background preloader

Lancer sa propre culture de champignons comestibles à la maison

Lancer sa propre culture de champignons comestibles à la maison
Le 23/11/11 par Vincent.F Suite à l’article de Samuel sur les avantages à réaliser sa propre culture de champignons comestibles en intérieur, à savoir, pèle-mêle : obtention d’un produit de meilleure qualité que ce qu’on peut se voir proposer en magasin,moins cher,une production « maison », ludique, instructive, hyper-locavore ,écologiquement irréprochable (tous les matériaux utilisés sont recyclables)pratique car même si l’on a envie d’aller « aux champignons », on manque parfois des connaissances nécessaires pour les reconnaître ou même, plus simplement, du bois où aller les chercher ! Il ne manquait plus que ce petit tutoriel pour aider les intéressés à se lancer et à s’intéresser ! Phase 1 : quelques emplettes un bac de rangement en plastique avec couverclede la perlite (se trouve en magasin de jardinage ou sur internet en vpc). Phase 2 : l’aération Avec un foret de 5-6mm, percer des trous sur chaque coté du bac, espacés d’environ 7 ou 8 cm. Phase 3 : stérilisation de la perlite

La culture des champignons comestibles chez soi Les champignons sont des aliments très nutritifs, ils contiennent quantités de sels minéraux et de vitamines et sont une intéressante source de protéines. Les champignons comestibles peuvent faire l'objet d'une culture domestique, en intérieur dans une cave, un sous-sol, un garage ou une remise ou n'importe quelle pièce aérée mais sans courants d'air bénéficiant d'une température constante différentes selon les espèces cultivées : de 16 à 18°C. pour des champignons de Paris par exemple. Certaines espèces apprécient même les fortes chaleurs et supportent jusqu'à 30 à 35°C comme les pleurotes rose (Pleurotus Djamor). Pourquoi cultiver des champignons comestibles chez soi ? Voir aussi : Culture domestique de champignons sur papiers. La culture des champignons chez soi Que diriez-vous d'une petite champignonnière personnelle de shiitakés, de pleurotes ou de champignons de Paris ? Culture liquide de mycélium. La culture sur paille

La culture des champignons à petite échelle Nom original: La culture des champignons à petite échelle.pdf Titre: untitled Ce document au format PDF 1.4 a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 05/08/2012 à 14:08, à partir de l'adresse IPv4 31.35.***.***, via l'application Fichier-PDF pour Facebook. La présente page de téléchargement du document a été vue 877 fois. Taille du document: 881 Ko (86 pages). Agrodok 40 La culture des champignons à petite échelle pleurotes, shiitakes et auriculaires Peter Oei avec la contribution de Bram van Nieuwenhijzen © Fondation Agromisa et CTA, Wageningen, 2005. Lien permanent vers la page de téléchargement du document - Facebook, Twitter, ou partage direct Lien court vers la page de téléchargement du fichier Code HTML - Pour partager votre document sur un site Web, un Blog ou un profil Myspace Code BB-Code - Pour partager votre PDF sur un forum compatible avec les tags BB

Cloner le tissu d'un champignon pour produire du mycélium Introduction: Lorsqu’on utilise une seringue de spores pour l’inoculation, beaucoup de mycéliums différents vont se développer et entrer en concurrence afin de puiser la nourriture contenue dans le substrat. L’avantage de réaliser un clonage de tissu d’un champignon est justement de ne conserver qu’un individu et donc un seul mycélium. Cette manipulation est simple à réaliser, toute la difficulté est de réussir à garder un maximum de stérilité durant chaque étape du processus. Le but de cette technique est de prélever stérilement un morceau de chair à l’intérieur du champignon et de le déposer sur un substrat stérile (culture liquide, céréales ou milieu gélosé) afin de produire du mycélium. Le mieux est de choisir un champignon jeune (ayant encore le chapeau fermé) et vigoureux car vos futures récoltes dépendront de cet individu. Manipulation: Prenez un beau et jeune champignon, et sectionnez-le en deux dans le sens de la longueur. Placez ensuite le substrat dans votre incubateur.

Start Your Own Shiitake Mushroom Logs ~ Life Tips And More ! Shiitake mushrooms are supposed to be one of the easiest mushrooms to cultivate. Partly because you don't have to deal with soils and substrates and partly because inoculating logs with just one type allows you to better recognize and identify the shiitakes. Making your own mushroom logs is credibly easy. But with that said, if you plan to do more than 100 plugs or if you plan do start new logs every year, it will really pay off to purchase a special bit for an angle grinder. Let's get started! Firstly, you need 4-6″ diameter hardwood logs with the bark intact. You will also need some sort of power/electric drill with a 5/16″ drill bit. Drill holes about 2″ inches deep in a diamond pattern along your log. Next, simply stack the logs so that they are not touching the soil. Now let's tap our toes impatiently as we wait six months to a year for our mushrooms to "fruit", or produce mushrooms.

Champignons en plein air Les champignons de culture sont toujours produits dans des halles industrielles et des tunnels par des entreprises grandes consommatrices d’énergie. Faux! Aujourd’hui je veux vous présenter un projet et des produits uniques en Suisse. L’inspiratrice de ce projet est une femme dynamique, passionnée, innovatrice et proche de la nature. Le nom du projet est Pilzfarm Stockental. La propriétaire s’appelle Heidi Burkhalter. Heidi Burkhalter devant un de ses champs de champignons. Cette idée ne l’a plus quittée. Et elle a réussi! Situation idyllique au milieu des prairies maigres et des forêts pittoresques. Un champ de champignons: des pleurotes en huître poussent sur des morceaux de troncs de hêtre. Les troncs de hêtre ensemencés sont couverts jusqu’à ce qu’ils soient complètement pénétrés par le mycélium. Des shiitake poussent sur un tronc; le mycélium envahit complètement le bois dur. Heidi Burkhalter a développé un substrat spécial ensemencé qu’elle vend aussi.

TEK : Culure sur Agar (1) La culture sur Agar(photos à venir)La culture sur agar est idéale pour les mycologues exigeants, et non débutants! Car il faut maitriser plusieurs paramètres très importants : 1/ La stérilisation.2/ Le temps de stérilisation. Je m’explique sur ces deux étapes : 1/ La stérilisation est très importante car pas le droit à l’erreur ici, vous avez déjà pu constater, que lors de la stérilisation de vos pots de substrats, des contaminations avaient lieu après l’inoculation, très souvent de couleur verte, jaune et même rose (plus rarement). Ici le milieu de culture est idéal, pour les virus et pathogènes en tout genre, qui s’y plairont très bien également ! Donc évitez d’ouvrir les boites de pétris, faites le vraiment le moins possible, voir pas du tout, car une respiration un peu trop forte, un cheveu, une poussière, enfin tout style de contaminants se développera et donc la rendra inutilisable. Différentes boites de culture Mais l’idéal reste quand même les boites à pétri. Différentes préparations

Savoir utiliser les mycorhizes pour votre jardin Réagissez : Partagez : Cela fait 450 millions d’années que les mycorhizes existent et travaillent avec les plantes de vos jardins. Aujourd’hui ils sont disponibles pour tous. Association entre plante et champignon (mycélium), la mycorhize dure toute la vie de la plante. Œuvrant en synergie, les champignons et les plantes sont en symbiose. Un champignon mycorhizien est un champignon qui s’associe symbiotiquement avec les racines d’une plante ( dans le jardin, dans la forêt partout dans la nature). La mycorhization C’est une symbiose mutualiste, car chacun des partenaires tire avantage de cette association. Cette symbiose est plus communément appelée mycorhize car provenant du grec myco : champignon et rhiza : racine. Hyphes du champignon au centre de tout © CC Henrik Nilsson Le fondement de cette association est la colonisation du sol et de la racine de la plante par les hyphes du champignon, l’appareil végétatif (de nutrition). Ces hyphes sont de forme filamenteuse. > Suite : Types de mycorhizes

Cultiver des morilles ? Une très longue histoire ! Si vous avez lu les articles précédents ("Où trouver des morilles-habitats et associations de plantes" et "Où trouver des morilles : là où il y du sucre !"), vous devez sentir comme moi que les témoignages rapportent de précieuses informations, mais sous une forme chaotique. Comme si cinq ou six expériences de base avaient été mélangées et que les témoignages se rapportaient à une seule ! Comme si on recherchait une personne (ici, la morille) mais que cette personne se déguise et qui plus est soit membre d'une fratrie de jumeaux ! C'est une question de méthode : il vaut mieux parler des morilles au pluriel et de biotopes, également au pluriel. Alors, sachant qu'il existe génétiquement 10 variétés de morilles et, disons globalement, une dizaine de biotopes, cela donne une idée de la complexité à résoudre. Depuis plus de cent cinquante ans des amateurs de champignons se penchent sur la culture de la morille. On peut noter ContinuonsLe seconde procédure, celle de M. A cliquer Pas possible ?

Comment réaliser une culture liquide ? Préparation: Pour faire une culture liquide vous devez commencer par préparer votre récipient et votre mélange d’eau sucrée comme expliqué dans l’article: Qu’est ce qu’une culture liquide de mycélium? Stérilisation: Une fois que vos récipients sont prêts vous devez les stériliser: -Fermez les couvercles de vos pots et posez-les dans le panier de l’autocuiseur. -Allumez le feu et comptez 20 à 25 minutes après le sifflement de la soupape de l’autocuiseur puis coupez le feu. -Retirer la soupape pour faire redescendre la pression et laissez refroidir vos pots jusqu’à ce qu’ils soient à température ambiante. Inoculation: Cette étape doit être réaliser avec un maximum de stérilité afin de lutter contre les vecteurs de contaminations. Pour remplir votre seringue d’air stérile, il vous suffit d’aspirer lorsque l’aiguille est rougie par une flamme. Vous pouvez inoculer votre culture liquide avec: -chauffez le tour de votre pot à la flamme. -dévissez le couvercle SANS l’ouvrir. Utilisation: Conservation:

Related: