Voilà plus d’une décennie que des professionnels, des scientifiques et des militants d’ONG lancent des cris d’alerte.

Les nanomatériaux : ennemis invisibles et omniprésents Nanomatériaux, danger ! C'est l'alerte que lance l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), dans un avis rendu public jeudi 15 mai. Certains de ces matériaux microscopiques, présents dans de multiples produits de la vie courante, sont « toxiques pour l'homme » et peuvent avoir des effets délétères sur les milieux naturels. L'agence appelle donc à « mettre en place sans attendre un encadrement réglementaire européen renforcé ». Et à « peser l'utilité » de leur mise sur le marché. Lire : La toxicité des nanomatériaux confirmée par une étude américaine Quels sont ces ennemis invisibles ? Elles donnent aux matériaux auxquels elles sont incorporées des propriétés physiques, chimiques ou biologiques hors du commun (robustesse, élasticité, adhérence, conductivité, réactivité…), qui intéressent toute une palette de secteurs industriels. Lire : Les nanomatériaux, un nouveau défi pour la santé des salariés

Related: