background preloader

Cigarette électronique. “Les experts sont des dangers pour la santé publique”

Cigarette électronique. “Les experts sont des dangers pour la santé publique”
Professeur de Santé publique à l'Université de Genève, Jean-François Etter est le seul des dix experts à avoir refusé de signer le rapport de l'Office français de Prévention du tabagisme, remis mardi dernier à la ministre de la Santé. Paris Match. Pourquoi avez-vous refusé de signer le rapport du Pr Dautzenberg?Jean-François Etter. D’abord, la qualité scientifique du rapport n’est pas du tout à la hauteur. Vous parlez de l’interdiction de vapoter dans les lieux publics ? «Il est absurde de comparer la cigarette électronique au tabac» L’usage libre de la cigarette électronique peut-il au contraire inciter les fumeurs de tabac à choisir cette alternative ? Reste la dépendance à la nicotine…Il ne faut pas se tromper d’ennemi. «Nombre des experts du rapport sont beaucoup trop proches de l'industrie pharmaceutique» Est-ce qu’on protège les jeunes en interdisant la vente aux mineurs ? «On doit avoir un débat sur la place de la nicotine dans la loi et dans la société» Quels sont les enjeux ? Related:  effets sur la santé - études - recherche #ecig

Big tobacco s’organise et lance des recherches scientifiques sur la cigarette électronique Une association scientifique regroupant la quasi totalité des industriels du tabac, planche à l'heure actuelle sur notre substitut. C'est en lisant le Tobacco Journal que j'ai appris aujourd'hui l'existence de la CORESTA, une association financée par les cigarettiers dont le but est la coopération sur la recherche scientifique relative au tabac [4]. Cette organisation, basée à Paris et soumise aux lois françaises, a été fondée en 1956 par 20 membres et regroupe aujourd'hui 138 organisations. Ses principaux axes de recherche concernent l'agronomie et la préservation de la plante de tabac, la phytopathologie et la génétique, la science de la fumée (étude de toxicité, analyses comportementales des fumeurs etc.) ainsi que la technologie des produits. Le comité de direction est composé des petites PME suivantes : Alliance One International (USA)Borgwaldt KC GmbH (Germany)British American Tobacco (UK)China National Tobacco Corporation (China)Imperial Tobacco Ltd. R. Références

Le billet d'humeur d'un adhérent : J'accuse 60 Millions de consommateurs Nos élites, enfin ceux que l’on nomme sous ce vocable valorisant, nous ont par le passé habitué à faire peu de cas de l’intelligence individuelle et collective des Français … La grande mascarade à laquelle nous venons d’assister, orchestrée par la revue « 60 Millions de Consommateurs », publication de L’institut National de la Consommation, lui même bras armé du Ministère chargé de la consommation, (*) n’en est qu’une illustration de plus ! (*) Et oui … il y a des associations de consommateurs indépendantes et d’autres gouvernementales … Ca change tout … Là nous sommes bien en face d’une communication gouvernementale ! S’il est un dossier sur lequel nos élites ont montré leur incapacité chronique à prévoir … et donc gérer, c’est bien celui de la cigarette électronique … Un gouvernement et des lobbys dans l’impasse … Le gouvernement est contraint de faire le constat que la situation est désormais tout sauf maîtrisée : Dire tout et n’importe quoi ? Oui mais non ! L’enjeu est ailleurs !

Des scientifiques britanniques et américains réagissent à la polémique créée par 60 millions de consommateurs | Avis cigarette électronique Voici l'article publié cette semaine par la CASAA, une importante association américaine qui œuvre pour la défense des méthodes de réduction des risques auprès des fumeurs. Sa vice présidente, Kristin Noll-Marsh, fait un état des lieux de l'impact qu'a eu le dossier du magazine 60 dans la presse internationale suite à sa publication lundi dernier et récapitule les différentes réponses scientifiques qui ont découlé peu après. — Début de l'article de la CASAA Un article publié lundi dans The Daily Mail annonçait que d’après une étude, « les e-cigarettes étaient aussi nocives que les cigarettes conventionnelles et seraient cancérigènes ». Cet article indiquait qu’une revue française destinée aux consommateurs, 60 millions de consommateurs, avait étiqueté ce produit comme « loin d’être aussi inoffensif que le prétendent leurs fabricants ». Selon la revue française qui est publiée par l’Institut national de la consommation, ses chercheurs ont analysé 10 cigarettes électroniques. Le Dr.

Cigarette électronique « médicament » : imaginons…le concret Le 10 juillet dernier, la Commission santé et environnement du Parlement européen recommande que la cigarette électronique soit définitivement qualifiée comme médicament, ce qui est déjà une aberration en soi : un médicament doit avoir des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines (def. Commission des Affaires juridiques).Or, la cigarette électronique n’a pas plus la prétention de prévenir des maladies que d’en soigner. Faute de définition claire et censée, une classification aberrante. Sur France Inter le 17 juillet dernier, Marion Adler, médecin et tabacologue à l’Hôpital Antoine Béclère de Clamart affirme haut et fort que la cigarette électronique n’était ni un substitut nicotinique, ni un produit pharmaceutique, ce qui ne l’empêche pas : - de confirmer qu’elle ne désapprouvait pas ses patients de vapoter si les patches et gommes (qui sont bien des substituts nicotiniques, il me semble) ne leur suffisaient pas,

Nicotine : Efficacité de la cigarette électronique chez des vapoteurs réguliers | Avis cigarette électronique Une étude britannique prouve une fois de plus l'efficacité de la cigarette électronique pour réduire les symptômes de manque chez le fumeur abstinent. Intitulée “Utilisation aiguë de cigarettes électroniques : apport de nicotine et effets subjectifs chez les consommateurs réguliers“, cette étude a été publiée dans le journal international “Psychopharmacologie” de août 2013. Lynne Dawkins et Olivia Corcoran, deux chercheuses de l'université de East London ont tenté de mesurer chez des vapoteurs réguliers l'efficacité de la cigarette électronique pour délivrer de la nicotine dans le sang. Jusqu'ici rien d'extraordinaire, mais à la différence d'autres études qui se sont déjà intéressées à la délivrance de nicotine chez l'utilisateur, celle de Dawkins et Corcoran utilise des vapoteurs réguliers (avec au moins un mois de vapote), il s'agit donc de sujets plus ou moins expérimentés. Voici la traduction du résumé de l'étude tel qu'il a été publié sur le site Springer Link : Raisons Objectif

Des molécules cancérogènes dans l'e-cigarette ? Les "vapoteurs" s'en moquent onique tire sur une blonde devant la boutique Ivapote, rue du Loup, à Bordeaux. « Pas le droit de vapoter, rage-t-elle. Je suis asthmatique. Un comble. Personne ne m? onique tire sur une blonde devant la boutique Ivapote, rue du Loup, à Bordeaux. « Pas le droit de vapoter, rage-t-elle. En seulement une petite année, une quinzaine de boutiques spécialisées dans la vente de cigarettes électroniques ont fleuri à Bordeaux et dans son agglomération. Dans un autre quartier de la ville, I smoke 33 tient un discours sensiblement identique. Dominique, la soixantaine, est en train de s’équiper en cigarette électronique. Les Bordelais Nicolas Pisanelli et Didier Cohen ont créé une franchise de dix magasins en France, spécialisés dans la vente de cigarette électronique. Sondage Pensez-vous l'e-cigarette aussi dangereuse que le tabac ? Nombre de votants : 5956

Vapotage passif et nicotine Une nouvelle étude de Maciej L. Goniewicz sur le vapotage passif conclut à l'absence de pollution par des produits liés à la combustion et à une présence de nicotine dans l'air dix fois inférieure à celle d'une cigarette de tabac. Voici une courte présentation de la recherche suivie d'une critique du docteur Michael Siegel. Introduction Le vapotage passif étudié par Maciej L. Les cigarettes électroniques (plus communément appelées « e-cigarettes ») sont conçues pour générer de la nicotine inhalable (vapeur). Matériaux et méthodes Nous avons mesuré des marqueurs en suspension liée à une exposition passive : la nicotine, les particules d’aérosol (PM2.5 ), le monoxyde de carbone, et les composants organiques volatiles (VOCs) dans une chambre d’exposition. Résultats L’étude a démontré que les e-cigarettes sont une source d’exposition passive à la nicotine mais pas aux produits de combustion. Conclusion La critique du docteur Michael Siegel

Oui, oui, mille fois oui, il vaut mieux vapoter que fumer une cigarette | Avis cigarette électronique Le magazine 60 millions de consommateur a créé hier une polémique autour de l'e-cigarette. Le rédacteur en chef du magazine 60 millions de consommateurs regretterait-il la panique qui a plané hier sur la cigarette électronique et dont il est à l'origine ? Interviewé en fin de journée sur France Inter dans le journal d'Angélique Bouin, Thomas Laurenceau (rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs) modère ses propos quant au profil toxicologique de l'e-cigarette et la formule qu'il emploie laisse sous entendre une certaine fatigue : “Oui, oui, mille fois oui, il vaut mieux vapoter que fumer une cigarette.” Nous voilà rassurés. Quand le rapport de l’OFT (qui stipule que la cigarette électronique ne contiendrait pas des taux d'agents cancérogènes significatifs) est mis en opposition aux trouvailles alarmistes de sa rédaction, monsieur Laurenceau met en avant la modernité de son équipement : “[Avant] on ne savait pas très bien mesurer ces vapeurs car les machines n'existaient pas“.

Santé Absolut Vapor - Qualité, sérieux et transparence Devant le foisonnement d'informations non vérifiées, Absolut Vapor s'engage dans la transparence et actualise régulièrement ce descriptif avec les informations les plus récentes à notre disposition. L'impact de la cigarette électronique sur la santé : le rôle primordial du E-liquide Le mode de fonctionnement de la E-cigarette est très différent de celui de la cigarette classique car il n'y a pas de combustion mais un mélange du E-liquide avec l'air (cf. notre descriptif "La E-cigarette pour les nuls") > La composition du E-liquide joue donc un rôle très important sur les effets sur la santé du vapoteur. Les E-liquides que nous proposons sont fabriqués en Europe, ils sont constitués d'une base dont les éléments sont certifiés USP(United States Pharmacopeia) : propylène glycol (PG),glycérine végétale (VG),nicotine sur demande. Le PG et la VG sont des additifs alimentaires courants. Ces Eliquides sont garantis SANS alcool (éthanol). Graphique 1

DANGER made in CHINA : la cigarette électronique ! Alors que des parlementaires proposent d’augmenter de manière significative le prix du tabac, la cigarette électronique a tout pour réussir. D’ailleurs, elle a déjà conquis plus de 500 000 français et elle est devenue un véritable phénomène, constate le Parisien qui lui consacre aujourd’hui la Une. Vapoter est devenu tendance et les adeptes se bousculent dans les magasins comme d’autres le font pour les dosettes de café. D’abord, elle est quatre fois moins chère que la cigarette traditionnelle, remarque le quotidien. La e-cigarette provoque, selon les consommateurs, des sensations comparables à sa « grand sœur ». Si la communauté médicale y était au départ hostile, il semble que le succès rencontré par ce gadget électronique a permis de nuancer les points de vue. « Pour les gros fumeurs, concède le Pr Dautzenberg, elle réduit les risques ». LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 07.02.2013 à 15h10 • Mis à jour le 18.02.2013 à 11h33 Cette répétition extrême n'est a priori pas anodine. Les preuves :

Arrêt du tabac : la cigarette électronique est aussi efficace que les patchs La présentation de cette étude sera l’un des temps forts du congrès européen de pneumologie qui se tient du 7 au 11 septembre à Barcelone. Pour la première fois, une équipe néo-zélandaise a comparé l’efficacité de la cigarette électronique à celle des patchs de nicotine utilisés pendant 13 semaines comme produit d’aide au sevrage tabagique. Au bout de 6 mois, 7,3% des 292 vapoteurs avaient arrêté de fumer contre 5,8% des 292 utilisateurs de patchs et 4,1% dans le petit groupe de 73 témoins qui fumaient une cigarette électronique placebo sans nicotine. « Le problème c’est que les effectifs de ceux qui ont réussi à arrêter de fumer sont tellement petits que les différences ne sont pas significatives », regrette le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière à Paris et président de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT). Le problème vient de la construction de l’étude elle-même.

Related: