background preloader

Cyborg et IA : la fusion programmée entre l'homme et la machine

Cyborg et IA : la fusion programmée entre l'homme et la machine
Décembre 2017 Ces deux domaines, aussi vastes que passionnants, sont des thèmes très utilisés dans les oeuvres de science-fiction, passionnant les foules depuis plus d'un siècle. Si certains livres, séries ou films les ont popularisés, ces deux notions restent difficiles à définir, car elles recouvrent de nombreux champs de connaissances, souvent peu accessibles au grand public. L'imaginaire de la science-fiction a donné une certaine image de ce que l'on appelle « cyborg », ainsi que des machines dotés d'une « intelligence » très évoluée, jusqu'à surpasser l'être humain. On le verra au cours de ce dossier, ces deux domaines tendent à se rapprocher, inexorablement, entre la « mécanisation » de l'homme et l' « humanisation » des machines, tant au niveau physique que de l' « esprit ». Nous verrons quelles sont les avancées les plus marquantes de ces deux champs de recherche, qui devraient impacter en profondeur notre mode de vie dans les prochaines décennies. Le futur déjà à nos portes

Qu’est-ce que le transhumanisme ? - Santé Nature Innovation Le transhumanisme est la croyance que la technologie permettra un jour (bientôt ?) de remédier aux malheurs du monde en général, et de l’homme en particulier. Vous pensiez que tout être humain est condamné un jour à souffrir, à mourir ? Eh bien non ! Vers 2035, ça devrait être réglé [1]. Émergera une nouvelle sorte d’homme qui n’aura plus aucune des limites qui nous caractérisent aujourd’hui. Son intelligence sera illimitée grâce à un système d’intelligence artificielle branché sur son cerveau, vastement supérieur à l’intelligence naturelle de l’homme. Cet homme pourra tout savoir, parce que toutes les connaissances humaines dans toutes les langues seront répertoriées sur Internet et qu’il y aura accès directement. Il ne sera plus malade car, grâce aux modifications génétiques et aux biotechnologies, toutes les maladies pourront être soignées avant même qu’elles n’apparaissent. Ce sera donc une nouvelle espèce d’homme. Un être humain augmenté et amélioré Mais ce n’est pas tout. À votre santé !

Bioéthique La mise en forme de cet article est à améliorer (janvier 2019). La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Comment faire ? Les points d'amélioration suivants sont les cas les plus fréquents. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d'un autre article. La bioéthique ou éthique médicale est l'étude des problèmes éthiques posés par les avancées en matière de biologie et de médecine. Historique et développement[modifier | modifier le code] Depuis 2015 sont précisément répertoriés les programmes universitaires spécialisés en bioéthique partout dans le monde, principalement aux États-Unis[3],[4] et dans les pays anglophones (voir programmes de maîtrise et de doctorat), mais aussi dans la francophonie et les pays latins. On peut distinguer deux orientations principales de la bioéthique[2] : Bioéthique, sur Wikiversity

Histoire des Prothèses - fabrication de prothèses depuis la nuit des temps Histoire L’histoire des prothèses est intimement liée à celle de l’humanité. Les premiers hommes, dès qu’ils adoptèrent la station debout, ont naturellement cherché à conserver cette posture. La demande (en prothèses) existe depuis l'aube de l'humanité et la fonctionnalité des premiers principes d'appareillage apparus demeure de nos jours. On claudique encore aujourd’hui en s’appuyant sur une canne, on bâton, une béquille, voire on "enfile" toujours une prothèse de membre inférieur, qu'elle soit rudimentaire ou sophistiquée. Et un pilon, qu’il ait 2000 ans ou soit fabriqué au XXIème siècle reste et restera toujours une jambe de bois. Les plus vielles "prothèses" retrouvées datent des Egyptiens. Les anciens principes et concepts sont toujours de mise, mais grâce à l'évolution de la technologie et des matériaux, leur application en est démocratisée et bien plus physiologique. Pour retrouver les plus vieilles traces, un certain vice est nécessaire. Les plus anciens textes rédigés La

Prothèses et implants bioniques : une solution de remplacement - La bionique: un rêve ou un futur proche ? _Il existe de nos jour trois types de prothèse : les prothèses automatiques qui ne subissent aucun contrôle de l'ultilisateur , celles munies d'electrode qui permettent de capter les contractions du patient, c'est un système très peu precis. On trouve aussi des implants sous-cutannées, ils captent les impulsions nerveuses. Les travaux directement sur le cerveaux ne sont pas vraiment d'actualité il sont devellopé dans les autres parties du site. _ La main bionique : Elle est de plus en plus répandue et de plus en plus efficace, tout comme la majorité des prothèses. Cette main commercialisée est munie de cinq doigts articulés. _ La jambe bionique : La meilleure dans la catégorie est le POWER KNEE. _ Les yeux bioniques : Nous avons pris pour exemple les "Argus II retinal". _ L'oreille artificielle : L'implant cochléaire est composée de deux parties, une extérieure étant un simple micro-implant sur l'arrière du crâne qui capte les sons et les traduit en impulsions électriques.

Les prothèses du futur - L'Histoire des prothèses Prothèse (médecine) Une prothèse L'une des plus anciennes prothèses connues, datant de l'Égypte antique, aujourd'hui dans le musée du Caire. Le gros orteil est sculpté dans le bois. Il était lié au pied par une gaine de cuir cousue. Le mot prothèse vient du latin prosthesis venant du grec signifiant "action d'ajouter". La première trace de prothèse de jambe fut retrouvée en 1885 à Capoue, en Italie. D’autres découvertes en Europe supposées être des répliques de jambes en bois ont été tracées au VIème-VIIème siècles après J. De part sa violence, la Grande Guerre reste marquée dans la mémoire collective. Une nouvelle discipline chirurgicale apparaît : la chirurgie maxillo-faciale réparatrice et plastique. Après la phase de reconstruction chirurgicale qui a permis de combler la perte de substance vient la phase prothétique. Après la Première Guerre mondiale, de nombreux soldats étaient encore défigurés, malgré les nombreuses interventions. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les prothèses n’évoluent que très peu.

Manipulation du génome, vers une humanité 2.0 « Dis-moi quels sont tes gènes et je te dirais qui tu es. » Et même ce que je peux faire de toi. Au printemps dernier, le calendrier du monde de la génétique a été bousculé par la médiatisation d'un essai inédit, réalisé à Canton, en Chine : la correction d'ADN sur des embryons humains. Interdit par la convention d'Oviedo, ratifiée par 29 pays et le Conseil de l'Europe, l'intervention génétique sur embryon modifie le génome de manière reproductible. Contrairement à la thérapie génique qui n'intervient qu'à un endroit du corps, elle pourra changer l'ADN de toutes les cellules d'un individu et sera transmise à sa descendance. Il faut dire qu'avec les progrès technologiques de l'édition génétique, la manipulation du génome est devenue bien plus facile et abordable. Mais une des premières inquiétudes réside dans le choix des enfants à naître par sélection génétique. Pour les chinois, pas de « risque d'eugénisme » La seconde activité, c'est la thérapie génique. Un exemple ?

Thérapie génique Dossier réalisé en collaboration avec Anne Galy, directeur de recherche à l’Inserm (unité 951 Inserm / université d'Evry Val d'Essonne / Ecole pratique des hautes études, "Immunologie moléculaire et biothérapies innovantes", Généthon, Evry) - Mars 2014. © Inserm, Généthon/S. Charrier & D. Stockolm Cellule hématopoïétique corrigée par tranfert de gène. Le concept de thérapie génique date des années 1950 mais il s’est réellement concrétisé dans les années 90, avec les premiers essais conduits chez l’homme. Deux médicaments de thérapie génique sur le marché L’arrivée de ce médicament sur le marché européen a marqué un tournant décisif dans ce domaine médical : la thérapie génique n’est plus seulement une stratégie expérimentale étudiée en laboratoire. Les techniques diffèrent en fonction des indications © Inserm, F. Les deux principales stratégies de thérapie génique : La thérapie génique consiste à modifier génétiquement des cellules d’un patient, pour soigner ou prévenir une maladie.

Related: